Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 janvier 2013 5 25 /01 /janvier /2013 12:32

 

François Fillon écrit sur son blog « Quand mon Pays mène une bataille je le soutiens …..À l’heure où la France est engagée militairement, j’estime pour ma part nécessaire de laisser de côté, pour quelque temps, les joutes politiques » je n’ai rien à redire sur cette attitude parfaitement digne et responsable mais, en ce qui me concerne, je ne suis pas disposé à me taire : Autant j’approuve et je félicite le Président de la République d’avoir, par une action aérienne parfaitement préparée, conduite et ciblée, bloqué instantanément la progression des rebelles en route vers Bamako, ce qui a sauvé nombre vies et évité de terribles exactions, autant je suis dérouté par son dessein final qui est, selon sa propre expression de «détruire les terroristes».

 

D’une part le mot « détruire » qui a pour connotation d’assimiler l’être humain à un rat ou à un simple objet est pour moi insupportable pour des raisons qui touchent à l’éthique et au danger qu’il y a d’accepter, pour quelque raison que ce soit, le principe même de la «destruction » d’êtres humains.

 

D’autre part l’évidente difficulté pratique de distinguer le Djihadiste terroriste, de celui qui fait du trafic ou d’un autre simplement motivé par sa foi en Allah induit la potentialité d’erreurs. Dès lors, l’obéissance à l’objectif du Chef de l’Etat implique le risque que tout blanc plus ou moins barbu et coiffé d’un turban soit considéré comme terroriste et de ce fait détruit. C’est un crime que je ne veux en aucune façon distinguer d’un autre et pour quelques raisons que ce soit soutenir.

 

Ceci étant, Monsieur Fillon n’a sans doute pas tort d’inciter l’opposition à se taire, elle s’y exerce d’ailleurs depuis plusieurs mois avec un certain talent.

 

 

 

 

 

 

Repost 0
24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 10:32

 

«Nous n'acceptons en aucun cas l'intervention militaire au Mali qui est de nature à alimenter le conflit dans la région » a déclaré Lundi le chef de l'Etat Egyptien devant ses Pairs Arabes.

Quand on sait la vigueur du pouvoir Islamiste en Lybie, en Tunisie et bientôt en Syrie, quand on connait le projet d’inscrire la Charia dans la Constitution Egyptienne, Pays phare Africain qui compte plus de 83 millions d’âmes, quand on est conscient que 98% des Algériens sont de culte Musulman, lequel est inscrit comme Religion officielle dans leur Constitution, on se rend compte du poids que pèse, à notre porte, l’islam. Sans parler de l’influence de l’Egypte dans des pays du Moyen-Orient notamment en Palestine.

Si l’Algérie a pu juguler, au prix de sérieuses entames sur les Droits de l’Homme et près de 100.000 morts, la montée de l’Islamisme radical, les Pays des «Printemps Arabes» jonglent entre les aspirations démocratiques et l’extrémisme religieux. On comprend l’embarras dans lequel les plonge l’action militaire Française au Mali.

De ce fait, Il n’a pas fallu très longtemps pour que la France soit désavouée, mais que ce soit le Président Egyptien qui accuse la France «d’alimenter le conflit dans la région» donne une dimension particulière à cette réprobation.

Contrairement à ce que l’on pense à Paris, qui semble faire fi du contexte Arabe, ce sont des millions de Croyants intrinsèquement paisibles qui ont été piqués au vif en voyant les Français pourchasser les djihadistes au Nord du Niger, et ce, quand bien même ils désapprouvent avec force le comportement criminel de nombre d’entre eux.

Déjà des crimes intolérables ont été commis par l’armée ou des civils Maliens contre de vrais ou présumés terroristes et si cela persiste les bourreaux d’hier seront vite considérés comme les victimes de demain sans que la France ne puisse se défausser d’une certaine responsabilité.

Bref, la France n’ayant que des inconvénients à ternir sa réputation auprès des Populations Musulmanes, le Président Hollande n’a aucun intérêt à maintenir longtemps des soldats au sol pour faire le boulot à la place des Africains eux-mêmes (dont l’Algérie). Ayant fait face avec efficacité à l’urgence qu’il y avait à sauver des vies, la France a fini son boulot. A chacun de prendre ses responsabilités. Pour complaire à Bamako, sur fond d’une légitimité historique discutable de son droit au Pouvoir sur le Nord du Mali, il n’est pas souhaitable que chaque djihadiste liquidé suscite la vocation de deux autres dans des Pays Arabes dont l’assise politique est encore instable.

