Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 septembre 2009 5 11 /09 /septembre /2009 09:53
En 2011 après Jésus-Christ, Dieu visite Noé et lui dit: > > - Une fois encore, la terre est devenue invivable et surpeuplée. Construis une arche et rassemble un couple de chaque être vivant ainsi que quelques bons humains. Dans six mois, j'envoie la pluie durant quarante jours et quarante nuits, et je détruis tout ! > > Six mois plus tard, Dieu retourne visiter Noé et ne voit qu'une ébauche de construction navale. > > - Mais, Noé, tu n'as pratiquement rien fait ! Demain il commence à pleuvoir! > > - Pardonne-moi, Tout Puissant, j'ai fait tout mon possible mais les temps ont changé: > > J'ai essayé de bâtir l'arche mais il faut un permis de construire et l'inspecteur me fait des ennuis au sujet du système d'alarme anti-incendie. > > Mes voisins ont créé une association parce que la construction de l'échafaudage dans ma cour viole le règlement de copropriété et obstrue-leur vue. J'ai dû recourir à un conciliateur pour arriver à un accord. > > Mais l'Urbanisme m'a obligé à réaliser une étude de faisabilité et à déposer un mémoire sur les coûts des travaux nécessaires pour transporter l'arche jusqu'à la mer. Pas moyen de leur faire comprendre que la mer allait venir jusqu'à nous. Ils ont refusé de me croire. > > La coupe du bois de construction navale s'est heurtée aux multiples Associations pour La Protection de l'Environnement sous le triple motif que je contribuais à la déforestation, que mon autorisation donnée par les Eaux et Forêts n'avait pas de valeur aux yeux du Ministère de l'environnement, et que cela détruisait l'habitat de plusieurs espèces animales. J'ai pourtant expliqué qu'il s'agissait, au contraire de préserver ces espèces, rien n'y a fait. > > J'avais à peine commencé à rassembler les couples d'animaux que la SPA et WWF me sont tombés sur le dos pour acte de cruauté envers les animaux puisque je les soustrayais contre leur gré à leur milieu naturel et que je les enfermais dans des pièces trop exiguës. > > Ensuite, l'agence gouvernementale pour le Développement Durable a exigé une étude sur l’impact sur l’environnement de ce fameux déluge. > Dans le même temps, je me débattais avec le Ministère du Travail qui me reprochait de violer la législation en utilisant des travailleurs bénévoles > > Je les avais embauchés car les Syndicats m'avaient interdit d'employer mes propres fils, disant que je ne devais employer que des travailleurs hautement qualifiés et, dans tous les cas, syndiqués. > > Enfin le Fisc a saisi tous mes avoirs, prétextant que je me préparais à fuir illégalement le pays tandis que les > Douanes menaçaient de m'assigner devant les tribunaux pour 'tentative de franchissement de frontière en possession d'espèces protégées ou reconnues comme "dangereuses". > > Aussi, pardonne-moi, Tout Puissant, mais j'ai manqué de persévérance et j'ai abandonné ce projet. > > Aussitôt les nuages se sont dissipés, un arc-en-ciel est apparu et le Soleil a lui. > > - Mais tu renonces à détruire le monde ? demanda Noé. > > - Inutile, répondit Dieu, l'administration s'en charge !
Repost 0
7 septembre 2009 1 07 /09 /septembre /2009 19:40
Ref: Le point du 3 novembre 2009 n° 1929

Quel plaisir de retrouver l'éditorial de Claude Imbert et le bloc-notes de BHL.

Cette semaine, chacun d'eux traite, à sa manière, le fond du même sujet : La lâcheté de nos Nations.
Claude Imbert conclut: "La tolérance qui peut être,en effet, la vertu des forts est aussi l'opium des faibles."
BHL, tout en ciblant davantage l'affaire Abdelbaset al- Megrahi et l'attitude de la Syrie n'y va pas par quatre chemins: " Le reste n'est que bavardages et alibi de notre Lâcheté"
Tolérance périlleuse pour l'un, lâcheté pour l'autre, mais de quoi s'agit-il?

En l'occurrence de l'échange d'un ignoble assassin contre une bonne grâce de la Syrie.Mais aussi d'une manière plus générale de ce qu'il est convenu de nommer la "Réal Politique".
N'est ce pas, en effet, un parfait exemple de réalisme politique que d'échanger un assassin, dont on dit qu'il est malade, contre un juteux contrat de concession pétrolière? Excellente affaire en vérité!

