Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 octobre 2012 4 11 /10 /octobre /2012 14:29

 

On ne saurait reprocher au Président de la République de vouloir faire en sorte que l’Ecole soit le creuset de l’homogénéité Républicaine et le tremplin de la réussite sociale. Pourtant, dans son discours à la Sorbonne, je n’ai pas vu de vision créative et je ne suis pas certain que ses idées ne se fondent sur des critères aujourd’hui largement dépassés.

 

En 1880, la consolidation du régime politique Républicain passe par l'Instruction Publique. En laïcisant l'école, ils veulent affranchir les consciences de l'emprise de l'Eglise et fortifier la Patrie en formant les Citoyens, toutes classes confondues, sur les mêmes bancs.

C’est le début du formatage Citoyen aux normes de la République. Mais Jules Ferry était conscient qu’un enseignement purement scolaire aurait son talon d’Achille dans le dédain des principes distinguant le bien du mal. Dans une lettre il le rappelle aux enseignants : « En vous dispensant de l'enseignement religieux, on n'a pas songé à vous décharger de l'enseignement moral : c'eût été vous enlever ce qui fait la dignité de votre profession »

Les Instituteurs de l’époque (Hussards noirs de la République) s’étaient investis dans cette mission sacrée et ils s’attachaient à la promouvoir par l’exemple.

 

Mais, que de chemins parcourus ….

D’abord il y avait une sorte de compétition morale entre Religieux et Laïques dans un contexte d’aspirations spirituelles (la richesse des pauvres) devenue obsolète par l’abondance et la culture de consommation actuelle.(1)

Ensuite il y avait aussi, au plus haut point, la notion de Patrie qui n’a lieu d’être que dans un sentiment de Nation en danger.

Pour comprendre cela il faut lire, ou relire, la « Dernière Classe » d’Alphonse Daudet :

 

« ………Tout de même il (M. Hamel l’Instit Alsacien) eut le courage de nous faire la classe jusqu'au bout…. Là-bas au fond de la salle, le vieux Hauser avait mis ses lunettes, et, tenant son abécédaire à deux mains, il épelait les lettres avec eux. On voyait qu'il s'appliquait lui aussi; sa voix tremblait d'émotion, et c'était si drôle de l'entendre, que nous avions tous envie de rire et de pleurer. Ah! Je m'en souviendrai de cette dernière classe...

Tout à coup l'horloge de l'église sonna midi, puis l'Angelus. Au même moment, les trompettes des Prussiens qui revenaient de l'exercice éclatèrent sous nos fenêtres... M. Hamel se leva, tout pâle, dans sa chaire. Jamais il ne m'avait paru si grand.

«Mes amis, dit-il, mes amis, je... je... »

Mais quelque chose l'étouffait. Il ne pouvait pas achever sa phrase.

Alors il se tourna vers le tableau, prit un morceau de craie, et, en appuyant de toutes ses forces, il écrivit aussi gros qu'il put:

«VIVE LA FRANCE!»

Puis il resta là, la tête appuyée au mur, et, sans parler, avec sa main il nous faisait signe:

«C'est fini...allez-vous-en.»

 

Et oui c’est fini, la Patrie n’est plus en danger et d’ailleurs, c’est quoi la Patrie aujourd’hui ? Heureux M. Hamel qui vivait les émotions de son cœur plutôt que celles des balades en camping-car.

 

Maintenant le problème est de trouver des Maitres pour remplacer ceux qui sont absents…. et pour cause : la Médecine a fait tellement de progrès.

Ô Tempora, Ô Mores !

 

1) On retrouve encore dans les Populations Immigrées un besoin de spiritualité, parfois barbare, que nos cœurs désormais desséchés par les excès d’abondance ont du mal à percevoir.

 

 

 

 

 

 

Repost 0
9 octobre 2012 2 09 /10 /octobre /2012 19:46

 

En vain, nous nous posons cette étrange question :

Quelle est cette colère, sans rime ni raison,

Pour un simple dessin ?

Etrange sentiment, sans rime ni raison,

Qui les font Assassins…

 

Ne peut-on respecter leur fervente douleur ?

Ce n’est pas la Raison qui anime leur Cœur :

Si l’Etoile est pour nous un objet de chimère,

Elle est pour eux ce coruscant mystère,

Qui pose la question de nos présences ici.

A cette énigme que savons répondre ?

