Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 novembre 2012 1 19 /11 /novembre /2012 13:56

 

 

 

Pendant que l’UMP….!!        François hollande prend le relais en fixant ses trois priorités :

---Construction Européenne.

---Maitrise de la dette avec réduction des dépenses de l’Etat.

---Relance de la compétitivité

Le Chef de l’Etat fait passer l’orthodoxie financière avant le Social.

 

a) Construction Européenne : c’est la subordination des économies des pays membres aux règles communes de la zone Euro.

b) Maitrise de la dette avec réduction des dépenses de l’Etat : Nécessité inférée par le point ci-dessus.

c) Relance de la Compétitivité : Exigence induite par la maitrise de la dette.

 

Il n’y aurait pas une feuille de papier à glisser entre les choix économiques de François Hollande et ceux d’une opposition de Droite (Si, bien sûr, celle-ci existait) En vérité, sauf à rejeter le choix Européen, il n’y a pas d’autres options possibles. Le cap étant fixé, reste à réussir la manœuvre, laquelle est toute entière dépendante de la capacité Française à maitriser le déficit commercial et à relancer ses exportations. Faute de quoi la maitrise de la dette entrainerait une forte augmentation du chômage.

 

Les choses étant dites reste à les faire et c’est là que les avis divergent :

1) Il faut aller vite et fort…. Le Président veut aller lentement, doucement et longtemps

2) Il faut surtout éviter de gagner moins, mais en travaillant plus….. François Hollande préfère prendre ici (Contribuables) pour donner là (Entrepreneurs)

 

Ceci faisant, certains facteurs peuvent jouer contre l’actuelle Majorité :

1) Risque de voir la crise économique muter en commotion Sociale : le Chômage, la pression fiscale et la réduction du pouvoir d’achat induisent un mécontentement populaire qui menace de peser sur les élus Socialistes tout en favorisant l’Opposition.

2) Difficulté de faire face à la paupérisation de la Société et du surcroît de délinquance avec une Justice poussiéreuse et de plus en plus dépassée.

 

L’avenir dira comment le Peuple voit ces choses-là. Le talon d’Achille des Socialistes reste le chômage. François Hollande promet un miracle à Noël 2013 : Ainsi soit-il !

 

Repost 0
13 novembre 2012 2 13 /11 /novembre /2012 20:15

 

 

Afin de pallier la transparence du Premier Ministre et conforter une opinion publique de plus en plus dubitative, le Président Hollande est monté au créneau.

Nous en sommes encore au temps des mots, ceux du prétexte de la crise remplaçant celui de l’incurie des prédécesseurs, mais, peu à peu, viendront les chiffres et le bilan. Il faudra attendre fin 2013 pour avoir une idée objective du corrélat entre son action et ses promesses :

 Déficit budgétaire contenu à 3% du PIB.

 Maitrise de la dette.

 Réduction du chômage.

 Reprise de la productivité et des exportations.

L’analyse devra se faire dans un esprit d’impartialité bien loin des intentions venimeuses qui ont marqué la dernière campagne, notamment à l’égard de l’ancien Pouvoir. Il conviendra, cette fois, de tenir compte de la situation générale et d’apprécier les performances de la France dans le cadre de l’économie Mondiale et du contexte Européen. Ceci étant, la France doit avoir l’ambition de son potentiel, au moins égal à celui de l’Allemagne.

 

Entre temps, il sera possible dès janvier 2013 de se faire une idée de l’action des 7 premiers mois de 2012 et en Juin 2013 de voir la tendance plus ou moins prometteuse des résultats à venir.

 

Cependant, et plus subjectivement, il me semble que le Président et son Gouvernement devrait d’abord comprendre qu’ils ne sont plus au service du PS mais à celui de tous les Français et, qu’à ce titre, la Parole de M. Harlem Désir n’a pas plus d’importance que celle de M. Borloo, Fillon ou tout autre Chef de Parti. Ensuite, en profiter pour essayer, d’ores et déjà, de tirer les leçons des premiers mois de leur mandat afin de clarifier, ordonner et corréler intentions et actions.

