Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 avril 2013 6 06 /04 /avril /2013 12:46
Repost 0
gerard pendaries
commenter cet article
5 avril 2013 5 05 /04 /avril /2013 12:50

« Comme à chaque crise grave, en Occident se reposera bientôt la question de la crédibilité de la démocratie  » prédit  Jacques Attali.  On reconnait là,  à la pointe de leurs intuitions, l’expression des grandes intelligences.

Fort de son Pouvoir légué par le suffrage universel, le Président  Hollande  décrète qu’ayant «Pris acte avec la plus grande sévérité » de la « faute » de Jérôme  Cahuzac  l’affaire est close.

Le temps venu et selon son bon plaisir il n’exclut ni n’affirme qu’il procèdera, ou non, à tel remaniement qu’il jugerait opportun.

Qu’on se le dise !  Et ne soyons pas outrancièrement indiscrets. Contentons nous de savoir qu’un Ministre peut avoir un comportement  délinquant pourvu qu’il le taise à sa hiérarchie.  Qu’un Ministre peut  mentir les yeux dans les yeux en plein hémicycle. Qu’un Président peut faire campagne au nom de la morale et de la détestation de la richesse tandis  que son trésorier  investit (légalement) dans les iles Caïman, paradis fiscal s’il en est,  où le passable côtoie le pire.

Finalement il a raison, François Hollande, on en sait déjà  assez comme cela !

 

 

Repost 0
4 avril 2013 4 04 /04 /avril /2013 13:47

Dans un temps où il est question de donner à la magistrature, non issue du suffrage universel, un pouvoir accru dans une totale indépendance du politique,  va-t-on réduire le citoyen au rôle de simple machine à voter ?

L’occasion  Cahuzac permet de  poser la question : A savoir si à côté de l’aspect judiciaire d’une affaire d’état (pris en compte par les magistrats)  les citoyens ont droit à en connaitre l’aspect  politique dont il est bon de rappeler un certain nombre de faits :

 

1)      C’est dès l’année 2000, et non pas avant-hier,  que  Jérome Cahuzac a révélé, à son insu,  l’existence de son compte en Suisse, par  un entretien téléphonique  à un tiers. L’autre jour il n’a fait que confirmer ce fait à la Justice.

2)      Sans la liberté de la Presse et plus précisément le remarquable travail de Médiapart, la France aurait encore aujourd’hui  un  Ministre du Budget,  fieffé fraudeur et  menteur patenté. 

3)      Dès Décembre 2012,  le Président, le Premier Ministre et le Ministre des Finances ont eu connaissance de l’existence d’un enregistrement fondant de forts soupçons sur  le Ministre du Budget en exercice…. Ils ne l’ont pas cru : Est-ce possible ?

4)      Le parjure de M. Cahuzac devant l’Assemblée Nationale pose la question de la crédibilité des Ministres et salit l’honneur de l’Assemblée toute entière.

Devant ces faits il y a plusieurs solutions pour laver l’affront et redonner un peu de confiance.

a)       Celle que le  Gouvernement a choisie : coller tout le monde, du Président à Harlem Désir, à une sorte de service après-vente banal.  Cela ne suffira pas !  La tache est trop tenace et les soupçons persistants.

b)       Engager une commission d’enquête  indépendante pour rendre compte aux citoyens de la vérité : Que savaient-ils ? Qui savait ? Depuis quand ?

Au pire, même  en entrainant  la démission d’un ou plusieurs Ministres cela  sauvegarderait  la stature du  Président et du Parlement actuellement  compromise en un moment bien mal venu.

 

 

 

Repost 0
3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 17:08

 Qui n’a pas parcouru, des centaines de fois,  les petites routes de province, fréquenté les cafés de la place et les auberges du val fleuri ne connait pas la France…..Que de fois ai-je fait cette route qui mène d’Agen à Villeneuve sur Lot… « Agen-Même »  disent les gens du cru,  lesquels ne vivent pas que pour des prunes.  De la métallurgie  (les usines Granges fabriquaient des obus) à l’industrie pharmaceutique (UPSA), Agen a su se plier aux exigences du temps et maintenir des activités industrielles.

