Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 février 2015 1 23 /02 /février /2015 08:32

Grand Diseux, petit Faiseux, dit le proverbe. Grand Diseux, Manuel Valls l’est !...Petit Faiseux ? La réponse se fait attendre.

Pourtant Manuel Valls vient, en quelques heures, de s’affirmer comme Chef : Il a d’un seul coup de 49.3 occis ses détracteurs de gauche et ridiculisé ceux de l’opposition, lesquels, par une ahurissante action de force, ont réussi l’exploit de démontrer qu’ils étaient faibles, divisés et minoritaires.

Ce mini coup de 18 brumaire a un impact inévitable sur l’utilité du suffrage universel qui voit sa prééminence déjà flageolante encore affaiblie : A quoi bon élire un député s’il est empêché de voter les lois ?

"Personne n'entravera cette action réformatrice" a dit Manuel Valls qui met ainsi le Parlement en obligation de voter les lois du gouvernement ou de plier devant le 49.3…. L’Etat à poigne, tout comme un autre, se justifie si, et seulement si, ce régime apporte « Le plus grand bonheur pour le plus grand nombre ».* Est-ce possible ?

Ceux qui en doutent arguent du fait que, depuis 2 ans d’après crise et 3ans de gouvernance socialiste, un déséquilibre profond entre la puissance de l’Etat et la faiblesse de la Société Civile induit un taux de prélèvements record (57%du Pib) auquel s’ajoute un déficit important. Ils disent que les impôts excessifs, plus le déficit, réduisent le pouvoir d’achat, plombent la croissance et pèsent sur le chômage.

D’autres mettent en avant que la principale qualité d’un Chef est d’avoir de la chance : l’Alignement des planètes vient à point pour secourir Napoléon Valls…A quand Austerlitz ?

*Jérémy Bentham dont le corps momifié est conservé dans la bibliothèque universitaire de l’University College de Londres.

Repost 0
20 février 2015 5 20 /02 /février /2015 09:18

La France, qui a vu pire, affronte une difficulté économique à laquelle s’ajoute une crise sociale et morale que les pluralités ethniques, culturelles et religieuses de la République rendent encore plus difficile à traiter.

Cela entraine, tout naturellement, une crise politique, pour le moment jugulée, grâce à la Constitution de la Cinquième République conçue pour faire prévaloir, en dernier recours, les volontés décisionnelles du Gouvernement.

L’utilisation de ce droit présente néanmoins l’inconvénient de ne laisser au citoyen que la faculté de glisser une enveloppe dans une fente tous les cinq ans. De ce fait, la fameuse devise inscrite au fronton de la République « Gouvernement du Peuple, par le Peuple, pour le Peuple » n’est, dans les faits, qu’un vulgaire slogan.

La conjugaison de ces facteurs induit la montée d’une pression populaire où le FN joue (jusqu’à quand ?) le rôle de clapet. D’où la nécessité de se poser des questions avant de trop taper sur ce parti ou de l’interdire.

Le Gouvernement fait passer pour des réformes une singulière multiplication de mesures complexes et contradictoires qui ont pour objet essentiel de permettre à Bruxelles de trouver prétexte à valider les déficits français.

En pratique, depuis bientôt trois ans que le gouvernement socialiste (?) tient les rênes, ces mesures en restent aux promesses de meilleurs lendemains. Il reste à espérer que la baisse de l’euro, la baisse du pétrole, les soixante milliards d’euros mensuels de liquidités mis sur le marché de la zone euro par la BCE vont avoir un effet mécanique bénéfique sur le chômage.

S’il en est ainsi, et seulement si, Manuel Valls peut espérer tenir le poste de Premier Ministre jusqu’en 2017.

Mieux vaut, par prudence, attacher les ceintures.

Repost 0
19 février 2015 4 19 /02 /février /2015 09:40

Manuel Valls fait penser à un Maître queux qui s’affaire en cuisine sans jamais arriver à passer les plats.

Ce Chef n’en finit pas de vanter les mérites de son nouveau gâte-sauce et nombre de clients en sont encore à saliver aux délices promis par le macron aux navets désormais imposé au menu.

N’empêche que pour ceux qui claquent des mandibules cela commence à bien faire et le Patron ferait bien de réfléchir aux dangers que fait courir une foule tenaillée par la faim.

Lorsque la grogne de la salle provoque aussi du rififi dans la brigade, peut-être serait-il temps de penser à remplacer le Chef sauf à prendre le risque de voir les clients changer de gargote…

Repost 0
18 février 2015 3 18 /02 /février /2015 08:34

Manuel Valls vient de se tirer une balle de 49.3 dans le pied. Désormais éclopé seul un SAMU porteur de résultats pourrait le sauver.* Faute de quoi, ses mois sont comptés.