 

 

 

Repost 0
22 janvier 2013 2 22 /01 /janvier /2013 09:58

Rien à dire sur la nécessité d’une intervention militaire rapide au sud Mali, mais quid de l’objectif final ? C’est là que le bât blesse. On retrouve un Président Hollande qui ne dit pas, de manière précise (pourvu qu’il le sache) où il va :

 

1) la France fait-elle de la chasse aux «terroristes » sa priorité ? Vat-elle les traquer et les poursuivre où qu’ils aillent ?

 

2) Veut-elle, tout simplement, rétablir le Pouvoir de Bamako sur l’ensemble du Mali et soumettre à ce Pouvoir tous les Peuples de l’Azawad afin de sauvegarder les frontières tracées arbitrairement par les Français au temps des colonies. ? Dans ce cas, la France assistera-t-elle le gouvernement Malien autant de temps que nécessaire pour qu’il acquière stabilité politique, structures administratives et forces militaires suffisantes ?

 

Autres questions : Qui va payer l’opération militaire et les indispensables actions Humanitaires et de reconstruction? Qui va pourvoir aux investissements nécessaires pour sortir ce Pays d’une pauvreté qui est cause de désordre et d’impuissance politique ?

Voilà, entre autres, des questions, auxquelles le Peuple Français obtiendrait des réponses s’il était dans un Monde Anglo-Saxon… Ici, la pseudo raison de guerre fait de l’omerta une décence patriotique. Toute question est suspecte de visée politique mal intentionnée et les médias observent, vis-à-vis, de l’Etat une pudeur déontologique de bon aloi

 

Repost 0
19 janvier 2013 6 19 /01 /janvier /2013 10:13

 

François Hollande a récemment assuré la Justice de son indéfectible soutien tout en fustigeant ceux qui se sont permis ou se permettent encore de critiquer en quoi que ce soit ses défaillances, ce  bien que de nombreux exemples montrent que selon que l’on soit puissant ou misérable les jugements de cour nous rendent blanc ou noir. En voici un :

 

Alors que l’ouvrier dans sa petite voiture peut perdre son permis pour un oubli de ceinture de sécurité, un coup de téléphone et quelques dépassements de vitesse à 54 kmh au lieu de 50, Un chef d'entreprise de 40 ans, à qui il était reproché 94 (quatre-vingt-quatorze) excès de vitesse, dont plusieurs dizaines de grands très grands excès, a été relaxé vendredi par le tribunal correctionnel de Versailles.

Parce qu’il est riche cet homme roule impunément dans sa BMV X6 immatriculée au Luxembourg à des vitesses folles qui mettent la vie d’autrui en danger. (180kmh et même 235 kmh sur des portions limitées à 70)

Le tribunal l’a relaxé parce que grâce à son compte en banque bien garni (au Luxembourg ?) Il a pu s’assurer les services d’un très habile avocat.

 

Si en dehors, du fatras juridique, un Tribunal n’a pas pour mission première de protéger l’innocent à quoi sert-il ? Faut-il donner à cet homme, parce qu’il est riche le permis de tuer ? N’en déplaise au Président Hollande et à Mme Taubira ce genre de Justice, leur Justice puisqu’ils l’adoubent, me fait vomir.

 

Repost 0
16 janvier 2013 3 16 /01 /janvier /2013 10:00

 

Sinon, comment expliquer que 3000 barbares puissent asservir et terroriser un Peuple de 15 millions d’âmes ? La raison tient en un mot : Pauvreté. Ce Pays, deux fois plus grand que la France n’a, par manque de ressources, ni Pouvoir Politique fort et stable, ni Administration conséquente, ni Armée efficace. C’est à cela qu’il faut remédier et François Hollande dit agir dans ce sens. La question est de savoir ce que cela va coûter à la France sur le plan sonnant et trébuchant mais aussi sur le plan du risque d’ingérence, tout en sachant qu’il s’agit d’une bonne œuvre puisque, en retour, nous n’avons rien à attendre du Mali.

 

Le Président Hollande est très clair sur ses intentions :

 

1) Tuer ou mettre hors d’état de nuire dans des camps de concentration tous les rebelles. Sous réserve que cela soit possible, quel en sera le coût global et notamment celui de la France ?

 

2) Doter le Mali de ressources économiques et énergétiques suffisantes pour lui assurer un fonctionnement démocratique, économique et social, au minimal, suffisant pour lui assurer paix et sécurité. Combien de temps ? Quel est le coût ? Pour l’Afrique, l’Europe et surtout la France.

