Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 novembre 2014 4 13 /11 /novembre /2014 10:28

Sans rien soustraire, bien au contraire, à la valeur professionnelle de ces deux journalistes, plusieurs de leurs confrères font état de leur proximité avec la Présidence de la République. Au point que, dans mon imaginaire, l’image d’une sorte de copinage entre eux et les plus hautes sphères, s’est imposée à moi.

Cette image est confortée par la familiarité du langage de M. Jouyet telle qu’elle est rapportée par les deux journalistes dont on ne peut plus douter qu’ils disposent de preuves enregistrées : « Où Fillon a été le plus dur, vraiment le plus dur, c'est sur le remboursement que Sarkozy avait demandé, vous connaissez ça mieux que moi, des pénalités et des trucs pour le dépassement des frais de campagne. Fillon m'a dit, texto : “Jean-Pierre, c'est de l'abus de bien social. C'est une faute personnelle. Il n'y avait rien à demander à l'UMP, de payer tout ça”. Il était extrêmement clair. »

« Des trucs » « Fillon m'a dit texto » : c’est un langage qu’on utilise entre copains, bien loin de celui, académique, que l’on pourrait attendre d’un Secrétaire General de la Présidence de la République.

Se pourrait-il que la fameuse indépendance entre la Place Vendôme et la Justice, dont se prévaut la Garde des Sceaux, ait été court-circuitée par une passerelle entre l’Elysée et l’Instruction Judicaire d’affaires dites sensibles ?

Ce n’est pas impossible et si, comme je le pense, la Justice refuse d’entendre, in extenso, l’enregistrement des deux journalistes du « Monde » toutes les hypothèses sur l’éventuelle implication du Président lui-même vont courir bon train.

Repost 0
12 novembre 2014 3 12 /11 /novembre /2014 10:36

Le « citoyen de base », celui qui fonde la démocratie en votant une ou deux fois tous les cinq ans, est-il qualifié pour juger de l’affaire Jouyet-Fillon ?

Pas sûr ! Pour la simple raison que le « citoyen de base » n’a pas l’habitude d’inviter ses amis à déjeuner pour faire état, auprès de journalistes, de confidences portant atteinte à l’honneur dudit ami.

Peu prisés dans le bas peuple auquel on apprend dès l’école qu’il n’est pas bien de cafter, il s’agit là de procédés apparemment réservés aux élites.

Conscient d’être mal placé pour porter un avis sur cette affaire, laquelle repose (si j’ai bien compris M. Macron) sur le fait que M. Jouyet en tant que Haut Fonctionnaire, ne saurait mentir, je veux bien croire qu’il a le droit de salir M. Fillon sans aucune preuve et contre le témoignage du troisième convive.

Ceci étant, je vois mal comment ajuster les propos du Premier Ministre, qui appelle au rassemblement dans l’intérêt de la République, avec ceux du Secrétaire Général de la Présidence de la République qui se fait un plaisir de nourrir la zizanie…

Ne faudrait-il pas former les enfants, dès leur plus jeune âge, au discours d’une sorte « d’anti méthode » qui consisterait à faire croire tout ce qui se dit.

Repost 0
7 novembre 2014 5 07 /11 /novembre /2014 13:33

En quelques éclats de son laser imparable, Philippe Tesson cible l’essentiel de ce qu’il faut saisir de la dernière télé du Président de la République.

Reste que la personnalité de François Hollande est un mystère pour (comme dit Roland Cayrol) le « citoyen de base ». S’il est vrai que l’opinion du «citoyen de base » ne compte plus guère qu’un jour tous les cinq ans, il n’empêche qu’elle n’en reste pas moins déterminante pour les autres 499 jours à venir et l’«ethos» du candidat, tel qu’il est perçu par l’électeur, demeure un élément essentiel de la condition du vote.

La Personnalité du Président de la République me rend perplexe : j’y vois une similitude avec celle dont nous parle Jean-Paul Sartre quand, attablé au Flore, il observe le garçon de café. « Il a le geste vif et appuyé, un peu trop précis, un peu trop rapide, il vient vers les consommateurs (le citoyen ?) d’un pas un peu trop vif, il s’incline avec un peu trop d’empressement, sa voix, ses yeux expriment un intérêt un peu trop plein de sollicitude …Toute sa conduite nous semble un jeu [...]. Il joue, il s’amuse. Mais à quoi joue-t-il ? Il ne faut pas l’observer longtemps pour s’en rendre compte : il joue à être garçon de café (Président de la République) »

Sartre veut nous dire que le garçon de café (le Président) ne l’est pas par essence. Il ne l’est que par mauvaise foi, il joue à être garçon de café (Président). Peut-être par peur de la vacuité de sa propre existence, Il ne veut pas répondre à des questions personnelles de crainte d’être condamné à n’être que ce qu’il est.

