Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 avril 2010 6 24 /04 /avril /2010 15:49

La Grèce nous refait le coup des Banques : Ils font des cagades et il revient aux contribuables (allez les Français)  de nettoyer les toilettes.  Le hic est que, dans le système, on ne peut faire autrement, et  le pire c‘est qu’on le croit. Et dire que tant de gens intelligents, parfaitement sensés  s’imaginent que la Grèce, qui doit  déjà à une magouille son entrée dans la Zone Euro, va tout à coup, par la magie d’une dette devenue abyssale, recouvrer santé financière et stabilité sociale. Aurais t’on trouvé du pétrole sous l’Acropole ? Les noyaux d’olives remplaceraient-ils le lithium ? Soyons sérieux : la seule chance de redressement de la Grèce serait de sortir de l’Euro.

Une dévaluation de leur monnaie pourrait alors adoucir la potion amère qu’ils devront ingurgiter tôt ou tard : rigueur budgétaire, pression fiscale, réduction des aides publiques. Elle redonnerait un sursaut  de compétitivité à leur économie, ne serait ce que celle du tourisme et ce dès cet été.

Mais non, les  Politiques,  Mme Lagarde en tête, préfèrent nous amener à croire que le problème est résolu.  Elémentaire, Dct Watson, car sortir la Grèce de la zone Euro reviendrait à cibler la faiblesse de certains autres pays : Irlande, Portugal, Espagne et…..peut être la France. Cela éclairerait le fait que sans l’Allemagne l’Euro tomberait sous le coup d’une dévaluation qui remettrait les pendules à l’heure de Greenwich,  redoutable perspective pour le monde de la finance USA et  Chine en premier. Terrible constat  d’échec pour les politiciens Européens, élus fantômes sans responsabilités.

Alors,  que voulez vous,  La Grèce à besoin de 50 à 70 milliards par an d’aides à fonds perdus pour ne pas dézinguer le fragile équilibre de la Zone Euro ?   Bagatelle nous dit M. Trichet.

A moins d’un miracle, ces pilotes  nous mènent à un inéluctable crash.  Dans combien de temps ? Pas avant 2012 espèrent-ils.

 

Repost 0
30 mars 2010 2 30 /03 /mars /2010 16:29

 

 

Cette semaine est, si j’ose dire, un grand jour : Le CERN  va essayer de cerner le Boson de Hill.

Le Boson de Hill  est cette chose inconnue, minuscule et fugace qui, lors du Bing Bang, serait responsable de l’acquisition de masse aux particules. Sans masse pas d’attractions, pas de gravitations, pas d’Univers.

Nous devrions alors notre existence au Boson de Hill.  Quelle existence ? Celle de la matérialité ou celle des noumènes? Car il ya bien en l’homme deux sortes de raisons : celle de la Connaissance et celle de la Morale.

«  Deux choses remplissent le cœur d’une admiration et d’une vénération toujours nouvelles et toujours croissantes,  à mesure que la réflexion s’y attache et s’y applique : le ciel étoilé au dessus de moi et la loi morale en moi » (Kant)

J’admire, je congratule, je remercie l’homme de sciences qui fait des progrès considérables dans le Monde sensible et qui  arrivera, peut être, un jour, au bout de Sa connaissance. Ainsi saurons-nous ce que nous sommes en tant que matière et d’où nous venons.

Mais qu’en est-il de la réalité transcendantale de notre raison morale ?  Effectivité bien réelle sans laquelle l’homme ne serait pas ce qu’il est.  Est-ce le Boson qui du même coup a déterminé cela, ou bien  autre chose,  plus tard et petit à petit au fur et à mesure de l’évolution ? Mais là encore comment  admettre  qu’il n’y ait  pas eu ce germe minuscule fécondant que l’on retrouve toujours à la base des structures ?  Serait-ce une sorte de Bocon ? Je gage que les humains auront  encore bien  du mal pour  élucider ce mystère.

