Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 mai 2013 4 23 /05 /mai /2013 14:01

Par cette formule François Hollande, très clair sur la nécessité de faire,  reste évasif  quant au moment opportun. Nous saurons, sans doute,  dès  novembre ou décembre si la « boite à outils »  de notre Monarque  Républicain,  (en CDD pour cinq ans renouvelable)   a permis  d’inverser la courbe du chômage. C’est, en tous cas,  l’assurance que nous en a donné, encore ce matin,  son Ministre Michel Sapin. Nous verrons également où en est la croissance, le déficit budgétaire et la dette….

En ce qui concerne l’Europe,  les périodes  post électorales  permettront de mieux définir le cadre et le genre des relations qui pourront s’instaurer avec les Allemands  et plus précisément connaitre leur position sur la possibilité de  mutualiser les dettes  et d’en faire racheter une partie par la BCE comme le font, par leurs banques respectives,  Américains et Japonais.

Seule solution, à mon sens,  pour pallier  nos charges abusives en matière de  gestions  politiques  et dépenses excessives à tous les niveaux des services de l’Etat.  

Bref, c’est bientôt la période des vacances,   profitons en   joyeusement et veillons à ne  pas trop nous restreindre  car dépenser plus (si possible en travaillant moins)  est devenu un devoir  citoyen.

 

 

Repost 0
23 mai 2013 4 23 /05 /mai /2013 13:57
Repost 0
gerard pendaries
commenter cet article
18 mai 2013 6 18 /05 /mai /2013 10:06
Repost 0
gerard pendaries
commenter cet article
18 mai 2013 6 18 /05 /mai /2013 09:57
Repost 0
gerard pendaries
commenter cet article
17 mai 2013 5 17 /05 /mai /2013 10:28

Suite à la conférence de presse du Président de la République j’ai vu à « C dans l’Air » des élites politiques participantes suffisamment  séduites et j’ai entendu les ténors socialistes exprimer leur enthousiasme. Qu’en sera-t-il de l’opinion publique ?  C’est, à vrai dire,  de peu d’importance  puisque François Hollande trace sa route sans  en tenir compte. Il appuie  sa persévérance  sur le Droit quasi monarchique que lui octroie la Constitution ainsi que sur  la Force publique  capable, à l’extrême, de contenir des manifestations.

François Hollande focalise sa campagne sur  la nécessité d’une  gouvernance Européenne, reculant  du même coup les perspectives  du  pouvoir socialiste après 2017.  D’où la ferveur des élus de gauche qui voient leurs craintes  d’être battus  diluées  dans le temps.  Bien que l’horizon  soit  une chimère qui recule au fur et à mesure que l’on essaie de l’atteindre,  c’est,  surtout en politique, une réalité qui génère l’espoir et les suffrages.

Le second point concerne la gouvernance intérieure à court et moyen terme qui doit  aboutir à faire franchir l’obstacle des  élections de 2017.  Il compte, pour cela, sur sa « Boite à Outils » et, surtout,  sur une relance économique  européenne et mondiale dès  2015.

En ce qui concerne l’Europe le Président s’appuie sur  le constat  qu’une monnaie unique ne peut s’imposer à des  pays  dissemblables  que dans  un minimum d’harmonies  fiscales, sociales  et économiques. D’où l’idée d’un Gouvernement Economique Européen qui est une variante frileuse mais cohérente  de  la proposition fédéraliste Allemande qui fut, en son temps, refusée par les  socialistes.

Nécessité faisant loi,  la vision  Européenne du Président Hollande a toutes les chances  d’être suivie  par les  dix-sept de  la zone euro. Mais  la difficulté à mettre tout le monde d’accord,  jointe à la lenteur de la méthode Hollande,  ne pourra rendre opérationnelle cette gouvernance européenne avant plusieurs années. Dans l’immédiat la récession est préoccupante et on ne voit pas par quels moyens  l’harmonisation sociale, (par le haut)  dont parle le Chef de l’Etat  pourrait se faire sans que la BCE, comme  la FED aux Etats-Unis ou la BOJ au Japon, ne fasse marcher la planche à billets.

Il ressort clairement de  cette conférence de presse que François Hollande  manœuvre dans  le cadre d’une gouvernance de la France sur dix ans. Le deuxième quinquennat étant celui  de la récolte, il s’agit pour lui, pendant le premier,  de louvoyer  et de tenir  en fonction des vents plus ou moins contraires. Sachant que la Constitution de la Cinquième République lui permet  d’étaler  les remous politiques et sociaux, il est  persuadé que, quoiqu’il en soit,  ils ne peuvent entraver son action. Action qu’il revendique, n’en déplaise au Front de Gauche,  comme hautement socialiste.  