Repost 0
6 novembre 2014 4 06 /11 /novembre /2014 10:59

Cet excellent article* se termine par « Il (le Président Hollande auquel j’ajoute son Premier Ministre) trouvera certainement à proposer à son peuple - si crédule, n'est-ce pas ? - de nouveaux bonbons jetés négligemment comme les quignons de pain lancés par nos grands-mères aux cygnes du bois de Boulogne »

Peuple si crédule…sans aucun doute ! Mais ne le serait-il pas que cela ne changerait rien puisque le quinquennat lui a cloué le bec jusqu’en 2017…. François Hollande et Manuel Valls ont encore 30 mois d’affabulations devant eux.

Quant à Bérengère Krief, elle veut "sauver le soldat François" ** Elle dit très drôlement : « À mi- recette de mon soufflé au fromage, personne n'a envie de goûter à ma préparation raplapla qui ressemble à de la bouillie pour nourrir les veaux » Extra… Mais qui va allumer le four ? Peut-il compter sur un Premier Ministre qui va, en 2017, concourir au plus beau soufflé ? *

*« Le point du 5/11/2014

** « Le Point du 6/11/2014

Repost 0
4 novembre 2014 2 04 /11 /novembre /2014 10:15

La France est une démocratie représentative. Qu’est-ce qu’une démocratie représentative ? C’est comme si on désignait quelqu’un pour accomplir à sa place le devoir conjugal.

Encore faut-il que le substitut trouve la mariée à son goût… Hélas ! Ce n’est pas toujours le cas et désormais des députés s’abstiennent de voter.

La question est simple : A quoi bon élire un député qui s’abstient de voter ? La démocratie française relève-t-elle de l’absurde ?

Repost 0
3 novembre 2014 1 03 /11 /novembre /2014 09:53

Deux ans après sa réélection Barack Obama doit faire face aux votes de son mi-mandat…

Rien de tel en France où le quinquennat préfère clouer le bec de l’expression populaire pendant cinq ans…

A peine fut-il élu que le Président Hollande perdit la confiance du Peuple. Dès lors, les députés de la majorité étaient face à un dilemme : Trahir leur parti ou leurs électeurs. Une majorité d’entre-eux a choisi de trahir leurs électeurs pour une raison simple : le même citoyen réputé apte à voter est jugé incapable de se gouverner. C’est donc pour son bien que les élus font le contraire de ce que le peuple demande.

En vérité tout le monde est content car le peuple ne veut pas le pouvoir, il veut seulement en avoir l’illusion laquelle est inscrite au fronton de la République « Gouvernement du Peuple, par le Peuple, pour le Peuple »

Il n’empêche que les pessimistes disent que la France traverse une crise économique, sociale et démocratique… Certains prédisent l’impossibilité de continuer ainsi trente mois de plus…

C’est sans compter sur les exceptionnelles capacités de nonchalance du citoyen lambda qui devraient permettre au Chef de l’Etat et à son Premier Ministre de continuer à gouverner sans tenir compte des soubresauts qui se manifestent, plus ou moins tragiquement, ici ou là.

Kennedy disait «À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes » Mais c’était d’autres lieux, d’autres temps, d’autres gens…

Repost 0
30 octobre 2014 4 30 /10 /octobre /2014 20:39

Je lis, ici et là, de bons articles sur les parcours et les destins des élites politiques qui nous gouvernent.

Ceci étant, les sondages le prouvent, l’homme de la rue, celui que Roland Cayrol appelle « citoyen de base », s’attache surtout aux faits et aux résultats.

Force est de reconnaitre que, pour le moment, Manuel Valls brille dans son rôle de « Grand Diseux » et cela suffit à combler nombre de commentateurs. Mais si l’on ne s’en tient qu’aux faits, ses résultats, en tant que Premier ministre, ne sont pas probants :

--Le laxisme et la lenteur de la justice (Manque de moyens) sont compensés par des actions policières massives, coûteuses et parfois dangereuses.

--Le matraquage des classes moyennes n’endigue pas, bien au contraire, la montée du chômage.

--Le CiCE ne contribue pas assez à équilibrer le déficit de notre balance commerciale.

--Le déficit budgétaire qui était de 5.2 fin 2011, puis tombé à 4.3 en 2013 est reparti à la hausse.

--La dette publique qui était de 1717 milliards fin 2011 a dépassé les 2000 milliards cet été.

