Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 septembre 2014 1 01 /09 /septembre /2014 15:28

La première tromperie vient du discours du Bourget lorsque le Candidat Hollande a affirmé vouloir changer l'orientation de l'Europe par la renégociation du traité européen :

« La zone euro se défait sous nos yeux... La France doit retrouver l’ambition de changer l’orientation de l’Europe. Elle (La France) imposera... Elle (l'Europe) doit nous aider à sortir de la crise mais pas imposer une austérité sans fin qui peut nous entraîner dans la spirale de la dépression... C’est pourquoi je proposerai à nos partenaires un pacte de responsabilité, de gouvernance et de croissance. Je renégocierai le traité européen.... J’agirai en faveur de la création d’euro-obligations... Je continuerai à agir pour une parité juste de l’euro vis-à-vis du dollar américain. Je n’accepterai pas que la monnaie chinoise soit encore inconvertible »

( Arnaud Montebourg ? Non ! François Hollande discours du Bourget)

L'imposture tient au fait qu'à peine élu, le Président a fait le contraire : Il n'a pas renégocié le traité européen, il n'a pas changé l'orientation de l'Europe, il n'a pas fait cesser l'austérité qui, selon lui, entraîne dans la spirale de la dépression et il n'a pas obtenu les euros-obligations. Il n'a pas non plus proposé à nos partenaires un pacte de responsabilité, de gouvernance et de croissance puisqu’il a signé le traité tel quel. Il n'a pas agi pour une parité juste de l'euro vis-à-vis du dollar, qui reste anormalement faible et il a accepté que la monnaie chinoise reste inconvertible... Bref en ne tenant, en matière d’économie, aucune des promesses sur lesquelles il s'est fait élire, en ne faisant, pour qu'elles soient tenues, aucun autre effort que de discours, François Hollande a trompé ses électeurs.

Le chef de l’État paie aujourd'hui ce péché originel dont il n'a pas su assurer l'après vente. «Une fusée qui ne part pas droit ne monte pas au ciel » (DSK dixit)

La seconde tromperie est à venir lorsque, pour conserver leurs places ou obéir au Parti, des Députés vont voter des budgets et des lois manifestement contraires aux opinions de leurs électeurs. Soyons clairs : Si dans une démocratie représentative les élus dérogent largement des mandats fixés par leurs électeurs, ( mandats bien souvent issus des propres promesses que les candidats leur ont fait), alors le principe du «Gouvernement du Peuple, par le Peuple, pour le Peuple » inscrit dans la Constitution ne veut plus rien dire et les élus prennent la responsabilité des abstentions et des votes aux extrêmes.

A suivre « Le temps de l'idéologie »

Repost 0
27 août 2014 3 27 /08 /août /2014 20:15

Quelqu’un pourrait-il me donner des raisons de croire au discours que Manuel Valls vient de tenir devant le MEDEF, plutôt qu'en celui de François Hollande quand il disait au Bourget: «Voilà pourquoi, en janvier 2013 – c’est tout proche, ce sera quelques mois après le rendez-vous du 6 mai –, si les Français m’en donnent mandat, je proposerai à la chancelière d’Allemagne l’élaboration d’un nouveau traité franco-allemand, traité de l’Élysée un demi-siècle après l’acte fondateur de De Gaulle et d’Adenauer qui engagea une dynamique pour nos deux pays».

Je crois que beaucoup de français se posent la même question que moi: Comment se fier à des Ministres, séides d'un Président qui use sans scrupule du mensonge comme si de rien n'était ?

Comment, par exemple, croire aujourd'hui, en la parole de Michel Sapin qui hier prétendait avoir inversé la courbe du chômage avec sa boite à outils?

En ce qui me concerne je ne crois pas que la cause de nos difficultés en revienne à l'Europe et au Pacte de stabilité. Ceci étant, je trouve cocasse qu'Arnaud Montebourg se fasse virer pour avoir préconisé de mettre en œuvre la propre promesse du Président de la République. Il y a dans ces tourbillons d’intelligences quelque chose qui échappe à l'homme de la rue...

Repost 0
25 août 2014 1 25 /08 /août /2014 08:11

Stalingrad, RDA, Stasi: on peut comprendre que des rancunes persistent entre Allemagne et Russie. On sait (plus ou moins) le rôle que l'Ukraine a joué au coté des Nazis dans leur lutte contre l'URSS...

