Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 mars 2013 4 07 /03 /mars /2013 20:34

Oui ! les Français sont inquiets. Les sondages démontrent que les discours optimistes du Président et du Gouvernement ne suffisent plus à masquer la réalité : le chômage augmente, le déficit commercial aussi et selon l’économiste Marc Touati (1) la dette Française atteindra dès la fin de l’année 100% de son PIB.

Selon lui dès Septembre  « Le non-respect de nos engagements en termes de déficit public, notre croissance faible et l’euro fort vont entraîner une nouvelle dégradation de la France par les agences de notation »

L’augmentation du spread qui pourrait s’ensuivre aggraverait encore la situation : « Depuis six ans, la croissance de la France n’est pas assez forte pour lui permettre de payer seulement les intérêts annuels de sa dette. Cela signifie que pour les régler, il lui faut encore s’endetter. Ce processus pernicieux s’appelle la «bulle de la dette». Celle-ci ne manquera pas d’exploser, avec des dégâts économiques et sociaux inévitables: flambée du chômage, baisse du pouvoir d’achat, aggravation des inégalités »  dit-il encore.

Faute de pouvoir rapidement booster notre économie, la seule solution était justement d’essayer d’en faire surtout dans  des secteurs  qui ne brident pas le pouvoir d’achat. Mais si nous voulons continuer à augmenter nos dépenses  dans la justice, la sécurité, l’éducation, la santé…..le pire des remèdes se trouve dans l’impôt qui  jette la croissance  dans le cercle vicieux de la récession.

Les mesures  dont on nous rebat les oreilles  en vue du «Redressement Productif »,   sont tout à fait insuffisantes en termes de temps et de force. Un emplâtre  est inopérant : il faut changer la jambe de bois.

 

1)      Dictionnaire terrifiant de la dette par Marc Touati.

Repost 0
6 mars 2013 3 06 /03 /mars /2013 13:45

Au moment où Le Président Hollande entame un tour de France pour parler du chômage, le vulgum-pecus se demande si sa motivation relève bien  du désir d’endiguer cette plaie  plutôt que d’entamer une  nouvelle campagne  pour redorer son blason.

Sa difficulté à remonter dans le sondages  dépend  des doutes que  le citoyen porte sur la réelle aptitude du Président à considérer  le chômage comme  un fléau  premier,  au lieu  d’une sorte d’affection  endémique,  propre aux  sociétés  avancées,   mal nécessaire  qu’il convient de soigner  par des mesures sociales. 

 N’ayant, lui-même,  pas connu  la  traverse du non emploi,  François Hollande ne prend pas la première mesure  qui, d’évidence,  s’impose : Demander à ses Ministres  de ne dire ou ne faire quoique ce soit  qui puisse supprimer un seul emploi sans en référer, au préalable,  au Premier d’entre eux.

 

Il faudrait être  bien sourd et aveugle pour  ignorer  que c’est loin d’être le cas. De même pour le projet de loi sur le  travail : Quand Jean-Marc Ayrault parle de succès considérable  Ségolène Royal (Vice-Présidente de la Banque d’Investissements)  y voit une victoire du patronat.   Encore une fois le message du Président est brouillé par des courants contradictoires.

Est-ce flottement  ou méthode délibérée ? 

 

 

Repost 0
5 mars 2013 2 05 /03 /mars /2013 20:44

Les hiatus ministériels sont si improbables que certains y voient  comme une sorte de méthode relevant de Machiavel…. Saluons les artistes et plaignons les chômeurs…

Faute de pouvoir créer des emplois (autrement que par des mesures artificielles abondées par la dette ou l’impôt) ne serait-il pas opportun de demander aux Ministres  d’éviter d’en détruire ?

