Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 16:56

Pour dire cela Claude Weill a une jolie formule : Le Président Hollande est allé «se faire lustrer le pelage » aux Etats-Unis. Nous verrons après les municipales où en est l’éclat de la rose et le luisant de la fourrure… Le point important n’est pas là : En 2013 la chute des investissements étrangers en France est de l’ordre du vertigineux …

Or sans ces investissements, le fameux pacte de responsabilité se fera avec pour seules responsables les gesticulations pimiesques de M. Gattaz. Il semble pourtant que le Pouvoir ait compris l’impérative nécessité de faire revenir en France des capitaux étrangers et cela pourrait, à lui-seul, justifier la danse du tapis à laquelle s’est livrée en Silicon Valley le Chef de l’Etat.

On est ici bien au-delà du souci intellectuel des commentateurs politiques qui nous régalent, par écrans interposés, avec leurs analyses subjectives plus ou moins pointues. Nous voici désormais dans le domaine du brutal : Pas de pognon, moins d’entreprises et plus de chômage. Mais pour que le grisbi étranger revienne chez nous suffira-t-il de dire que nous sommes des gaziers formidables sans avoir à démontrer aux investisseurs que les aventures à la Sncm, à la Florange, à la Good-Year ou à la Heuliez sont bien finies ? Ce n’est pas sûr !

Il n’empêche qu’une majorité de Français reste désorientée par les zig-zag gauche droite de François Hollande. Quand on sait l’influence du moral sur l’économie il est également essentiel de rétablir aussi la confiance. Cela peut se faire par un effort mutuel entre les deux parties. Le Président de la République devrait éviter de snober l’opinion publique : sans respect pour la bêtise du Peuple il n’est plus de Démocratie. Pour Jean-Marc Ayrault et un certain nombre de Ministres la cause est entendue : Ils ont trop longtemps guerroyé pour accepter de comprendre qu’ils n’ont rien gagné et que le temps est venu de ne plus agir en vainqueurs. Mais il n’est peut-être pas encore trop tard pour que certains moralistes de gauche conçoivent que la victoire ne peut vraiment s’acquérir que dans le respect des idées des autres.

Pour autant serait-il possible que les Français fassent eux-mêmes un effort pour comprendre le Hollande ? Est-il possible qu’ils n’aient pas vu que cet homme était déjà une énigme quand ils l’ont élu ? La clef de cette énigme est dans un livre de Claude Allègre : François Hollande n’a aucune imagination, il vit dans l’instant. Il prend donc ses décisions en fonction de l’évènement car il ne voit rien d’autre venir que ce qui est déjà arrivé. Le plus fort c’est qu’il est lui-même très conscient de cette infirmité. Au journaliste qui s’étonne qu’il ait pu dire que Valérie Trierweiller était « la Femme de sa vie » (alors qu’il l’a quittée peu après) François Hollande répond : « J’aurais dû dire que Valérie Trierweiller était la Femme de ma vie d’aujourd ‘hui » Parce que le Chef de l’Etat est un anti-Nostradamus qui ne voit rien arriver : Même pas que mille six cent soldats était un contingent nettement insuffisant pour résoudre en Centrafrique un problème qui requiert des forces européennes puissantes et coordonnées.

Il appartient aux Français de comprendre cela et de l’aider dans cette difficulté au moins pendant les quarante mois à venir, plus cinq autres années s’il advenait qu’ils le veuillent réélire.

Repost 0
12 février 2014 3 12 /02 /février /2014 17:56

Que François Hollande veuille redorer son blason est très compréhensible : En bientôt deux ans de gouvernance, sa politique du verbe, du leurre et des impôts s’avère incapable de tenir ses engagements en matière de déficit budgétaire, de stabilisation de la dette, de rééquilibrage du déficit commercial et de maitrise du chômage-- En réaction, on assiste de la part des Français, à une sorte de désamour encore jamais vu vis-à-vis d’un Chef d’Etat.

Il est donc normal que Le Président Hollande cherche à l’extérieur les appuis qui lui manquent. Mais en dehors d’acquiescement polis, il ne trouve pas, du moins pour le moment, en Europe, et moins encore en Russie, les soutiens francs et massifs dont il aurait besoin. L’accueil enthousiaste que lui a réservé le Président Obama fait plaisir à voir mais pose aussi questions.