 

 

 

 

 

Repost 0
29 mars 2010 1 29 /03 /mars /2010 17:21


J’aurais bien voulu parler du livre de
Martine Bianco, Joseph Deluzain et Juan Vialle «  les Bouffons de la Bouffe » mais je ne l’ai pas encore lu.  Remarquez que bien des critiques ne s’embarrassent pas de tels détails, mais la supercherie admise comme une forme de dandysme dans les sphères du  «  Tout Paris »  prend vite un caractère trivial chez le  « vulgum pecus »  La seule raison de mon silence tient donc à ma qualité de bouseux. Et oui, l’idée de vous dire tout le bien que je pense des «  Bouffons de la Bouffe » me met en transes et pour ne rien cacher, m’excite énormément. Or  le lecteur qui un soir de déprime a parcouru, au hasard de ses funestes pensées, quelques uns de mes post (comme on gratte distraitement la corde d’une guitare en pensant à son amour perdu) aurait du s’apercevoir que je n’ai ni  l’excitation facile ni l’enthousiasme délirant. Pourquoi alors un tel  engouement pour «  Les Bouffons de la Bouffe » que je n’ai pas lu ?

 C’est bien là tout le mystère et toute la magie des «  Bouffons de la Bouffe » qui n’a même pas besoin d’être lu pour marquer les esprits par une  sorte d'énigmatique obsession de faim de bonheur, cuisine subtile de joyeuse intelligence expressive mêlée de  parfums subtils de gauloiseries viriles et d’humour charmant féminin lequel, pour n’en être pas moins rare, est comme un joyau fabuleux quand, au hasard d’un filon, on en découvre l’éclat magnifique.

Bref je regrette tellement de n’avoir pu lire «  les Bouffons de la Bouffe » pour vous en parler avec la délectation qui convient que je vais faire à Pâques une retraite de quelques jours dans le monastère du Père «  Uque »  loin des bruits de ce monde. Amen !

Repost 0
18 mars 2010 4 18 /03 /mars /2010 19:44


Dès que la féodalité démocratique à la française (je veux parler des élections régionales), issue du verdict des minorités, sera de nouveau mise en  place, dès que grands et petits seigneurs républicains pourront, grâce à l’augmentation des impôts, accroître leurs frais de fonctionnement, enlaidir l’entrée des villes, bétonner des parkings, construire des stades et des  «  Fabriques de la Culture » ( ?). Il faudra bien, un jour ou l’autre passer aux choses sérieuses, lesquelles, il faut le souligner, demeurent  parfaitement équilatérales à nos hobereaux provinciaux.

 

La chose sérieuse  tient aux quelques chiffres du solde des échanges en produits manufacturés :

 De 2000 à 2008 l’Allemagne est passée  de 100 à plus 275 milliards d’euros.

De  2000 à 2008 la France est passée       de 6 à   moins 21 milliards.

 

Les chiffres du commerce extérieur confirment le décalage :

 89 milliards dexcédents pour les Allemands en 2009,  63 milliards de déficit pour la France.

Les causes politiques structurelles et industrielles étant bien connues, il serait  lassant d’y revenir.

 

Plus intéressant serait de dénoncer les raisons culturelles du culte de la cigale et de l’exécration de la fourmi, qui prennent très loin leurs sources dans la conscience politique française. Foi cigalienne reprise et  adoubée par François Mitterrand aussi bien que par Jacques Chirac. Plus que de  toute autre chose, la France aurait besoin d’un psy.

Dans une société factuelle le déficit chronique français entre production et consommation ne manquerait pas d’être préoccupant, si nous n’étions dans un contexte ou la vitesse joue un rôle important. Grace à elle nous naviguons sur les foilers mi dans l’eau mi dans l’air. Cependant ce  système d’aquaplaning n’autorise  aucun ralentissement économique important.

Pour le moment, Mme Lagarde nous assure que tout va bien à bord, le bateau flotte, il avance, les couchettes sont bonnes et la soupe aussi.

Il n’ya donc aucune raison de s’en faire.

Repost 0
16 mars 2010 2 16 /03 /mars /2010 16:50


Il n’y a plus de bruit, écoutez le silence,

Le forgeron du cœur a posé son marteau,

 Le feu ne brille plus, est-ce coïncidence ?

