Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 septembre 2016 1 26 /09 /septembre /2016 08:13

Il était une fois un royaume où il fut dit que les sujets seraient libres et égaux en droit, de leur naissance à leur mort. Cette aubaine fit, que plus il y avait de gens à y vouloir vivre, plus il y avait besoin de droits. Vint un moment où, pour limiter les droits et maintenir l’égalité, la nécessité de lois et règlements de toutes sortes en arriva à la contrainte de la liberté de chacun.

Ce ne fut pas un gros écueil dans la mesure où les hommes sont bien plus attachés au principe de liberté qu’à sa matérialité. « A peine les hommes ont-ils acquis la liberté qu’ils s’empressent de la rendre » Tant que la liberté restait dans le domaine du rêve, il n’y avait pas de soucis.

Dire que tout allait bien dans le meilleur des mondes serait exagéré. Mais les aristocrates disposaient, pour le faire admettre, d’un atout essentiel : celui qui consiste à ne pas faire croire en ce qui est.

Plus les hommes sont nombreux, plus ils aspirent au bien être, plus ils polluent. A cette réalité qui induisait la normalisation des naissances et la restriction de chacun en besoin d’énergie, on opposait le fantasme des éoliennes qui compenseraient largement les dépenses énergétiques, sans cesse croissantes, de millions et de millions de logements à construire de millions de gens à transporter, à nourrir et à distraire.

Il est plus important, disait le Roi, de faire croire en ce qui pourrait être, que de dire ce qui est. D’autant, ajoutait-il, que personne ne peut affirmer que la captation de l’énergie solaire ne nous donne pas, un jour, une source de puissance infinie. Alors, les populations pullulèrent, les consommations bondirent, les magasins se marièrent : ils furent heureux et eurent beaucoup d’enfants.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : billets d'une pensee ordinaire
  • billets d'une pensee ordinaire
  • : "Les Démocraties ne peuvent pas plus se passer d'être hypocrites que les Dictatures d'être cyniques" Il n’y a qu’une Liberté : celle à se déterminer d’agir de façon morale
  • Contact

Recherche

Liens