Bien que Laurent Fabius nous affirme que l'actuel Svoboda n'a rien à voir avec l'ex Oun de Stepan Bandera (mort à Munich en 1959 et élevé à la dignité posthume de Héros d'Ukraine en 2010) on voit bien que des victimes innocentes paient, à nouveau, le prix de ces haines inassouvies.

Que Madame Merkel ait des raisons de prendre le parti de l'Ukraine, que par inexpérience Barak Obama mette de l'huile sur le feu ne justifie pas, à mes yeux, que la «Vielle France», comme dirait Dominique de Villepin, prenne sa part du conflit...

Un conflit qui n'a pas fini de s'éteindre puisque le Président Porochenko préfère consacrer plus de deux milliards à renforcer son armée plutôt que de payer ses dettes à la Russie.

Soyons réalistes: l’Ukraine est un Pays politiquement instable, socialement divisé, économiquement en faillite qui aborde un nouveau conflit. C'est une grenade à moitié dégoupillée potentiellement dangereuse dont il convient de se tenir éloigné.

Repost 0
21 août 2014 4 21 /08 /août /2014 13:07

Il y avait à L'UMP des gens de peu, des combinards, des faussaires dont la justice dira peut-être un jour de quelles vilenies ils sont coupables...

Depuis ce temps, les gens de bien, ceux qui malgré qu'ils fussent au sein des saints n'y avaient vu que du feu, ont repris les rênes. Nul doute que cette fois droiture, intégrité, probité, définitivement gravées dans le marbre, dicteront chacune de leurs actions.

Faute de cette garantie on aurait pu se demander pourquoi les deux candidats déjà déclarés aux primaires sont aussi coprésidents de l'UMP... On aurait pu se demander pourquoi ils n'ont pas attendu, pour ce faire, la nomination de celui qui dès novembre prendra les rênes de ce Parti et devra assurer, la parfaite honnêteté des primaires . Oui, pourquoi, à deux mois près, tant de hâte pour une échéance reportée à deux ans?

Même en assumant la part de jobardise qui relève de la fonction d'électeur, force est de reconnaître que, pour le moment, Messieurs Juppé et Fillon sont juges en tant que coprésidents et partie en tant que candidats...Honni soit qui mal y pense!

Repost 0
18 août 2014 1 18 /08 /août /2014 13:35

Les résultats sont certes sans appel : croissance atone, chômage en hausse, déficit qui dérape...Pourtant, il est hors de question de changer de politique dit Manuel Valls...

Contre les commentaires négatifs quasi unanimes et le pessimisme ambiant je voudrais donner ici quelques raisons de voir notre Premier Ministre heureux...

Heureux d'avoir un Président tenace, certain, quoi qu'il en soit, du bien fondé de sa méthode. Chanceux d'avoir des Ministres optimistes et dévoués , un PS affilié, une opposition inexistante et surtout encore vingt pour cent de l'opinion publique qui garde en lui la foi du charbonnier.

N'est-il pas regonflant d’avoir quelques millions de français qui, quoiqu'il arrive, malgré le chômage, malgré les impôts, malgré les restrictions, restent confiants dans des promesses sans cesse contredites ?

Ce pourrait-il, comme le Chef de l’État et lui-même le laissent entendre que la BCE et l'Allemagne soient une des causes majeures des difficultés de la France?

Ce pourrait-il qu'une dévaluation de l'euro jointe à l'inflation vienne, comme au bon vieux temps du franc, stimuler notre économie défaillante?

Quoiqu’il en soit, vraie ou fausse, cette nouvelle cible a de quoi détourner les regards et le secours d'une (feinte?) confiance dans le génie du Président, permettra, qui sait?, à Manuel Valls d'aborder cette rentrée avec l'espoir de rendre, fin 2016, la France bien plus heureuse qu'il ne l'avait trouvée.

Repost 0
16 août 2014 6 16 /08 /août /2014 10:27

~~Oh! Bien sûr pas au sens de l'injure ou de la signification méprisante: Je parle ici de l'acception du terme, dans un sens philosophique, celui que l'on retrouve en fil rouge dans l’œuvre de Sartre.