 

A titre d’exemple l’Affaire Jean-Noël Guérini.

Après que François Hollande ait nettement signifié son intention de moraliser la vie Publique

Après que Lionel Jospin ait planché sur la question jusqu’à recommander la possible mise en cause du Président de la République au cours même de son mandat.

Après que Mme. Taubira ait déclaré haut et fort vouloir donner à la Justice toute son indépendance et la totale maitrise des actions qu’elle estime devoir mener.

Après que M. Valls et Mme Taubira aient affirmé leur volonté commune de remettre Marseille et la Région dans le strict Droit Commun de la République et de s’en donner les moyens :

«En annonçant un partenariat de 100 millions d'euros avec Marseille au lendemain du comité interministériel du 6 septembre sur la deuxième ville de France, M. Jean-Noël Guérini, persona non grata depuis un an pour raison de mise en examen, avait été reçu à la Préfecture par le Premier Ministre Jean-Marc Ayrault. Selon l’AFP, une nouvelle demande de levée de l'immunité parlementaire du Sénateur PS Jean-Noël Guérini a été transmise à la Chancellerie alors que l'élu n'avait pas eu affaire à la justice depuis des mois et s'était remis en selle politiquement après le Comité Interministériel sur Marseille.

Cette requête du juge Charles Duchaine à l'encontre du président du conseil général des Bouches-du-Rhône, mis en examen depuis septembre 2011 dans une affaire de marchés publics impliquant son frère Alexandre, patron de décharges, a été relayée par le parquet général d'Aix-en-Provence le 9 novembre, a précisé une source judiciaire, confirmant une information de France 3.

Le Sénat avait déjà levé partiellement, le 15 mars, l'immunité du sénateur. A l'époque, M. Jean-Noël Guérini, poursuivi pour trafic d'influence, prise illégale d'intérêt et association de malfaiteurs, avait refusé un temps de répondre aux questions du juge Duchaine. Celui-ci avait obtenu de pouvoir l'y contraindre, le cas échéant, par un mandat d'amener.

M. Jean-Noël Guérini avait finalement été entendu en mars, avant la décision du Sénat. Cette fois, le Magistrat souhaiterait pouvoir le placer en garde à vue, dans un dossier connexe à celui dans lequel il est déjà mis en examen et qui touche, lui aussi, à des marchés publics». En résumé : En paroles on prêche pour la morale et la conduite exemplaire des élus et dans les actes on entreprend l’opération main-propre d’une Région avec celui-là même qui, à tort ou à raison, est mis en examen pour trafic d’influence et association de malfaiteurs.

 

Dans cette affaire, on voit que les Juges ont de grandes difficultés à faire leur travail lorsqu’elle concerne un élu couvert par l’immunité parlementaire qui pourrait être levée, qui l’a été( partiellement) mais qui ne l’est plus et qui le sera, peut-être, alors que, comme il est dit, l’élu, mis en examen, avait été remis en selle politiquement par le Premier Ministre lui-même. On voit aussi la différence de traitement entre le justiciable ordinaire et les notables.

En ce qui me concerne, je suis stupéfait que les Elites de l’Etat aient tant de difficultés à comprendre que quand leurs intentions hautement proclamées, sont aussi nettement contredites par les faits, le Peuple a du mal à les prendre au sérieux.

 

Peut-être serait-il opportun d’organiser des stages pour les Conseillers en Communication, afin de les sensibiliser à l’idée que les Citoyens ne sont pas que des outils à voter et possiblement moins bêtes qu’ils n’en ont l’air.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
12 novembre 2012 1 12 /11 /novembre /2012 14:23

 

On pense, à cet instant, aux Vents du Globe qui envolent ces nouveaux Argonautes qui ne recherchent rien, aucune Toison d’Or, aucun Graal, aucune Atlantide, rien… Sinon d’accomplir le rêve coruscant de revenir, sans escale, d’où ils sont partis. Pure beauté entéléchique, exploits gratuits--- Gratuits, ou presque : Quelques dizaines de millions d’euros, sans les broutilles, mais qui reste, nous dit-on, une excellente affaire…. Meilleure, en tous cas, que Florange ou PSA. De là à penser que l’avenir économique de la France est dans la recherche de prouesses oniriques plutôt que dans la production industrielle……..N’y aurait-il pas à creuser l’idée que la France, désormais incapable de produire des objets utiles à des prix compétitifs, puisse fabriquer et vendre du rêve ? Le Monde, déjà gavé de choses superflues, frôle l’apoplexie : offrons lui, à bon prix, le phylactère du songe et de l’espérance.