François Hollande qui aspirait à partager son temps entre les affaires d’ailleurs et l’inauguration des chrysanthèmes va devoir envisager de le remplacer.

Les supputations vont aller bon train : Les candidats conscients et solides ne vont pas se bousculer au Matignon : Jean-Yves Le Drian peut-être ? Quid de Martine Aubry ?

* Ce n’est pas impossible grâce à une conjoncture qui « aligne les planètes »

Repost 0
17 février 2015 2 17 /02 /février /2015 12:38
Manuel Valls : Vaillant Hussard d’une République passée…

Manuel Valls se pose comme un « croyant » de la République, qui serait dûment « missionné » pour promouvoir et défendre des valeurs dont le contexte vieillot est plus près du 19eme siècle que de nos jours.* Tâche dont il s’acquitte avec ferveur en dégainant parfois des mots dont le calibre est plus fort qu’il ne serait nécessaire: Apartheid plutôt que ségrégation, fascisme plutôt que dévoiement … Sur ces sujets il y aurait beaucoup à dire mais par souci de retenue : « I would prefer not to » !

J’observe simplement qu’associer le fascisme à l’Islam n’est pas de nature à calmer les esprits. Or, il me semble que par les temps qui courent, l’apaisement est la tâche essentielle à laquelle devrait s’attacher le Chef du gouvernement.

La France se trouve, en ce moment, dans un déni démocratique qui revient pour une bonne part à la déficience de l’opposition. Mais quand Manuel Valls en appelle à l’Union Sacrée tout en disant à la droite : « Le terrorisme c’est vous !» il brouille son message. Apartheid, Fascisme, Terrorisme : mots de violence plutôt que de modération.

Pendant que droite et gauche hurlent, à l’assemblée, leurs différences ; dans les faits, la droite se rapproche du socialisme** alors que la gauche se matérialise en « Wall-Street ». Comment s’étonner que les électeurs se détournent de cette mécanique qui a le double inconvénient de procurer du chômage et de tourner à l’envers ?

* La République de Georges Clemenceau, celle de la post-paysannerie, de mêmes racines latines, de même ancestralités chrétiennes, de même solidarité morale fondée sur la famille n’existe plus. La République actuelle est multi ethnique, multi culturelle, multi religieuse (nombreux ceux qui font de la Laïcité leur religion) multi singulière par le fait de la décomposition familiale.

** Alain Juppé, Jean-Pierre Raffarin, François Bayrou etc.

Repost 0
16 février 2015 1 16 /02 /février /2015 10:28

La décapitation de vingt et un chrétiens égyptiens repose la question de savoir si les dicta-dures ne sont pas les meilleurs remparts contre les atrocités du terrorisme islamique.

En Egypte le régime du Président Sissi est une "dicta-dure" au sens strict du terme (prison ou mort pour les opposants).*

Ces régimes, jadis honnis par les démocraties, bénéficient désormais de leurs faveurs : En fournissant au régime Egyptien des armes particulièrement sophistiquées, ** l'Elysée explique dans un communiqué officiel que "Ces équipements permettront à l'Egypte d'accroître sa sécurité et de jouer tout son rôle au service de la stabilité régionale".

Cette déclaration devrait faire bondir les tenants du « Front Républicain » si cher à Manuel Valls, sauf que la moindre objectivité oblige à reconnaitre, que le régime dictatorial (issu d’un coup d’Etat) du Président Sissi offre (pour le moment) plus de confort pour les puissances occidentales que celui, démocratique, qui était sorti des urnes en portant au pouvoir Mohamed Morsi. ***

Nonobstant le Président Hollande par sa reconnaissance formelle de la prééminence (dans certains pays) de la dicta-dure sur la démocratie, induit le fait que la démocratie n’est pas une valeur universelle applicable partout.

Cela étant admis, la question est de savoir si, à la force des évènements, la France va, elle aussi, glisser peu à peu vers une dicta-dure ayant, in-fine, pour seule liberté le droit de faire des caricatures et de proférer des blasphèmes.

*Liberté de la presse selon l’indice RSF: ((0 liberté- 100 répression)-- Le tribunal de la prison de Torah, située dans le sud du Caire, a condamné 25 militants à quinze ans de prison. Parmi eux figure Alaa Abdel Fattah, militant emblématique de l'opposition laïque-- Condamnation à mort de 188 personnes pour le meurtre de policiers lors de violences en 2013 après la dispersion de sit-in des partisans du président renversé Mohamed Morsi.

