Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 mars 2013 5 22 /03 /mars /2013 08:48
Repost 0
Gérard Pendariès
commenter cet article
20 mars 2013 3 20 /03 /mars /2013 20:26

Sur fond d’odeurs  gazières du coté de Chypre la maladresse Européenne  continuera –t-elle à sévir  jusqu’à  plonger dans le marasme ceux-là  mêmes  qui pourraient doter l’Union  de l’énergie fossile dont elle est  dépendante ?

Autrement dit,  par mégotage de quelques milliards,  l’Europe va-t-elle laisser  aux  Russes  (sans parler des Turcs) la manne  inestimable  qui git en offshore  dans les eaux Chypriotes ?

L’Europe va-t-elle, enfin, prendre conscience qu’elle est (encore) la première puissance économique Mondiale  et cesser de raisonner comme un boutiquier ?  Va-t-elle comprendre  que ce n’est pas l’argent qui lui manque mais les ressources  en  matières premières et en  énergie ?

De cette nébuleuse  ( Zone Euro, Eurogroup,  Ecofin,  Bce……), de cette  assemblée  de doges multicartes et multinationaux  (à laquelle il faut ajouter le Fmi)  ressort un  sempiternel consensus  qui fait demander  en priorité aux classes  moyennes et ouvrières de se serrer la ceinture au nom de l’orthodoxie monétaire  dévolue à Saint Euro.  Le point d’orgue consistant à faire  carrément  un hold-up  sur les comptes bancaires.

Alors qu’il y a tant à faire : (coordinations  sociales, fiscales,  industrielles, écologistes, militaires…),

Oui, tant à faire pour réduire les frais de fonctionnement Européens,  créer une hiérarchie lisible, simplifier le fatras administratif et avoir une Politique étrangère commune, cette machine, à la pointe du progrès international,  fabrique à qui mieux mieux  récession, chômage et pauvreté.

J’ai vu  l’émotion de M. Cazeneuve  à l’idée d’apporter  (au nom du redressement justifié par les gabegies  précédentes des Français)  sa propre contribution à cette œuvre immense et salutaire.

Le chômage plutôt que la dette, même à rien pour cent : Quelle bêtise !

 

 

 

 

 

 

Repost 0
19 mars 2013 2 19 /03 /mars /2013 20:28

Favorable à  la liberté individuelle, à  la séparation de l’Église et de l'État, à l'égalité des genres, au droit au divorce, à  la décriminalisation des rapports homosexuels, à l'abolition de l'esclavage, à l'abolition de la peine de mort,  la philosophie de  Jeremy  Bentham se résume par la formule « Le plus grand bonheur du  plus grand nombre »

Je ne sais pas si le journaliste Gérard Leclerc souscrit à cette idée.  En tant qu’homme d’intelligence et d’humanité je pense que oui.

Mais son erreur consiste à croire que, plutôt d’orienter  éperdument  sa politique  à la création de richesses, le gouvernement s’acharne à  les réduire, y compris par la diminution  de la dette et le rabotage des prestations sociales.

   l’Etat devrait réorganiser, rentabiliser, économiser, simplifier  mais investir, il se contente   d’amputer….faisant de l’Europe un Pays de culs de jatte   comme en Grèce, en Espagne ou en Italie.

M. Leclerc pourrait se féliciter  que notre déficit budgétaire revienne à l’équilibre (vœu pieu non encore réalisé)  sauf  si cela apporte le chômage et  le plus grand malheur du plus grand nombre. C’est exactement ce que craignent une majorité de Français.