 

Questions subsidiaires : Que va penser la Gauche de la mise en œuvre d’un «Guantanamo» version deux ? Que va penser le «Marché» de ce nouveau très lourd tribut que va supporter la France ? En bref : Suite à la position du Président Hollande, quel sera l’impact de sa décision sur l’économie Française ?

 

Repost 0
14 janvier 2013 1 14 /01 /janvier /2013 08:38

Même si l’Homme est un sujet à part, remodelé par lui-même, la science et la société, il reste, avant tout, un produit de la nature, comme les arbres et les animaux. Les idées hédonistes, notamment celles de Gauche, l’émancipent peu à peu des contraintes de la nature mais elles ne peuvent le soustraire à la dégénérescence de la vieillesse et à la défaite de la mort. En ce sens, seule l’utopie Religieuse fait acte de rébellion.

 

La nature, qui assure sa propre pérennité par cycles successifs de naissances et de morts, fait de la procréation la Loi qui assure la survie des espèces, ainsi que leur principale raison d’existences, Loi à laquelle l’Homme n’échappe pas. Toujours selon la nature, c’est l’accouplement de l’Homme et la Femme (rencontre entre le sperme et l’ovule) qui conditionne la naissance d’un nouveau spécimen. Pour ce faire, l’amour, le désir, le plaisir sont autant de médians affectifs destinés à provoquer la copulation. Les couples de même sexe sont très exactement semblables aux autres y compris dans l’amour, le désir, le plaisir, mais sont exclus de la possibilité de procréer. Même pour ceux qui ne désirent pas d’enfant, le principe même de cette incapacité engendre un sentiment de frustration et d’injustice dont certains, par une sorte de transfert, rendent la société responsable de ce qui est, en fait, du ressort de la nature.

 

Le mariage des homosexuels serait, en soi, au nom de la justice et de l’égalité, parfaitement justifié, si l’impossibilité de procréer n’ouvrait la porte à une suite de demandes concernant les enfants et les diverses manières de s’en procurer. L’adoption pose déjà le problème de l’être en tant que «chose» que l’on peut choisir selon son propre penchant, choix duquel l’enfant, en tant qu’objet plutôt que sujet, se trouve exclu.

 

Plus la science avance dans les techniques de la procréation, plus le besoin du droit d’avoir des enfants se fait pressant pour les couples homosexuels, plus se justifie le besoin de recherche scientifique . La «fabrication» des cellules souches, puis le développement artificiel de l’embryon et du fœtus humain ne sont, désormais, qu’une question de temps. Dès lors, comme pour toutes les «choses» produites par l’homme, celui-ci n’aura de cesse de tenter de les améliorer par des pratiques sélectives.

Pour autant, peut-on affirmer que, sans cela, la marche vers cette forme d’eugénisme qui est la maitrise par les Humains de leur propre création n’aura pas lieu ? Rien de moins sûr, et quand on voit le comportement de certains Hommes, purs produits de la nature, on peut se demander si c’est un mal ou un bien.

 

A mon sens, l’erreur (affectée ?) de François Hollande et des Socialistes est de considérer le mariage homosexuel comme un acte banal de justice sociale alors qu’il touche directement aux consciences. Si celles des agnostiques, athées ou laïcs relèvent de la souplesse plastique, les Religieuses reprennent, dès qu’on les touche, une rigueur d’acier…. Jusqu’à présent, en France, les Religions monothéistes sont de l’ordre du « statique » (1) qui attache l’homme à la vie et l’individu à la société. Cette conception permet de fondre le côté «sacré» du Religieux dans l’ordre républicain laïc. Or le mariage entre homosexuels porte un rude coup à l’aspect tabou de ce «sacrement» qui, aillant pour objet de donner la vie, rejoint Dieu par l’acte de création. En ce sens il peut réveiller des envies de Religion «dynamique » qui, elle, atteint quelque chose d’inaccessible, très loin du commun social. Sous son aspect anodin de justice élémentaire, le mariage pour tous risque de rallumer le feu dans bien des consciences.

 

 

1) Bergson

 

 

 

 

Repost 0
11 janvier 2013 5 11 /01 /janvier /2013 08:49

François Hollande a prévu un accord «historique» entre les Partenaires Sociaux, lequel va déboucher, s’il débouche, sur des effets d’annonce politiques sans grand impact sur la compétitivité industrielle de la France.