**La France a vendu 24 avions Rafale, une frégate multi mission FREMM et des missiles courte et moyenne portée MBDA à l'Egypte.

***L’ex-président Morsi est actuellement au centre de quatre procès. Il est entre autres accusé d’organisation d’évasions, de conspiration avec les pouvoirs étrangers et d’incitation au meurtre de manifestants, un chef d’accusation qui pourrait lui valoir la peine de mort.

Repost 0
14 février 2015 6 14 /02 /février /2015 13:54

Après le tournant à 90 degrés vers l’orthodoxie capitaliste (incarné par Manuel Valls et Emmanuel Macron) le PS, sous la houlette d’Yves Le Drian, opte pour le cynisme politique le plus criant en fournissant des armes (et quelles armes !) au dictateur égyptien Sissi qui est désormais au pouvoir après le coup d’Etat du 3 juillet 2013 contre Mohamed Morsi. C’est en mai 2014, que le Marechal Sissi remporte l'élection présidentielle avec 96 % des suffrages, dans un contexte de fraudes et de « violations répétées des droits de l'homme »

Marchand d’armes (et quelles armes !) à des régimes, lesquels, quoiqu’on puisse en dire, ne sont pas franchement issus d’élections démocratiques, le PS n’a plus de légitimité à donner des leçons de morale à quelque parti que ce soit.

Il est possible, qu’ainsi dotée d’armes de destructions aiguës, l’Egypte soit un atout majeur pour faire régner la Paix en Afrique et au Moyen-Orient…mais il est possible que non :

1) Parier sur la sagesse du dictateur Sissi* est osé. Peut-être celui-ci fera-t-il exception à la règle qui veut que tout homme qui détient seul le pouvoir s’engage, au fur et à mesure de l’avance de son règne, dans un processus de radicalisation pour le conserver.

2) L’Egypte est à 95% de confession musulmane. C’est en Egypte que fut fondée l’organisation panislamiste des Frères Musulmans. Même si l’ensemble des Musulmans Egyptiens (environ 80 millions) est paisible et adepte de la tolérance, il n’empêche, au simple regard de son histoire, que le pari de ne pas retrouver les « rafales » dans des mains instables est très risqué.

3) Des craintes, et donc des risques, du côté D’Israël seront inévitables. Quoiqu’il en soit, désormais adepte du capitalisme orthodoxe et de la morale élastique, le PS, n’est plus légitime à se parer des valeurs dont il a fait, jusqu’à présent, son porte-drapeau. Si son bilan social et économique reste médiocre, on se demande ce qu’il va lui rester !

• Par exemple, ce certifié démocrate justifie l'utilisation de tests de virginité sur les manifestantes « Pour protéger l'armée contre des accusations possibles de viol »

Repost 0
14 février 2015 6 14 /02 /février /2015 08:24

Barak Obama a affirmé que les gens (?) étaient très inquiets au sujet de trois choses : Les terroristes de l’Etat Islamiste, le virus Ebola et……la Russie !

C’est amalgame entre le virus et le Peuple Russe est mensonger, injuste et absurde.

Mensonger : ne serait-ce qu’au regard de l’immense apport culturel russe à la civilisation occidentale : on ne peut qualifier de virus les héritiers de Tchekhov ou de Dostoïevski sans être coupable de tromperie ou de muflerie culturelle.

Injuste : c’est faire injure aux millions de russes qui se sont sacrifiés pour barrer la route aux nazis.

Absurde : de combattre les précieux allies dans la lutte contre le djihad.

Alors, peut-être faut-il chercher dans cette exécration des raisons plus triviales : l’Europe géostratégique, celle dont l’existence physique va de l’Atlantique à l’Oural, pourrait reléguer la puissance américaine au deuxième ou troisième rang Mondial. Hypothèse inadmissible pour la Maison Blanche et le Sénat américain, lesquels pensent que cela vaut bien une guerre surtout si celle-ci se fait au loin, à peine trois heures de Paris.

Le Président Hollande a réussi, dans un premier temps, à éviter que les américains livrent des armes à l’Ukraine ce qui aurait enclenché une terrible et inévitable escalade. Grâce lui soit rendue !

Toutefois le fragile accord ne pourra tenir que si Vladimir Poutine et Barak Obama jouent le jeu. Si les américains continuent à encourager le Président Porochenko dans une attitude rigide, c’est foutu ! François Hollande semble bien seul face à ce risque : l’Europe comme d’habitude s’en bat l’œil et Mme Merkel a semblé, jusqu’à ces jours ci, faire preuve d’une étrange connivence avec l’ingérence américaine.