Sans douter de la réelle sympathie que François Hollande inspire à Barak Obama, il n’en reste pas moins que l’on puisse trouver curieuse la ferveur du plus puissant Président du Monde pour le Chef d’un Etat qui, tout en restant la seconde puissance économique Européenne, fait figure de lanterne rouge des pays leaders en matière de croissance et de chômage. Lequel Chef d’Etat est, de surcroit, quasiment désavoué par les Français.

Serait-ce le soutien fraternel d’un Homme de cœur justement révolté par l’ingratitude d’un Peuple envers un Président indûment désavoué ? C’est possible.

Pourtant d’autres raisons me viennent à l’esprit :

1) Mali, Centrafrique, maintenant Lybie, (sait-on où demain ?) l’instabilité règne et la France qui dispose de bons moyens s’est portée volontaire pour faire le boulot : Une aubaine pour Obama

2) Face à la Russie et à l’attrait de son marché pour l’Allemagne et les Pays de l’Est les Etats-Unis ont besoin de regagner une partie de l’influence qu’ils ont perdu. Il pourrait se faire que la France devienne l’appui idéal.

3) Dans les discussions de libre-échanges Europe- Etats unis, la France peut également apporter un soutien majeur aux Américains.

A l’évidence, les Etats-Unis ont intérêt à se rapprocher de la France, mais si le Président Hollande en retire un bénéfice certain, il reste à savoir ce que les Français, eux, vont y gagner…

Repost 0
11 février 2014 2 11 /02 /février /2014 12:32

Ce ne fut pas parole en l’air…On sait le rôle déterminant des américains pour assurer notre victoire lors des deux dernières grandes guerres. On sait les sacrifices humains et matériels qu’ils ont consentis. Et voici qu’aujourd’hui Le Président Obama, reprenant, à sa façon, le fameux « La Fayette nous voici » donne à François Hollande l’assurance de l’indéfectibilité du soutien des Etats-Unis à la France…

Que va-t-il faire concrètement pour nous aider ?

Va-t-il demander à Général Motors d’abandonner Opel pour fonder avec PSA un grand groupe européen capable de tenir tête à Volkswagen ?

Va-t-il envoyer quelques milliers de soldats pour épauler les nôtres en Centrafrique ?

Va-t-il renoncer au nom de la protection de la planète à exploiter le gaz de Schistes par des méthodes polluantes ?

Va-t-il mettre sur pied un mini plan Marshall pour donner très vite à nos entreprises une bouffée d’oxygène sans avoir à sacrifier le social ?

Je sais que ce n’est pas bien, mais, à titre personnel, j’ai toujours eu un doute sur la fiabilité du Président Obama et ce n’est pas la façon qu’il a eu de laisser tomber, comme une vieille chaussette, François Hollande dans l’affaire Syrienne qui va me faire changer d’avis.

Barak Obama n’est ni John Pershing, ni George Patton ni Dwight Eisenhower. A défaut de pouvoir redresser la France par lui-même, le Président Hollande va chercher du secours ailleurs…Un leurre de plus ! Nous sommes entrés dans un monde où le mensonge tient lieu de vertu.

Repost 0
10 février 2014 1 10 /02 /février /2014 16:12

Le communisme est rouge, le libéralisme est blanc et le mélange des deux fait le rose : c’est la couleur du socialisme. Selon les circonstances, elle varie entre le rose rouge et le rose pâle.

En ce moment, tandis que François Hollande se dirige à Washington vers le blanc du libéralisme, Manuel Valls vire carrément au rouge. C’est au nom du bien qu’il a décidé de faire lui-même justice. Mais quand c’est le pouvoir, qui décide de ce qui relève du bien ou du mal, au lieu et place des magistrats, le rouge du totalitarisme prend le pas sur la démocratie. D’après Roseline Letteron (Professeur de Droit Public à l’Université Paris Sorbonne) il est clair que « Le Conseil d’Etat s’est clairement soumis à la consigne de Manuel Valls qui lui demandait de statuer en référé le plus rapidement possible, afin d'interdire le spectacle de Dieudonné le soir même à Nantes. Il n'était pas obligé de le faire » D’autres Juristes sont du même avis.

Dans l’émission des Paroles et des Actes Manuel Valls a d‘ailleurs fait un étrange lapsus «Le racisme et l'antisémitisme ce sont des délits qui doivent être condamnés par la loi. Depuis qu'il y a eu l'interdiction du Conseil d'Etat, ce personnage ne peut plus proférer dans ses spectacles les mêmes propos. Donc si c'était à refaire, je ne le referais pas.» … Espérons-le !