 Grâce à cette botte secrète nous pourrions, avec un taux d’impositions très élevé, augmenter les dépenses de l’Etat sans casser la croissance, clouant, ainsi, le bec des Cassandre de Bruxelles qui voient, en nous, un nouveau souci pour la zone Euro.

«Dans la vie faut pas s’en faire… » Chantait Maurice Chevalier avant la 2eme guerre mondiale.

 Sauf que, ces jours ci, les Allemands s’en mêlent : Hans-Peter Keitel, a sévèrement critiqué mardi la politique économique du gouvernement français, trop «interventionniste» à son goût. «Je m'inquiète du fait que la croissance en France repose toujours sur l'interventionnisme de l'Etat»… Quel culot ! Mais restons zen, ne voyons dans leurs appréhensions que les symptômes d’un psychisme mélancolique récurent qui les pousse à la dépression :

 Qui n’a vu dans le port de Brême,

Mourir sur le pavé luisant,

Le reflet d’une lune blême,

Ne peut comprendre les Allemands.

 

 

 Cout moyen d’un Imoca : 2 millions d’euros…Il y en a 20…Plus le budget de l’épreuve.

 Les deux ports de Brême et Bremerhaven profitent du boom de l'économie allemande. Ils battent en 2011 un nouveau record avec 80,6 millions de tonnes de marchandises manutentionnées, soit une croissance de 17,3%... En 2012, le port de Brême est encore en extension.

 

 

 

 

 

 

Repost 0
9 novembre 2012 5 09 /11 /novembre /2012 08:53

 

Qu’est-ce que la Morale ? : Un diable d’os sur lequel se sont rués bien des Philosophes et qui a cassé pas mal de dents.

Pour faire court, distinguons ceux pour qui la morale est le bonheur, (compris en tant que but dernier de l’Homme) et ceux pour lesquels le but dernier de l’Homme est la vertu : «L’action morale est celle qui est faite par respect du devoir» (Kant).

 

Pour Nietzche c’est le ressentiment du faible…. Mais, me semble-t-il, c’est la définition de Hume qui colle le mieux à l’actualité : «La notion de morale implique un sentiment commun à tous les Hommes, qui recommande le même objet à l’approbation générale et fait que tous les Hommes, ou la plupart d’entre eux se rejoignent dans la même opinion ou dans la même décision à ce sujet»

 

Selon Hume la Morale serait donc une sorte de consensus qui peut et même doit évoluer avec le temps.

Or les temps ont changé : aujourd’hui on voit dans une télé réalité une Députée (Australienne ?) manger tout cru des testicules de Kangourou et recevoir sur la figure une poêlée grouillante de vers dont on espère la provenance bio--- La civilisation avance et le meilleur reste à venir…….

Le Mariage ne déroge pas à la règle de l’évolution : De nécessité fondamentale pour assurer la survie de l’espèce dans un cocon familial capable d’assurer sécurité et éducation des enfants, il a, au cours des siècles, considérablement changé. L’évolution de la Société, tend (bien qu’elle s’en défende) à minoriser l’utilité de la Famille. Passant, au cours des siècles, par des phases strictement triviales, le mariage est maintenant l’occasion de faire la fête et, le temps de se lasser l’un l’autre, de divorcer tout en s’assurant de garanties légales et alimentaires.

 

En fait le Mariage civil est un acte administratif qui présente moins d’intérêt que le permis de conduire, sauf pour ceux qui, en étant privé, veulent alors, c’est humain, absolument et par principe obtenir de ce rituel les désagréments qu’ils n’ont pas.