 

Repost 0
19 mars 2013 2 19 /03 /mars /2013 14:09
Repost 0
Gérard Pendariès
commenter cet article
16 mars 2013 6 16 /03 /mars /2013 16:20

François Hollande et les Socialistes comptent sur l’Europe  pour relancer la croissance. En attendant, après bientôt un an de pouvoir et  sous l’œil insoucieux  des élites,  la France s’enfonce dans le chômage et la pauvreté.  Inutile de revenir sur les raisons. On les rabâche. Les solutions on les connait. Mais plutôt que de refonder le code des impôts : simplification, équilibre, justice, compétitivité ; Plutôt que d’instaurer une TVA subtile qui avantage nos productions ; Plutôt que d’alléger  nos structures  (y compris politiques) et nos administrations (idem pour l’éducation), les mois écoulés ont été employés à un flot de mesures de portées nulles ou secondaires pour l’économie mais  dont les intentions politiques sont évidentes. (La dernière dans l’ordre des urgences,  consistant  à redécouper  les circonscriptions  à des fins plus ou moins électorales).

A voir cette Démocratie aller  comme une Monarchie je m’étonne. J’ai du mal à comprendre  pourquoi les Députés  qui sont, comme le Président de la République, d’authentiques  élus du Peuple,  fonctionnent selon un schéma militaire,  le petit doigt sur la couture du pantalon.  Ainsi le choix des  sujets, des matières  et des rythmes  décidés par le Monarque sont repris par le Gouvernement puis adoubés avec quelques retouches, dans l’ordre, par le Parlement. J’ai du mal à comprendre pourquoi les Députés  obéissent servilement à leurs partis ou  à des Ministres simplement nommés au lieu de donner la prérogative  à ceux qui les élisent et qui les payent.

En fait : La Cinquième République est une sorte de Démocratie Monarchique où le Parlement n’a de pouvoir qu’en cas de  cohabitation.  

Or, si l’ordre des priorités n’est pas rétabli, si des mesures concrètes et appropriées ne sont pas rapidement prises, il y a fort à parier  qu’après 2013,  2014 sera  annus horribilis.

Alors, si la BCE n’abonde pas en liquidités  une croissance factice, si, comme je le pense, le Président Hollande continue à  louvoyer, qui va prendre les mesures pour relancer la croissance par la compétitivité ?  Qui va endiguer le chômage et la pauvreté ?  Soyons  rassurés  : L’Europe ne pourrait pas se passer de la France.

Repost 0
14 mars 2013 4 14 /03 /mars /2013 20:13

Comment expliquer  l’extraordinaire retentissement que suscite la nomination d’un nouveau Pape auprès des Peuples du monde entier ?  Comment  distinguer la part de ferveur  religieuse de celle d’une sorte d’obédience instinctive à un Monarque, qui frappe aussi les athées ? Comment   reconnaitre ce qui est de pure «com.»,  qui, sous couvert d’information,   gâte de plus en plus  le fruit du vrai journalisme ?

Le «vrai» journalisme est  difficile : il demande des connaissances, des recherches et s’appuie sur des faits.  Celui de la presse, parfois enrichissant  et  même captivant,  reste relativement  fiable.

La «télé»,   au contraire,  ouvre la porte à toutes les impostures.  Du matraquage informatif dont certaines chaines se font une spécialité,  au marchandising  politique,  le spectateur,  au vu du défilé rapide des images, distingue mal  le vrai du faux.

Les meilleures émissions ne font pas exception : Je me souviens de l’une d’elles  qui avait pour titre   «Des Paroles et des Actes ». Ce soir-là, les journalistes recevaient conjointement le Président Sarkozy et le Candidat Hollande, lequel  a subtilement utilisé  le titre de l’émission  pour vendre pour des actes ce qui n’était encore que des paroles :

« Je renégocierais le traité européen » 

« Je ramènerai le déficit budgétaire à 3% en 2013 »

« Je maitriserai le chômage »

« Je maintiendrai la retraite à 60ans »

 Je ne connais pas l’impact de cette émission  sur l’opinion publique, je ne sais pas si cela fut déterminant  pour l’élection  de François Hollande, mais je sais aujourd’hui  ce qu’il en est des  actes.  Bien que cette émission ne soit pas, en elle-même,  une tromperie,  elle a servi  de vecteur à un tour de passe- passe  qui a fait que certains  électeurs  ont pris les promesses  pour des réalités.