Si, à titre personnel, je m’insurge quand le pouvoir prime la Justice, je me réjouis que M. Dieudonné ait cessé ses odieuses outrances au prétexte d’humour de quelque couleur qu’il soit.

Il n’empêche qu’une autre affaire me plonge dans l’inquiétude : « Deux membres du conseil national du PS, Mehdi Ouraoui, ancien directeur de cabinet d'Harlem Désir et Naïma Charaï, présidente de l'Agence nationale pour la cohésion sociale et l'égalité des chances (ACSE) ont saisi le CSA. Dans une lettre envoyée à son président, ils qualifient l'intervention d'Alain Finkielkraut «d'inacceptable» et «dangereuse». Ils s'inquiètent précisément de l'usage par le philosophe de l'expression «Français de souche», «directement empruntée au vocabulaire de l'extrême droite».

Hors du fait que je tiens M. Finkielkraut pour un philosophe de haute volée et d’une tenue morale exemplaire, je me demande dans quelle République on vit si l’on est interdit de dire sa propre vérité au prétexte que tel ou tel mot ne convient pas à ceux qui s’arrogent le droit de proscription… Le seul fait que le CSA puisse être considéré comme un cabinet de censure me replonge dans des temps que j’espérais disparus.

La seule idée que l’on puisse mettre sous tutelle la libre expression d’Alain Finkielkraut heurte de plein front l’esprit de Voltaire. Nous voici donc dans une France déchirée, dont un coté penche vers une sorte de sous-produit d’un totalitarisme sans goulag. Pour insidieux et mal perçu que ce soit, cela ne restera pas très longtemps sans réaction.

Entre rouge et blanc, le mouvement incessant du Président de la République met du bleu à l’âme des Français.

Repost 0
7 février 2014 5 07 /02 /février /2014 13:17
~~François Hollande n’a que le choix entre blaguer et mentir..

Christian Barbier dit « Les pas en avant et les pas en arrière du gouvernement Hollande sur la loi famille ne peuvent laisser que dubitatif sur le pouvoir exécutif. Le gouvernement est aujourd'hui face à une double crise due d'une part aux politiques, et d'autre part au régime de la Ve République. Faudrait –il refonder l'ensemble des institutions qui sont pour certaines désormais désuètes, et passer à la VIe République? »

Quand un moteur vibre il faut en rechercher les causes : M. Barbier nous en donne deux possibles : L’une due aux politiques et l’autre à une Vème République désormais obsolète. A ces deux-là, qui me paraissent manifestes, s’y ajoute une troisième qui relève de la gageure. Gageure qui consiste à vouloir conserver dans un contexte concurrentiel européen et mondial un très haut potentiel de protection sociale (ce qui est parfaitement louable) avec un déficit budgétaire chronique, une balance commerciale dans le rouge, un chômage excessif, le tout, et surtout, sans avoir la moindre maitrise sur la monnaie….

Il y a là comme un défaut rédhibitoire du calage de vilebrequin qui fait que, quoiqu’on fasse, on améliore mais on ne résout pas. En fait il n’y a pas d’autre vraie solution que de créer de la richesse et de vendre aussi à l’export. Mais pour ce faire il faudrait préalablement pallier les problèmes politiques et constitutionnels sus dits.

Cela se fera un jour mais en attendant il faudra supporter les vibrations gouvernementales sans trop pousser le régime de peur de casser le moteur. C’est la raison pour laquelle surcharger, tel que c’est le cas aujourd’hui, encore plus la mécanique par des péripéties sociétales me parait aventureux et superfétatoires.

Repost 0
7 février 2014 5 07 /02 /février /2014 08:43
~~« Forces sombres » : De quoi ont-ils peur ?

Quand Le Président de la République reporte subito la Loi sur la Famille : de quoi a-t-il peur ? Quand le Ministre de l’intérieur, nerveux, fébrile, perd son sang-froid dans les couloirs de l’Assemblée : de quoi a-t-il peur ? Quand la voix sonore de Mme Taubira monte dans le suraigu et que son doigt pointe en avant : de quoi a-t-elle peur ? Et quand les Français expriment leur angoisse de quoi ont-ils peur ? « De Forces Sombres » dit Manuel Valls… Obscures, sombres : la France est dans le noir.