« Un jour, des choix et des aménagements auront à être faits » a dit François Hollande.  Ce jour  n’est pas pour aujourd’hui  et en l’attendant  les  français en difficulté  devront s’armer de patience. 

Faute d’être  un Chef  pressé  de  réduire les problèmes, François Hollande n’en est pas moins très malin… En ce qu’il a, aussi, son Bernardo, il serait un parfait Zorro  s’il ne lui manquait  Tornado….

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
16 mai 2013 4 16 /05 /mai /2013 20:38
Repost 0
gerard pendaries
commenter cet article
16 mai 2013 4 16 /05 /mai /2013 09:31
Repost 0
gerard pendaries
commenter cet article
15 mai 2013 3 15 /05 /mai /2013 19:12

Après que les Français aient voté pour des promesses propres à accroitre les déjà bien réelles difficultés du Pays ; après que le Président ait cru bon, dès le début de son quinquennat, de tenir une partie de ses promesses tout en reniant la seule  qui lui aurait (peut-être)  permis une certaine cohérence(1),   voilà que la France entre en récession.

A cela François Hollande répond : « Un jour des choix et aménagements  auront à être faits » (2)

Il y a, en ce qui me concerne,  un mystère Hollande   dont  je me demande si  la clef  ne se trouve pas, quelque part,  dans le labyrinthe  psychologique du Personnage.

D’abord la procrastination : « Un jour… » L’opposition entre la réalité du présent  et le report dans le futur  des mesures à prendre.  Comme si le temps, en tant que facteur agissant,  remodelait chaque jour les données du problème  et redéfinissait, par cela même, la teneur  des solutions idoines… Ceci n’est pas faux mais remet sine die les décisions à prendre : Ô, cercle vicieux de l’intelligence…

Mais ce qui me frappe le plus c’est l’opposition ambiguë entre  « être et  « avoir » : « Auront à être faits »  laquelle, selon moi, explique  le flou  des positions  Présidentielles  qui déconcerte tant  l’opinion publique.

Dans son livre « Avoir ou   Être » (3)Eric Fromm  développe de façon magistrale  les définitions, les significations et  les  contradictions  entre ces deux verbes  dont  l’emploi  relève  souvent de l’inconscient du vocabulaire de la conscience.

Je ne retiendrai ici que  le chapitre  qui  distingue  l’être en tant que présent et l’avoir en tant qu’avenir : « Le mode de l'être n'existe que dans  ‘’ici et maintenant’’ Le mode de l'avoir n'existe que dans le temps : le passé, le présent et l'avenir »

En bref : « Un jour des choix et aménagements  auront à être faits » est une phrase qui caractérise la personnalité de François Hollande et explique  sa grande difficulté à prendre des décisions  immédiates par la raison  même qu’elles ne seront pas forcement raccord  à cause de l’évolution  modelée par le temps.    La France n’est pas sortie de l’auberge……

 

 

 

La renégociation  du pacte de stabilité : Réduire  le déficit budgétaire non pas sur  un an ni deux mais 10ans.

Interview Paris Match

Chez Robert Laffont

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2)Paris match

Repost 0
14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 08:45

85 milliards de dollars chaque mois…La FED grâce à sa planche à billets soutient le chômage et la croissance américaine ….Que fait la BCE ? La pression de la France, de l’Italie et des Peuples Sud-Européens est de plus en plus forte pour qu’elle stimule l’économie en  rachetant  des dettes et  en lâchant  des liquidités…L’Allemagne renâcle.

Curieusement elle trouve en Ben  Bernanke  un nouvel allié : Le Président de la Fed (instigateur du système à la Madoff )    assurait hier  que  mille milliards de dollars par  an «n'augmente pas vraiment l'effort de stimulation de la Fed »  mais  récemment  sa  position a radicalement changé : il ne cache plus ses inquiétudes  et n’exclue pas  des  risques de bulles financières… Sans blague ?  

Repost 0
12 mai 2013 7 12 /05 /mai /2013 08:13
Repost 0
gerard pendaries
commenter cet article

Présentation

  • : billets d'une pensee ordinaire
  • billets d'une pensee ordinaire
  • : "Les Démocraties ne peuvent pas plus se passer d'être hypocrites que les Dictatures d'être cyniques" Il n’y a qu’une Liberté : celle à se déterminer d’agir de façon morale
  • Contact

Recherche

Liens