Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 février 2013 2 12 /02 /février /2013 10:13

 

Une fois que l’on a bien compris, bien admis, qu’aucun autre système n’était meilleur que la démocratie, faut-il en faire propagande pour donner de fausses illusions à des Peuples souffrants ou peu aguerris ?

 

Est-ce par idéologie ou par intérêt que les élites voient rouge dès que l’on formule la moindre critique ? Un peu des deux sans doute… Pourtant aussi bien en Tunisie qu’en Egypte ou au Mali le malaise démocratique est patent et sans les lunettes noires de la mauvaise foi, il nous crèverait les yeux.

 

Le premier point consiste à admettre que la démocratie demande, de la part des citoyens, une certaine adaptation. « Si le Peuple était intelligent, et seulement si, il serait souverain » Quand c’est l’un des plus prestigieux laudateurs (Victor Hugo) de la démocratie qui dit cela, on mesure à la lucidité du constat la portée de l’illusion que l’on propage à l’idée «du Peuple Souverain»

 

Le second point montre que les Peuples qui souffrent de dictature attendent de la démocratie un mieux économique et social quasi immédiat. Si cela peut être vrai pour les habitants de Pays qui disposent de ressources naturelles (pétrole par ex), les autres tombent d’autant plus haut, qu’on leur a fait croire qu’il suffisait de confisquer les acquis frauduleux des autocrates pour leur apporter le mieux-être quotidien.

 

Le troisième point relève d’un malentendu : Si les régimes autoritaires appellent à la révolte, les démocraties exigent la subordination. La soumission est une condition sine qua non sans laquelle il ne peut y avoir de réalité démocratique dont le principe repose sur l’obédience de 49% des citoyens à des idées qui ne sont pas les leurs.

Si la part du peuple qui n’a pas été élue garde la même habitude de rébellion qu’en dictature, le principe démocratique ne marche plus. En France, la démocratie fonctionne parce que le peuple est, de longue date, habitué à se plier docilement à l’un ou l’autre des partis, mais combien de temps faudra-t-il pour que les Peuples qui sortent, par la révolte, d’une dictature en prennent l’habitude ?

 

La démocratie est une maitresse sévère qui demande aux Peuples un peu de masochisme et de schizophrénie….

 

Le véritable esclave n’est pas celui qui est contraint par la force car la force ne peut contraindre la pensée, le véritable esclave est celui qui se soumet au Maitre par les chaines de sa propre volonté.

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
9 février 2013 6 09 /02 /février /2013 08:48

 

 

Encore assez cher tout de même:  Quinze ans de prison pour le meurtre d'un jeune homme comme Jérémy

Repost 0
9 février 2013 6 09 /02 /février /2013 08:02

Je lis ce jour sur «l’Express » un article d’Eric Pelletier selon lequel, (je cite) «Dans un entretien au site spécialisé AEF sécurité M. Claude Balland, Directeur General de la Police annonce vouloir associer les citoyens aux orientations locales en matière de lutte contre l’insécurité »

A l’évidence Citoyen et Police ont un intérêt commun : l’Ordre Public. L’un par souci de sécurité et de liberté, l’autre par devoir professionnel. Une des conditions de réussite passe donc par la valeur synergétique d’actions conjuguées des deux parties. En ce sens M. le Directeur Général de la Police a raison. Hélas ! Ce lien est rompu, en voici un exemple :

 

A deux pas de la Maison du grand Quartier de la Gare à Périgueux (récemment inaugurée) une Golf visiblement abandonnée est en stationnement abusif depuis près de deux mois. Cette voiture, portières non verrouillées, sans vignette de contrôle technique ni certificat d’assurance valide n’a pas attiré l’attention de la Police ce qui peut se comprendre : la Police n’a pas les yeux partout.

Nonobstant, la suite donne raison à M. Balland… Sauf que, dans ce cas précis, ce n’est pas le Citoyen mais la Police qui ne joue pas le jeu.

Ayant pris moi-même le rôle du Citoyen zélé (trop zélé ? De quoi je me mêle ?) Je peux citer les faits d’une manière précise :

Premier signalement au Commissariat de Police Nationale de Périgueux le 1/02/ 2013 (A l’accueil avec précisions écrites)…..Pas de suite.

Relance téléphonique le 5/ 02/. Sans effet.

Information auprès de la Police Municipale d’une voiture en stationnement abusif…..pas de suite… Relance par lettre (jointe) toujours sans effet à ce jour.

