Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 mars 2011 5 04 /03 /mars /2011 20:20

 

 

Pendant que Nicolas  Sarkozy découvre les chemins de Compostelle, Martine Aubry sort un bouquin : « Pour changer de civilisation ».  Dans une courte introduction elle fait une analyse pointue de l’évolution du Monde que  j’ai bien appréciée.

Mais quand elle dit «  Je sais possible de démentir…. »  Je crie halte au feu !  Pourquoi donc, après avoir justement affirmé que le Monde  change, retombe-t-elle dans les vieux  travers   Politiques qui consistent à prendre les Peuples pour des jambons ? Passons sur les truismes… .  «  Siècle des Lumières, Jean Jaurès….» Comment une Femme de cette envergure, Enarque, quasi postulante à la Présidence de la République peut-elle nous balancer du « Je sais » aussi effrontément  sans faire sursauter l’électeur ?  «  Les Français sont des veaux » disait De Gaulle. Il  faut croire que justement rien n’a changé, quand  c’est pile poil  sur le thème du changement qu’elle s’adresse au Peuple comme au temps de Jules Guesde.  Curieuse maïeutique.

Pour ceux qui n’ont, comme moi, de savoir que celui d’apprécier la saucisse, tant soit peu de réflexion nous amène cependant  à faire la différence entre le « savoir qui relève de la  croyance » dont l’essentiel ne repose pas sur une opinion fondée et le « savoir » de la connaissance rationnelle » tel qu’il est dit par Bachelard   et dont Kant fixe les limites dans l’expérience et son univers des phénomènes étudiés par la science.

Madame Aubry sait tout cela et si elle dit « Je sais » au lieu de  «  je crois possible…» c’est parce qu’elle  pense qu’une affirmation même suspecte a un meilleur impact sur le grand Public.

C’est d’autant plus désolant que plus loin elle vante « Le laboratoire des Idées appelant à une contribution créative plus de cinquante  chercheurs et intellectuels français ou étrangers »  Un peu moins d’intellos et un peu plus de rigueur intellectuelle serait de bon aloi.

Elle parle aussi d’une Démocratie plus exigeante qui prépare une nouvelle République tout en recommandant une totale indépendance de la justice. Je ne sais pas si, comme elle le dit, le pouvoir humilie ou ligote l’autorité judiciaire, mais de mon point de vue, il y a incompatibilité entre une vraie démocratie et un pouvoir judiciaire exempt de rendre des comptes au peuple. Comment peut-on imaginer que ceux qui exercent le plus effrayant  des pouvoirs, celui d’enfermer, de déshonorer, de ruiner des vies ne devraient,  quand ils font les plus terribles erreurs, ne rendre des comptes qu’à eux-mêmes ? Bien sûr que non : Dans une vraie démocratie les magistrats de l’affaire Outreau auraient dû, par le peuple, rendre des comptes au peuple. Etrange conception corporatiste par ceux qui précisément prônent la justice.

 Dans un autre paragraphe Mme Aubry dit des choses que j’approuve totalement : «  La France a besoin de remettre sa puissance publique au service de l’industrie, d’adopter pour l’Etat un mode d’action plus prévoyant que réparateur….. » C’est certain, certain et urgent.

 Il y a de bonnes choses dans cette esquisse de programme qui reste cependant très  en dessous des besoins pressants de cette République :

Rééquilibrage social et compétitivité internationale.

 

Repost 0
2 mars 2011 3 02 /03 /mars /2011 20:31

 

 «Les Péninsules démarrées n’ont pas subi tohus-bohus plus triomphants »  Rimbaud…fulgurant postillon de l’Histoire. Peuples brisez vos chaines, renversez les Tyrans, mais prenez garde au chant des sirènes du « Monde-Marketing » : leurs voix prônent la liberté… du pire esclavage, celui de votre propre  boulimique envie de consommation.

 « Il y a dans la création du ciel et de la terre et dans la succession des jours et des nuits des signes pour ceux qui sont doués d’intelligence » dit le Coran » (Sourate3 Verset 190)

 Mais quels Signes ?