Voici, en ce qui reflète assez bien le point de vue du Patronat, ce que dit Maurice Lévy :

«Tout le monde le sait, les politiques de droite comme de gauche: la France connaît depuis des décennies des problèmes structurels. Elle est entravée par plusieurs boulets. Il y a d'abord notre système économique et social, très en retard au regard de nombreux pays, dont l'Allemagne: la France, qui ne vit pas en autarcie, mais dans un monde ouvert, continuera d'en payer le prix tant qu'elle n'aura pas assumé des réformes de fond et réglé la question des 35 heures. S'ajoute à cela un fatras de législations qui corsettent et handicapent les petites et moyennes entreprises, tout comme les investisseurs étrangers, lesquels réclament avec raison plus de flexibilité et de fluidité pour investir. Enfin, inquiets quant à leur avenir, nos concitoyens sont profondément déprimés et ils le disent. Or l'économie est avant tout une affaire de confiance.»

 

Les Syndicats sont divisées sur le bien-fondé de cette analyse, et, à en croire Bernard Thibault, il est de leur devoir de faire avancer l’accord vers un contrat social au bénéfice du personnel. Moins de précarité de l’emploi, meilleures rémunérations et conditions de travail, bref, plus d’argent aux travailleurs et moins aux actionnaires….

 

Jusqu’à l’arrivée au pouvoir de François Hollande, dont la politique, dite social-démocrate, se caractérise par des compromis entre chèvre et chou, la Gauche et notamment les Socialistes, ont dénoncé les raisons avancées par la Droite sur les prétendues déficiences de la compétitivité Française. Pour ce faire ils ont souvent pris en exemple la Suède, en tant que paradis conciliant harmonieusement l’avancée sociale et le succès industriel.

Dans les faits, la réalité vient contredire cette utopie, ainsi que le démontre les péripéties d’un des plus beaux fleurons de l’industrie Suédoise.

 

En latin « Volvo » veut dire « Je Roule », nom de bon augure pour une fabrique d’automobiles fondée en Suède dès 1927.

Comme on le sait le personnel Suédois bénéficie d’avantages sociaux et d’excellents salaires dont ils reversent, sous forme d’impôts, une bonne partie à l’état. Ceci étant, et malgré la qualité du produit, le prix de revient des voitures et les contraintes de la concurrence, ont peu à peu mis les comptes dans le rouge.

En 1999 le groupe Volvo AB cède sa branche auto à Ford pour 6.5 milliards de $, lequel devant de nouveaux déficits fût très heureux de la recéder en 2010 pour seulement 1.8 milliards $ au Chinois Geely.

Alors que tout le monde s’attendait à un « pompage » technologique et un transfert en Chine, la production est restée en Suède comme par le passé.

Les mêmes causes produisant les mêmes effets, Volvo-Geely s’est, récemment, quasiment retrouvé en cessation de paiement. Mais la Chine est venue immédiatement à son secours en abondant des fonds considérables par l’intermédiaire d’une Banque qui est, en fait, l’état Chinois. C’est ainsi que les richesses produites par des travailleurs sous-payés en Chine, viennent compenser les pertes dues aux hauts coûts de production des Suédois. Mais quid des lourdes pertes de Peugeot en France ?

 

Il semblerait que dans sa pensée profonde, notre Gouvernement, plutôt que d’essayer d’ajuster, à grand mal, notre compétitivité au marché, préfère rechercher dans celui-ci des créneaux à haut potentiel de valeur ajoutée correspondant à nos prix de revient élevés.

 

Une étude sur la nature de la demande mondiale en 2022, par pays et par secteur, réalisée conjointement par la direction du Trésor, le Centre d'études prospectives et d'informations internationales (Cepii) et le réseau d'export Ubifrance a été dévoilée lundi 3 décembre 2012. Selon l'enquête, l'électronique, l'automobile, la chimie, les machines et l'agroalimentaire resteront les secteurs les plus porteurs en 2022 (plus de 900milliards d'euros chacun), devant le textile (800 milliards) et la santé (650 milliards).

"La France n'étant pas armée pour lutter sur tous ces marchés" (sic) « Le rôle de l'Etat stratège est de faire des choix, et c'est mon travail», a martelé Nicole Bricq. Quatre secteurs ont donc été identifiés comme stratégiques : l’agroalimentaire, la santé, les technologies de communications et la vie durable (Chouette, on va plus mourir !)

En attendant que notre élitisme s’avère payant et du fait «que la France n’est pas armée pour lutter », Mme Bricq, qui n’envisage plus d’avenir pérenne pour l’automobile Française, devrait, dans l’immédiat, penser au personnel de Peugeot et prendre l’attache des Chinois.