 

Bref…Je pense que les Politiques devraient s’inspirer de la sage définition de Hume pour légaliser le Mariage Gay : «objet d’approbation générale qui fait que tous les Hommes, ou la plupart d’entre eux, se rejoignent dans la même opinion ou dans la même décision à ce sujet» D’où un referendum… Faute de quoi ils ouvrent le livre d’un nouveau sujet de discorde…….Un de plus !

Mais la question : «le Mariage Gay a-t-il un rapport avec la morale ?» reste posée. Ce n’est pas à la Société de trancher de façon collective, car la réponse appartient à chacun : «On n’a qu’une Liberté, celle à se déterminer d’agir de façon morale»….. Espérons que, dans leur volonté compulsive d’apporter le bonheur, nos maitres nous laisserons, au moins, cette liberté-là.

 

 

 

 

 

 

Repost 0
8 novembre 2012 4 08 /11 /novembre /2012 09:35

 

 

Soyons positifs : Admettons que les circonlocutions conjuguées d’Experts et de Ministres soient de nature à endiguer le déclin économique Français, amorcé dès 2000 et dont la chute à partir de 2004 n’a cessé de s’accélérer jusqu’à atteindre actuellement mille demandeurs d’emploi par jour. Je dis bien admettons !.... Encore faudrait-il que le climat économique Mondial et notamment celui des Etats-Unis présente des signes d’éclaircie. Il y a une évidente similitude entre l’économie et la météo : Après la pluie le beau temps, l’éclaircie viendra surement. Mais quand ?

François Hollande la prédit dans quelques mois. Angela Merkel dans quelques années.

 

Pour le moment, difficile de dire qui a raison mais l’examen objectif de l’économie Américaine n’augure pas de miracle, au moins, à court terme :

 

Obama a sauvé GM et tué Ben-Laden, mais…….

 

1) En quatre ans Obama a doublé la dette des Etats-Unis qui dépasse d’ores et déjà 16 mille milliards de Dollars.

2) Dès fin Décembre le Congrès va devoir relever, encore une fois, le plafond de cette dette.

3) Bien que l’Amérique ait renoué avec 2.1 de croissance, 4.2 millions emplois ont été perdus.

4) Le patrimoine net médian des foyers Américains a chuté de 38%... 11 millions de foyers ont une dette qui dépasse la valeur de leur logement.

5) 23 millions d’Américains restent au chômage ou sont nettement sous-employés.

 

Obama a donc le choix entre une nouvelle relance de l’économie par la dette ou un accroissement des impôts. Il dit qu’il va faire payer les riches…Mais, que ne l’a-t-il fait depuis quatre ans de mandat ? Quel sera le poids des impôts sur la croissance et le chômage ? Jusqu’où pourra–t-il augmenter sa dette avec l’accord du Congrès ?

 

Peu de journalistes (Je crois que M. Barbier l’a fait) ont souligné l’importante divergence de vues entre François Hollande et Angela Merkel : La France table sur un miracle : Prions le Seigneur !

 

 

Repost 0
7 novembre 2012 3 07 /11 /novembre /2012 12:49

 

Comparer la France et les Etats-Unis n’aurait pas de sens, mais on peut constater un certain nombre de similitudes entre ces deux Pays

--- Une dette autour de 100% du PIB.

--- Un déficit commercial endémique.

--- Un chômage (réel) entre 10 et 11%

--- Une politique orientée vers la pression fiscale plutôt que sur la restriction des dépenses de l’Etat.

 

Sauf que, si François Hollande n’est pas maitre de l’Euro, Barak Obama grâce à la Fed tient, dans une certaine mesure, les leviers du Dollar. En poussant les choses à l’extrême, rien n’empêcherait l’Amérique, qui emprunte en Dollars et qui fabrique des Dollars, de rembourser, ne serait-ce que la Chine, en monnaie de singe. (Cela c’est déjà partiellement produit). D’autre part la possibilité de peser sur la valeur de leur monnaie permet d’ajuster, selon les circonstances la parité en faveur de l’import ou de l’export. Par exemple un Dollar très faible favoriserait leurs exportations mais grèverait les importations…. Sauf à exploiter leurs propres ressources en charbon et gaz de schistes… ce qu’ils commencent à faire. Si Barak Obama s’oriente vers un Dollar compétitif, L’Europe n’aura pas fait une bonne affaire avec son élection.

