Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 mars 2017 6 25 /03 /mars /2017 09:50

 

L’essentiel de la prochaine élection aura pour objet de déterminer la position de la France par rapport à la Zone Euro. Y adhérer, c’est comme s’assoir à la table d’un jeu, désormais contesté, pour y jouer sa partie selon des règles que chacun s’emploie à contourner en trichant un peu sous l’œil bienveillant de l‘arbitre.

Pour François Fillon et Emmanuel Macron il convient de rester à la table en dotant, chacun à sa manière, la France d’un maximum d’atouts pour la faire gagner. Marine Le Pen, quant à elle, veut quitter le tripot. Si Jean-Luc Mélenchon et Benoit Hamon exigent tous deux de changer les règles, en cas d’échec le premier dit « je pars » quand le second dit « je reste »

 

Voter Fillon c’est prendre le double risque d’une purge économique carabinée et d’une mise sous tutelle du pouvoir judiciaire par un Président, lui-même en examen, qui ne pourra pas permettre la possible condamnation de sa femme pour recel de détournements de fonds publics.

Voter Le Pen c’est une plongée en apnée dans le grand gris financier avec le risque d’y laisser la peau.

Voter Mélenchon ou Hamon c’est revenir à une sorte de marxisme vert de bon aloi, dont il reste à vérifier la compatibilité avec le monde de la consommation et des affaires.

 

Ces quatre-là offrent, dans divers scenarii, la possibilité, pour ceux qui aiment l’aventure, de sauter dans le vide sans garantie que les parachutes vont s’ouvrir.

Pour ceux qui préfèrent rester dans l’avion il reste Macron.

 

Repost 0
24 mars 2017 5 24 /03 /mars /2017 17:02

 

Je n’arrive pas à croire que les « Républicains » (dont j’étais) ne puissent trouver un leader qui ne profite pas de sa dotation parlementaire pour rémunérer femme et enfants, qui n’use pas de son carnet d’adresses pour faire de l’argent, qui paie ses costumes et qui a suffisamment le sens de l’état pour faire passer l’intérêt de la Nation avant le sien.

Pour celui qui aspire aux plus hautes fonctions, je vous demande un peu à quoi sert de démolir les piliers de la République, la liberté de la presse, l’indépendance et l’intégrité de la justice toutes deux accusées d’exécuteurs de basses œuvres au profit d’un cabinet noir dont le deus ex machina serait le Président lui-même…Et quand bien même cela serait, un homme d’état ne pourrait (quitte à prendre les mesures qui s’imposent) que taire de telles flétrissures plutôt que de les étaler à la face du monde pour sauver sa peau.

 

Ce qui m’étonne, me navre, m’abasourdis c’est que nombre de ceux de ce parti qui ont dirigé la France n’aient pas la moindre conscience de cela…Faute de dignité, si, demain, il advient qu’ils reprennent le pouvoir, ce sera du joli !

Repost 0
16 mars 2017 4 16 /03 /mars /2017 08:22

 

Il fomente chez Ledoyen des embrouilles avec le secrétaire général de l’Elysée ? Et alors ?

Il profite des largesses de la République pour rémunérer sa femme et ses enfants ? Et alors ?

Il décore de la grand-croix de la légion d’honneur un ami qui enrôle sa femme ? Et alors ?

Il se fait prêter, en douce, de l’argent sans intérêts ? Et alors ?

Il se fait offrir, par des protecteurs anonymes, des vêtements de grand luxe ? Et alors ?

Il jure, question d’honneur, qu’il retirera sa candidature s’il était mis en examen ? Et alors ?

Il se pose comme un politicien intègre et exemplaire ? Et alors ?

 

Et alors, si les Français, à leur tour, ne lui offrent pas une veste au premier tour, on verra, au second, comment il peut faire gagner le FN.

 

Repost 0
15 mars 2017 3 15 /03 /mars /2017 10:06

 

Article 67 de la Constitution : Le Président de la République n'est pas responsable des actes accomplis en cette qualité, sous réserve des dispositions des articles 53-2 et 68. Il ne peut, durant son mandat et devant aucune juridiction ou autorité administrative française, être requis de témoigner non plus que faire l'objet d'une action, d'un acte d'information, d'instruction ou de poursuite. Tout délai de prescription ou de forclusion est suspendu.

 

Jusqu’ici, aucun candidat à la Présidence de la République n’a fait l’objet d’une mise en examen préalable à l’élection. Seuls le choix de la personne, de son programme et de sa position politique orientait la décision de l’électeur. La mise en examen de François Fillon ajoute une donnée supplémentaire. En vertu de l’article ci-dessus, le vote pour M. Fillon entrave ipso-facto le cours normal de la justice tel qu’il s’applique à n’importe quel citoyen. Chacun est libre de le faire pourvu que ce soit en pleine responsabilité.