Ce pragmatisme nous le retrouvons partout, surtout vis à vis des Pays qui ont du pétrole.
Vis à vis de la Russie, vis à vis de  l'Iran, vis à vis du Soudan, vis à vis de la Lybie et de tous ceux qui présentent un intêret économique.  

Bien entendu, cela tord un peu les tripes de types comme moi, mais ce n'est pas bien grave, car désormais, l'horreur du Crime est  une pensée triviale réservée aux imbéciles.
La vraiquestion est de savoir si cette veulerie, nettement constatée, est politiquement  payante. Cette paix relative dont nous chantons les louanges ne donnera t-elle pas, à terme la fausse impression que tout est permis?
C'est, si j'ai bien compris, la question que Claude Imbert et BHL se posent en même temps.

Pour ma part, je suis persuadé que les  Occidentaux, Président Obama en tête, donnent des idées d'arrogance à certains Maîtres fous de cette Planète
.
Repost 0
7 septembre 2009 1 07 /09 /septembre /2009 09:36
Les Ayatollahs "Verts" ont choisi la France comme exemple de "Piété Carbone" susceptible de montrer la Voie au Monde entier. C'est un honneur.
Pourquoi la France? Alors que la pollution de ce pays ne représente que quelques millièmes des émissions mondiales de CO2. Warum Frankreich? dont la taxe carbone (TIPP) est, déja, parmi les plus  élevées au Monde.

Il ne faut pas chercher la réponse dans des critères de pure Raison, car les "Verts" sont aussi guidés par des aspirations qui relèvent de la croyance, bien heureuse disposition de l'Esprit qui permet d'admettre sans preuves ni raisons. Cette irrationalité est mise en exergue quand le CO2 produit par une centrale thermique, et prenant de ce fait le nom d'électricité se voit exonéré de la taxe alors qu'ils demandent la supression des centrales nucléaires qui ne rejettent pas de CO2.
Quand les Incas sacrifiaient au Dieu Soleil, ils ne choisissaient pas le pire assassin mais une vierge pure et innocente, susceptible de sublimer l'acte Sacré. Ainsi la France, Pays de la Pucelle, convient-elle assez bien à être immolée au Dieu du "Trou-de-l'Ozonne".  Devant un tel exemple, les Peuples repentis sont supposés être entraînés dans une spirale vertueuse. ( Laquelle, soit dit en passant, ferait crouler l'économie et mettrait le feu à la Planète)
Certains d'entre vous, vilains prosaïque, penseront, in parte, qu'en tout état de cause il serait difficile de trouver un autre Pays capable de souscrire à de telles c.... Passons!

Soucieux d'apporter ma modeste contribution à une si noble cause je propose un autre procédé quià fait ses preuves sous l'Occupation Allemande dans l'organisation du rationnement.

D'abord il s'agirait de faire passer un permis de polluer. Tout individu qui en serait démuni verrait sa voiture ou sa chaudière immédiatement confisquée.
Ensuite par un système ad hoc de "Tickets-Pollution", attribués en fonction des besoins (dûment contrôlés) de chacun.

Ainsi le Gouvernement, sous tutelle des Conseillers "Verts" pourrait autoriser et moduler, à sa guise, les dépenses énergétiques en fonction des impératifs économiques et des contraintes écologiques.

Cette idée, épatante,  serait bien plus juste et  efficace que le projet actuel qui pénalise l'infirmière et laisse libre cours aux gabegies opulentes, telles que les 4x4 dix cylindres sur les Champs Elysées ou les courses de F1.

Je me réserve, bien entendu, le droit de réclamer des royalties payables, par moitié, en "Tickets-Pollution".
Repost 0
5 septembre 2009 6 05 /09 /septembre /2009 15:21
Premier principe: le pollueur doit payer.
Deuxième principe: le citoyen ne doit pas payer.

Question:  Quid du citoyen-pollueur?
Réponse: Il paye en tant que pollueur et on le rembourse en tant que citoyen.

Question: Mais pourquoi le faire payer alors?
Réponse: pour faire payer le pollueur.

Question: Pourquoi le rembourser ?
Réponse: Pour épargner le citoyen.

Question: Mais qui payera à la fin?
Réponse: Le couillon.

