Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 décembre 2014 2 02 /12 /décembre /2014 10:24

Depuis quarante ans (Giscard d’Estaing) la France mène (globalement) une politique plutôt centriste avec certains avantages consubstantiels à un déficit commercial chronique, une dette croissante et un chômage élevé.

On ne sait pas si une politique de droite (refondation du code des impôts et du travail, réorientation des retraites vers un système mixte répartition-capitalisation, mesures sécuritaires avec doublement du budget de la Justice, réorganisation et réduction des strates politiques et administratives, limitation de l’immigration, laïcité plus respectueuse des religions etc…) aurait eu de meilleurs résultats.

Quoiqu’il en soit, alors qu’en 2002 l’Allemagne prenait des mesures drastiques, la soi-disant « droite » française a continué en 2007 de mener la politique centriste de ses prédécesseurs que la « gauche » du PS Hollandais poursuit plus que jamais.

Cela étant je voudrais surtout faire prendre conscience de l’erreur générale et récurrente qui consiste à prétendre que les partis politiques gouvernent, conformément à leurs étiquettes, soit à gauche soit à droite.

Je trouve assez cocasse que la nouvelle mode, encensée par bien des médias, porte à espérer une orientation centriste alors que la France ne fait que cela depuis très longtemps… Comme Monsieur Jourdain pour la prose, La France fait du centrisme sans le savoir.

Repost 0
1 décembre 2014 1 01 /12 /décembre /2014 12:55

En ce matin du premier jour de la Présidence de Nicolas Sarkozy à l’UMP la seule question qui vaille est de savoir qui, de la Justice, des Médias ou de ses « Amis » aura sa peau.

Dans ce challenge, qui va remettre un peu de sel dans la vie politico-people tant aimée, je donne les « Amis » gagnants. En effet dès ce matin les porte-flingue des clans Juppé et Fillon n’ont pas manqué de tirer les premières salves.

Sur France 2, Benoit Apparu, du clan Juppé, s’est même clairement déclaré prêt à pactiser avec François Bayrou, un des pires ennemis de Sarkozy qui a largement contribué à sa défaite en 2012 et qui est, à l’évidence un atout sérieux pour lui assurer une nouvelle pâtée en 2017.

J’en tire une morale : la volonté populaire, l’intérêt général, sont bien peu de chose face aux ambitions de ces « Zoroastre » qui se poignardent à qui mieux-mieux…

Repost 0
30 novembre 2014 7 30 /11 /novembre /2014 10:22

Bruno Le Maire a gagné : telle est la conclusion quasi unanime de la presse, résultant d’un phénomène, encore mal perçu, consécutif à l’inversion des valeurs sociétales conventionnelles. Le sud est au nord et le plus vient au moins.

De ce fait, les 64%, qui donnent classiquement la victoire, se transforment, par l’analyse des experts politiques, en défaite face à celui qui obtient 30%. Nihilisme des faits* qui procède de la projection dans l’avenir d’une hypothèse devenant par sa puissance intellectuelle plus vraie que la réalité immédiate.

Autre exemple de l’inversion des pôles : Une des grandes avancées humanistes du Siècle des Lumières (Affaire Callas) fut de permettre que l’ONU dise en 1948 dans son article 11 : « Toute personne accusée d'un acte délictueux est présumée innocente jusqu'à ce que sa culpabilité ait été légalement établie au cours d'un procès public où toutes les garanties nécessaires à sa défense lui auront été assurées »

Qu’en est-il de la réalité d’aujourd’hui ? Nicolas Sarkozy (théoriquement innocent) est présumé coupable par l’opinion publique alors que celle-ci absout et adule Alain Juppé pourtant reconnu fautif par la justice.

Dans son match avec Médiapart Voltaire a perdu….

* Le nihiliste n’est pas celui qui ne croit en rien mais celui qui ne croit pas en ce qui est

Repost 0
28 novembre 2014 5 28 /11 /novembre /2014 09:09

Autant ne pas imaginer ce qui se serait passé si les prêts n’avaient pas été aussi faciles et les taux si réduits, si M. Juncker n’avait pas le pouvoir de multiplier les milliards comme des petits pains.