 

 

Repost 0
13 mars 2017 1 13 /03 /mars /2017 10:48

 

Benoit Hamon veut un nouveau traité de démocratisation de la gouvernance de la zone euro, il veut ‘’desserrer’’ la règle des trois pour cent de déficit budgétaire, il veut un plan européen de mille milliards d’euros d’investissements pour organiser la transition énergétique, il veut une défense européenne commune, bref il veut faire croire à un projet européen… dont les européens ne veulent pas. C’est une forme d’escroquerie politique qui consiste à vendre à ceux qui votent pour lui des produits dont ils ne verront pas la couleur.

Dieu étant mort, le socialisme a pris le relais. Séminariste de la politique, guidé par la foi plus que par la raison, Benoit Hamon n’est pas conscient de vendre du vent. Nommé Evêque par la grand-messe de la Primaire, il aspire à être le Pape des Français. Si tibi dei favent.

Repost 0
7 mars 2017 2 07 /03 /mars /2017 16:02

Comment François Fillon m’a fait basculer à gauche

 

Chez nous, on était de droite et même dans la résistance c’était ordre, travail, famille, patrie. Le travail a été, après ma famille, un des grands bonheurs de ma vie. Etre de droite c’était aussi avoir un certain sens de l’honneur et de la parole donnée. Ce qui est dit est dit et il n’est pas si loin le temps où il suffisait de se taper dans la main pour conclure un marché. Malheur et honte à celui qui revenait sur sa parole.

 

Aujourd’hui et d’après ce que j’entends tout cela parait idiot. Mais il est trop tard pour me mettre au goût du jour.

Je ne dirai pas que François Fillon n’a pas le sens de l’honneur, mais sur ce point et sur le signifié qu’il donne à la parole donnée nous n’avons pas la même conception.

 

Non, après cinq ans passé comme Premier Ministre de Nicolas Sarkozy je n’aurai pas convié M. Jean-Pierre Jouyet à déjeuner.

Non je n’aurais pas fait profiter ma femme et mes enfants des deniers de la République.

Non je n’aurais pas évoqué la stature du Général de Gaulle pour nuire à mon concurrent.

Non je n’aurais pas parjuré ma parole de renoncer à ma candidature si j’étais mis en examen.

 

  1. je regrette M. Juppé. Depuis 2013 l’UMP puis ‘’les Républicains’’ vont de magouilles en disputes qui se terminent chaque fois par des réconciliations plus lamentables encore que leurs querelles. Ce parfum de quatrième république, dans ce qu’elle avait de plus désolant, finit par me soulever le cœur. Je me demande comment celui qui se propose pour être au sommet du pouvoir va faire pour donner des leçons de comportement à ceux qui se tiennent mieux que lui. Alors je vais lorgner du côté de Macron. Après avoir maintes fois vilipendé François Bayrou sa compagnie me parait tout à coup comme un havre de fraicheur.

 

 

 

Voir les commentaires

Repost 0
3 mars 2017 5 03 /03 /mars /2017 08:37

De par la loi, François Fillon est présumé innocent de trafic d’influence, de rémunérations de travaux fictifs et de congruences politico-financières par le biais de sa société de conseils.

Par contre ses récentes déclarations contradictoires sur des sujets où l’honneur est en jeu, ne laissent aucun doute sur le peu de valeur qu’il accorde à la parole donnée. On sait aussi par la virulence de ses propos ce qu’il pense de la liberté de la presse et de l’indépendance de la justice lesquelles, s’il était élu, n’auraient qu’à bien se tenir eu égard à sa propre conception du droit chemin.

D’où ma question : François Fillon est-il dangereux ?

Repost 0
27 février 2017 1 27 /02 /février /2017 10:32

 

 

Dans son dernier livre le politologue Brice Teinturier tire la sonnette d’alarme : 30% des français rejoignent le camp du PRAF (Plus Rien A Foutre)

Pourquoi ? D’abord comprendre que la Politique est devenue un business où les partis jouent le rôle d’entreprises avec leurs dirigeants, leurs employés (les élus) et leurs clients (les citoyens). L’objectif principal étant d’obtenir la plus forte part de marché dans un secteur en concurrence.