Je me souviens….Il y a déjà un bail, dans cette ancienne ferme aux vieilles pierres blondes, après l’apéritif entre copains, alors qu’un vieux cahors embrassait le fumet du  lapin aux pruneaux, on entendait par bribes à la table voisine des  ragots concernant des notables du coin. C’est  drôle… On en sait plus dans les tavernes  qu’à l’hôtel Matignon !

 

 

 

 

Repost 0
3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 13:39
Repost 0
gerard pendaries
commenter cet article
2 avril 2013 2 02 /04 /avril /2013 16:58

A peine François Hollande s’est-il affirmé comme Président de tous les Français, que Jean-Marc Ayrault se revendique comme Premier Ministre Socialiste….  Distinguo  singulier  mais qui n’empêche pas une cohabitation harmonieuse, plus facile en tous cas que celle entre Jacques Chirac et Lionel Jospin.

Mais derrière la connivence affichée, on voit poindre des divergences : Quand le Président opte pour l’allongement de la durée des cotisations retraites, le Premier Ministre l’exclue aussitôt. (1)     Faut-il ne voir là qu’un de ces effets ping-pong, tant prisé par les deux, qui donne le tournis aux Français ?

Il n’empêche que l’un, Président de  tous les  Français, et l’autre, Premier Ministre rien que Socialiste,  plongent ensemble,  en ce moment,  la France dans la récession, le chômage et la dette.  Leur persistance dans la politique de restriction  boutiquière  (Aie ! Europe) implique que même au nom de l’égalité, même au nom de la justice, même au nom de la vertu, moins d’argent c’est moins de consommation. Moins de consommation c’est plus de chômage….

Sur le plan humain le chômage est un fléau individuel, familial et sociétal. Sur le plan économique le chômage est un dégât qui coûte cher (par lui-même et par manque de productions de richesses). Mais vu sur le plan statistique, celui des têtes froides et bien remplies, on peut monter en Europe jusqu’à 25%. (Les Peuples Grecs et Espagnols en font référence) ……On a encore de la marge et du temps, se disent-ils……. Quoique …..

 

1)              A moins d’expliquer comment on peut  entrer de moins en moins tôt  dans le monde du travail et  cotiser plus longtemps sans partir plus tard.

 

Repost 0
1 avril 2013 1 01 /04 /avril /2013 17:30

Sans une bonne dose de crédulité populaire il n’y aurait pas de démocratie. Quand, comme aujourd’hui,  les faits démentent  trop vite les promesses, c’est à  la com. que revient la tâche de rallumer la flamme des illusions. Mais ces messieurs des oreillettes n’ont  pas la tâche facile car si

la confiance est une chose qui va et vient,  pour le moment une majorité de Français ne croient plus en François Hollande : Pourquoi ?

 1)      Il a basé son élection sur une double tromperie.

Pour rendre plausibles les soixante  propositions propre à séduire les Français, François Hollande s’est appuyé sur  deux attributs :

--D’une part  la mauvaise gestion de Nicolas Sarkozy,  qu’il a présenté comme un  Président au comportement agité et douteux. « Moi, Président de la République, je ne participerai pas à des collectes de fond pour mon propre parti dans un  hôtel parisien » assène-t-il.

--D’autre part sur l’oukase Européen, cause  d’une rigueur contreproductive, qu’il se proposait d’amender en renégociant le Pacte Budgétaire Européen.

Double tromperie,  puisque le Pacte  fut signé à la virgule près et que, quoiqu’on pense de M. Sarkozy,  on voit bien que la situation est due à des difficultés autres que celles  supposées causées par  son engouement pour le Fouquet’s et les  montres Rolex.

 2)      François Hollande s’est enfermé dans un piège dont il a lui-même  forgé les barreaux.

Son opiniâtreté à vouloir faire semblant de tenir ses promesses est incompatible avec le rigorisme imposé par l’Union : Réduction du déficit budgétaire et de l’emprunt. De ce fait il a mis tous les indicateurs dans le  rouge : croissance, chômage, pouvoir d’achat, déficit budgétaire et dette y compris.