Bref Manuel Valls n’a pas de bons résultats…Il lui reste trente mois pour corriger son tir… Est-ce possible ? J’en doute !

Repost 0
29 octobre 2014 3 29 /10 /octobre /2014 15:56

Dans 30 mois François Hollande et Manuel Valls auront battu le record quinquennal de résistance à la détestation populaire. Ils l’auront fait dans le cadre des institutions de la République, malgré les pressions et les drames internes, mais aussi contre les dictats de Bruxelles auxquels ils auront fait semblant d’adhérer pour mieux les contourner.

Pour ce faire, l’exécutif a su utiliser toute la force légitime que donne, au Pouvoir, la Constitution de la Cinquième République : Lois, Parlement, Justice et jusqu’à la puissance de feu dont disposent les forces de l’ordre républicain.

Cette dure conception des règles de la Constitution, qui prive pendant cinq ans le Peuple du droit à s’exprimer par le vote, n’en est pas moins conforme aux statuts dûment voulus, en son temps, par les électeurs eux-mêmes lesquels gardent le droit à l’expression verbale ou écrite ( pourvu qu’elle soit « responsable » ) ainsi que celui de manifester dans l’ordre et la mesure sous accord préalable des autorités.

Trente mois se sont déjà écoulés sans que cette férule légale ne soulève un désordre majeur et il semble qu’une sorte de résignation ait fait place à la rébellion, au moins de principe, du début du quinquennat.

Maintenant que les français se sont habitués à se serrer la ceinture sans le moindre effet positif sur le chômage, les déficits et la dette il n’y a pas de raisons que François Hollande et Manuel Valls, au nom du respect que tout citoyen doit à la République (credo dit et redit par le Premier Ministre) ne puissent, de la même manière, tenir trente mois de plus…

« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes » disait (JFK)

C’est un risque qui ne semble pas inquiéter Manuel Valls.

Repost 0
27 octobre 2014 1 27 /10 /octobre /2014 08:16

Manuel Valls a sans doute raison de dire qu’il veut en finir avec la « Gauche » passéiste. Cependant il n’est pas facile d’en convaincre le peuple de gauche et les français en général quand, au résultat, ils voient que plus Manuel Valls gratte dans les prestations sociales plus il augmente la dette et le chômage.

Contrairement à lui, nombre de gens se demandent alors s’il n’y aurait pas, au cœur même de la conception du système progressiste Hollandais, quelque chose qui cloche.

Question que nombre de français se posent, mais pas seulement : On entend ici et là et pas seulement à Bruxelles, des pessimistes qui n’hésitent pas à conseiller d’acheter de la dette grecque plutôt que de la française.

Soyons bons citoyens et acceptons l’augure du Président et du Premier Ministre : Si les mesures prises ne donnent pas encore de résultats elles sont programmées pour être bénéfiques (au plus tard ?) avant les élections de 2017.

Certitude, sans laquelle on ne voit pas pourquoi Manuel Valls risquerait de compromettre une carrière politique qui s’annonce brillante.

Repost 0
23 octobre 2014 4 23 /10 /octobre /2014 12:54

Ce n'est, pour le moment, que le début du marquage, une petite balise, qui trace l’orée du chemin que chacun prendra pour arriver à la Présidentielle.

François Hollande, qui n’est sérieux que lorsqu’il plaisante, dit, en fait, à Manuel Valls : Prenez garde de rester à votre place tant que j’envisage de prolonger mon mandat.

Or, ce matin Manuel Valls dit clairement vouloir générer un vaste mouvement centro-libéral dont le nom ne sera acté qu’après avoir pris forme et ampleur. Comment ne pas imaginer que ce mouvement (dont François Hollande est l’instigateur lucide ou inconscient) ne serve pas à propulser le Premier Ministre à la candidature de Président de la République ?

La question est de savoir où en seront les choses dans deux ans. Pour le moment Manuel Valls ne vend que du bluff : sous sa houlette, le déficit augmente, la dette dérape et le chômage ne va guère mieux.

Nonobstant, puisque François Hollande a réussi à couillonner la gauche, pourquoi Manuel Valls ne pourrait-il pas faire de même à droite ? Il en a le talent et vingt ans de PS le disposent à cela.

Repost 0

Présentation

  • : billets d'une pensee ordinaire
  • billets d'une pensee ordinaire
  • : "Les Démocraties ne peuvent pas plus se passer d'être hypocrites que les Dictatures d'être cyniques" Il n’y a qu’une Liberté : celle à se déterminer d’agir de façon morale
  • Contact

Recherche

Liens