Maintenant, on sait bien  que le traité européen ne sera pas renégocié, que le déficit dépassera 3%, que le chômage va grandissant et que, non seulement l’âge de départ à la retraite sera reculé,  mais que les pensions  se verront réduites. 

 Nonobstant, quand on voit dans quel imbroglio se trouve  le pouvoir et le niveau de confiance qu’il inspire aux citoyens on se demande si  ce jeu de com. en vaut bien la chandelle.

 

 

Repost 0
12 mars 2013 2 12 /03 /mars /2013 08:21

La rentrée en campagne de François Hollande montrera bientôt qui  du verbe ou des faits a le plus d’impact sur l’opinion publique.

Un fait, par exemple,  concerne l’usine PSA d’Aulnay dont la fermeture est programmée dans quelques mois.

PSA dont on connait les difficultés  mise notamment sur de nouveaux modèles pour redorer son blason et  renouer avec l’équilibre financier.

L’un  d’eux, la 301, sera produit  à Vigo en Espagne.  La coïncidence entre la fermeture  d’Aulnay et les investissements à Vigo  mérite quelques explications.

M. Guillaume Clerc Directeur du Marketing PSA  en donne deux :

1) Vigo en tant que port  est propice aux exportations.

2) La production espagnole coûte moins cher  qu’outre-Pyrénées : Le coût horaire pour la production d’une voiture revient entre 20 et 22 euros.

Je suis sûr que certains ouvriers d’Aulnay aimeraient bien connaitre le coût horaire de la production d’une voiture dans leur usine mais c’est quasiment impossible : entre patrons et syndicats le chiffre n’est pas le même.

Le problème, c’est qu’en France le coût horaire est une question politique qui ne relève pas que  du fait.  

Entre Philippe Varin, PDG de PSA et Harlem Désir, Secrétaire du PS,  les critères de calculs sont différents.

Pour l’un le coût horaire Français est trop élevé, pour l’autre il est, compte tenu de la productivité,  un des plus faibles d’Europe et  Il en est de même pour les experts.

C’est peut être une des raisons pour lesquelles François Hollande reste toujours dans le flou. Mais, en France, Pays des principes humanistes et de  l’entéléchie,  est-ce au Président de la République  de donner des indications précises sur les mesures à prendre pour que PSA assemble ses voitures au Havre plutôt qu’à Vigo ? Pour que la fabrication de pneus agricoles soit rentable à Amiens ?  Pour que la Zoé de Flins soit préférée à la Bolloré de Turin ?(1) Non,  ses conseillers en communication attendent de lui ce qu’il sait faire à la perfection : traduire en  langue de marketing politique badin les actions futures qui donneront enfin à celles de la France une suprême homéostasie.

 

1)        Paris a choisi la turinoise pour ses auto-lib…..

 

Repost 0
7 mars 2013 4 07 /03 /mars /2013 20:34

Oui ! les Français sont inquiets. Les sondages démontrent que les discours optimistes du Président et du Gouvernement ne suffisent plus à masquer la réalité : le chômage augmente, le déficit commercial aussi et selon l’économiste Marc Touati (1) la dette Française atteindra dès la fin de l’année 100% de son PIB.

Selon lui dès Septembre  « Le non-respect de nos engagements en termes de déficit public, notre croissance faible et l’euro fort vont entraîner une nouvelle dégradation de la France par les agences de notation »

L’augmentation du spread qui pourrait s’ensuivre aggraverait encore la situation : « Depuis six ans, la croissance de la France n’est pas assez forte pour lui permettre de payer seulement les intérêts annuels de sa dette. Cela signifie que pour les régler, il lui faut encore s’endetter. Ce processus pernicieux s’appelle la «bulle de la dette». Celle-ci ne manquera pas d’exploser, avec des dégâts économiques et sociaux inévitables: flambée du chômage, baisse du pouvoir d’achat, aggravation des inégalités »  dit-il encore.