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
9 janvier 2013 3 09 /01 /janvier /2013 13:52

 

 Dans un Pays ou deux membres d’un même gouvernement peuvent, sans problème, donner des signaux diamétralement opposés, pourvu qu’ils servent tous deux, en dépit de la cohérence, l’idéologie définie par le «Maitre » Présidentiel (1), le Citoyen se doit de prendre le relais d’un minimum de logique.

Pour ce faire distinguons le «Peut-il » du «Doit-il »….

 

--Jérôme Cahuzac «peut-il » rester Ministre ?

La réponse est OUI !

 

1) Il a solennellement affirmé devant l’Assemblée Nationale qu’il n’avait pas et n’avais jamais eu de compte dans une Banque Suisse.

2) Les éléments sur lesquels s’appuie Médiapart sont, au moins jusqu’à présent, sujets à caution.

3) En entendant les résultats de l’enquête préliminaire diligentée par la Justice M. Cahuzac est, de fait et de droit, formellement innocent des accusations de Médiapart.

 

Il serait d’ailleurs utile, que dis-je fondamental, que Politiques (honte aussi à la Gauche), Journalistes et Citoyens reprennent un peu de sens moral, ainsi que d’intelligence, en évitant de scier les branches des principes sur lesquels ils se sont assis. Au-delà des envies compulsives de détruire par n’importe quel moyen son adversaire, il faut considérer la morale non pas comme vertu, mais comme nécessité pour le vivre ensemble A partir du moment où une simple accusation (autre que celle de Justice) désigne comme coupable (ou même seulement possible coupable) un individu, on retombe dans l’arbitraire de l’affaire Callas et les Lumières qui s’éteignent font place à l’obscurité.

 

--Jérôme Cahuzac « Doit-il » rester Ministre ?

 

M. Cahuzac est-il un bon Ministre ? Est-il opportun de faire un remaniement Ministériel ?... Autant de réponses qui n’appartiennent qu’au Président et au Premier Ministre. De là à cette «omerta» à la sortie du Conseil des Ministres ou pire encore à ce dédaigneux «circulez y a rien à voir » de Mme Lebranchu, il y a un espace de courtoise et loyale information publique qu’il est prudent de mépriser en dictature mais de respecter en démocratie.

 

 

1) Que le Ministre de l’Education Nationale trouve naturel que Mme Vallaud Belkacem fasse du prosélytisme homophile dans une classe de l’Enseignement Public puis dénonce le principe même de ce genre de débat dans le « Privé» sert la volonté du Président mais relève d’un abus dogmatique parfaitement contraire à l’esprit Républicain.

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
6 janvier 2013 7 06 /01 /janvier /2013 10:44

 

La « Crise » dont on nous rebat les oreilles en tant que prétexte à toutes sortes de difficultés, est un terme impropre pour désigner les phénomènes que nous connaissons aujourd’hui. Cela relève d’un paralogisme commode et délibéré de la part des « Politiques » qui savent bien que la « Crise », (définie comme état provisoire dans l’attente d’un retour au « Normal », si cher à qui l’on sait) est un terme de pure illusion dans un Monde en mutation où ce qui fut ne sera plus jamais pareil.

 

Le Président Hollande croit-il ou fait-il semblant de croire, que le chômage va aller vers un retour à la « normale » dès la fin de 2013 par la magie d’une reprise de la croissance Mondiale balayant d’un coup les boulets structurels que traine la France et dont elle est incapable de se libérer ? En 2007, au début de la débâcle des subprimes et de l’avènement d’Obama l’endettement des USA était de 65% de son PIB, il frôle aujourd’hui, avec 16 mille milliards de $, les 110 %. Et ce n’est pas fini, puisque le plafond de la dette, une nouvelle fois relevé, fera des Américains les principaux profiteurs de l’épargne mondiale, manne que nous remplaçons en France par l’impôt. Comment François Hollande peut-il expliquer que ce qu’il (la dette) considère ici comme un mal, devient, en Amérique, un bien qui, par son augmentation insensée, relancera la croissance Mondiale dès fin 2013 ?

 

En vérité, dans bien des domaines, moraux (1), sociaux, économiques (2), politiques, culturels, écologiques, techniques, scientifiques, nous assistons, plutôt qu’à une crise passagère, à une évolution Mondiale durable, sorte de mutation dont la plus évidente tient au principe des vases communicants qui vide les Pays riches au profit de plus pauvres, lesquels montent en puissance.