Ce qui se serait passé si le prix du baril de pétrole n’avait pas été aussi bas, les syndicats aussi riches et aussi conciliants, les Maires aussi résignés devant un Premier Ministre qui les prend pour des pigeons.

« Nous allons vers une société de travailleurs sans travail » disait Hannah Arendt Autant ne pas imaginer ce qui se serait passé si le principe accepté de la diminution du temps de travail ne donnait pas au chômage valeur de finalité.

Repost 0
26 novembre 2014 3 26 /11 /novembre /2014 20:20

Avec 5228 mds de dollars, le Japon se classe troisième des plus gros PIB du Monde. Mais ils font cela avec un déficit budgétaire de l’ordre de 9% et une dette qui atteint désormais 250 % de leur PIB.

Je laisse imaginer où ils en seraient si Bruxelles leur imposait un déficit limité à 3% et une dette contenue à 80% ! La France avec ses 2860 mds de dollars est assez loin derrière mais se classe quand même cinquième après l’Allemagne. Je veux dire par là que toutes proportions gardées, les 4.4 % de déficit français et la dette à 95%, considérés comme excessifs par la Commission Européenne, seraient suicidaires pour l’économie du Japon.

Bien que ce soit regrettable et qu’il soit indispensable de « faire-en-sorte » d’y remédier, la France n’a pas actuellement les épaules pour subir l’opération de réduction budgétaire voulue par Bruxelles.

Au moins pas avant que notre compétitivité industrielle ait fait ses preuves. A tout prendre mieux vaudrait le déficit et la dette plutôt que l’inéluctable récession à laquelle nous condamne M. Junker.

Repost 0
24 novembre 2014 1 24 /11 /novembre /2014 12:27

Qu’ils se disent de droite ou de gauche, la France n’a pas cessé, depuis Giscard d’Estaing, d’être gouvernée au centre. La chose n’est pas désastreuse pourvu que l’on admette, en moyenne, un déficit commercial chronique de l’ordre de 60 milliards d’euros par an, un déficit budgétaire qui va de pair, une dette qui compense et un chômage d’environ 10%.

Les français ont la mémoire courte mais je me souviens du temps où en 1995, Alain Juppé Premier Ministre disait dans son discours de politique générale que « c'est sur notre capacité à provoquer en France un profond et durable mouvement de création d'emplois que nous demanderons, le moment venu, à être jugés »

Après avoir piteusement échoué il fut, en 1977, remplacé (toujours droit dans ses bottes) par Lionel Jospin qui de 3.195000 chômeurs en janvier 97 le fit baisser à 2.358000 en avril 2011.

Loin de moi l‘idée de juger des mérites respectifs de ces Serviteurs de l’état, dont, souvent, la faute majeure ne consiste qu’à vouloir prétendre pouvoir maitriser des évènements dont ils n’ont pas la maitrise.

Aujourd’hui les français ne jurent (parait-il) que par Alain Juppé. Sans doute, pensent-ils que dans l’hiver de sa vie il aura des atouts auxquels il n’a pas eu accès dans l’été de son existence. Parmi ses atouts je relève son intention de s’ancrer au centre gauche grâce à l’appui de François Bayrou qui a contribué à l’avènement de François Hollande. Je note aussi son projet « d’identité heureuse » dont il fait son dada…. Cela implique de pallier son regret de ne pas avoir eu suffisamment accès à la lecture du Coran pendant son parcours scolaire et universitaire.

Je prie Dieu ou Allah pour que cela puisse se faire plutôt par nombre suffisant d’Oubrou Tarek que par des Imams plus ou moins extrémistes.

J’ai vu à Bordeaux un Alain Juppé toujours aussi sûr de lui, toujours aussi « droit dans ses bottes » qui me fait toujours un peu peur.