Faute de pouvoir rapidement booster notre économie, la seule solution était justement d’essayer d’en faire surtout dans  des secteurs  qui ne brident pas le pouvoir d’achat. Mais si nous voulons continuer à augmenter nos dépenses  dans la justice, la sécurité, l’éducation, la santé…..le pire des remèdes se trouve dans l’impôt qui  jette la croissance  dans le cercle vicieux de la récession.

Les mesures  dont on nous rebat les oreilles  en vue du «Redressement Productif »,   sont tout à fait insuffisantes en termes de temps et de force. Un emplâtre  est inopérant : il faut changer la jambe de bois.

 

1)      Dictionnaire terrifiant de la dette par Marc Touati.

Repost 0
6 mars 2013 3 06 /03 /mars /2013 13:45

Au moment où Le Président Hollande entame un tour de France pour parler du chômage, le vulgum-pecus se demande si sa motivation relève bien  du désir d’endiguer cette plaie  plutôt que d’entamer une  nouvelle campagne  pour redorer son blason.

Sa difficulté à remonter dans le sondages  dépend  des doutes que  le citoyen porte sur la réelle aptitude du Président à considérer  le chômage comme  un fléau  premier,  au lieu  d’une sorte d’affection  endémique,  propre aux  sociétés  avancées,   mal nécessaire  qu’il convient de soigner  par des mesures sociales. 

 N’ayant, lui-même,  pas connu  la  traverse du non emploi,  François Hollande ne prend pas la première mesure  qui, d’évidence,  s’impose : Demander à ses Ministres  de ne dire ou ne faire quoique ce soit  qui puisse supprimer un seul emploi sans en référer, au préalable,  au Premier d’entre eux.

 

Il faudrait être  bien sourd et aveugle pour  ignorer  que c’est loin d’être le cas. De même pour le projet de loi sur le  travail : Quand Jean-Marc Ayrault parle de succès considérable  Ségolène Royal (Vice-Présidente de la Banque d’Investissements)  y voit une victoire du patronat.   Encore une fois le message du Président est brouillé par des courants contradictoires.

Est-ce flottement  ou méthode délibérée ? 

 

 

Repost 0
5 mars 2013 2 05 /03 /mars /2013 20:44

Les hiatus ministériels sont si improbables que certains y voient  comme une sorte de méthode relevant de Machiavel…. Saluons les artistes et plaignons les chômeurs…

Faute de pouvoir créer des emplois (autrement que par des mesures artificielles abondées par la dette ou l’impôt) ne serait-il pas opportun de demander aux Ministres  d’éviter d’en détruire ?

Les déclarations ayant pour conséquence de fragiliser l’emploi s’enchainent à un rythme accéléré.  La dernière, par exemple, vise à dégouter les acheteurs d’acquérir du diesel qui se trouve être, comme par hasard, le cheval de bataille de Peugeot-Citroën dont on connait, par ailleurs, les difficultés majeures.  Que Mme Delphine Batho  soit émue par les éventuels 40.000 morts (prématurés) soi-disant occis par les particules fines est une chose : On ne doute pas de ses compétences en matière de benzopyrènes et  on la croit volontiers capable de juger l’efficacité  du FAP dont PSA détient le brevet Mondial.  Mais  pourquoi faut-il que la peur ainsi engendrée auprès de  l’acheteur  plombe  plus encore les grandes difficultés de l’industrie automobile Française déjà dans le rouge ?  Le cabinet du Premier Ministre  est-il conscient du risque de chômeurs en plus ?

A moins que la France ne fasse, par stratégie,  comme Pénélope : Elle détruit la nuit ce qu’elle construit le jour……Faudra-t-il, pour autant, attendre le retour d’Ulysse ?

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0

Présentation

  • : billets d'une pensee ordinaire
  • billets d'une pensee ordinaire
  • : "Les Démocraties ne peuvent pas plus se passer d'être hypocrites que les Dictatures d'être cyniques" Il n’y a qu’une Liberté : celle à se déterminer d’agir de façon morale
  • Contact

Recherche

Liens