Selon Sartre qu'est ce qu'un «Salaud»? «C’est celui qui pense que sa vie a une importance, qu’il est utile. C’est un humaniste, un «bien-pensant» qui croit que sa vie a un sens et n’est pas tout simplement contingente des événements»

Comte-Sponville le comprend comme «Un égoïste qui a bonne conscience, qui est persuadé d’être un type bien, et que le salaud, en conséquence, c’est l’autre. C’est pourquoi il s’autorise le pire, au non du meilleur ou du soi – d’autant plus salaud qu’il se croit justifié à l’être, et pense donc ne l’être pas»

Jacqueline Morne associe le «Salaud» à la mauvaise foi: « Couramment, on dit de mauvaise foi celui qui, par amour-propre ou par intérêt, s’obstine contre toute évidence à soutenir qu’il a raison, alors qu’il sait pertinemment qu’il a tort. Sourd à l’argumentation rationnelle, il échafaude de fausses bonnes raisons, s’enfermant dans un système de défense absurde »

Alors, selon Sartre, celui qui serait soit un humaniste, soit un «bien-pensant», persuadé d'être un type bien et qui, en conséquence s'autoriserait le pire au nom de ce qu'il pense le meilleur serait un salaud? Cet homme «normal», qui pourrait être chacun d'entre nous, ce pourrait-il, que par amour-propre ou intérêt, il s'obstine contre toute évidence à soutenir qu'il a raison, qu'il reste sourd aux faits et à l'argumentation rationnelle, qu'il échafaude de bonnes raisons en s'enfermant dans un système de défense absurde?

Ce pourrait-il, par exemple qu'il accuse l'Allemagne d'être responsable du chômage en France et de la dette en Italie? Ce pourrait-il que dans la haine* qui oppose de longue date l'Ukraine à la Russie et la Russie à l'Ukraine, il soutienne l'un ou accuse l'autre de ces deux Pays? Il serait, si c'était le cas, d’autant plus salaud qu’il se croirait justifié à l’être, et penserait donc ne l’être pas.

* La haine qui, par exemple, a fait qu'en Juillet 1941, les Ukrainiens rassemblèrent les Juifs de la ville de Lvov et les obligèrent à enlever les cadavres des victimes du NKVD (Police politique Russe) des fosses communes ou des prisons pour le enterrer. Les Juifs durent ensuite aligner le long des tombes les corps des victimes assassinées avant d'être eux-mêmes abattus.

Repost 0
13 août 2014 3 13 /08 /août /2014 08:48

Pourquoi le gouvernement de Kiev confère-t-il (aux autorités ) le pouvoir exorbitant d'ordonner la censure la plus large, sur des critères extrêmement flous, et sans aucun garde-fou ? *...

Pourquoi permet-il au Conseil de sécurité nationale et de défense ukrainien, sous contrôle du président Petro Porochenko, d'interdire la diffusion de médias locaux ou internationaux, qu'il s'agisse de journaux, de sites internet, de radios ou de chaînes de télévisions ?

Pourquoi les Autorités Ukrainiennes ne donnent-elles aucune nouvelle de la journaliste Nadia Novosti qui a été probablement arrêtée ?

Pourquoi les gouvernements et les journalistes occidentaux restent-ils de marbre devant ces entorses aux droits démocratiques les plus fondamentaux ?

Pourquoi l'Europe voit-elle dans des camions chargés de médicaments et de farines de redoutables chars d'assaut et des kalachnikov sous la forme de boites de lait ?

Pourquoi les Occidentaux refusent-t-ils l'aide humanitaire à des populations qui souffrent sous prétexte qu'elles sont pro-russes ?

Ne serait-ce que par son indifférence, la France, va-t-elle prendre le risque d'une nouvelle tache portée à son honneur ?

* L'organisation Reporters sans frontières (RSF) a dénoncé mardi 12 août un projet de loi "draconien" qui autorise les autorités à interdire des médias pour des raisons de "sécurité nationale" sans décision de justice. Reporters sans frontières dénonce fermement les restrictions à l'activité des médias prévues" par le texte, a annoncé l'organisation dans un communiqué.

Repost 0
11 août 2014 1 11 /08 /août /2014 12:58

Tel est le titre des journaux de ce matin...Pendant que l'on s'interroge sur la possible évolution de cette guerre, la vraie, la sanglante, celle dite tiède (ou froide) bat son plein entre l'Europe et la Russie.

Il est trop tôt pour évaluer l'impact qu'elle aura sur l'économie Européenne mais c'est l'Allemagne qui en subira les principaux effets. On sait que pour des raisons politiques une des erreurs de Mme Merkel fut de fragiliser son pays en le dotant d'une énergie électrique chère,* polluante et dépendante...** ( Plus de 40% de son énergie gazière est importée de Russie).