 3)      Le Président compte sur l’aide  d’une reprise européenne ou internationale pour assurer sa délivrance.

Plutôt que de concentrer tous ses efforts sur la  compétitivité de l’industrie Française, et de procéder à une vigoureuse relance intérieure, il préfère taper dans le catalogue de ses  promesses et courir plusieurs lièvres à la fois. Cette occupation  du terrain,  essentiellement  politique et médiatique, est censée permettre  d’attendre la relance.

 Possible que la nouvelle tactique qui consiste au partage des tâches entre lui  «Président de tous les Français » et Jean-Marc  Ayrault « Premier Ministre des Socialistes » porte ses fruits. Elle permet le double langage qu’ils affectent  tant : Quand l’un dit « Il faudra augmenter la durée des cotisations de retraites » l’autre affirme « Je maintiendrai les départs à 62ans ».Mais la ficelle est grosse et c’est au risque de prendre les Français pour plus bêtes qu’ils  sont.

Bien des choses vont dépendre de la réaction de l’Europe et des Marchés financiers :

---Après les promesses budgétaires non tenues en  2012 et 2013,  l’Euro-Group va-t-il croire que, croix de bois croix de fer, celles de 2014 seront respectées ?

---Voyant  la dette dépasser le seuil critique de 90% du PIB,  joint à la perspective d’une croissance atone, les marchés vont-ils maintenir leur extraordinaire indulgence à notre égard ? Espérons  que oui,  car ni les uns ni les autres n’ont intérêt à nous enfoncer davantage. 

 Faut-il conserver la Démocratie ? demande Jacques Attali sur l’Express ?  Bonne question !

 

Repost 0
27 mars 2013 3 27 /03 /mars /2013 12:49

S’il vous plait Monsieur Hollande ne nous servez pas Jeudi une  variante des  litanies de  Jean-Marc Ayrault : « Je sais où je vais » …….  «  Ma rigueur c’est ma détermination réformiste »….. « Ma rigueur  c’est l’égalité des droits » …… « Ma rigueur c’est la justice »…..  Gardez, désormais,  vos rigueurs et vos vertus : on veut du travail et du pain.

On ne vous en voudra pas de vous être trompé : vous qui n’avez connu ni pauvreté ni chômage, comment pourriez-vous savoir ce que c’est ?  Celui qui voit un lac glacé imagine la froideur de l’onde mais seul celui qui est tombé dedans  en a ressenti les effets.

Alors dites-nous vos mesures concrètes :

--Votre détermination à quitter immédiatement l’Euro-Group si, comme à Chypre, il leur reprenait fantaisie de faire un hold-up sur les comptes bancaires ou de piquer dans les économies des citoyens.

--Votre ferme décision d’arrêter immédiatement  la hausse des impôts.

--De donner à chacun la liberté de travailler comme il veut et le temps qu’il veut.

--De ne pas légiférer sur la liberté de conscience.

--De réduire le chômage par la seule méthode qui vaille : Donner du travail !

 Alors détruisez ces ignobles entrées de ville, tracez des avenues  et relancez à fond le bâtiment

Creusez un large canal Rhin- Méditerranée pour le transport des marchandises.

Faites une autoroute centrale Nord-Sud.

Développez le rail-route.

Restructurez et développez l’activité du tourisme à parfum de culture (pas comme en Espagne svp). 

Relancez la production Française en trichant par  un effet TVA  défavorable aux  importations…………

L’argent ? Par l’emprunt……Non il n’est pas  un fardeau, pourvu qu’il  ne serve  pas à financer des prébendes ou des comités Théodule mais des investissements qui donneront à nos enfants une France plus belle et plus facile à vivre.  Revenons à l’esprit des Cathédrales….Travaillons !

On vous dit très intelligent, est-il si difficile de corriger ce défaut ?

 

Repost 0
25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 12:41

Quand même ! Nos temps font peu de cas de l’honneur et de la dignité. Quel exemple pour les enfants…..Voici celui que le Peuple avait choisi  pour Président de la République,  qui a représenté aux yeux du Monde la Grandeur  de la France, donné par les juges  comme  ayant abusé de la faiblesse d’une vieille dame pour lui extorquer de l’argent.  