 

En voyant les choses telles qu’il sied, avec bonne humeur, goûtons en l’ironie :

D’un côté la difficulté d’une Police qui déploie des moyens d’exceptionnelles compétences pour débusquer des terroristes extraordinairement avertis.

De l’autre la facilité avec laquelle n’importe quel crétin peut laisser une voiture (bourrée d’explosifs ?) en stationnement abusif pourvu qu’il prenne la précaution de la mettre en évidence, près d’un lieu public, portières ouvertes, sans vignettes et les sièges maculés.

 

 

 

Repost 0
7 février 2013 4 07 /02 /février /2013 14:17

Le contexte des incivilités, fait de l’attaque d’un train à la sortie de Marseille un acte tellement banal qu’il ne justifie même plus la prise de sanctions immédiates.

 

Il n’empêche que les sondages sur le « blues » de la Police en disent long sur l’impuissance croissante de la République à maitriser la montée de la délinquance juvénile.

Je laisse aux spécialistes le soin d’en analyser les raisons, me bornant à constater que plus il y a de recherches, plus il y a de délits, ce qui pose question sur l’utilité des experts.

On voit bien que Manuel Valls et son staff, font ce qu’ils peuvent pour limiter les effets, mais les causes sont si visiblement imputables à des principes qui font le lit des « politiques » que leur prise en compte n’est pas demain.

 

Certaines sont pourtant évidentes :

 

1) L’école, machine à discriminer dont il faudrait limer les effets nocifs.

 

2) L’inactivité qui est devenue normalité par suite des difficultés d’accession à l’emploi « Ce que nous avons devant nous, c'est la perspective d'une société de travailleurs sans travail » (Hannah Arendt).

3) La dislocation des liens familiaux et la perte de responsabilité des parents à laquelle l’Etat tend à se substituer en nourrissant, par là même, les déficiences individuelles.

 

Cette délitation de la famille ne date pas d’aujourd’hui : Il y a bien longtemps que les très vieux parents n’attendent plus la mort de leurs enfants pour divorcer.

N’empêche que l’effet « Taubira » va définitivement ringardiser la signification de l’aspect «Sacré» de la «Famille», (Pour autant que celle-ci ait déjà résisté aux coups de butoirs précédents)

 

Mais il faut voir les choses du bon côté : S’il est assez cocasse de voir une Ministre de la Justice promouvoir des mesures qui vont nécessairement abonder ses tribunaux, l’aspect positif concerne l’importance économique de la délinquance dans nos sociétés. Que feraient les Avocats sans les divorces et les Juges sans criminels ? Pour ne citer qu’eux…

 

 

 

 

Repost 0
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 13:01

 

 

François Hollande s’est fixé pour objectif de « Détruire ou emprisonner les terroristes » afin de « rétablir l’intégrité territoriale du Mali » Son action a reçu le soutien absolu et quasi unanime du gouvernement, du parlement, de l’opposition, de la presse et de l’opinion publique en général. Le raisonnement est basé sur l’idée que le «terrorisme islamiste » est la cause essentielle des difficultés et de l’instabilité du Mali.

 

Pourtant au vu des faits et de l’histoire, cette théorie ne tient pas puisque c’est, tout au contraire, la faiblesse et l’instabilité récurrente de l’Etat Malien qui a permis l’installation du terrorisme islamiste dans le Nord du pays. (1)

 

Quoiqu’il en soit, la coalition des forces Françaises, Maliennes, et de milliers de soldats Africains de la Misma vont soumettre, par la force, les populations du Nord à la gouvernance de Bamako.

Même si l’intention Française de retirer ses troupes se concrétise, toute la partie « blanche » du Mali restera pendant longtemps sous occupation Africaine. La France, l’Afrique, désormais approuvés par les Etats-Unis, ne voient pas d’autres possibilités que la force, pour «rétablir l’intégrité territoriale » du Mali. (Encore faut-il souligner le bémol du Vice-Président Américain Joe Biden qui veut mettre les forces Maliennes et Africaines sous tutelle de l’ONU).

 

Reste à attendre le déroulement du cours de l’Histoire pour voir si le «terrorisme » là circonscrit, ne se développe pas ailleurs et surtout observer comment les populations Berbères, Arabes et Musulmanes vont, dans le temps, réagir.

 

 

 

1) Pour en savoir plus se référer aux articles des spécialistes, ceux de Boris Thiolay ou de celui très didactique d’Olivier Roy Directeur d’Etudes à l’EHESS paru dans « Le Monde »

 

 

 

Repost 0
31 janvier 2013 4 31 /01 /janvier /2013 08:19

 

De quoi s’agit-il ?