 

L’erreur Française tient à une sorte de sclérose intellectuelle et politique qui nous renvoie à la société de Mendes France, dont François Hollande rabâche le modèle, ainsi qu’à des visions veillottes et nostalgiques qui nourrissent le ferme espoir de revenir au passé. Notre principal défaut est d’être vieux.

 

 

 

 

1) Quand vers 1792 la Révolution Française a institué le mariage civil, c’était pour faire pièce au mariage religieux. Il n’était alors question que de couple homme et femme fondant famille. Quelle évolution depuis…

2) La principale cause des déboires de Virgin est de n’avoir pas vu l’évolution des systèmes de vente dus à Internet. De même, alors que la baisse de consommation des carburants rend les raffineries sur-capacitaires comment le Président peut-il dire à Pétroplus que le Gouvernement « fera son devoir » en trouvant un repreneur crédible. Où est le « devoir » de l’état ? D’augmenter la production des raffineries ou de diminuer les émissions de CO2 ?

 

Repost 0
2 janvier 2013 3 02 /01 /janvier /2013 08:41

 

Mme Najat Vallaud Belkacem veut lancer une «concertation» pour «éviter» les messages racistes, antisémites et homophobes. En clair, elle désire interdire sur les réseaux sociaux l’expression d’un certain nombre de propos qui ne sont pas conformes aux canons de bienséance et d’humanisme de la Gauche. Est-ce de cela dont parlait Baudelaire quand il ne voulait pas faire son ami d’un Homme qui aurait un prix de vertu par crainte qu’il ne devienne un tyran implacable ?

 

--- L’article 11 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 stipule : «La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'Homme: tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre à l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi»

 

--- La Constitution de 1958 confirme : «Le peuple français proclame solennellement son attachement aux Droits de l'homme et aux principes de la souveraineté nationale tels qu'ils ont été définis par la Déclaration de 1789, confirmée et complétée par le préambule de la Constitution de 1946».

 

---La Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948, reprend ce thème, pour dire dans son article19 : «Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le Droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit » Mais la Déclaration précise aussitôt :

«1. L'individu a des devoirs envers la communauté dans laquelle seul le libre et plein développement de sa personnalité est possible.

2. Dans l'exercice de ses droits et dans la jouissance de ses libertés, chacun n'est soumis qu'aux limitations établies par la loi exclusivement en vue d'assurer la reconnaissance et le respect des droits et libertés d'autrui et afin de satisfaire aux justes exigences de la morale, de l'ordre public et du bien-être général dans une société démocratique.»

 

De tout cela, il ressort clairement que seule la Justice peut, en fonction de la Loi, décider ou non de la «Faute» locutive, laquelle, contrairement à ce que sous entendent les associations humanistes ne se limite pas aux propos racistes, antisémites et homophobes. Quand le «Pouvoir» essaie de faire pression pour empêcher un propos (de quelque nature qu’il soit) en se substituant en amont à la Justice, il ouvre la porte à un processus antidémocratique dangereux.

 

----Pour Kant, la liberté d'expression conditionne entièrement la liberté de pensée : « Certes, on dit : la liberté de parler, ou d'écrire peut nous être retirée par un pouvoir supérieur mais absolument pas celle de penser» C’est donc dans la pensée elle-même que se cache le ver qui gâte le fruit. Un défaut d’éducation et les mauvais exemples d’une société en quête de béquilles, le chômage, la pauvreté, autant de facteurs corruptifs de la conscience que l’on devrait s’efforcer de combattre plutôt que d’envisager la censure. Ne s’opposer qu’à l’expression fait courir le risque d’un effet pervers qui renforce le ressentiment et la haine. Dans ce Monde ouvert, la contrainte est d’un autre âge et s’il est vrai que la Justice par sa lenteur est mal adaptée à une modernité qui va de plus en plus vite, ce n’est pas une raison pour pallier ce défaut par des mesures contraires au respect de la Constitution et de valeurs qui ont fondé la République. Il faudrait, sur ce sujet, une évolution de la Justice et, plutôt que d’empiler des lois, faire en sorte que chacun ressente profondément que la seule vraie liberté consiste à se déterminer de façon morale.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0

Présentation

  • : billets d'une pensee ordinaire
  • billets d'une pensee ordinaire
  • : "Les Démocraties ne peuvent pas plus se passer d'être hypocrites que les Dictatures d'être cyniques" Il n’y a qu’une Liberté : celle à se déterminer d’agir de façon morale
  • Contact

Recherche

Liens