La Justice est  aveugle. De ce fait, et par définition, elle  ne voit pas les impacts sociaux, économiques et politiques de ses décisions. Pour autant,  quand elle accuse des  Elus de la République et à plus forte raison ceux qui furent son Président, l’onde de choc va jusqu’au Peuple, lequel ne peut se défausser  d’avoir  été assez myope ou benêt pour élire un gredin. C’est  aussi une forte incitation à l’abstention : Pourquoi élire un Président  dont on découvrira  par la Justice  qu’il était un coquin juste après son mandat ?

Inculper un ancien Président de la République c’est, quelque part, faire le procès  de la France. C’est un déshonneur  qui ternit forcement  notre image à l’Etranger. Mais les Juges ne seraient pas des Juges s’ils ne s’interdisaient d’admettre  qu’un ex Chef d’Etat n’est pas un citoyen comme les autres puisqu’il fait partie de  la France et de son Histoire.  Pire que le déshonneur,  il y a une infinie tristesse à voir la  petitesse  d’un Pays dont le plus haut Personnage de l’Etat profitait, ainsi que l’en accusent les Juges, de la faiblesse mentale d’une vieille femme pour lui piquer ses sous.

Ceci étant puisque la Justice est indépendante, omnisciente et aveugle comment éviter que la réputation et l’honneur de la France ne soit entaché ? La réponse est simple : Avoir des Elus irréprochables….     Pour ce faire je propose une solution: Ayant observé que, jusqu’à présent, les anciens Présidents épinglés  étaient de Droite, je suggère de n’élire dorénavant que des Présidents de Gauche.

 

 

Repost 0
22 mars 2013 5 22 /03 /mars /2013 08:50

« Je sais où je vais » a martelé hier Jean-Marc Ayrault…….  «  Ma rigueur c’est ma détermination réformiste »….. « Ma rigueur  c’est l’égalité des droits » …… « Ma rigueur c’est la justice »…..  Des mots, rien que des mots,  démentis par les faits : Où est, par exemple, l’égalité des droits, où  est  la justice entre les travailleurs du Public et ceux du Privé ?

Mais si Jean-Marc Ayrault peut  s’en tirer à  bon compte et recevoir  par la seule magie du verbe  les soutiens  des députés  de gauche il n’en sera pas  de même pour Pierre Moscovici   lorsque (selon les propos du patron de l'Eurogroupe  Jeroen Dijssebloem)   la  France devra fournir «une sacrée franche explication» à la zone euro si elle veut obtenir le report d'un an de la réduction à 3 % de son déficit budgétaire ».

Bien loin  des envolées lyriques du  Premier Ministre,  le Président de l’Euro group  affiche  une  posture triviale  en demandant que Paris  «Précise ce qu'il entend faire en plus pour atteindre l'objectif  de 3%  en 2014 et quelles réformes structurelles la France entend mener à bien »

Cette ingérence au cœur même de la gouvernance Française est  conforme au  TSCG, d’abord contesté par François Hollande en tant que candidat,  puis  adoubé  par lui dès son élection.

Il n’empêche que cela  va poser un sacré problème a Bernard Cazeneuve :  La mission qu’il a  acceptée consiste à maintenir le déficit budgétaire 2013  en dessous de 3.7 %  (sous réserve  de franches explications à Bruxelles)   dans un contexte de croissance nulle, un déficit commercial conséquent,  sans recours possible à la planche à billets et sans augmenter la dette…….En  sachant qu’une nouvelle hausse des  impôts ( déjà parmi les plus élevés d’Europe)  viendra  par la baisse du pouvoir d’achat automatiquement  alimenter  le chômage  et la récession…..Bon courage !!

Repost 0

Présentation

  • : billets d'une pensee ordinaire
  • billets d'une pensee ordinaire
  • : "Les Démocraties ne peuvent pas plus se passer d'être hypocrites que les Dictatures d'être cyniques" Il n’y a qu’une Liberté : celle à se déterminer d’agir de façon morale
  • Contact

Recherche

Liens