Donner aux Homosexuels tous les droits de reconnaissance identitaires, légales, sociales, morales, affectives… ? Cela va de soi pour la bonne raison qu’il n’y a aucune différence entre un hétéro et un homosexuel. Absolument aucune, dans l’intelligence ou la bêtise, la haine ou l’amour.

 

Le problème posé ne concerne donc que le couple : Pas de différence non plus dans les mêmes alacrités amoureuses, les mêmes joies, les mêmes peines, les mêmes douleurs.

 

Sauf, et c’est là le point essentiel, que par la faute de la nature, les couples de même sexe ne peuvent pas avoir d’enfants.

 

Or un Mariage qui n’aurait pas pour finalité de fonder une famille aurait quelque chose d’inabouti relevant de l’infirmité. Sinon, pourquoi cette émotion, dans les cérémonies, qui fait mouiller les yeux ? Moment de grâce, fugitive perception sacrée que par-delà l’éphémère de chacun se fonde solennellement, au moment du serment, l’espoir d’un nouveau devenir.

 

Alors comment souscrire aux vœux des homosexuels sur leurs droits à avoir des enfants ?

 

Si l’adoption ne pose comme problème que la négation du droit à la parole de l’enfant (idem pour les hétéros), le souhait de filiation est tout autre.

 

1) En ce qui concerne les Femmes ce n’est pas difficile : Les moyens d’accéder à la fécondité sont multiples et nombreux sont les volontaires mâles doués d’empathie.

2) Pour l’Homme, en attendant que la science le fasse accéder à la maitrise de sa propre création, force est de trouver une Femme qui accepte l’enfantement.

 

Si la Gauche ne va pas jusqu’à autoriser la gestation pour compte d’autrui (avec possibilité de rémunération) le Mariage pour les couples homosexuels masculins restera, dans sa finalité, comme un Coitus interruptus.

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
30 janvier 2013 3 30 /01 /janvier /2013 08:18

Pour le moment il détourne avec habileté l’attention de l’Opinion Publique et des Médias afin de masquer les vraies questions qui posent problème : pauvreté, chômage et pouvoir d’achat. En lançant, les uns après les autres, des leurres sur des questions de société ou des interventions extérieures, il fait comme celui qui jette un os à un loup pour se mettre à l’abri des morsures.

La Gauche a reçu en héritage une dette de plus de 85% du PIB, un déficit budgétaire de près de 6% et une balance commerciale déficitaire de 70 milliards d’euros.

Situation sérieuse qui appelait des mesures de relance, autant Européennes que Nationales, visant, d’abord, à réduire le chômage. Au lieu de cela, le Président et le Premier Ministre ont augmenté les impôts et réduit le pouvoir d’achat sans, pour autant, prendre des dispositions propitiatoires à l’emploi. L’erreur fondamentale de François Hollande relève d’un artefact sur la situation des entreprises Françaises (hors CAC 40) et sur l’idée que l’on pouvait encore ponctionner le salaire des travailleurs. D’autre part il est évident que les exigences de l’Europe et les normes économiques Françaises ne s’ajustent pas. A ce titre son revirement sur le pacte de stabilité a introduit, une disjonction entre cet accord et sa politique nationale, schisme dont il ne semble tenir aucun compte. François Hollande veut brancher sa politique sur une prise dont les trous ne correspondent pas.

Loin de l’idée que l’on se faisait de lui, le Président est un kamikaze pour lequel la fermeture des usines, la pression fiscale, la baisse du déficit budgétaire dans un contexte de croissance anémique sont autant de facteurs dont la synergie permettra, croix de bois croix de fer, d’inverser la hausse de la courbe du chômage avant- fin 2013 avec un déficit budgétaire contenu à 3%. Il se moque de nous. Ses plus fidèles chevronnés laudateurs, tel Roland Cayrol, eux-mêmes, n’y croient pas.

 

Je suppose que François Hollande n’y croit plus non plus. Mais le moment venu, il compte sur la magie d’un remaniement Ministériel, (Martine Aubry ?) de sa puissance majoritaire et peut-être aussi du bénéfice d’un gain de temps suffisant pour prendre le train d’une reprise.

 C’est possible, tout va dépendre de l’exaspération populaire et de son aptitude à réagir dans la rue. Pour le moment il n’y a rien à craindre. Le peuple est passif et on voit bien en Grèce comme en Espagne que l’on peut lui faire supporter, sans broncher, jusqu’à 26% et plus de chômage. Nous avons encore de la marge… Pourtant la fracture entre l’Homme de la rue et les Politiques est flagrante. L’autisme de ces derniers a même quelque chose d’étonnant. François Hollande joue avec le feu…le sait-il ?