 «---------------------------------------  Je sais le soir,

L’Aube exaltée ainsi qu’un peuple de colombes,

Et j’ai vu quelque fois ce que l’Homme a cru voir »

Si c’est pour avoir « Vu » que Rimbaud  fut muet à Harar avant que de mourir, voici de quoi le Monde Occidental a peur et doit se prémunir  pour répandre sa Civilisation. La Finance fait de tout, même des espoirs et des rêves, une matérialité. (1)Alors ce ne sont plus vos espoirs, ce ne sont plus vos rêves mais les leurs  fabriqués dans les studios d’Hollywood que l’on vous vend  le soir dans des salles obscures au meilleur prix.  A leurs yeux, toutes formes de pensées spirituelles,  restent  suspectes et, sans pour autant les combattre de front,  il convient de les canaliser au nom de Droits de l’Homme et de Liberté.

 Mais quelle Intelligence ?

On sait que le cerveau humain peut être, principalement, divisé en trois zones :

La Raison.  (Neocortex)

La Sensibilité. Sentiments  (Mesocortex)

L’Instinct. (Paleocortex)

Au cours de l’évolution de la race Humaine, plusieurs facteurs (notamment la systématisation des études conformistes) ont favorisé le développement de la zone de la Raison(2) surtout dans les pays occidentaux dit Cartésiens. (3)

Bien que la Raison (trop souvent utilisée au sens pragmatique voire mercantile du terme) tende à prendre une forme prépondérante d’intelligence mondiale, il reste encore dans certains continents une sorte d’équilibre de pensée entre Raison, Sensibilité et Instinct.

Il me semble que ç’est  ce dernier sens qui convient  au  mot « Intelligence » cité par le Coran.

Sans parler de « Choc des Civilisations » il se pourrait que dans quelques mois, l’euphorie retombée, des antagonismes apparaissent entre les systèmes occidentaux, que nous sommes si pressés de vendre, et les visions  démocratiques (au demeurant  souhaitables)  que peuvent avoir ces peuples.

Faute de pouvoir leur apporter un exemple de  conduite plus morale et une forme de  spiritualité laïque, (dont nous n’avons, nous même,  plus conscience), ils risquent de retomber sous le coup d’autocraties plus ou moins déguisées si ce n’est de systèmes théocrates sévères.

Fasse que, fort de sa Raison, le Président Obama n’ait pas mis la charrue avant les bœufs.

 

Ma térialité : tout le monde se félicite aujourd’hui du retour d’une Politique Etrangère renouant avec le pragmatisme.Ceci implique de nouvelles complaisances avec les régimes autocrates (oui il en reste), les connivences, les ventes d’armes, l’abandon de Florence Cassez etc …Intérêt National

2) L’étude nourrit la raison. A écouter les Enarques on voit bien qu’elle détruit la sensibilité.

3) Descartes conçoit la Raison comme une faculté innée de discernement. Pas loin de l’instinct donc… Mort de rire !

      

 

Repost 0
22 février 2011 2 22 /02 /février /2011 20:18

004

 

 

 

Quand nous roulions en même temps,

Au rythme fou de nos vingt ans,

On carburait super bonheur,

A plein régime de nos cœurs,

En fuyant la vie à grands rires,

Insoucieux du meilleur et du pire,

Quand nous roulions, y a pas longtemps,

Au rythme fou de nos vingt ans.

 

Jamais on ne pourra refaire,

Suivre  le chemin à l’envers,

Relancer notre folle course,

Retrouver le miroir de la source,

Qui renvoyait les illusions,             

De nos passions.

Repost 0
18 février 2011 5 18 /02 /février /2011 10:53

 

 «  Le vice et l’innocence sont fait du même rire,

Et c’est sous le meilleur que se cache le pire »

Oui le vice est vertu quand il donne plaisir,

La vertu devient vice lorsqu’elle fait souffrir,

On se sert de l’amour pour étouffer nos joies,

Mais la douleur d’amour est le bonheur des rois,

Celui qui n’a crié sous sa lame tranchante,

Reste  comme un  métal de structure pliante,

Après être trempé par la vigueur du feu,

Il  devient de l’acier avec des reflets bleus.