Laissons cette lueur éclairer leurs esprits,

Et Croire obstinément qu’ils ne sont pas des ombres.

 

 

 

 

Repost 0
8 octobre 2012 1 08 /10 /octobre /2012 19:51

Un article paru dans L’Express analyse excellemment les raisons qui font la réussite de Volkswagen. A contrario, le Docteur Montebourg, qui n’est pas spécialiste en hématologie, plutôt que de rechercher les vraies causes de l’hémophilie qui affecte Peugeot, se contente d’essayer d’en éponger le sang qui, pour le premier semestre 2012, coule à raison de plus de 3,5 millions Euros ….. par jour !

 

Dans l’immédiat, outre la portée financière et sociale, cela a un impact sur la notoriété boursière de la firme avec trois conséquences essentielles :

--Exclusion du CAC 40.

--Méfiance des investisseurs.

--Accroissance des difficultés pour trouver un indispensable partenaire international.

 

En vérité le problème Peugeot dépasse de loin la question d’Aulnay, et, en tous cas, est bien au-delà de savoir si le Ministre du « Redressement Productif» doit, ou non, recevoir un carton rouge. Encore une fois les Syndicats sont complètement à côté de la plaque. En fait, il s’agit, ni plus ni moins, de la survie de Peugeot (secteur automobiles) et de dizaines de milliers d’emploi, car les difficultés de Peugeot sont, de surcroit, au cœur d’un marasme automobile Mondial.

 

Mais, alors qu’il faudrait des interventions lourdes, la réunion du 25 octobre promise par Arnaud Montebourg ne porte que sur des compresses. Car ni le Gouvernement, ni la Gauche dans son ensemble, ne croient que la responsabilité principale du manque de compétitivité repose (hélas) sur les épaules ouvrières. «Travailler plus pour ne pas gagner moins» ou pire «Travailler plus pour éviter le chômage» : Voilà, pour nos Gouvernants, une idéologie de Droite qu’il est interdit d’exprimer au même titre que les mots de rigueur ou de flexibilité.

 

Si M. Varin, (pris entre les singuliers aveuglements des actionnaires Peugeot et les Syndicats, plus le Ministre Redresseur), n’en mène pas large, le Président de Renault a mis ce matin très explicitement les pieds dans le plat :

Du fait du coût de la main d’œuvre trop élevé en France pour la fabrication rentable de Voitures Populaires, soixante-dix pour cent des nouvelles Clio seront assemblées en Turquie. Les autres resteront construites en France sous réserve que le coût de la MO s’ajuste bientôt avec celui de l’Espagne (écart +ou- 25%).

A bon entendeur salut !

Las ! Nos Elites refusant d’admettre que la baisse du pouvoir d’achat influe sur l’achat des voitures, plutôt que d’augmenter la durée du travail sans réduction de salaires, vont reporter les charges sur la CSG. Ainsi nous aurons des productions plus compétitives mais encore moins de clients pour les acquérir…….

 

Repost 0
6 octobre 2012 6 06 /10 /octobre /2012 15:05

Pendant que M. Peillon souhaite remettre à l’école des préceptes basiques facilitant la vie en commun (Ne prenons pas le bien d’autrui, respectons nous les uns les autres, ne crachons pas ; même sur le Professeur…) les policiers de la Bac nord de Marseille planquent les bijoux volés (aux voleurs) dans le plafond du commissariat. Cela depuis des mois, pendant que la hiérarchie toute entière, sans doute trop occupée à pister les trafiquants officiels, a (on l’imagine) d’autres chats à fouetter que de faire, en plus, la police aux policiers. (1)

 

Simple fait divers qui pose néanmoins le problème d’une exemplarité sociétale, laquelle, (depuis la plus petite enfance) forge la matrice existentielle de l’individu.

La vraie question est de savoir pourquoi l’on refuse à certaines catégories professionnelles ou sociales, ainsi qu’aux enfants, des attitudes qui sont, désormais, monnaie courante, aussi bien dans les familles que dans le sport et jusque dans les plus hautes sphères de l’Etat.(2)

Il ne s’agit pas de juger ces comportements en fonction d’une morale dont les préceptes sont largement issus de concepts religieux préconçus. On constate simplement que, loin du vilain défaut, le mensonge est un outil dont aucun homme Politique, y compris les Chefs d’Etat, ne pourraient se passer. Alors, pourquoi l’interdire aux enfants ? Dans cette société la Justice elle-même a pris conscience de l’injustice qu’il y avait à punir les contrevenants. Alors, si elle les punit au nom de la Loi, elle les relâche presque aussitôt au nom de l’indulgence.