Les déclarations ayant pour conséquence de fragiliser l’emploi s’enchainent à un rythme accéléré.  La dernière, par exemple, vise à dégouter les acheteurs d’acquérir du diesel qui se trouve être, comme par hasard, le cheval de bataille de Peugeot-Citroën dont on connait, par ailleurs, les difficultés majeures.  Que Mme Delphine Batho  soit émue par les éventuels 40.000 morts (prématurés) soi-disant occis par les particules fines est une chose : On ne doute pas de ses compétences en matière de benzopyrènes et  on la croit volontiers capable de juger l’efficacité  du FAP dont PSA détient le brevet Mondial.  Mais  pourquoi faut-il que la peur ainsi engendrée auprès de  l’acheteur  plombe  plus encore les grandes difficultés de l’industrie automobile Française déjà dans le rouge ?  Le cabinet du Premier Ministre  est-il conscient du risque de chômeurs en plus ?

A moins que la France ne fasse, par stratégie,  comme Pénélope : Elle détruit la nuit ce qu’elle construit le jour……Faudra-t-il, pour autant, attendre le retour d’Ulysse ?

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
4 mars 2013 1 04 /03 /mars /2013 14:21

Certains Pays vivent de ressources pétrolières  (Arabie saoudite)

D’autres  fabriquent de la  monnaie plus ou moins virtuelle (Dollar) et en font commerce (Etats unis)

D’autres,  encore,  produisent et exportent des produits  manufacturés  (Chine,  Allemagne).

 La France n’a ni  pétrole, ni  monnaie propre.  Hors CAC 40, elle ne dispose pas de bonnes capacités à faire et à exporter des produits manufacturés. Son économie est essentiellement basée sur la consommation intérieure, le service et le tourisme.  Cela ne l’empêche pas  de se classer 5eme des PIB mondiaux.  Ceci, en partie,  grâce  à la dette qui  lui  permet, en maintenant un bon pouvoir d’achat, de  conserver  une  activité suffisante pour éviter un chômage trop élevé.

 Dans l’état actuel des choses, faute de pouvoir redynamiser les exportations,   il n’y a de choix  qu’entre la dette et le chômage. François Hollande dit qu’il veut réduire  la dette : nous avons le chômage. …. Et nous aurons la dette.

 De fait,  le seul levier  éventuellement  disponible serait de reprendre une vigueur  exportatrice  mais je doute que la France soit,  intellectuellement et psychologiquement  (Gouvernement, Patronat, Syndicats mêlés)  prête  à  admettre  ne serait-ce que les critères objectifs  de nos carences.

 Quand le Ministre du Redressement Productif  vante le retour d’un  « Made in France »  un peu franchouillard,  la Mairie de Paris  choisit, pour ses milliers d’auto-lib, la  «Bolloré »  fabriquée en Italie plutôt que la  «ZOE » de Renault  fabriquée en France.

Alors,  si  les « Verts » pour leurs  difficiles  avancées sociétales préfèrent la production étrangère à une  française,  qui pourtant ne manque pas d’atouts, c’est peu de dire que notre fameux redressement  aura  fort à faire quand il se courbe de lui-même  devant  ce qui est droit.

 D’ailleurs,   il  n’est  pas de jour que  ne soit mis en cause, par les Ministres eux-mêmes,   ce qui reste de nos industries : nos  centrales nucléaires sont potentiellement  catastrophiques,   nos médicaments sont douteux ou mortels,  nos  fabriques  alimentaires  vendent de la viande non conforme ou avariée,  nos diesels tuent plus de 40.000 personnes  par an…….. Tout cela à grandes  trompes devant le Monde  ébahi….  Alors que pourrions-nous  leur vendre ? Notre vertu peut-être….

 Il est loin le temps ou l’Afrique roulait en «Pigeot » et où les taxi-brousse Renault SG2 increvables avaient pour nom «Trompe la mort».  IL est vrai qu’aujourd’hui le désordre d’Aulnay, démultiplié par une mise en scène  médiatique,  ne donne pas envie d’acquérir  une voiture  sortant des chaines de montage  PSA.

 Ces constats simples, (trop simples pour nos élites ?) ne sont pas reçus, compris, admis, par les Politiques.  Nonobstant, le Peuple, bien que très mal informé,  a vaguement l’impression  que quelque chose ne va pas et il le montre dans les sondages.  Pour pallier cela le Président et son Gouvernement ont choisi  la «COM »….Que la « COM »….. Hélas !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
28 février 2013 4 28 /02 /février /2013 08:32

Avec «LUI Président »  il ne faut pas chercher à comprendre : la Raison ne compte pas, la Croyance suffit.