Et en ressort durci, acéré comme un glaive,

Le voici à son tour qui en sifflant s’élève :

« Quand le ballet des ombres danse sur sa musique,

Il découpe les formes des amants diaboliques,

Le vice et l’innocence sont faits du même rire,

Et c’est sous le meilleur que se cache le pire"

 

Ce texte est inspiré et même plagié du " Grenier de la Lune" de Martine Bianco...Il lui appartient.


 

 

Repost 0
16 février 2011 3 16 /02 /février /2011 19:43

 

La  presse, quasi unanime, (sauf Laurent Joffrin) prend le parti du Mexique dans l’affaire Cassez.  Ceux qui pensent que les intérêts entre Etats doivent  primer l’erreur  judiciaire, devraient se rappeler l’affaire Dreyfus.

 

Florence Cassez a-t ‘elle commis un crime de sang?  Non

Florence Cassez a-t ‘elle été condamnée à 60ans de prison ? Oui

Y- a-t-il, en tout état de cause, disproportion entre la faute et la peine ? Oui

Y-a-t-il eu mascarade et fausse présentation de son arrestation ? Oui

Y-a-t-il   récupération politique de la part du Mexique ? Oui

Le Ministre de l’intérieur Mexicain en a-t-il tiré avantage ? Probable

Y-a-t-il eu 6ans durant  position intransigeante  de la part du Mexique ? Oui

 La haute autorité religieuse Mexicaine a-t-elle admis des erreurs et des faiblesses dans  l’accusation ? Oui.

Y-a-t-il eu refus de transfert  vers la  France ? Oui….

Et ce, pour la bonne raison que le Mexique craindrait alors que la preuve de son iniquité judiciaire  ne soit  établie.

 

Une injustice est une injustice, mais ces journalistes prétendent que parce qu’elle est commise par le  Mexique la France devrait  se coucher.

Et dire que ce sont les mêmes qui parlent des Droits de l’Homme !

 

Allons Messieurs, allons, un peu de tenue !

 

(aide annuelle de la France au Mexique 500000e )

 

 

Repost 0
15 février 2011 2 15 /02 /février /2011 19:33

Jamais, Jérôme Filedoux, qui passait pour un dur, n’aurait pu imaginer ce qui l’attendait à la sortie de l’ascenseur du bloc Cardio de l’Hôpital Hoche  (qu’il reçut en pleine gueule)  alors qu’il arrivait en sifflotant un air de cornemuse pour vérifier la pression sur  la canule à hémoglobine de la salle ou gisait Yves Riensavoir,  le bien nommé,  puisque  dans icelle, de salle,  la merveilleuse, la divine, la blonde  yeux bleus  Séraphine Iloveyou,  essayait en vain  d’enfoncer une canule dans le vieux  débris, lequel, précisément,  refusait de canner.

La douce enfant, qui avait hérité d’une aïeule Jivaros  le don de compatir et l’art des mots,  essayait de sa voix en  flute enchantée de  raisonner  le  pauvre bougre.

Est sa silhouette ? Son visage angileux ? Ses yeux saphireux ? Sa voix qui flottait dans l’air nauséeux comme une caravelle emportée par le vent pétueux ?

N’importe !  Jérome reçut cela comme  un coup de foudre qui le fit d’abord vaciller puis gésir  les bras  extasiés et le sourire en croix.

(Arrivé à ce point du récit, il est utile, pour satisfaire à l’orthopraxie, de préciser que cette jeune femme  avait déjà, par le passé,  provoqué  bien des syncopes  auprès d’individus mâles, une femelle,  deux chimpanzés  et trois chiots).

Par note péremptoire il lui avait été ordonné  de mettre un foulard et des lunettes noires sous peine de renvoi  pour  faute grave : « Beauté intempestive et empathie dangereuse non justifiée ».

Nonobstant, ayant laissé sa nature intacte accomplir ainsi  un nouveau forfait, consciente de sa faute et affolée  par les conséquences, elle cherchât à ranimer le jeune homme comme elle pouvait, sans alerter quiconque et avec les moyens du bord.