 

 

Repost 0
29 janvier 2013 2 29 /01 /janvier /2013 20:10

 

 

Pour le moment il détourne avec habileté l’attention de l’Opinion Publique et des Médias afin de masquer les vraies questions qui posent problème : pauvreté, chômage et pouvoir d’achat. En lançant, les uns après les autres, des leurres sur des questions de société ou des interventions extérieures, il fait comme celui qui jette un os à un loup pour se mettre à l’abri des morsures.

La Gauche a reçu en héritage une dette de plus de 85% du PIB, un déficit budgétaire de près de 6% et une balance commerciale déficitaire de 70 milliards d’euros.

Situation sérieuse qui appelait des mesures de relance, autant Européennes que Nationales, visant, d’abord, à réduire le chômage. Au lieu de cela, le Président et le Premier Ministre ont augmenté les impôts et réduit le pouvoir d’achat sans pour autant prendre des dispositions propitiatoires à l’emploi. L’erreur fondamentale de François Hollande relève d’un artefact sur la situation des entreprises Françaises (hors CAC 40) et sur l’idée que l’on pouvait encore ponctionner le salaire des travailleurs.

D’autre part il est évident que les oukases économiques Européens ne sont pas forcément Co-compatibles avec les usages sociaux enracinés en France. A ce titre son revirement sur le pacte de stabilité a introduit, une disjonction entre cet accord et sa politique nationale, schisme dont il ne semble tenir aucun compte.

 

Loin de l’idée que l’on se faisait de lui, le Président est un kamikaze pour lequel la fermeture des usines, la pression fiscale, la baisse du déficit budgétaire dans un contexte de croissance anémique sont autant de facteurs dont la synergie permettra, croix de bois croix de fer, d’inverser la hausse de la courbe du chômage avant- fin 2013 avec un déficit budgétaire contenu à 3%. Il se moque de nous. Ses plus fidèles chevronnés laudateurs,  Roland Cayrol lui-même,  n’y croient pas.

 

Je suppose que François Hollande n’y croit plus non plus. Mais le moment venu, il compte sur la magie d’un remaniement Ministériel, (Martine Aubry ?) de sa puissance majoritaire et peut-être aussi du bénéfice d’un gain de temps suffisant pour prendre le train d’une reprise.

 

C’est possible, tout va dépendre de l’exaspération populaire et de son aptitude à réagir dans la rue. Pour le moment il n’y a rien à craindre. Le peuple est passif et on voit bien en Grèce comme en Espagne que l’on peut lui faire supporter, sans broncher, jusqu’à 26% et plus de chômage. Nous avons encore de la marge... Pourtant la fracture entre l’Homme de la rue et les Politiques est flagrante. L’autisme de ces derniers a même quelque chose d’étonnant. François Hollande ne sait pas qu’il joue avec le feu.

 

 

 

 

Repost 0
29 janvier 2013 2 29 /01 /janvier /2013 10:07

on me vend la guerre au Mali comme un conte de fée lisse comme la joue (et dans le silence) d’un bébé qui dort.

Les Médias s’adaptent en fonction des régimes de leurs Pays. La Presse de Moscou est différente de celle de Londres ou de Washington et celle de Téhéran est distincte de celle de Moscou. Sans doute est-ce une des raisons pour lesquelles, si on sait tout de Florence Cassez ou de François Gabart, les Médias Français observent, sur la guerre au Mali «De Conrart le silence prudent »

 

François Hollande a engagé la guerre au Mali pour (je le cite) : «détruire ou faire prisonniers les terroristes»

La prise de Tombouctou laisse supposer que l’intervention Française touche à sa fin. Tuer les Touaregs du MNLA à Kidal serait une faute politique. Je ne crois pas que les Français iront jusque-là. Je m’étonne d’ailleurs que Paris n’ait pas assorti son aide à Bamako de l’exigence d’une solution pacifique dans l’Azawad, seule issue plausible, qui passe par une certaine autonomie de cette Région.

 

Quoiqu’il en soit l’heure du bilan est venue et pour s’en tenir strictement à l’objectif du Président de la République :

Combien de terroristes «détruits» ?

Combien de terroristes emprisonnés ? Où ?

Combien de blessés ? Soignés ? Où ?