 

Dès lors, les policiers ne savent plus très bien où ils en sont : Quand la Justice elle-même minimise le fait de délinquance au regard du comportement global de la société, les lignes entre bien et mal deviennent de plus en plus floues. Les autres digues ayant rompu, la police serait le dernier rempart de concepts révolus : Il est entrain de craquer !

 

 

1) «Ce que je regrette, c'est que personne dans la hiérarchie n'ait pu arrêter tout cela alors qu'on a une pluralité d'acteurs et que ça durait depuis plusieurs années » a relevé de son côté Yves Robert, du Syndicat national des officiers de police.

2) Où en est à Marseille l’affaire Guérini ?

 

 

 

 

 

Repost 0
5 octobre 2012 5 05 /10 /octobre /2012 08:46

On peut se tromper, mais je ne suis pas le seul à croire que le Gouvernement subit son sujet plutôt qu’il ne le domine. J’observe un manque de stratégie, plus ou moins palliée par l’improvisation, doublée d’un décalage temporel, d’autant plus dommageable que, même avec un bon fusil, on rate immanquablement la cible en tirant trop tard.

 

Il me semble que l’erreur fondamentale vient d’une sorte d’anamorphose qui illusionne nos leaders sur des pouvoirs qu’ils ne possèdent plus. La France qui n’a plus sa propre monnaie est de plus en plus tributaire de la Politique économique et financière de l’Europe. Laquelle l’est de l’Amérique, de la Chine, des Multinationales….(Mittal octroyant à l’Etat un délai de soixante jours en forme d’ultimatum pour vendre, à sa place, ses hauts-fourneaux est un exemple typique de la faiblesse des Nations)

 

Il saute aux yeux que ce système a besoin d’un sérieux coup de torchon. Encore faut-il que les Grands de ce Monde, Obama en tête, en soient non seulement convaincus mais fermement décidés à y parer. Or, après Lehman Brothers on a bien vu que c’est aux Citoyens, y compris ceux des générations futures, de payer pour la folie des Banques. (Seize mille milliards $ de dettes aux Etats-Unis et Neuf mille milliards d’euros en Europe hors Royaume Unis)

 

Les choses étant ce qu’elles sont, il ne sert à rien de mentir en faisant croire, à coups de mentons et de vuvuzela, que la France peut d’elle-même, pourvu qu’elle contemple suffisamment son nombril, pallier ces errements : C’est faux !

 

La solution consiste à confier à des équipes compétentes le soin de la gestion des affaires de l’Etat, dans un souci de réalisme infrangible, hors toute espèce de dogmatisme, en laissant les Partis à leur besogne de boutiquiers. Au-dessus de tout cela le Président devrait avoir pour objectif de partir à la reconquête de nos Pouvoirs perdus.

 

A condition de bien comprendre que ces Pouvoirs ont pris désormais une toute autre forme. Il s’agit de pouvoirs d’influences robustes que la France doit avoir auprès d’une Europe, laquelle, faute de dorsale, a pris la forme d’un monstre mou dont l’Allemagne est la carapace. Comme au temps de De Gaulle et d’Adenauer il appartient au couple Franco-Allemand de reprendre la main pour guider l’Europe et son économie qui est, encore, une des plus fortes du Monde.

Alors France et Allemagne auront le pouvoir de négocier et même de prescrire auprès du Monde entier.

 

Le Président Hollande devrait voir que le problème, son problème, n’est pas le mariage des Homosexuels, ni le vote des Etrangers. Ni même la cuisine qui consiste à compenser par des impôts le manque de cohérence structurelle de nos organisations politiques et administratives. Aujourd’hui la France n’a que faire d’un Président Normal : il lui faut un De Gaulle, Un Churchill, un Adenauer….

L’histoire nous tend ses bras, saurons-nous l’embrasser ?

 

 

 

 

 

 

Repost 0
3 octobre 2012 3 03 /10 /octobre /2012 14:29

 

Ce soir débat entre Obama et Romney : Intérêt tout People, car, déjà, personne n’ignore qu’Obama sera réélu.