A cela il faut ajouter que 3.3 % des exportations globales Allemandes se font vers la Russie. Le tout ajouté à des prévisions de croissance initiales déjà modestes vont obligatoirement affaiblir la puissance d'Outre Rhin.

D'autre part, on voit bien que la France peine à concilier croissance et déficit budgétaire alors que l'Italie sombre dans la récession... Seul un même parachute, dévaluation de l'euro, peut (provisoirement?) sauver François Hollande, Manuel Valls et Mattéo Renzi de la gamelle politique.

Nos Trois Mousquetaires pourront-ils profiter de ce que l'Aigle Allemand s'est lui-même tiré quelques plombs dans l'aile pour l'amener à leurs raisons ?

* Le prix moyen de l’électricité pour les ménages atteint en Allemagne 253 euros /MWh contre 129 en France.

** En 2013 seulement 11,8 % de l'offre énergétique globale Allemande est couverte par des sources renouvelables (2,1 % pour les éoliennes et le solaire) Le reste relève plus ou moins de sources fossiles

Repost 0
9 août 2014 6 09 /08 /août /2014 10:00

~~Je lis ça et là (le Figaro de ce jour) que les entreprises ne craignent pas la guerre économique entre l'Europe et la Russie ce dont on peut déduire qu'elle n'aura pas d'impacts négatifs sur le chômage en France...Bien que l'Italie soit en récession et que l'Allemagne elle-même commence à poser des questions...Plus de 40% de sa consommation de gaz est d'origine Russe et Kiev (qui doit plus de trois milliards d'euros de gaz impayé à la Russie) menace de pénaliser l'Europe en fermant le tuyau qui passe par l'Ukraine... Drôles d'amis !

Repost 0
4 août 2014 1 04 /08 /août /2014 09:06

En laissant à Washington et à l'inefficient John Kerry la primauté des actions à mener pour peser sur les conflits du Monde, l'Europe (première puissance économique) faillit à ses devoirs...En soufflant sur les braises en Ukraine elle joue, sans le savoir, un jeu périlleux.

Tout à sa psychose mercantile, l'Europe n'a pas conscience de ses responsabilités et de son intérêt à influer sur le maintien d'un équilibre mondial apaisé.

Il est vrai que le 21eme siècle se distingue par une étonnante pénurie de grands hommes d'État. Le nombre d'hommages posthumes, de commémorations et la ferveur que l'on met à promouvoir les gloires du passé sont, peut être, autant d'appels, plus ou moins funèbres, pour essayer de compenser le vide actuel!

Il reste pourtant quelques personnalités qui font exception à la règle: Hubert Védrine est de ceux-là. Fin connaisseur des affaires mondiales il ferait un formidable Ministre des Affaires Étrangères Européennes

Voici l'extrait d'une de ses analyses sur la situation en Ukraine : "Cela dit, la politique occidentale envers la Russie depuis 1992 a été à la fois désinvolte, provocatrice, ferme et molle en même temps, et finalement incohérente. D'abord de mauvais conseils américains sur le big-bang ultralibéral (le choc sans la thérapie!) qui a désintégré le système économique et social des Russes et installé la kleptocratie. Les promesses d'entrée de l'Ukraine dans l'Europe agitées avec légèreté, sans aucune chance de se concrétiser à court terme. Les velléités d'élargissement de l'OTAN à la Géorgie, à la Moldavie, à l'Ukraine et à l'Azerbaïdjan lancées à l'époque de Clinton puis de George W Bush: autant de provocations aux yeux de Moscou. Plus les systèmes anti-missiles aux portes de la Russie! Et plusieurs occasions de coopération Europe-Russie gâchées. "Quant à l'Ukraine, elle aurait dû être traitée comme un "pont" économique et politique entre les deux ensembles, sans être sommée de choisir entre l'Occident et la Russie"

N'empêche que, sous la pression de Washington, l'Europe plutôt que de calmer le jeu, attise le conflit entre l'Ukraine et la Russie... Les dirigeants Européens agissent ainsi comme des enfants qui jouent avec les allumettes.

Repost 0

Présentation

  • : billets d'une pensee ordinaire
  • billets d'une pensee ordinaire
  • : "Les Démocraties ne peuvent pas plus se passer d'être hypocrites que les Dictatures d'être cyniques" Il n’y a qu’une Liberté : celle à se déterminer d’agir de façon morale
  • Contact

Recherche

Liens