Ceux qui ont aimé :

--la  renégociation du pacte de stabilité.

--La croissance de 0.8 % en 2013.

--Le déficit budgétaire à 3%.....

--La retraite à 60 ans……

Aimeront la baisse du chômage dès la fin de l’année :

 Peu importe la loi d’Okun qui relie la croissance au chômage. Peu importent  les études  qui montrent que le chômage augmente  si la croissance est sous le seuil de 1.5 points. Peu importe si, inversement,  une  hausse de 1 % du chômage (au-dessus du seuil "incompressible" correspondant au plein emploi des capacités de production) entraîne une baisse approximative de 3 % du PIB.

Faut-il croire que les milliards d’impôts  supplémentaires d’ores et déjà annoncés  comme nécessaires  par  M. Cahuzac  seront de nature à booster la croissance ?

Alors ?...... Pour sortir l’Amérique de la crise,  la FED a choisi la moins mauvaise des pires solutions. Elle produit des  masses de liquidités  et achète de la  dette publique Américaine : 1800 milliards d’obligations du trésor par-ci,  mille milliards d’emprunts immobiliers  garantis d’Etat….par-là,  le tout avec des  taux  d’intérêts  étonnamment  bas. C’est une économie fictive (17000 milliards de dollars de dette qui augmente de plus de 4 milliards par jour)  déconnectée de la réalité qui pour le moment fonctionne bien  (la bourse y croit dur comme fer) Reste à savoir jusqu’à quand cette  illusoire  machine pourra marcher sans exploser.

J’imagine que le Président Hollande attend  de la BCE (grâce à des rachats de dettes souveraines et à l’émission d’eurobonds)  la mise en place d’un système de ce genre qui, d’un coup, relancerait  facticement la croissance Européenne.  Si M. Draghi fait vite il peut faire baisser le chômage d’ici quelques mois.  Reste à convaincre l’Allemagne du non risque de dérive monétaire.  La mémoire collective  Allemande garde le souvenir d’une inflation qui fut  une des causes de la dernière guerre. Si Mme Merkel est battue le SPD  sera-t-il plus facile à convaincre ? Ce n’est pas sûr.

En attendant il va falloir surveiller le spread  transalpin. S’il remonte il faudra bien que la BCE    intervienne.

 

 

 

 

 

 

Repost 0
27 février 2013 3 27 /02 /février /2013 08:23

Quand Pierre Moscovici explique que «le résultat des élections Italiennes ne remet pas en cause les politiques d’austérité menées dans ce Pays », on se demande, de celui qui dit ou qui écoute, lequel a perdu l’esprit.

 

---On se rappelle que c’est sous la pression Européenne que «Il Professore» Mario Monti avait été appelé pour ses compétences d’économiste (Ancien Golden-Sachs) à restaurer l’image de l’Italie mise à mal par Silvio Berlusconi.

Durant son gouvernement la dette publique est passée de 1 897 à 2000 milliards d’euros, le chômage de 8,9 à 11,2 % de la population active et la croissance de + 0,4 à - 2,2 % du PIB. Le seul point positif concerne une baisse du spread qui a permis à l’Italie d’emprunter à des taux qui, sous Berlusconi, étaient devenus insupportables.

 

---Des faits qui démontrent que M. Moscovici est dans l’erreur quand il soutient que la méthode d’austérité par l’impôt a une portée bénéfique. En réalité, elle ne contente, au détriment du chômage, que le marché de la finance et la position de Bruxelles. Affirmer le contraire sous prétexte qu’on mène la même politique en France ne change rien aux résultats.

 

---La veste prise par Mario Monti, en dit long sur le rejet de son action par le peuple Italien. Si, comme le dit M. Moscovici, cela ne la remet pas en cause, on se demande à quoi servent les élections.