Enlever sa chaussure, le trainer jusqu’à la prise 220v et lui brancher deux orteils ne lui prit que quelques instants. Après un formidable soubresaut, une couleur de roussi et une odeur de pain brûlé, (ou vice versa) il s’ensuivit un tétanisme général affectant tous ses organes,  particulièrement celui qui est dit érectile chez les sujets autrefois réputés normaux. Jérôme  entrouvrit les yeux  en balbutiant des extases comme quoi il voyait un ange et voulait avoir des précisions intimes  qu’il est inutile,  faute d’approbation de la Sainte Eglise, de détailler ici.

 

Si ce récit est sans tête, on ne peut dire qu’il soit sans  queue. Insuffisant pour savoir :

La nature  exacte des relations entre Séraphine et le Professeur  Amedé Coupe le célèbre chirurgien.

Comment  Jérôme s’accommodera  de sa terrible infirmité.

 Séraphine sera-t-elle  condamnée au port de la Burka du fait de sa terrible beauté ?

Est-ce que, malgré cela  Jérôme la reconnaissant à l’odeur  en sera  t’il  guéri ?

OUI? HEIN?

 

Repost 0
11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 13:17

 

 

 

Bienheureuse Ophélie que l’amour rendit folle,

Avant  que  désespoir  ne fut  si douloureux,

Qu’indifférence vint pour faire que somnole,

De ses affreux tourments le flux tumultueux.

 

Mais  lorsque les regrets l’emportent sur les rêves,

Lorsqu’il ne reste rien que le vide accompli,

Il faut marcher encore et refuser la trêve,

Que propose le sort d’un sommeil infini.

Il faut marcher encore, sans but et sans espoir,

Marcher devant, toujours, au nom de l’habitude,

Avec pour seul bagage la frêle  certitude,

Qu’aimer était le seul et sublime devoir.

 

Repost 0
10 février 2011 4 10 /02 /février /2011 19:20

 

 

 

Selon le propre aveu du Procureur de la République c’est une « erreur de plume »  qui  est à la source  de la mort de Laetitia.

Selon un sondage, soixante pour cent des Français approuvent la bronca des Magistrats qui refusent toute responsabilité, toute sanction, associant à la surcharge de travail, sinon le droit, du moins l’excuse de commettre un crime.

Ainsi le chirurgien fatigué serait-il excusé de tuer son malade et le conducteur  vanné exempté de poursuites après un accident.

Pas du tout…….C’est Madame Guigou qui nous explique que ce droit à l’erreur est  réservé à la Justice au nom du principe  Républicain de son Indépendance  qui exclut  qu’elle ait  à rendre des comptes au Peuple, lequel précisément n’en demande pas.

 Ça tombe bien, car la  Démocratie Française ne pourrait survivre si les Français étaient vraiment démocrates.

Le sage avait raison quand il disait au Roi «  Sire donnez-leur la Liberté, ils s’empresseront de vous la rendre. »

 

 

 

Repost 0
8 février 2011 2 08 /02 /février /2011 20:18

 

En ces temps où le Président Obama lui-même  prie Dieu (allias Allah) pour la  « démocratisation » de l’Egypte, en ces temps où nos chers Politiques  de tous bords  espèrent voir, au nom de la laïcité,  les Frères Musulmans déboulonner au plus vite Hosni Moubarak,  on suppose qu’il n’y a plus de raison de  douter du caractère essentiellement humaniste et parfaitement Démocrate de cette confrérie.

Certes leur devise :   « Allah est notre objectif. Le Prophète est notre chef. Le Coran est notre loi. Le Jihad est notre voie. Mourir dans la voie d'Allah est notre plus grande espérance »  pourrait troubler quelques esprits chagrins.

Mais si Hani Ramadan, petit-fils de leur fondateur, explique que la lapidation est salutaire en tant qu’effet purificatif,  son frère Tarik Ramadan, sans aller jusqu’au rejet, demande aimablement  un moratoire sur son application.