Mais réélu par défaut du fait de l’incroyable vraie ou fausse réputation de ballot compulsif que l’on fait à Mitt Romney et que, pour ma part, j’ai peine à croire. On lui reproche notamment d’avoir dit qu’une victoire de Hillary Clinton à l'élection présidentielle de 2008 « ferait de l'Amérique la France du XXIe siècle : une ancienne grande puissance devenue un second couteau». La France, phare du Monde, un second couteau ? Faut-il être balourd pour dire cela !

Reste à se demander comment il a pu obtenir à Harvard un diplôme international d'études supérieures du plus haut niveau dans le domaine de la conduite globale des affaires : stratégie, marketing, finances, ressources humaines et management (MBA), plus un diplôme de Droit, lui qui se demande pourquoi on ne peut pas ouvrir les hublots d’avions….Décidément, les Universités Américaines ont une réputation bien surfaite.

Tout de même, son exceptionnel parcours professionnel colle mal avec son renom de gaffeur…Mais la bible ne dit-elle pas : Aux innocents les mains pleines ?

 

Ceci étant que sera le second mandat d’Obama ? De mon point de vue le premier n’est pas terrible. Je ne sais plus qui a dit : Il n’y a que deux choses à son actif, le sauvetage de Général Motors et la mort de Ben Laden…. Déjà il n’a pas su saisir la chance exceptionnelle que lui offrait la Crise : celle d’avoir le courage de rénover le Système Bancaire International. Sous le coup de l’émotion tous les Pays l’auraient suivi et ç’était le moment ou jamais avant que la Finance ait eu le temps de se ressaisir. Il aurait pu éviter ainsi les déboires que certains Pays connaissent aujourd’hui avec des Banques qui empruntent à la BCE à 0.75% pour reprêter à la Grèce à 6%.

 

Son bilan économique intérieur n’est pas brillant non plus. Son addiction au Keynisme a fait passer la dette Américaine du chiffre déjà excessif de 10 mille milliards à 16 mille milliards de $ soit un déficit budgétaire qui frôle souvent les 11% du PIB avec comme perspective de le ramener à 7%. Que dirait-on, en Europe, de François Hollande s’il se fixait un tel objectif ?

Pourtant un tel débordement financier n’empêche pas un chômage qui, officiellement, dépasse les 8% mais flirte avec les 13% au réel.

D’aucuns disent que la perspective de ne pas faire un troisième mandat va lui donner l’audace Politique qui lui a manqué jusqu’à présent. Acceptons-en l’augure et espérons-le, sachant que de l’Amérique dépend, aussi, l’indispensable sursaut économique Européen.

 

 

 

Repost 0
2 octobre 2012 2 02 /10 /octobre /2012 16:20

J’écoutais, ce matin, l’économiste Elie Cohen faire, en quelques mots, une analyse ferrée et lucide de la situation économique. --- En ce qui me concerne, j’en retiens trois points essentiels :

1) Depuis des décennies, les Gouvernements successifs n’ont pas, comme il l’aurait fallu, ajusté les structures Françaises aux nouvelles données du Mondialisme.

-- La Droite par impuissance face aux résistances politiques et sociales de la Gauche.

--La Gauche par souci idéologique qui fonde son commerce.

2) La relance économique passe en premier lieu par L’Europe. A condition que celle-ci se dote d’un minimum de solidarité impliquant une cohérence Politique, Economique, Sociale, Fiscale…bref un fédéralisme impossible à mettre en place actuellement par suite des contraintes électorales lesquelles, en l’occurrence et dans leurs formes actuelles, impactent négativement le processus.

3) Sans relance économique sérieuse, nécessitant des reformes structurelles dans chaque Pays, (le tout dans un contexte d’harmonie Européenne), la compétitivité européenne perdra du terrain au plan Mondial avec pour corollaire une pression tragique sur les classes pauvres et moyennes ainsi qu’un chômage croissant.

 

Alors, n’ayant plus guère de maitrise sur les vrais leviers du Pouvoir, les Gouvernements utilisent à outrance les moyens qui leurs restent… dont le Mensonge.

 

Mensonge : «Je renégocierai le Traité européen»

Mensonge : 90% des classes moyennes n’auront pas d’augmentation d’impôts.

Mensonge : Nous réduirons le chômage dès fin 2013.

Mensonge : Le déficit budgétaire de 2013 ne dépassera pas 3%

Mensonge : Plus de charges sur les entreprises n’entache pas le redressement productif.