Repost 0
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 16:02

« Le socialisme n’est qu’un Christianisme dégénéré—Il maintient, en effet cette croyance à la finalité de l’histoire qui trahit la nature, qui substitut des fins idéales aux fins réelles et contribue à énerver les volontés et les imaginations » (1)

Pour moi, voilà qui est d’une éclairante vérité… Je vois les Curés plus enclins à dire la messe et à bénir les cimetières qu’à montrer à leurs ouailles comment tirer profit des absurdités de la vie. (Je tire de l’absurde ma révolte, ma liberté, ma passion)-- On est passé de l’égalité des âmes devant Dieu à l’égalité tout court : l’intention est la même. C’est ainsi que de même, je vois les socialistes plus portés à pallier les iniquités de la nature (Injuste nature qui donne l’amour aux homosexuels sans sa sublime finalité de procréation) qu’à régler les problèmes du chômage.

Les élites qui gouvernent ont, de par leur formation et de par leur métier, vocation essentiellement intellectuelle. Même chez les plus réalistes l’instruction et les diplômes donnent un sentiment de supériorité. Ce serait bien, si cela ne débouchait pas sur un étrange besoin d’empathie qui les pousse à croire qu’ils peuvent et qu’ils doivent apporter le bonheur au Monde: mince boulot !

N’empêche que la société qu’ils dirigent est pleine de contingences triviales : Il reste difficile de déboucher un évier par la seule force de la pensée… Et quand Jack Lang fait un scandale parce que les plateaux repas d’Air France sont « imbouffables » on peut comprendre son émoi d’esthète en matière de gastronomie, mais ce ne sont pas ses coruscantes pensées sur la culture qui rassasieront les clients des Restos du Cœur.

Les choses étant ce qu’elles sont, ce n’est pas demain la veille que nous pourrons, à nouveau, exporter des tondeuses à gazon… Alors faisons avec ce que nous avons : exportons de l’intelligence…M. Montebourg ne comptez pas sur moi ! 1) Camus

Repost 0
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 13:27

~~Au prétexte que les Français sont, à nouveau, dressés les uns contre les autres, il se faut bien garder de faire un amalgame entre l’Etat Français d’avant-hier et l’Etat Républicain d’aujourd’hui… Les résistants d’alors étaient qualifiés de terroristes et risquaient la peine de mort. Aujourd’hui Manuel Valls les désigne sous le terme fumeux de « Forces sombres » et menace, au pire, les plus enragés de quelques heures de garde à vue. « Ces gens-là se permettent d’occuper la rue ? » demande stupéfait Julien Dray.

Nonobstant, lorsque Robert Badinter dit, en parlant des participants à la Manifestation pour Tous : « Leur seul ciment est la détestation de Hollande » il se laisse emporter par un aveuglement idéologique bien loin de l’objectivité que l’on pourrait attendre de l’image de sage que l’on se fait de lui : Si la détestation de François Hollande ne fait aucun doute, Robert Badinter commet l’erreur de la minimiser en focalisant sur les seuls manifestants de Dimanche.

Elle va bien au-delà… Même s’il est difficile d’en donner un chiffre exact. Parmi les 16millions 800 mille français (sur 34 millions de votes validés) qui ont voté contre le Président Hollande combien sont-ils maintenant à le détester ? Combien de ceux qui ont voté pour lui ont maintenant rejoint ceux qui le honnissent ? En tout état de cause si, comme M. Badinter, l’on ne devait retenir pour seule raison que « le ciment de la détestation » il faudrait multiplier par mille le nombre de bétonnières.

Bien heureusement, la haine n’est pas le seul motif de cette résistance. Comme Nietzche, comme Camus, Victor Hugo débusque des vérités là où, nous, pauvres hommes, ne voyons que du feu : « De l’Hiérophante au Druide, une sorte de Dieu fluide coule aux veines du genre humain » Avant d’imposer aux hommes ses « avancées sociétales » par la restructuration de la famille et la mise en condition des enfants aux normes du « bon citoyen « la Gauche devra combattre et vaincre ce Dieu fluide… en veillant bien à ce qu’il ne coule pas aussi dans leurs propres veines : Ce serait alors comme une forme de suicide !

Repost 0
3 février 2014 1 03 /02 /février /2014 13:21

Le système démocratique français à deux tours tombe sous le coup de l’irrationnel mathématiquement démontré par le paradoxe de Condorcet… Les trémolos sur les vertus légitimes de la majorité républicaine n’ont pas de sens puisque, dans les faits, ce sont les minorités qui décident du scrutin. En 2012 ce sont les Bayrou, EELV, Front de Gauche… qui ont arbitré le match des deux grands Partis en faveur de François Hollande.

