Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juin 2013 3 19 /06 /juin /2013 13:38

On a compris que le Chef de l’Etat  avait, par une sorte d’exception culturelle, le don et le besoin de jouer sur les mots. Pour moi, c’est une forme esthétique de non-respect d’autrui qui présuppose que l’autre sera assez sot  pour croire en la deuxième ou troisième version, tout  en admettant qu’il s’était fourvoyé dans la compréhension de  la première… Tactique sophistiquée, évolution de celles que l’on retrouve chez  Maupassant  du temps des Notaires de  Province et des marchés à bestiaux Normands.

Mais le fait que ça marche nous  oblige à admettre une certaine dose de niaiserie.  Ce n’est pas le  cas du Président car, si la bêtise humaine  est une valeur sûre,  son maniement  délicat  est  réservé aux gens habiles et  intelligents. Faire son propre bonheur en faisant croire que l’on fera celui des autres n’est pas réservé à tout le monde.

Bref nous avons admis, qu’en dehors,  de la Culture et des Œuvres d’Art, des Universités  et de l’Intelligence, d’Airbus et du CAC 40,  la France était bien heureusement orienté vers la consommation et le service  mais  incapable d’affronter la concurrence mondiale en matière de productions triviales en biens de consommation--  Alors,  par courtoisie, on fait semblant de croire le contraire. La création du Ministère du Redressement Productif (?), la mise en place de systèmes alambiqués  censés booster les entreprises, autant de leurres destinés à apaiser les esprits. 

Tout irait donc pour le mieux, avec des marchés financiers tellement pourvus de liquidités qu’ils ne savent plus où les mettre.  (Actuellement la France peut emprunter sans réserve à des taux  historiquement bas).

Reste pourtant le problème du chômage… Le résoudre tout naturellement en donnant du travail aux gens  étant, pour les raisons  ci-dessus, devenu impossible, l’Etat dispose de plusieurs moyens artificiels et sa « boite à outils » n’a pas dévoilé toutes ses malices.

Il est probable, qu’après les vacances, le gouvernement va nous sortir un truc pour faire en sorte que les gens  demeurent à  ne rien faire  pourvu que ce soit dans un lieu de travail. Le seul fait d’être censé travailler justifiant alors  d’être reconnu comme productif.

Tout cela coûte de l’argent : Ne va-t-on pas récupérer 30 à 40 milliards de fraude à l’impôt ? N’a-t-on pas aussi les moyens de trouver d’autres recettes  fiscales ?  Sans compter que la dette n’a pas encore dit son dernier euro…

     

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : billets d'une pensee ordinaire
  • billets d'une pensee ordinaire
  • : "Les Démocraties ne peuvent pas plus se passer d'être hypocrites que les Dictatures d'être cyniques" Il n’y a qu’une Liberté : celle à se déterminer d’agir de façon morale
  • Contact

Recherche

Liens