 

Pour le moment, il semble que les Citoyens Français, qui risquent leurs Enfants et couvrent les dépenses, n’aient pas droit à ces informations. C’est une des caractéristiques de ce que j’appelle la Monocratie à la Française. Que voulez-vous, il faut bien que les Médias se plient à cela.

 

Repost 0
28 janvier 2013 1 28 /01 /janvier /2013 09:33

Ou que Harlem Désir houspille ceux qui relâchent le garde-à-vous, ils sont dans leur rôle de gardiens zélés de la République Monocratique voulue par les Français.

 

Si, dans la stricte légalité des processus Démocratiques, la volonté du Peuple instaure un régime Monocratique, nul n’aurait à y redire pourvu que ce Pouvoir respecte les règles de liberté et de justice et gouverne de bonne foi dans le respect des droits et devoirs ainsi que des opinions de chacun.

En France le système électoral répond parfaitement aux canons Démocratiques conventionnels : entre deux camps à peu près égaux, la Minorité arbitre et détermine lequel des deux blocs sera dominé. C’est un principe énoncé par Condorcet (1) souventes fois vérifié.

 

Mais ce qui vaut pour le suffrage universel n’implique pas, qu’une fois élu, le Pouvoir réponde aux critères définis par Tocqueville. Selon lui, un Régime ne peut se prévaloir d’être Démocratique que si les Pouvoirs exécutifs, législatifs et judiciaires sont indépendants les uns des autres.

En ce qui concerne la France, on voit bien que ce n’est pas le cas. De toute évidence l’Assemblée Nationale colle à toutes les décisions du Président Hollande en ayant pour seul souci, et quoiqu’il en coûte, de faire en sorte que les soixante propositions de son programme soient mises en œuvre à la cadence décidée par le Chef de l’Etat en fonction de sa volonté de les poursuivre ou de les reporter.

 

On voit bien que le Premier Ministre obéit aux ordres du Président et que l’Assemblée suit ceux du Premier Ministre. Quel mal à cela ? Sinon d’être hypocrite en prétendant le contraire. Cela ne veut pas dire que le Parlement est inutile, bien au contraire, il assume l’énorme travail de la mise en forme et procède aux réglages nécessaires par des amendements. Comme, de surcroit l’Opposition, en minorité, n’a que le droit à la parole, le seul souci de la majorité est de résister à la guerre des nerfs afin de ne pas les envoyer bouler plus que nécessaire.

 

Enfin le Pouvoir Judiciaire ne peut se dire indépendant tant qu’il a un Ministre de Tutelle dont il dépend financièrement et qui dispose d’une position hiérarchique sur les Procureurs de la République. Ce système ne peut d’ailleurs fonctionner dans la séparation des pouvoirs, il lui faut, au contraire, une solide connivence entre le Gouvernement et les Magistrats.

 

Le seul Pouvoir indépendant est celui des médias. Celui de la télé l’est-il encore ? Pour combien de temps ? Le besoin de contrôler la com. se fera de plus en plus vital si la situation se dégrade. Puis-je dire que la couverture télé de la guerre au Mali, qui pourtant se passe bien, relève déjà de la mascarade ?

Fort de cela l’Exécutif Français est armé pour diriger le Pays mais ne peut pas, honnêtement, revendiquer d’être Démocratique : C’est un Pouvoir Monocratique qui, lorsque le Roi dit «Je veux» fait répondre à la Cour «Nous voulons». Un Pouvoir où le Président peut, de jour comme de nuit, déclencher à lui seul et de son propre chef une guerre (ou un désastre nucléaire).

Mais si le Pouvoir Français n’est pas (certainement pas) «Démocratique», celui de l’ensemble du corps Politique, Président en tête reste dans une idéologie indiscutablement démocratique. C’est bien là l’essentiel.

 

 

 

 

1) Paradoxe de Condorcet. "Il faut attendre le théorème d'impossibilité d'Arrow au XXe siècle pour la démonstration que le problème n'est pas limité au vote majoritaire mais lié aux difficultés de l'agrégation des préférences. Il n'existe aucune procédure de décision collective qui puisse satisfaire quatre conditions assez raisonnables. Certains auteurs y voient un problème inhérent à la démocratie"

 

 

Repost 0

Présentation

  • : billets d'une pensee ordinaire
  • billets d'une pensee ordinaire
  • : "Les Démocraties ne peuvent pas plus se passer d'être hypocrites que les Dictatures d'être cyniques" Il n’y a qu’une Liberté : celle à se déterminer d’agir de façon morale
  • Contact

Recherche

Liens