Repost 0
22 novembre 2014 6 22 /11 /novembre /2014 14:06

Dans son ode à « l’Identité Heureuse » Alain Juppé regrette : "Jamais, tout au long de mon parcours scolaire et universitaire, on ne m'a proposé d'ouvrir le Coran dont j'ignore à peu près tout."

En tant que non universitaire, n’ayant qu’épisodiquement fréquenté l’école (en fond de classe et dans l’attente de la sortie) j’ai sur Monsieur Juppé l’avantage de n’avoir pas été obligé d’attendre qu'on me le « propose » pour ouvrir le Coran.

Ma première difficulté tint au fait que ne lisant pas l’Arabe il ne m’était possible de lire une traduction que pour essayer d’approcher les préceptes de l'islam, de ne consulter les ouvrages de Hadith* que traduits dans ma langue, puis de m’évertuer à apprendre l’Arabe pour pouvoir comprendre les textes du Livre Saint et de la Sunna dans la langue de leur révélation.

Conscient de la difficulté que j’ai déjà à parler le français (je veux parler de celui susceptible d’exprimer et de faire comprendre clairement ma pensée) j’ai renoncé à apprendre la langue du prophète. Je me suis donc rabattu sur « le Coran traduction de Kasimirski et du Petit dictionnaire de l’Islam par Thomas Decker » C’est donc très conscient de la rusticité de ma connaissance et sous les réserves non exhaustives exprimées plus haut que je me hasarde à simplement recopier in extenso quelques sourates :

« Que ceux qui s’en tiennent à l’Evangile jugent d’après son contenu. Ceux qui ne jugeront pas d’après un Livre de Dieu sont impies » (Sourate V verset 51)

« Dans ce code nous avons prescrit aux Juifs : Ame pour âme, œil pour œil, dent pour dent. Les blessures seront punies par la Loi du talion. [……] Ceux qui ne jugeront pas d’après les Livres que nous avons fait descendre seront impies » (Sourate V verset 49)

« Accomplissez-vous l'acte charnel avec les mâles de ce monde ? Et délaissez-vous les épouses que votre Seigneur a créées pour vous ? Mais vous n'êtes que des gens transgresseurs». (Sourate XXVI verset 166)

« Les Hommes sont supérieurs aux femmes en raison des qualités par lesquelles Dieu a élevé ceux –là au-dessus de celles-ci [….] Vous réprimanderez celles dont vous aurez à craindre l’inobéissance, vous les reléguerez dans des lits à part, vous les battrez, mais aussitôt qu’elles vous obéissent ne leur cherchez point querelle. Dieu est élevé et grand » (Sourate IV verset 38)

« Ô Prophète ! Prescrit à tes épouses, à tes filles et aux femmes des croyants d’abaisser un voile sur leur visage. Il sera la marque de leur vertu et un frein contre le propos des hommes » (Sourate XXXIII, verset 57)

« Jamais, (dis M. Juppé) tout au long de mon parcours scolaire et universitaire, on ne m'a proposé d'ouvrir le Coran dont j'ignore à peu près tout » C’est dommage.

Repost 0
21 novembre 2014 5 21 /11 /novembre /2014 10:04

Dans sa recherche pour l’emploi le gouvernement n’est pas avare de déclarations ambiguës « Je défends les 35 heures sans pour autant les mettre sur un piédestal » a dit hier le Ministre Socialiste de l’Economie.

Par ses pulsions vers la droite, Emmanuel Macron me fait penser à ces volatiles auxquels on a coupé les ailes… Plutôt qu’un magnifique envol vers les voûtes célestes, ils ne font que des petits bons impropres à leur faire quitter le plancher des vaches.

Manuel Valls, qui n’en pense pas moins, se tient coi. Il attend sagement pour prendre son envol que ses plumes repoussent et que le ciel s’éclaircisse (?).