De vallons en nuées sont partis les oiseaux.

 

Il avait dans sa poche un couteau replié,

L’âme pure adossée au mur des injustices,

Comme ce  condamné qu’on voulait  fusiller,

Au nom d’une infraction qui porte préjudice,

Potemkine……..

 

Je n’ai pas eu tes mots pour déclarer la guerre,

A toutes ces horreurs, par les hommes,  accomplies,

Je n’ai pas eu ta voix,   profonde et  ouvrière,

Pour crier la souffrance aux faces des nantis.

 

Ou es-tu maintenant ? Quelles sombres forêts ?

Pour  toi toujours la mer roulera ses galets…

Repost 0
14 mars 2010 7 14 /03 /mars /2010 20:14


Vu à la télé : Quatre hommes en noir gravissent doucement un escalier dans un immeuble miteux, ils sont armés, l’un d’eux tient une  barre de fer. Ils s’arrêtent en silence avant l’étage. Plus haut, sur le palier,  une fille en uniforme de postière est devant une porte, elle sonne. La porte s’ouvre, on distingue une silhouette, la fille dit d’une voie flutée  « Bonjour Monsieur, un petit paquet pour vous, signez ici svp » L’homme prend le paquet et signe. Aussitôt les hommes en noir bondissent, repoussent l’homme dans le couloir de l’appartement et le maîtrisent, des portes claquent, dans une chambre deux femmes sur un lit, demi nues, sont pétrifiées de terreur….

Nième remake d’un de ces  feuilletons dont on nous bassine ? Non : reportage en différé  d’une banale intervention de la Douane. La fille est une douanière usurpant la fonction de postière. Les hommes en noir  sont des douaniers dans l’exercice de leurs fonctions. Le paquet vrai ou faux contient de la vraie drogue. Qui l’a mise là ?  Un dealer ? On veut bien le croire. Peu importe d’ailleurs, puisque l’on apprend que  pour mener à bien leur tâche les douaniers ont pratiquement tous les droits : Fausse identité, usurpation de fonction,  faux alibis,  tromperies pouvant aller jusqu’au deal de stupéfiants. Aucun garde fou judiciaire préalable, le prévenu ne retrouvera ses Droits qu’une fois remis entre les mains de la Justice. A la question du journaliste «  Mais qu’est-ce qui vous conduit à appréhender cet homme ? » Le gradé qui dirige l’opération de répondre «  La  preuve de la logique »... ???  La logique de la preuve : soit,  mais  la preuve de la logique ?  Un nouveau concept de l’Etat de Droit ?  Encore une chose que je ne comprends pas…à ranger dans la remise avec les autres et  penser à demander un permis de construire pour extension.

Je sais  maintenant pourquoi mon chien  a (au moins) une dent contre les facteurs.                   

Repost 0
8 mars 2010 1 08 /03 /mars /2010 16:50

En ce jour où il est convenu, une fois par an, de  penser aux Femmes, je m’interroge sur les progrès   que  font les  religions  pour revenir sur certaines positions que des esprits  chagrins pourraient qualifier de misogynes.  Dans le Coran, par exemple :

 

Sourate 4 verset 38 : Les hommes sont supérieurs aux femmes en raison des qualités par lesquelles Dieu a élevé ceux là au dessus de celles-ci et parce que les hommes emploient leurs biens pour doter les femmes. Les femmes vertueuses sont obéissantes et soumises ; elles conservent soigneusement pendant l’absence de leurs maris ce que Dieu a ordonné de conserver intact ( ?). Vous réprimanderez celles dont vous aurez à craindre l’inobéissance ; vous les relèguerez dans des lits à part, vous les battrez ; mais aussitôt qu’elles vous obéissent, ne leur cherchez point querelle. Dieu est élevé et grand. 

 

Sourate 24 verset 2 : Vous infligerez à l’homme et à la femme adultère 100 coups de fouets chacun. Que la compassion ne vous entrave pas dans l’accomplissement de ce précepte de Dieu, si vous croyez en Dieu et au dernier jour. Que le supplice ait lieu en présence d’un certain nombre de croyants. 