Repost 0
5 septembre 2009 6 05 /09 /septembre /2009 09:25
Mine de rien elle à doublé en un an et devrait atteindre les 140 milliards d'Euros dès fin 2009.
Bonne nouvelle quand on sait que la santé des Pays riches se mesure à l'aulne de leur capacité à emprunter. 
Ce n'est pas l'Amérique mais on fait ce qu'on peut.
Tabler sur une progression annuelle de 50 à 100 milliards n'a rien d'utopique, et, avec un peu de chance, le seuil des 200 milliards d'Euros sera dépassé en 2010.
Autant en profiter: il y a, de par le Monde, tant de pauvres types prêts à trimer pour un seul bol de riz. 
Repost 0
4 septembre 2009 5 04 /09 /septembre /2009 17:18
Simplifions, simplifions pour mieux cerner l'essentiel. ( Techniciens et puristes détournez vos yeux)

Les pertes énergétiques des voitures à moteur à combustion interne varient entre 30 et 50%. C'est énorme!
Elles sont dues, pour l'essentiel, à trois choses:
1) les pertes dues au refroidissement du moteur.
2) Les pertes de chaleur dissipée dans l'espace lors des freinages.
3) Les énergies gaspillées par les options de confort ( Clim, assistances diverses, etc)

Dans l'état actuel des choses, la cause (1) est à la limite des progrès accomplis et tributaire de nouvelles découvertes métallurgiques ou autres ( Céramique par ex)  Oublions la!
La cause (3) est en pleine progression dispendieuse, mais, qui aujourd'hui, accepterait de ne pas avoir de clim, de direction assistée, de vitres automatiques, ......? Cependant cette niche de gadgets sans cesse plus voraces pourrait être raisonnablement limitée. Mais cela s'opposant à la mode et à la demande je doute que l'on puisse agir dans le contexte actuel.

Reste le point (2): les gaspillages d'énergies au freinage qui font tout l'intérêt des hybrides.
Comment ça marche?
On a recours à la Fée Électricité.
Si on envoie un courant électrique dans un moteur du même nom il produit de la puissance.
Si une force fait tourner le dit moteur il produit de l'électricité.
On avance: on prend  de la puissance, on freine on la rend!  Génial....certes oui....si on pouvait stocker facilement le courant (  voir  l'article " un peu de technique")
Mais voilà: c'est lourd , c'est cher, c'est encombrant et c'est à cause de cela que l'hybride ne tient pas toutes ses promesses.
Encore convient-il d'ajouter une Lapalissade à savoir que le système n'est efficace que pour autant qu'on ralentisse.
Valable en ville ou dans les descentes ça se gâte quand ça remonte. Généreuse dans les encombrements, l'hybride fait grise mine sur l'autoroute de Paris à Marseille.

 Alors?
Les avantages: Plus silencieuse et souple de conduite. Récupération de l'énergie au freinage.
Les inconvénients: Plus complexe, plus lourde, plus chère moins spacieuse.

La voiture hybride est elle écologique?
Oui quand elle récupère l'énergie perdue.
Non quand sa production et son recyclage sont plus polluants. ( Batteries lithium- vanadium)
Non dans certaines utilisations à cause de son sur-poids. ( Le poids c'est l'ennemi)

Dans des versions économiques et plus élaborées, à usage de circulations à forte densité la voiture hybride est à retenir en attendant mieux.
Mieux vaut rire quand des règlements pondus à des fins politiques permettent à ce système de bénéficier de bonus ou de non malus sur des 4x4 de près de 300cv.
Le prétexte écologique à souvent bon dos.

Repost 0
3 septembre 2009 4 03 /09 /septembre /2009 20:01
Je suis de ceux qui pensent que la "taxe carbone" est un impôt de plus qui ne réduira pas les émissions de CO2 et jouera contre le compétitivité de l'économie Française.

Mais jouons le jeu et acceptons de croire M.Fillon.

Acceptons de le croire quand il dit que cette mesure, en diminuant la consommation des carburants, réduira les émissions de CO2.

Acceptons de le croire quand il affirme que ce n'est pas un prélèvement supplémentaire et que des dispositions compensatrices feront en sorte que l'Etat ne recevra pas un Euro de plus.

Mais, alors, dans ce schéma idyllique qui relève de magie, une question se pose:  La baisse de consommation induira forcement une baisse des recettes inhérentes aux taxes ( environ 80% de la valeur du produit).
Comment compte t-il compenser ce manque à gagner pour l'Etat?
Nouvel impôt ou déficit Public? M.Fillon serait bien inspiré de nous le dire.