 

Toutes proportions gardées, la France et les Etats-Unis présentent un certain nombre de défauts similaires en matière économique et (peut-être) politique. Sauf que l’Amérique a des moyens pour y remédier tandis que la France est coincée par la non maitrise de sa monnaie. (1)

 

 

 

1) Quand la France est obligée d’essayer de stopper sa course à la dette, les Etats-Unis n’en finissent pas d’en remonter le plafond. Alors qu’il est déjà d’environ 16 mille milliards de Dollars, c’est dans un mois que le congrès doit encore en hausser le niveau sous peine d’asphyxie.

 

 

 

Repost 0
5 novembre 2012 1 05 /11 /novembre /2012 09:44

 

 

 Qu’est-ce qu’un bon Candidat ?

---Celui qui sait concocter soixante promesses de telle sorte qu’elles ciblent un maximum d’électeurs tout en satisfaisant leurs souhaits.

 

Qu’est-ce qu’un Chef ?

---Celui qui sait, parmi les soixante promesses, n’en retenir qu’une, essentielle, et en fixer le cap.

---Celui, aussi, vers qui tous les regards se tournent quand ça va mal.

 

François Hollande est-il un bon Candidat ?

--- Le meilleur !

 

Est-il un Chef ?

---Non !

---Parce qu’il ne sait ni choisir les priorités ni fixer le cap.

---Parce qu’il semble que les regards se détournent de lui avant même que ça aille mal.

 

La France a-t-elle besoin d’un Chef ?

---Ce n’est pas certain !

---Parce que de la Cinquième République et son principe Présidentiel, la France n’en a plus que le nom.

---Parce que la France est en mutation vers une sorte de Sixième République où les Pouvoirs sont dilués (si l’on préfère partagés) entre les Régions, les Corps intermédiaires (Syndicats), le Parlement, le Gouvernement et le Président de la République.

 

Les Français ayant plutôt optés, par 3.3 points d’écart, pour cette évolution, le profil Présidentiel de François Hollande semble au mieux correspondre à cette évolution.

 

Reste à voir, si dans des périodes difficiles, un tel brassage des pouvoirs et des priorités sera de nature à mener le bateau France à bon port…..Les chiffres nous éclaireront : Ce sont des indicateurs inflexibles.

 

Repost 0
3 novembre 2012 6 03 /11 /novembre /2012 09:01

 

 Tandis que Jean-Marc Ayrault se débat tant mal que bien pour tenir les promesses électoralistes et subsidiaires de François Hollande (mission par laquelle on lui a fait croire que ç’était celle d’un Premier Ministre), le triumvirat (Hollande, Moscovici, Sapin) attend avec sérénité (au moins affichée) des jours meilleurs. Ils espèrent voir une éclaircie dans 12 à 15 mois lorsque le SPD aura succédé à Mme. Merkel et que l’économie Mondiale aura amorcé son sursaut.

 

 Alors, pensent-ils, l’Europe pourra se doter d’Euro-bonds (1) et la reprise de la croissance Mondiale, en gommant les écarts de gestion, permettra un reflux du chômage.

 Sauf que le scénario de nos Machiavels diplômés risque, de se dérouler tout autrement.

 

 1) Jean-Marc Ayrault et son escadron Kamikaze va-t-il tenir longtemps sous les feux croisés de la Droite, de la Gauche et des Verts ? Avec par-dessus le marché, les tirs de l’opinion publique qui se font de plus en plus nourris-- Les deux têtes de pont Valls et Peillon sont solides et bien armées, mais, malgré leur vaillance, le gros de la troupe peine à tenir le coup. Mme Duflot a des cernes sous les yeux et son adjoint n’en finit pas de s’arracher les poils de barbe. Il ne manquerait plus, qu’à l’arrière garde, se fomente la mutinerie de ceux qui craignent pour leur réélection.