 

Sourate 24 verset 31 : Commande aux femmes qui croient,  de baisser leurs yeux et d’êtres chastes, de ne découvrir de leurs ornements que ce qui est en en évidence, de couvrir leurs seins de voiles, de ne pas faire voir leurs ornements qu’à leurs maris ou à leurs pères, ou aux pères de leurs maris, à leurs frères ou aux fils de frères, aux fils de leurs sœurs, ou aux femmes de ceux-ci, ou à leurs esclaves acquêts de leurs mains droites, ou aux domestiques mâles  qui n’ont point besoin de femmes ou aux enfants qui ne distinguent pas encore les parties sexuelles d’une femme. Que les femmes n’agitent point les pieds de manière à faire voir l’ornement caché. Tournez vos cœurs vers Dieu afin que vous soyez heureux.

 

Sourate 33 verset 57 : Ô Prophète ! Prescris à tes épouses, à tes filles et aux femmes des croyants d’abaisser un voile sur leur visage. Il sera la marque de leur vertu et un frein contre les propos des hommes. Dieu est indulgent et miséricordieux. 

 

Bonne fête à toutes.

Repost 0
6 mars 2010 6 06 /03 /mars /2010 10:27

 « Au Grenier de la Lune » a mis dans une de ses  symphonies  quelques mesures de Bobin. J’ai voulu en savoir  plus sur cet auteur : extraordinaire ! Comme chaque fois, le chemin parcouru dans les livres me fait revenir  au point de départ, ébloui parfois, souvent fourbu et résolu  à  faire une pause pour reposer la bête et poser le sac. Et voici   qu’un nouveau  sentier au parfum enivrant m’appelle encore.  Nouvelle découverte, nouvel étonnement, de celui qui ne saura jamais écrire mais, qui sans pouvoir   comprendre, cherche seulement  à ressentir et aimer. Merci.   Ceci m’amène à constater, une fois de plus, qu’il faut chercher dans l’ombre les génies inconnus en essayant de se soustraire aux préfabriqués médiatiques imposés. Ce n’est pas si facile.

 

Je me demande si les Maitres  missionnés pour donner du bonheur aux hommes et les magistrats requis pour les juger, ont connaissance d’un label standard qui pourrait, comme pour les poulets,  définir le statut d’être humain. Je n’en ai trouvé nulle trace: bizarre ! L’Homme ne serait donc qu’un mammifère bipède dont le pouce est opposable à la paume de la main et doté de la parole.

Tout au plus pourrait-on consentir, sans distinctions de races ou de couleurs, des critères de classe sociale et d’éducation.  Point de distinctif moral : le criminel est avant tout un homme au même titre que les autres, nous dit M. Badinter.

Et voilà que, pourvu qu’on la débarrasse de toute polémique et de toute intention injurieuse à l’égard de qui que ce soit,  surgit, en tant qu’idée, l’idée du « Sous-homme ». Cela implique que l’Homme placé à l’étage supérieur détienne, pour l’essentiel, au moins deux qualités :

1) Le respect (de soi, des autres, des animaux, de la nature)

2) La dignité.

 Au siècle dernier, Clémenceau  n’envisageait pas un instant de confier à la justice le soin de régler des affaires qui touchaient à son honneur. Il le faisait lui-même au petit matin sur le pré.

La société moderne compte sur la répression et les nouvelles techniques pour pallier le vice de l’individu. Elle n’y arrivera pas. Tout système ne peut fonctionner sans un minimum de fiabilité de ses composants. La morale n’est pas une vertu c’est une nécessité.    LOL……allez faire comprendre ça !!

 

 

 

Repost 0
4 mars 2010 4 04 /03 /mars /2010 20:11



Peu à peu la Société à forgé sa cuirasse, elle a remplacé la Charité par la solidarité, la Morale par l’éthique et la Dignité par les droits de l’Homme.