Humilier et appauvrir le Peuple Russe pour le punir de soutenir leurs frères de sang est une attitude inique qui, en tant que telle, si elle comble le pentagone, ne peut que nuire aux Européens.

Repost 0
11 février 2015 3 11 /02 /février /2015 10:15

Toujours aussi droit dans ses fidèles bottes, Alain Juppé a complété sa panoplie d’un gilet pare-balle et d’un casque à boulon. Flanqué de son fidèle Bayrou, grand pourfendeur de sarkozies, le voici prêt à laver son honneur (quelque peu écorné par de vils baillis en mal d’autorité judiciaire) en devenant calife de ce royaume français que l’on camoufle soigneusement en République depuis 1958.

Loin des champs de bataille, des réformes et des revues de détails, la piétaille le suit, bercée par le doux souvenir des bivouacs chiraquiens. Loin de Churchill qui promettait du sang et des larmes, Alain Juppé veut, sans façons, donner au Peuple du bonheur (?)

Peut-être, après tout, n’est-ce pas si malaisé pour un Peuple « Je suis Charlie » dont les ambitions se font jour au travers de Patrick Pelloux, médecin urgentiste, qui n’a pour ambition que le règlement des heures supplémentaires et qui, en guise de liberté, se contente de quelques caricatures plus ou moins obscènes et du droit à blasphémer.

Un tel Peuple ne doit pas être si difficile à contenter. Alain Juppé a laissé à la fin de son mandat de Premier Ministre un taux de chômage élevé dont son successeur, en voulant le réduire a commis, au moins pour lui, une fatale erreur.

Que veut le Peuple de France ?:

« Si je désire une eau d'Europe, c'est la flache

Noire et froide où vers le crépuscule embaumé,

Un enfant accroupi plein de tristesse, lâche

Un bateau frêle comme un papillon de mai. » Alain Juppé aurait-il tout compris ?

Repost 0
10 février 2015 2 10 /02 /février /2015 08:35

Le problème le plus urgent c’est, par exemple, celui qui autorise nombre de Grecs à profiter des élections pour cesser de payer leurs impôts…

Sur fond de chômage excessif et de misère pour les plus démunis, Alexis Tsipras s’est servi de la dette (réel problème économique) comme levier politique pour arriver au pouvoir. Mais, en réalité, la dette n’est pas le problème actuel de la Grèce et ne le sera pas jusqu’en 2023.

Je cite : «En effet, la charge de la dette ne représente que 2,6 % du PIB, bien moins que pour le Portugal (5%), l’Italie (4,7%) ou l’Irlande (4,1 %). Elle se situe au niveau de la France (2,2% du PIB) et de l’Allemagne (1,9%)… La zone euro s’est montrée bonne fille avec la Grèce, contrairement à ce que veut faire croire Syriza. Ainsi, ce pays ne paye aucun intérêt sur les 141,8 milliards d’euros prêtés par le MES : en novembre 2012, la zone euro lui a accordé un moratoire de dix ans et a rallongé la durée des prêts jusqu’à 32 ans. En clair, c’est seulement à partir de 2023 qu’Athènes commencera à payer les intérêts aux taux auxquels le MES a emprunté, soit 1,5 % en moyenne, une somme à laquelle s’ajoutera les dix ans d’intérêts non payés entre 2013 et 2023. Klaus Regling, le patron du MES, estime le cadeau fait à Athènes à 8,6 milliards d’euros par an, soit 4,7% du PIB grec. Et ce n’est qu’en 2045 qu’elle devra rembourser le capital. »

Même chose pour les prêts bilatéraux accordés par les pays de la zone euro en 2010 (soit 52,9 milliards, dont 11,4 milliards pour la France). En 2012, la maturité de ces prêts a été étendue à 30 ans avec, là aussi, un moratoire de dix ans sur le paiement des intérêts.

Il est donc inexact d’affirmer que c’est la dette qui grève l’action de l’État. Les raisons sont plutôt à rechercher du côté de son administration inefficace, de son incapacité à faire rentrer durablement l’impôt, de la corruption endémique, de sa bureaucratie, de son clientélisme et de ses dépenses mal orientées.

Repost 0

Présentation

  • : billets d'une pensee ordinaire
  • billets d'une pensee ordinaire
  • : "Les Démocraties ne peuvent pas plus se passer d'être hypocrites que les Dictatures d'être cyniques" Il n’y a qu’une Liberté : celle à se déterminer d’agir de façon morale
  • Contact

Recherche

Liens