On sait aussi que L'Egyptien Ayman a-Zawahiri, numéro deux d’Al-Qaïda, est un ancien des Frères Musulmans, mais il n’est pas exclu, tout homme ayant droit à l’excès, qu’il soit à nouveau  accueilli en héros dans son pays natal, pourvu que le pouvoir militaire suive la déchéance de leurs chefs Moubarak, Souleimane et Cie….. Le bras de fer est engagé.

 Bref la Communauté Occidentale est heureuse de voir que  dans les pays Musulmans Charia et Démocratie ne sont plus antinomiques  ce qui, tout de même,  repose avec acuité la question de l’avenir du droit des femmes au Moyen Orient  et la survie d’Israël.

Un accord  serait  un peu plus difficile en Europe si l’on en croit les propres déclarations des Frères Musulmans : « Dans le long terme, les Musulmans ne pourront se satisfaire de l'acceptation de la loi de la famille Allemande, du sol, et du tribunal… Les Musulmans doivent avoir pour objectif un agrément entre les Musulmans et l'état Allemand avec pour but une juridiction séparée pour les Musulmans. »

Toutefois vu l’état de dégradation morale et matérielle de la Justice Française, vu les crimes récidivés et les prisons surchargées, vu la faillite de ce système qui repose avant tout  sur la perte de conscience de l’individu, perte de conscience dégradée par l’idée que la Loi autorise tout ce qui n’est pas défendu, vu tout cela, les habiles et savantes  dialectiques de Tarik Ramadan ne manquent pas d’attraits.

 Vu, enfin,  l’état de friche spirituelle dans laquelle les Démocraties Occidentales ont laissé leurs Peuples,  un peu de fraicheur Coranique ne serait pas de refus : « Il y a dans la création du ciel et de la terre et dans la succession de la nuit et du jour, des signes pour ceux qui sont doués d’intelligence » sourate 3 verset 190.

Voltaire et Einstein ne disaient pas autre chose.

 

Repost 0
7 février 2011 1 07 /02 /février /2011 20:23

 

 

«  Conscience ! Conscience ! Instinct divin, immortelle et céleste voix ; guide assuré d’un être ignorant et borné, mais intelligent et libre ; juge infaillible du bien et du mal qui rend l’homme semblable à Dieu, c’est toi qui fait l’excellence de la nature et la moralité de ses actions ; sans toi je ne sens rien en moi qui m’élève au-dessus des bêtes, que le triste privilège de m’égarer d’erreurs en erreurs »  J.J Rousseau.

 

Ô ironie, c’est au nom des Lumières que la Justice Républicaine a aboli la conscience  au profit de la Loi,  qui, du rang de la bête, rehausse l’assassin au statut  de l’Humain.

Pour les Magistrats, intouchables serviteurs de la Loi, (Cooptés par concours hors des principes démocratiques), toute manifestation de conscience individuelle, tout élan d’amour, tout symptôme de douleur, est considéré comme hérétique et dangereux pour autant qu’il sorte du cœur et non pas  de la conventionnelle  impassibilité des tribunaux.

 

Alors quand un Président de la République déroge à son devoir  d’insensibilité, les clignotants virent au rouge et avant même que les restes de Laëtitia aient pu être rassemblés, avant même que ceux qui l’aimaient  pussent  mettre sa dépouille en terre, voilà les Robes rouges et noires  qui se mettent en grève en poussant des cris d’orfraies.  A moins que la première utilité de la justice ne soit  de préserver l’innocence du  crime, la cruelle réalité force  à admettre que la machine judiciaire a merdé.  Au nom du Peuple et de  son droit de savoir, une enquête devrait être exigée afin de déceler  les fautes  commises, comment, pourquoi  et par qui. Sinon la justice restera ce qu’elle est : un instrument corporatiste, au-dessus du système démocratique, assis sur ses prébendes et nourri par  le crime.

 

Triste  déchéance de la conscience humaine au nom de sa  Liberté.

 

 

 

 

Repost 0

Présentation

  • : billets d'une pensee ordinaire
  • billets d'une pensee ordinaire
  • : "Les Démocraties ne peuvent pas plus se passer d'être hypocrites que les Dictatures d'être cyniques" Il n’y a qu’une Liberté : celle à se déterminer d’agir de façon morale
  • Contact

Recherche

Liens