La soi-disant égalité des droits pour tous, a, ipso facto, entrainé la mutualisation des devoirs. Ainsi, l’homme moderne qui commet le crime est en règle avec sa conscience pourvu que l’acte reste dans le cadre de la Loi.  Et quand bien même, ne le serait-il pas, qu’on le tient quitte pourvu « Qu’il paye sa dette à la société »  Nous sommes bel et bien passé du moral au mercantile.

Mais qu’est ce qu’un homme sans charité, sans morale et sans dignité ?

En fonçant aveuglément vers des pseudo eudémonismes, (lesquels ne sont bien souvent que les leurres de réalités plus vénales), la société à dégradé les valeurs naturelles qui fondent l’individu et sans lesquelles on ne peut lui attribuer pleinement le titre d’Humain.

Si Nietzche à rêvé le surhomme, faudrait-il que nous soyons  bientôt réduits au sous-homme déjà évoqué par tel ex Professeur de Faculté ?

La démission des intellectuels de leurs devoirs de  projets d’influence laisse la part belle aux politiciens et aux bateleurs : c’est dommage.

 

Repost 0
28 février 2010 7 28 /02 /février /2010 21:12

 

Au fait, c’est quoi une pensée ordinaire ? Comme souvent dans la vie,  les choses n’ont pas de valeurs tant par elles mêmes que par comparaison. Ma pensée est donc ordinaire par confrontation à tant d’autres et pour citer un exemple précis, à celle de Claude Imbert. Là, où je perçois difficilement les contours du rocher dans l’eau boueuse de la  réflexion, lui, dans sa pensée aussi claire qu’un ruisseau de montagne, en  situe l’endroit précis, en décrit la forme et la couleur dans un langage élégant, aérien, et facile à saisir.

Sorte de paradigme entéléchique comme diraient Martine ou Haier rien que pour m’emmerder.

Voici quelques extraits de son dernier éditorial paru dans « le Point ».  «  L’Europe aux pieds nus »

1) «  L’Amérique a  ses chats à fouetter…….Et on n’oubliera pas qu’Obama, né à Hawaii, élevé en Indonésie, reste un homme du Pacifique. Son atavisme éclaire d’abord l’Asie. Nouveau tropisme après 43 Présidents Américains tous issus de la souche Européenne »

2)  «  La Chine épanouie sur sa démographie, son modèle autoritaire, ses réserves financières et son essor scientifique  devient peu à peu la banque, l’usine et l’entrepreneur impérial de la planète, ce que furent encore, il ya peu les Etats-Unis…. »

3)  « Dans ce yoyo international, l’Europe déconfite médite ces temps ci deux messages : la défection cavalière d’Obama au sommet Europe- Etats-Unis. Le second tonitruant au sommet écologique et stérile de Copenhague : tandis que les Européens, Français en tête, faisaient grand tralala pour rallier la planète à leurs vues, Obama et son homologue Chinois s’enfermaient vite fait dans un bureau et, dans notre dos canardaient nos coquecigrues comme au tir au pigeon…»

Il faut lire tout l’éditorial, au demeurant assez court, pour avoir une idée claire de ce que les Européens devraient prendre conscience, avec en plus,  en quelques mots, la conduite à tenir.

Il conclut  ainsi : «  Si l’on ne s’y résout pas, le pire est à craindre. Sans chaussures, l’Europe aux pieds nus dépérira dans la jungle. Nous autres Européens, devrions savoir que l’Europe est mortelle »

 

 

Ce qui me console, voyez vous, c’est que ces choses là mal exprimées par moi ou superbement par d’autres, n’ont pas plus d'impact,  dans un cas comme dans l’autre,  sur le public.  A celui  qui disait à De Gaulle « Pauvre France »  celui ci répondait «  Elle nous enterrera tous ».  Pour la France c’est vraisemblable  mais pour l’Europe, du moins cette Europe,  rien n’est moins sûr.

 

Repost 0

Présentation

  • : billets d'une pensee ordinaire
  • billets d'une pensee ordinaire
  • : "Les Démocraties ne peuvent pas plus se passer d'être hypocrites que les Dictatures d'être cyniques" Il n’y a qu’une Liberté : celle à se déterminer d’agir de façon morale
  • Contact

Recherche

Liens