 

 2) En admettant que le SPD gagne les élections Allemandes, il est très loin d’être acquis que les Euro-bonds seront de nature à faire en sorte que les Pays du Nord payent la déficience des Pays du Sud. Or, dans l’esprit de nos stratèges, que valent les Euro-bonds s’ils ne compensent ni ne lissent les économies ?

 

 3) Quand le train de la reprise aura repris sa marche il ne s’arrêtera pas à toutes les stations pour permettre la montée des canards boiteux. Seuls les coureurs déjà suffisamment entrainés pourront le prendre en marche. En ne prenant pas les mesures rapides et drastiques (délaissées par leurs prédécesseurs) (2) pour redresser la compétitivité Française, on risque de voir Ô paradoxe, l’Italie et l’Espagne grimpant sur le marchepied alors que la France restera, ébahie, sur le bord du quai.

 

 

 

 

 1) Voir le remarquable article de Jacques Delpla « Quand le BCE organise la faillite souveraine »

 

2) Amorcé en 2004 sous Raffarin le déficit n’a cessé de croitre avec Dominique de Villepin puis François Fillon. Léger rebond en 2009 sous François Fillon, puis nouvelle chute jusqu’à atteindre 70 milliards en 2011. Sous Jean-Marc Ayrault, les premiers chiffres de 2012 n’augurent rien de bon.

 

Repost 0
31 octobre 2012 3 31 /10 /octobre /2012 10:49

 

 Comment comprendre, comme ce fut le cas pour Vincent Peillon, comme c’est le cas pour Jean-Marc Ayrault, que, dans cette France, la moindre parole de bon sens se retourne aussitôt contre son auteur comme une balle tueuse dont on ne peut amortir l’impact qu’en présentant des excuses ? Excuses qui, pour le coup, rabaissent le faiseur au rang de lâche (au sens Kantien du terme) d’où impact négatif sur la Personne et la Fonction.

Enfin quoi ! Quand J-M Ayrault dit que la France est en panne : Il a raison ! Quand il dit que pour la remettre en marche, aucune piste, aucune éventualité, y compris la règle des 35 heures, ne doit faire l’objet d’un tabou : Il a raison !

Alors, qui sont ces sycophantes ? Passons sur ceux de l’opposition qui tirent par principe à tort et à travers quelles qu’en soient les raisons : Parfois justes et utiles, parfois purement politiques, de telle sorte qu’on ne distingue plus très bien. Mais comment s’expliquer que les coups les plus tragiques viennent du propre camp de celui ou celle qui en est victime ? Comment s’expliquer que ce soit M. Sapin directement responsable (quoique, pour le moment encore non coupable) de mille chômeurs de plus chaque jour qui tire la balle pour faire en sorte que la moindre allusion aux 35heures soit tuée dans l’œuf. ?

 

Passons aussi sur l’aspect personnel et caractériel des protagonistes : je ne suis pas là pour juger mais pour comprendre. Tout au plus puis-je souligner qu’il en eut été autrement avec un Churchill ou un de Gaulle : C’était soit la démission immédiate de l’impudent soit Colombey-les- deux Eglises (En l’occurrence Nantes) illico.

 

En premier lieu, il saute aux yeux que le bogue principal tient au fait que nombre de promesses faites par François Hollande pour se faire élire sont non seulement incompatibles mais carrément nocives eu égard à la situation économique de la France laquelle ne produit plus assez de croissance pour endiguer une vague de chômage que je prédis sans précèdent. En donnant pour mission au Premier Ministre de tenir ce contrat il condamne, de facto, celui-ci à la difficulté et à l’échec.

 

Je veux dire ici que même si M. Ayrault était, comme on dit vulgairement, une erreur de casting (ce qui reste à prouver) son remplacement ne changerait guère les données du problème. A moins d’une forte personnalité qui en imposerait et s’imposerait à François Hollande pour primer l’intérêt de la France sur les promesses de l’ex Candidat.