Cette disposition à ceci d'extraordinaire : Elle est stupide dans tous les cas de figures.
Repost 0
2 septembre 2009 3 02 /09 /septembre /2009 13:20
Les Politiques qui ont fait quelques études ( à fortiori Polytechnique ou l'ENA ) n'ignorent rien des modestes explications élémentaires données ci-dessous.
Je veux dire que, quand ils promeuvent et subventionnent à tout va les voitures électriques sans les restrictions d'usage, en occultant un minimum d'honnêteté intellectuelle, ils mentent effrontément à des fins électorales, partisanes ou financières.

Commençons par dire que la Fée Électricité est une coureuse qui adore les fils mais répugne à être statique enfermée dans un  réservoir. Elle porte bien son nom d'usage : Courant.
Voila pourquoi les trains sont reliés à des caténaires et que les avions ne sont pas électriques.
Faute de pouvoir stocker cette énergie, les éoliennes sont en délestage en cas de surproduction et relayées par des centrales thermiques en cas de sous-rendement. L'inadéquation entre production aléatoire et demande continue ne peut être résolue ( comme pour le pétrole) par le stockage.
Tout le problème est ici et si l'on arrive à le résoudre, alors oui, les rêves écologistes d'aujourd'hui seront les réalités de demain.
Mais on en est pas là.

Présentement les recherches les plus élaborées en matière de batteries sont faites par les Asiatiques.
Le top est la batteries lithium-vanadium qui offre le meilleur rendement poids puisance soit 300 WH par kilo.
Donc si un CV = 736W  une voiture de 80CV roulant pendant une heure demandera ( 80x736)= 58.880W.
Un W pesant (environ)  3,4 g  il faudra (58880x3,4) soit 200K de batteries.
Il faut donc 200k de batteries les plus performantes pour faire rouler pendant une heure une voiture de seulement 80cv.
Si l'on ajoute à cela les temps de recharge( plusieurs heures) on voit que l'usage d'une telle voiture est spécifique et limité.

M. Cohn Bendit, M. Bové, M. Hulot, Mme Royal, M.Fillon ont le pouvoir  de faire croire le contraire mais non  de changer ce fait là.

La voiture électrique sera-t-elle bon marché? Non car le prix du lithium est passé de 300E la tonne à 3000E en peu de temps et son prix ne fait qu'augmenter.
La voiture électrique sera-t-elle non polluante? Oui en ce qui concerne les rejets de CO2. Non si l'on tient compte de la production d'électricité en aval et de la nocivité du lithium réputé dangereux pour l'environnement-- Il réagit avec l'azote, l'oxygène et la vapeur d'eau ( LiOH) (Li2CO3) (Li3N).
La voiture électrique sera-t-elle " énergie renouvelable" ? Non car les réserves en lithium ne sont pas inépuisables ( de l'ordre de 11 millions de tonnes seulement)

La voiture électrique ne peut être intéressante que si on réserve son utilisation à des objectifs de réelle utilité publique et non pas  à des fins Politiques.
Repost 0
1 septembre 2009 2 01 /09 /septembre /2009 12:49
Pauvre Terre, cela fait bien longtemps que l'homme la dépouille et la souille sans vergogne ni pudeur.
Mais voila, tant le rythme s'accélère, que d'un coup, on s'avise du danger.
En fait, dans une  majorité de Pays les gens s'en foutent complètement, d'autant que (si problème il y a) ce sont surtout les générations à venir qui en pâtiront. L'instinct du devoir de bien faire pour ceux  qui suivent, a fait place aux boulimies de jouissances immédiates. Il est fini le temps des Cathédrales et après nous le déluge.

Alors, bien que  l'homme ne se sente pas personnellement concerné, il supporte mal que les autres conchient autant que lui-même. " L'enfer c'est les autres" disait Sartre. D'où une situation bizarre où l'indifférence individuelle se mue en prise de conscience collective qui pèse sur l'électorat.

Des Pays comme la France, Allemagne et les Pays Scandinaves ont ainsi des gisements de voix capables d'arbitrer les Élections.