En vérité la vraie démocratie n’est pas dans le système lui-même mais plutôt dans la conception que l’on a sur la manière de s’en servir. En Allemagne, par exemple, le parti vainqueur n’hésite pas à former une coalition avec les perdants, à la raison que les clans vaincus sont composés de citoyens Allemands qui doivent, en tant que tels, participer aussi à l’élaboration du bien commun.

La conception française est très différente : l’élection est avant tout un combat dans lequel les différents protagonistes s’affrontent déjà entre eux par des primaires. Vient ensuite la guerre sans merci entre Partis. Il en ressort pour les vainqueurs le droit d’imposer leurs vues à la quasi moitié des citoyens qui ne pensent pas comme eux. Le Parti vaincu n’a plus qu’à ruminer sa défaite avec comme unique objectif de prendre sa revanche. Il s’ensuit tout au long du quinquennat la poursuite d’une guerre latente qui se prolonge jusque dans les médias et dans les studios de télés.

Bien que les Français se régalent du spectacle ainsi offert par ces guerres picrocholines, celles-ci présentent, au moins, deux inconvénients : Le premier est d’affaiblir la France au plan Européen et Mondial. Le second est d’exacerber les ressentiments jusqu’au risque de voir les vainqueurs, dépités de leurs mauvais résultats, imposer leur raison par la force… Nous y sommes à deux doigts !

Repost 0
1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 08:34

~~Jusqu'a présent la tactique de François Hollande consiste à gagner du temps et à brouiller les pistes. Pour ce faire, le Président Hollande a trouvé en Jean-Marc Ayrault le Premier Ministre idéal. Sa capacité à entreprendre tout, à mélanger les choses, à faire passer le superflu avant l'essentiel est étonnante : Il va, avec la dextérité de Robert Houdin, des grands sujets de société ou d'éthique, à la boite à outils du bricoleur d'emplois-- De la remise à plat de la fiscalité (vaste programme) à la suppression des taxes sur les cosmétiques-- De la restructuration des Régions au pacte de responsabilité-- Tout cela en fonction des marées, des courants, des vents, sans jamais craindre le mal de mer...

Et pourtant de dédits en dénis, grâce à Bercy et au comité de la hache, il a, en vingt mois, fait "en sorte" de mener rondement deux actions : la hausse des impôts et la baisse du déficit Public.

De la même manière, si le Chef de l'Etat a pour dessein de maintenir le budget de la Justice à l'état d'indigence (le plus faible ou l'un des plus faibles des états européens) Mme Christiane Taubira est la parfaite Garde des Sceaux. Elle n'a pas son pareil pour faire admettre à la gauche que les plus grands voyous ne sont pas ceux que l'on met en prison, mais bel et bien ceux qui, parmi d'autres, restent en liberté parce que prétendus honnêtes. ...Dès lors, mieux vaut ouvrir les prisons que d'en construire : c'est la logique même.

Cela a aussi l'avantage d'utiliser le Ministre de l'intérieur comme faire valoir, en tant que protecteur intransigeant des lois de la République, tout en coupant les pattes de ce dangereux prétendant. Tels Sisyphe, ses Policiers n'en finissent pas d'arrêter de présumés coupables qu'ils retrouvent, en tant que présumées innocents, dès le lendemain dans la rue. On sait que François Hollande aime les blagues : n'y-a-t-il pas quelque matière à rire de ça ?

Il n'est pourtant pas exclu qu'un jour le Président veuille faire revenir les investissements en France et la croissance au niveau Allemand, diminuer la pression fiscale et augmenter les salaires (comme il en est question dans d'autres pays). Qu'il veuille aussi donner les moyens nécessaires pour que la justice fasse son boulot dans des délais raisonnables et joue pleinement son rôle de protection des citoyens. Qu'il veuille que les forces de l'ordre ne soient plus démotivées, que les consciences religieuses soient, elles aussi, respectées, que les Français ne soient plus dressés les uns contre les autres comme des coqs de combat ...

Alors si ce jour-là arrivait, ni le Premier Ministre, ni la Garde des Sceaux n'auraient de rôle à jouer. C'est à ce signe et à ce seul signe, que l'on verrait que François Hollande a vraiment changé de Politique.

Repost 0

Présentation

  • : billets d'une pensee ordinaire
  • billets d'une pensee ordinaire
  • : "Les Démocraties ne peuvent pas plus se passer d'être hypocrites que les Dictatures d'être cyniques" Il n’y a qu’une Liberté : celle à se déterminer d’agir de façon morale
  • Contact

Recherche

Liens