 

---En vérité on voit en Grèce comme en Espagne, en Italie comme en France les effets désastreux d’un Euro dont la valeur unique s’adapte mal à des économies différenciées. Cela impacte désormais l’ensemble de la construction Européenne. La Zone Euro doit revoir sa copie.

 

 

 

 

 

Repost 0
26 février 2013 2 26 /02 /février /2013 12:40

 

Avec ses 2000 milliards de dette et un spread qui ne cessait de monter, L’Italie, avant l’arrivée de Super-Mario, inspirait de rudes craintes.

En essayant de rétablir les comptes essentiellement par l’impôt, «Il Professore Monti » a pour un moment apaisé la situation.

Les mêmes causes produisant les mêmes effets, c’est, comme en France, au détriment du chômage que les marchés s’en sont, pour un temps, trouvés apaisés.

 

Mais voici l’Italie revenue à la case départ : Plus de 2000 milliards de dettes soit 126% de son PIB, 85 milliards d’agios annuels à payer et un chômage de plus de 11% en augmentation. A cela vient s’ajouter une situation politique pour le moins instable.

 

Or l’Europe ne peut pas se permettre de voir sombrer l’Italie. Alors qui va payer ? Qui va la soulager de sa dette ? Qui va continuer à l’aider à emprunter à des taux réduits ?

 

Pour ma part je ne vois qu’une intervention possible : celle de la BCE. Reste à savoir combien de temps la Banque Européenne pourra accumuler, sans inconvénient majeur, les dettes toxiques.

Après Mario Monti, c’est au tour de Mario Draghi de sauver l’Italie. What else ?

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
22 février 2013 5 22 /02 /février /2013 15:13

Fidèle à sa technique Arnaud Montebourg  combat l’incendie Goodyear avec sa lance à kérosène. 

La lettre incendiaire de Titan est venue à propos lui prêter main forte et  en la publiant il a opportunément propagé le feu  à l’échelon national.

 

On connait les Français : Au contraire des Américains ils n’aiment pas les chiffres  et c’est là une raison de bien des malentendus.

Quelle est la moyenne effective du travail horaire journalier ouvrier Français rapporté à l’année ?

On refuse de le savoir……

 Bref Titan ne veut  pas de Goodyear……difficile de l’y obliger malgré la menace du Ministre  Montebourg qui brandit le  «zèle» de nos gabelous. Non pas que ceux-ci ne puissent bloquer quand ils veulent, sous mille et un prétextes, les importations  de pneus mais la difficulté consiste à empêcher  la douane Américaine de faire de même pour les produits de luxe Français.

 Ceci étant,  j’admets qu’il est dommage que les  « BRIC» ne veuillent pas se mettre au régime Français mais  il me semble que plutôt que de le déplorer  à longueurs de  tribunes,  nos Ministres seraient bien inspirés d’aller sur place vanter les mérites de notre Société et l’avantage qu’ils auraient à adopter les 35 heures, les vacances et les absences plus ou moins justifiées.

Pourquoi avec l’exemple coruscant  d’un train de vie opulent  nous est-il si difficile de leur faire comprendre que l’on peut vivre la canne à la main ?

 

J’ai vu hier à la Télé que le coût net de la main d’œuvre manufacturière Française était inférieur à l’Allemande.  Si l’on ajoute que notre productivité bat tous les records Européens  on se demande bien pourquoi  il y a des problèmes chez PSA, chez Renault, Petroplus, Goodyear, Sanofi, Presstalis…….On se demande bien pourquoi,  avec une main d’œuvre  moins chère et plus compétitive que  celle des  Allemands on arrive à faire du déficit commercial là où ils font du bénéfice.

 Je ne vois qu’une réponse possible, celle du Ministre Montebourg : nos patrons sont des c….

 

 

 

 

Repost 0
18 février 2013 1 18 /02 /février /2013 09:22

 

 Je ne parle pas de l’action humanitaire urgente et nécessaire pour bloquer les rebelles sur la ligne nord du Mali. Ce fut fait en deux temps trois mouvements à la faveur des missiles des avions et des hélicoptères de combat.