Pour les Politiques, l'exercice n'est pas facile car il tient du grand écart. Il faut, à la fois, rassurer sur le confort et les habitudes gaspilleuses et faire entendre que, sans changer cela, de nouvelles orientations permettront de consommer sans piller la Planète.
Grâce aux  Éoliennes le Danube redeviendra, enfin, bleu.

Pour ceux-là l'astuce consiste, au  prétexte de nuisances réelles, à repeindre la pollution en vert de telle sorte que le vulgum-pecus la confonde avec du gazon Anglais.

Mais si les avantages politiques et subventionnels sont indéniables les réelles retombées écologiques sont loin d'être à la hauteur des enjeux planétaires et ce sont les citoyens les moins lottis  qui payeront.

--Mauvaise chose que de supprimer les essais de culture de maïs OGM dont, jusqu'à présent l'utilisation dans le monde démontre qu'elle est bien plus  rentable et bien moins nocive et polluante que la culture intensive traditionnelle.
--Mauvaise chose de promouvoir et subventionner, a tout va, les véhicules hybrides ou électriques qui ne suscitent d'intérêt écologique qu'en utilisation urbaine ou sur de courts trajets.
--Mauvaise chose d'inciter à l'utilisation du vélo sans construire, au préalable, des pistes cyclables.
--Mauvaise chose de doubler les éoliennes par des centrales thermiques polluantes.
--Mauvaise chose cette taxe carbone qui n'apportera aucun avantage sur les émissions de co2 mais pénalisera les utilisateurs obligés les plus modestes.
--Très mauvaise chose de faire une  guerre idéologique aux centrales nucléaires qui sont, quoiqu'on en dise, le seul moyen connu actuel de produire avec constance des fortes puissances  et le minimum de pollution.

Alors que les gros problèmes se situent ailleurs, que le vrai danger actuel est dans les appetits que suscitent les richesses de la calotte glacière, les gourous mènent en France le bal des conneries.

Quand le sage désigne la lune, l'imbécile montre le doigt.


Repost 0
28 août 2009 5 28 /08 /août /2009 16:50

Théorème:  Toute  production, toute consommation induit la pollution.

Si le système économique mondial roulait sur quatre roues on pourrait le ralentir  sans que, pour autant, il ne devienne instable.
Alors les progrès scientifiques pourraient réduire les effets nocifs sans que le bénéfice de ces avancées ne soient annihilés par la nécessite de surconsommations galopantes.
Car le problème est là : le système Capitaliste actuel n'a que deux roues et fonctionne sur le principe de la bicyclette: faute d'avancer sans cesse et de plus en plus vite, il se casse la gueule.

Alors les Gouvernements naviguent à vue, par coups de barre incohérents : L'activité ralentit? On subventionne (par production de véhicules interposée) la pollution.  Elle reprend? On institue une taxe Carbone supposée la réduire.

Monsieur Juppé, je suis heureux que vous disiez qu'à Copenhague la pollution est quasi nulle, qu'à Copenhague la circulation des autos est réduite, mais de cela la Planète se fout quand le ciel de Marrakech est obscurci par la fumée des pétrolettes.
Cela, bien sur, vous le savez, mais faute de pouvoir agir largement vous abordez le problème au niveau local, voire régional en essayant de concilier économie et mesures écologiques dont  l'impact, fort au plan symbolique et médiatique, n'en reste pas moins très faible en efficacité.
On ne saurait vous donner tort tout en regrettant que la question de fond en soit occultée.

Faute d'avoir le courage de dénoncer un Capitalisme basé sur le gaspillage et le dévoiement, désormais impropre à faireface aux défis à venir, faute d'essayer de le rénover ( en dépit des lobbies bancaires), quitte à le contrôler, faute de lui donner une stabilité de bon aloi même aux allures basses, les Politiques de tous bords et de tous Mondes, Écologistes y compris, prétendent éradiquer une pollution noire pour nous refiler à la place une pollution verte, verte comme Vertu.

Clémenceau disait que la Guerre est un chose trop sérieuse pour la confier à des Généraux.
De même, la vie de la Planète est une chose trop précieuse pour ne la confier qu'à des Politiques ou des Banquiers
.
Repost 0

Présentation

  • : billets d'une pensee ordinaire
  • billets d'une pensee ordinaire
  • : "Les Démocraties ne peuvent pas plus se passer d'être hypocrites que les Dictatures d'être cyniques" Il n’y a qu’une Liberté : celle à se déterminer d’agir de façon morale
  • Contact

Recherche

Liens