Repost 0
20 novembre 2014 4 20 /11 /novembre /2014 10:13

Dans une interview au JDD Fréderic Mitterrand parle, avec sa finesse habituelle, de personnalités politiques amoureuses de la culture. En contre point il cite Nicolas Sarkozy. A la question « Nicolas Sarkozy a-t-il lu « La Récréation », chronique de vos trois années au ministère de la Culture? » Fréderic Mitterrand répond : « Nicolas Sarkozy m'a complimenté sur le livre puis il m'a dit : "Arrête avec toutes tes histoires de pédé, on en a marre, on a compris." Nicolas Sarkozy m'a dit cela comme mes frères me l'auraient dit. Il peut être un homme fraternel et c'est un des aspects sympathiques de sa personnalité »

Je traduis : Sarkozy est un brave type mais il est à la littérature ce que Bérurier est à Marcel Proust. N’empêche que lui (Sarkozy) avait lu son livre.

Pour L’ancien Ministre les véritables amoureux de la culture sont Bruno Le Maire et Manuel Valls. Manuel Valls, amoureux de littérature ? Peut-être, mais sous une condition restrictive de taille : Il faut que le livre « mérite » d’être lu* La liste des livres (Ceux de Voltaire à Flaubert en passant par Kundera) auxquels on a longtemps refusé ce « mérite » n’en finit pas. Et pour cause : Ce n’est pas d’aujourd’hui que le Pouvoir refuse que l’on lise ce qui ne lui convient pas.

*« Eric Zemmour ne mérite pas qu’on le lise »

Repost 0
19 novembre 2014 3 19 /11 /novembre /2014 09:50

On me dit mécréant mais je n’aime pas que cette République bafoue les religions fondées sur la croyance que l’humain est le produit de Dieu, lequel a décidé que la race ne devait se perpétuer que par l’union (sacralisée dans le mariage) de l’homme et de la femme.

Même si elle me parait relever de la fable, je respecte cette pensée qui reste partagée par des milliards d’individus et ce bien que je sois conscient de la difficulté des élites des « sociétés avancées » à comprendre que des « populations arriérées » en sont restées à ne pas voir dans la différence des sexes autre chose qu’un simulacre.

L’Athée humaniste exigeant devrait pourtant réfléchir : Puisque c’est l’homme qui a inventé la croyance en Dieu, le sage ne peut, à la fois, réfuter cette conviction et laisser sur un piédestal celui qui en est l’auteur.

Je n’aime pas, non plus, cette République qui, pour se venger de l’égérie de la « Manif pour tous », la prive de son appartement.

Je n’aime pas cette République qui, faute de cabinet noir à l’Elysée, profite de ses bureaux dorés pour distiller sa médisance.

Je n’aime pas cette République qui, par la voix de son Premier Ministre, soumet la lecture d’un livre* au mérite. Je remarque que si le lecteur veut respecter ce dictat il ne peut ouvrir un livre sans se fier, au préalable, à l’avis d’autrui**

Et puis, non ! Je n’aime pas cette République qui, au nom du Droit, tire dans le dos des manifestants.

* « Eric Zemmour ne ‘’mérite’’ pas qu’on le lise »

** Sans aller jusque-là, le 10 mai 1933, à Berlin, des étudiants nazis escortent, en brandissant des flambeaux, deux camions de livres de la porte de Brandebourg jusqu'à la place de l'Opéra. Là, en dépit d'une pluie battante, ils déchargent le contenu des camions et organisent un «autodafé rituel des écrits juifs nuisibles». 20.000 livres sont brûlés. Parmi les auteurs voués au feu figurent Heinrich Heine, Karl Marx, Sigmund Freud, Albert Einstein, Franz Kafka, Stefan Zweig, Felix Mendelssohn-Bartholdy.

Repost 0

Présentation

  • : billets d'une pensee ordinaire
  • billets d'une pensee ordinaire
  • : "Les Démocraties ne peuvent pas plus se passer d'être hypocrites que les Dictatures d'être cyniques" Il n’y a qu’une Liberté : celle à se déterminer d’agir de façon morale
  • Contact

Recherche

Liens