 

Je parle des «La France restera le temps nécessaire», «La France ira jusqu’au bout… » Autant de propos du Président Hollande, approuvés par la Droite, qui condamnent la France soit à une occupation vaine et indéterminée soit, par le retrait de nos troupes, à se contredire une nouvelle fois, habitude récurrente qui finit par lasser.

 

--Penser que la France peut par sa seule présence résoudre les problèmes du Mali relève d’une erreur qui consiste à prendre les effets pour les causes. La montée en puissance de l’action terroriste dans le nord du Mali n’est pas la cause de la déficience de ce Pays. C’est parce que le Gouvernement de Bamako est défaillant, que sa structure politique trop centralisée est inadéquate, que son organisation administrative est imparfaite et sa force militaire divisée, que les factions rebelles ont pu s’enkyster.

A cela il faut ajouter un manque flagrant de ressources financières aggravées par des corruptions endémiques.

 

--Penser comme le dit Monsieur Fabius que la Misma peut remplacer, même partiellement, dès le mois prochain, l’armée Française c’est prendre le risque de rouvrir la porte au chaos. De même, ce n’est pas la feuille de route du gouvernement, même nouvellement et démocratiquement élu, qui changera quoique ce soit à la situation précédente. Croire le contraire procède du fantasme. Il faudrait des mois et peut-être des années de tutelle pour que Bamako maîtrise suffisamment le problème Malien.

 

Sans entrer dans les détails il est évident que (pour autant qu’il soit atteint) l’objectif du Président Hollande de «Détruire les terroristes » ne suffira pas. Il ne suffira pas d’éparpiller les factions rebelles ou de promouvoir un ancien putschiste à l’instruction de l’armée, pour résoudre les difficultés du Mali. Alors quand le Président ajoute que la France «ira jusqu’au bout»

Quel bout ? Qui s’en inquiète ? Voilà qui est étonnant ! Le bout, le seul, le vrai, serait que le Mali dispose enfin d’un régime Politique fort, stable et décentralisé, de ressources financières suffisantes et équitablement réparties.

 

Continuer à jouer seuls «Jusqu’au bout» les gros bras serait une dispendieuse folie. Quitter prématurément le Mali c’est risquer le retour à la case départ. Le problème du Mali est essentiellement Politique. Il demande un engagement international dont chacun se détourne tout en encourageant la France dans son rôle de superman. Il manque à la France une force Diplomatique à la hauteur de celle de son Armée. L’opposition accepte cela….Dont acte !

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
15 février 2013 5 15 /02 /février /2013 16:46

 

 

«Garde tes larmes pour plus tard»

 

On dit que celui qui n’a pas été, au moins une fois, amoureux dès le premier regard, n’a jamais été amoureux.

J’ai été amoureux de ce livre dès le premier regard. Saint André (sans de), fabuleux Fregoli, tantôt écrivain, journaliste, limier, archéologue, enquêteur, psychologue va jusque dans les cimetières recueillir les éboulis des ruines de leurs vies, pour nous conduire, par un extraordinaire labyrinthe de pistes emmêlées, par des allées venues coruscantes, au débouché d’une clairière à une fresque d’amour dure , froide et bleutée comme une banquise. Magnifique !

Cette infatigable orpailleuse (c’est une fille… !.) sort des pépites de partout. «La religion, ce soleil des âmes, éclaire à verse pourtant la vie quand on la tient à distance » page 224.

 

Alix (Saint André) c’est le facteur Cheval de la biographie (quel boulot !) , sauf que c’est bien plus que de la biographie, plus que de la littérature , plus que du talent, et sa Galerie des Glaces reflète mille soleils. Il y aurait tant de choses à y comprendre encore….

 

 

Garde tes larmes pour plus tard (gallimard)

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0

Présentation

  • : billets d'une pensee ordinaire
  • billets d'une pensee ordinaire
  • : "Les Démocraties ne peuvent pas plus se passer d'être hypocrites que les Dictatures d'être cyniques" Il n’y a qu’une Liberté : celle à se déterminer d’agir de façon morale
  • Contact

Recherche

Liens