 

Ensuite admettre :

  1. La Cinquième République est une sorte de démocratie monarchique qui concède au peuple le droit de désigner ses maitres tous les cinq ans. Entre temps c’est le Parlement qui pense et décide pour lui.
  2. Initialement, la démocratie représentative était censée refléter et défendre, en proportion, les aspirations des citoyens. Dans les faits, ce sont les Partis qui désignent et affectent à l’avance les Représentants du Peuple. Les Citoyens ne font que ratifier le choix des Partis.
  3. L’indépendance du pouvoir judiciaire (affaibli par le manque de moyens) est désormais battue en brèche. Elle est contestée par ceux-là même qui aspirent à en être les garants. Selon l’article 64 de la Constitution, le Président de la République est garant de l'indépendance de l'autorité judiciaire. Comment un Président ou une Présidente peuvent-ils, une fois élu, garantir l’indépendance d’une justice accusée d’instrument au service d’une machination peu de temps avant ?

 

Tout ceci fait dire à Brice Teinturier : « Ce n'est pas simplement une crise de la politique : c'est aussi un rapport à l'information, à la morale publique, à l'exemplarité ». Son étude révèle aussi que 32% des français se voient bien dans un régime de dictature : Qu’ils se rassurent, au train où vont les choses leurs vœux seront bientôt comblés.

 

Repost 0
25 février 2017 6 25 /02 /février /2017 09:58

 

Je revois dans tes yeux,

Le temps des jours heureux,

La terrasse au matin, que la lumière irise

Et nos mères qui rient en disant des bêtises,

Et le beurre étalé, et l’odeur du bon pain.

Je revois dans le soir tout en haut de la tour,

Les vitraux enflammés par le soleil couchant,

« Anne, ma sœur Anne ne vois-tu rien venir ?

Si fait, je vois au loin les chevaux galopant

Des hardis chevaliers qui nous viennent quérir ».

 

Je revois à la nuit dans le salon chinois,

A la faible lueur d’une lumière jaune,

S’élever les volutes du tabac odorant,

Le chat sur mes genoux très doucement ronronne,

C’était chouette le temps où nous étions enfants.

 

 

 

 

Repost 0
23 février 2017 4 23 /02 /février /2017 10:58

La balle est dans le camp des français…

 

Nous verrons bientôt, au lendemain des élections, la pertinence de ce que disait Aristote : « C’est le caractère moral de l’orateur qui amène la persuasion quand le discours est tourné de telle façon que l’orateur inspire la confiance »

Pour ma part il est clair que les enlisements de Benoit Hamon dans les méandres de ses rassemblements étriqués montrent, à l’évidence, qu’il n’a pas les épaules. Ce sera donc, au second tour, un duel entre Marine Le Pen et François Fillon ou Emmanuel Macron. La victoire revenant à l’un des deux derniers pour cause de coalition contre le FN.

Alors, si l’on s’en tient à Aristote, lequel de François Fillon ou d’Emmanuel Macron est le plus à même d’inspirer confiance ?

Aux Primaires de la droite, François Fillon avait requis cette confiance. Jusque-là, il n’avait cessé de se construire une image d’homme de bien, à cheval sur l’éthique, prompt à fustiger tous ceux qui s’écartaient du droit chemin. « Il y a une injustice sociale entre ceux qui travaillent dur pour peu et ceux qui ne travaillent pas et reçoivent de l’argent public » disait-il… De cela on sait ce qu’il en est aujourd’hui.

 

En ce qui concerne Emmanuel Macron, François Bayrou saura-t-il être le Père politique de ce « Petit Prince » très doué mais aux élans enfantins ?

Emmanuel Macron saura-t-il profiter de l’expérience du ‘’vieux’’ routier des campagnes présidentielles ?

Rien n’est joué si l’on s’en tient à la rigidité du caractère dont François Bayrou a fait preuve jusqu‘à présent. Rien n’est joué quant à la capacité d’Emmanuel Macron d’absorber cette tutelle.

Et puis je me demande si les Français sont bien sensibles aux conditions que pose le Maire de Pau : "Je demande expressément que le programme qui sera présenté comporte en priorité une loi de moralisation de la vie publique. Je refuse, comme j'ai refusé toute ma vie, que des intérêts privés prennent la vie publique en otage. Je ne céderai rien sur la séparation nécessaire de la politique et de l'argent, c'est l'occasion ou jamais de l'imposer", a-t-il exprimé avant d'appeler le pays à "résister à la pente universelle qui cherche à réduire sans cesse la rémunération du travail »

 

Réponse le 23 Avril

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Repost 0

Présentation

  • : billets d'une pensee ordinaire
  • billets d'une pensee ordinaire
  • : "Les Démocraties ne peuvent pas plus se passer d'être hypocrites que les Dictatures d'être cyniques" Il n’y a qu’une Liberté : celle à se déterminer d’agir de façon morale
  • Contact

Recherche

Liens