 

 

Repost 0
30 octobre 2012 2 30 /10 /octobre /2012 13:17

Curieux système que cette Démocratie conçue de telle sorte que la moitié des Electeurs, plus un, désigne un Chef de Parti comme Président de tous les Français. Cela implique l’idée de soumission d’une moitié du Peuple (moins un) à un Parti qui n’est pas le sien. Pour pallier ce défaut, l’esprit de la Cinquième République mettait le Chef de l’Etat au-dessus des Partis, de leurs querelles, de leurs dogmes, de leurs nuisances, seul face à tous les Français, en tant que suprême et unique garant des comptes à rendre au Peuple Souverain.

 

Seul un Homme libre, (hormis ses propres convictions), devrait pouvoir se présenter devant le Peuple et lui dire : « Je ne suis à l’attache de personne, d’aucuns Partis, sauf de mes idées. Si je suis élu je ne devrai de compte à quiconque, sauf à vous, Peuple de France et je serai Président de tous les Français sans aucune distinction de vote ou d’opinion.

Las ! Comment se faire élire sans argent ? Et à qui va l’argent si ce n’est aux Partis ? (1) C’est ainsi, que seuls les candidats adoubés par les Partis ont une chance d’être élus. Afin de donner le change et apporter une note plus démocratique, on organise un vote, parfois ouvert au grand Public mais qui ne trompe que les jobards. Dans les faits c’est le Parti avec l’appui de ses militants qui désigne l’impétrant.

 

Une fois élu celui-ci est contraint de ne nommer au Gouvernement que des Femmes ou des Hommes auxquels il est redevable, de les choisir en fonction de cela et de leur appartenance, plutôt que de la réelle adéquation à la fonction, en espérant que les deux ne sont pas incompatibles.

Si le Président Français n’est pas, en tant qu’obligé des Socialistes des Verts et de la Gauche en général, un Homme libre, le Premier Ministre a, plus encore, les mains liées. En effet il doit non seulement souscrire à la ligne du Parti mais, de surcroit, tenir les promesses du Président dans un contexte économique dont il n’est pas maitre et qui appelle des mesures libres de toutes servitudes vis-à-vis des dogmes Politiques et Syndicaux.

 

La France, qui en a vu d’autres, traversera, une fois de plus, cette difficulté. Mais de la manière dont on s’y prendra dépendra le nombre plus ou moins élevé de victimes qui resteront sur le carreau. (2) Dans les guerres on compte les morts, en ces périodes on aligne les chômeurs. Or on ne gagne les batailles que dans l’ordre et le rassemblement. A cet égard la présence du Chef du Gouvernement au congrès de Toulouse et sa diatribe contre la Droite (donc contre bon nombre de Citoyens) est une attitude qui divise les Français...…En se postant comme Premier Ministre des Socialistes plutôt que celui des Français, Jean-Marc Ayrault a commis une erreur politique et François Hollande plus encore, en le laissant faire.

 

 

 

 

 

1) Comment croire que François Fillon voudrait à tous prix se mettre dans le piège de Secrétaire Général de l’UMP si ce n’était pour y trouver en appuis d’argent et d’appareil le soutien nécessaire à son élection à la Présidence de la République ?

 

1) L’attitude dogmatique de Michel Sapin est préoccupante. Au moment même où J.M Ayrault semble prendre conscience de la gravité de l’évolution du chômage en n’excluant plus l’éventualité d’une remise en cause des 35 h, le Ministre du Travail le stoppe net avant même qu’il n’ait pris le moindre élan. Cela souligne, au passage, la faiblesse du premier Ministre qui pose encore une fois la question de savoir qui commande dans ce Gouvernement.

 

Repost 0

Présentation

  • : billets d'une pensee ordinaire
  • billets d'une pensee ordinaire
  • : "Les Démocraties ne peuvent pas plus se passer d'être hypocrites que les Dictatures d'être cyniques" Il n’y a qu’une Liberté : celle à se déterminer d’agir de façon morale
  • Contact

Recherche

Liens