Mensonge : le coût du travail Français est inférieur de 23% à celui de l’Allemand. (1)

Mensonge : Nous renoncerons au cumul des mandats.

Mensonge : Florange est rentable fiable et viable. (2)

Mensonge : La France n’est pas un pays surimposé. (3)

Etc. etc…….

 

Liste superfétatoire si elle ne posait un problème de fond touchant les sociétés modernes : la déconnection ou plus exactement la confusion entre paroles et actes, entre virtuel et réel. La première surprise vient du fait que les masses populaires puissent gober aussi facilement et sans réagir de telles contre-vérités. Y a-t-il bêtise ou indolence ? Peut-être l’individu procède-t-il comme devant l’accident ou la maladie : ça concerne les autres. Il ne se sent pas vraiment impliqué par un phénomène dont il ne perçoit pas la conséquence directe.

Laissons aux philosophes le soin de déterminer à quel moment une virtualité peut devenir réelle. La Bourse en est un exemple et l’on se demande comment et jusqu’à quel point le Président Obama pourra, dans son nouveau mandat, continuer à produire des masses de dollars sans communes mesures avec la stricte réalité économique Américaine.

 

Bref, L’Europe manque cruellement de vision stratégique et la France est plus que jamais tributaire de l’Europe.

Hormis quelques bricolages rien ne sera possible avant les élections Allemandes dans plusieurs mois, plusieurs années ? C’est long et dur aux miséreux.

 

 

 

1 Christian Eckert émission «ça vous regarde»

2 Expert du Ministre Montebourg (Qui sait très bien que les hauts fourneaux de Florange sont obsolètes)

3 Avec un taux de prélèvements obligatoires à 45% du PIB en 2012, l'Hexagone dépasse la Suède. La France n'est plus devancée que par le Danemark dans les pays de l'OCDE. Mais le Danemark possède sa propre monnaie. La France est donc le Pays le plus imposé de la zone Euro.

 

 

Repost 0
29 septembre 2012 6 29 /09 /septembre /2012 16:36

 

Il y avait jadis, chez les Instits, des valeurs Morales, Laïques et Socialistes que l’on retrouve avec bonheur aujourd’hui dans ce Gouvernement qui veut, malgré la crise, que la France renoue avec la rigueur et les principes.

 

J’ai toujours eu beaucoup de tendresse pour le personnage de Joseph le Père romanesque de Marcel Pagnol.

Je l’imagine assez bien, le soir, à la lueur d’une lampe à pétrole, préparer le budget de la famille sur un cahier d’écolier.

 Cet homme, qui haussait l’honnêteté au degré d’une tare, était travaillé par le souci de contenir ses dettes et obsédé par l’équité.

Pour cela, plutôt que de profiter de la manne d’affreux créanciers, il préférait que Femme et Enfants vivent dans l’indigence pourvu que la famille puisse marcher la tête haute, fière de ne devoir rien à personne.

 

Un jour, Jules, son beau-frère, ému de voir leur dénuement lui a raconté cette histoire :

 « C’est un Juif qui se tourne et se retourne dans son lit sans parvenir à dormir. --- Mais qu’est ce qui te tracasse ainsi ? lui demande sa Femme---Samuel répond : je dois 10000 euros à Jacob et je ne peux pas le rembourser.

Alors sa Femme se lève, va à la fenêtre et crie : Jacob, Jacob !….Jacob finit par venir, ouvre sa fenêtre et demande ce qu’il y a.--- Il y a que Samuel te doit 10000 euros et qu’il peut pas te rembourser.

La Femme revient se coucher et dit à Samuel : Maintenant tu peux dormir, c’est à Jacob de rester éveillé »

 

Avec François Hollande nos créanciers vont dormir mais c’est nous qui risquons l’insomnie….

 

 

 

 

Repost 0
28 septembre 2012 5 28 /09 /septembre /2012 13:07

Nous avons tous tendance à percevoir les choses en fonction de ce que nous désirons entendre plutôt que d’en vouloir saisir la réalité. Ceci découle d’une spécificité pathologique propre à l’humain, mais aussi du fait qu’il est plus facile et confortable de croire ou de réfuter ce qui est dit plutôt que d’en vérifier le bon aloi. C’est une arme qui convient parfaitement à l’action Politique et ses acteurs s’en servent habilement.

 

A cet égard, l’émission d’Antenne 2 «Des Paroles et des Actes» pratique avec bonheur l’ambigüité dans la mesure où elle mélange actes et paroles, embrouillant ainsi le spectateur qui prend facilement les vessies pour des lanternes selon l’aspiration de ce qu’il tend à ouïr.

 

J’en veux pour preuve les débats qui ont fait croire à bon nombre de Français que, «Lui Président» le traité Européen serait renégocié de telle sorte que les contraintes budgétaires seraient bien moins sauvage que celles dont on voyait les effets en Grèce ou en Espagne. Le désir d’y échapper était tel que les auditeurs ont pris ces paroles pour des actes. On sait ce qu’il en est aujourd’hui !

 

Hier, Antenne 2 a donné l’occasion à M. Ayrault de remettre ça et, en ce qui me concerne, j’estime qu’il serait temps d’arrêter d’illusionner les gens. Par exemple ceux de Florange….

 

Dans cette affaire, prise ici comme exemple typique, (promesses d’un «bras de fer » avec Mittal pour aboutir à un éventuel accord compliqué distinguant le chaud et le froid s’en remettant à un hypothétique acquéreur garant de la pérennité des emplois), les paroles sont destinées à gagner du temps en faisant croire à des actes.

Pourtant, dans une optique de Gauche, l’action est à Florange relativement facile :

 

1) De l’avis de l’expert nommé par le gouvernement Florange est «Viable, fiable et rentable»

2) Il faut agir vite : c’est du moins la recommandation expresse de ce même expert.

Dès lors, qu’est-ce qui fait différence entre les paroles du Ministre et des actes ?

C’est l’offre écrite et largement diffusée du rachat du site par l’Etat pour un montant donné.

Financement ? Facile puisque la Banque Publique d’Investissements a justement été créé pour cela.

Elle peut emprunter aisément à des taux avantageux à la BCE ou sur le Marché.

 

Alors qu’est ce qui cloche ? On ne comprend pas…Si Mittal répond négativement, cette Loi si souvent promise devrait permettre le rachat….et pourquoi pas la Nationalisation ? Allons, Messieurs, du courage…on est de Gauche ou on ne l’est pas !

 

 

Repost 0
26 septembre 2012 3 26 /09 /septembre /2012 17:25

En ce qui concerne EELV la réponse est claire : François Hollande a octroyé aux «Verts» un Pouvoir Politique, lequel, en fonction d’un contrat préalablement passé entre Verts et Socialistes, est sans commune mesure avec celui qui aurait dû être si le Président de la République avait tenu compte de la voix du Peuple (seulement 2.3%).

 

Ceci est un fait et pose la question de la réelle valeur de l’article 2 de la Constitution : «Gouvernement du Peuple par le Peuple….) Mon œil ! Du moins lorsque le Chef de l’Etat estime que le respect d’un contrat entre partis prévaut sur le verdict des électeurs.

 

Il est vrai, qu’en dehors des intérêts politiciens purement tactiques, il y a aussi entre les Socialistes et EELV de nombreuses attaches sur la manière de faire de la politique et de respecter sa parole.

 

Par exemple, François Hollande et Cécile Duflot, qui étaient tous deux opposés au Traité «Merkel- Sarkozy», ont retourné leur veste. Désormais, l’un est carrément pour et l’autre pas forcément contre.

Cette capacité à changer d’opinion en faveur des circonstances et des intérêts, est un point qu’ils ont en commun mais qu’ils partagent aussi très généreusement avec de nombreux autres Politiques de tous bords.

 

Mais ce qui m’étonne le plus c’est l’absence de réactions populaires : à croire que le Citoyen porte moins d’intérêt à la parole des élites qu’à celle de son plombier.

 

Est-ce si sûr ? On sent déjà une pointe d’agacement en France alors qu’en Grèce et en Espagne la police peine à contenir la marée des contestations.

L’histoire n’est pas avare d’exemples où les seuls à n’avoir pas vu venir l’agitation étaient précisément ceux qui en forgeaient la cause.

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0

Présentation

  • : billets d'une pensee ordinaire
  • billets d'une pensee ordinaire
  • : "Les Démocraties ne peuvent pas plus se passer d'être hypocrites que les Dictatures d'être cyniques" Il n’y a qu’une Liberté : celle à se déterminer d’agir de façon morale
  • Contact

Recherche

Liens