Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 avril 2015 3 15 /04 /avril /2015 13:20

Un projet de loi, veut donner un cadre légal aux services du renseignement en France qui opéraient jusqu'ici dans une « zone grise » (?). Il définit les missions des services (intérieur, extérieur, militaire, douanier...) qui vont bien au-delà de la prévention du terrorisme, comme « la défense et la promotion des intérêts économiques, industriels et scientifiques majeurs de la France »

Cadre large et flou qui permet écoutes, pose de caméras ou de logiciel-espion, accès aux données de connexion, etc… pour surveiller la personne visée (voire son entourage) ainsi que le recours à certaines techniques d'intrusion informatique, sonorisation de lieux privés, géolocalisation en temps réel des personnes.

Un point focalise les craintes des ONG et des acteurs du numérique : la mise en place, sur les réseaux des opérateurs, d'outils d'analyse automatique (un algorithme) pour détecter par une « succession suspecte de données de connexion »

La seule contrainte donnée aux services passe par l’accord préalable d’une Commission sur l’avis de laquelle le Premier Ministre peut passer outre.

Ce texte n’a d’autre but que de faire passer de la justice à l’exécutif le droit de flicage du citoyen car une permanence de juges d’instructions serait à même d’accorder ou de refuser, sur le champ, les autorisations nécessaires. Il est clair que le droit administratif veut se substituer, au moins dans son volet intrusif, au judiciaire.

Espérons que ce n’est pas un pas vers un système totalitaire dont on sait que le premier soin est de maitriser le renseignement, l’espionnage et la propagande.

Repost 0
13 avril 2015 1 13 /04 /avril /2015 10:34

Lorsque Manuel Valls signe la motion qui « Au-delà du débat sur la loi croissance et activités est opposée à une nouvelle extension du travail du dimanche » il contrevient à son recours au 49.3 qui lui a permis de contrer les parlementaires socialistes opposés à « une nouvelle extension du travail du Dimanche ».

Dans le monde de Michel Onfray cette inadéquation entre pensée et agissements, parole et actes, est un reniement de soi qui relève du tragique. Dans le monde politique c’est une démarche qui va de soi.

Il fallait, avant tout, éviter l’effet nocif d’un possible ralliement de Martine Aubry à la cause des « frondeurs » au prix modique d’une interprétation sibylline sur « nouvelle extension ».

François Hollande qui ne veut pas s’aliéner la Gauche et prendre trop de risques aux « régionales » va-t-il imposer à son Premier Ministre de tenir compte des demandes du PS ? Notamment :

--«Nous estimons que les 15 milliards du Pacte qui restent à utiliser devraient dorénavant l’être plus directement pour favoriser l’emploi, l’investissement privé productif et les investissements publics »

--«De même, les grands textes de loi devront donner systématiquement lieu à un débat avec vote en Conseil national »

En capitulant Manuel Valls ne fait que suivre la voie tracée par d’illustres ainés : « Paris vaut bien une messe » disait Henri IV.

Repost 0
10 avril 2015 5 10 /04 /avril /2015 08:41

Il suffit de lire son « Henri IV » (sous-titré le Roi libre) pour comprendre que François Bayrou est capable d’offrir le meilleur. Ce Professeur, s’il n’est pas encore émérite, mériterait l’Académie Française.

Seulement voilà, François Bayrou a une marotte, une idée fixe, une obsession : être Président de la République. Joueur perso de milieu de terrain François Bayrou cherche l’ouverture où il peut. Il s’ensuit un parcours politique erratique qui va de droite à gauche et de gauche à droite en passant par le centre selon l’occasion du moment.

A cela s’ajoute une détestation farouche à l’égard de Nicolas Sarkozy qui va, pour le contrer, jusqu’à lui préférer le vote socialiste.

Revenu aujourd’hui dans l’opposition il soutient Alain Juppé au prix de renoncer, en 2017, à sa propre candidature. Toutefois François Bayrou précise (tant son envie est forte) que si Alain Juppé ne l’emportait pas aux primaires il se remettrait dans la course à la Présidentielle.

Il fait ainsi passer, à tous ceux du modem et d’ailleurs qui veulent voir François Bayrou candidat à la Présidence, le message de voter la primaire pour Nicolas Sarkozy.

La « primaire » permet d’offrir aux français des candidats présélectionnés, pré-rodés mais de seconde main... Chez les marchands d’occase tout est possible.

Repost 0
8 avril 2015 3 08 /04 /avril /2015 12:45

Quand, aux départementales, François Bayrou, Maire de Pau, fait un score honorable dans son fief, Alain Juppé, Maire de Bordeaux, candidat phare de l’UMP à la Présidence de la République, voit la droite en échec dans son département.

Sachant que le moment venu il pourra compter sur son ami Bayrou pour reporter sur son nom les voix du modem et bon nombre de socialistes, ce revers symbolique ne l’affecte guère, mais il n’en demeure pas moins que laisser la Gironde aux mains de la gauche n’est pas un succès pour lui.

Reconnu par les Bordelais comme très bon Maire j’ai, en ce qui me concerne, une toute autre opinion sur son action au plan national.

--Nommé Premier ministre en mai 1995, il axe son discours de politique générale autour du thème de la « bataille pour l'emploi », estimant que « c'est sur notre capacité à provoquer en France un profond et durable mouvement de création d'emplois que nous demanderons, le moment venu, à être jugés »… En 1997, à la fin de son mandat, Alain Juppé laisse le pays avec un chômage record (3.195.500) que son successeur, Lionel Jospin, parviendra à faire baisser dans les mois qui suivent.

-- En 1996, Alain Juppé souhaite vendre Thomson Multimédia, contre un franc symbolique après sa recapitalisation par l’État, à hauteur de 11 milliards de francs. J’observe la cécité du Premier Ministre qui ne voit pas que « Thomson Multimédias détient à cette époque les brevets et licences de la totalité des supports numériques sur disque qui génèrent des royalties dans le monde entier avec l’émergence de la télévision numérique. De plus, Thomson reste dépositaire de la marque no 1 en Amérique du Nord : RCA » * Par la suite l’Etat fera une excellente affaire en nationalisant puis en revendant Thomson avec bénéfice.

-- En 1999, Alain Juppé, homme d’honneur et de droiture, est mis en examen pour « abus de confiance, recel d'abus de biens sociaux, et prise illégale d'intérêt » Son procès s'ouvre en 2003. Alors qu’à l’époque de tels faits sont pratiques courantes dans tous les partis, Alain Juppé, droit dans ses bottes, prend tout sur lui. Honneur, orgueil, peu importe Alain Juppé par sa défense malhabile n’a pas à tirer gloire d’avoir payé pour les autres et de s’être mal défendu.

L’avenir dira si Alain Juppé a gardé une absolue confiance en son intelligence, s’il a perdu cette raideur qui sied mal à l’exercice de la politique, mais, s’il est élu, sa position centriste lui permettra de se couler facilement dans la social-démocratie chère à son prédécesseur et éviter, pour une fois, de tout remettre en question.

Repost 0
7 avril 2015 2 07 /04 /avril /2015 08:13

Selon un récent sondage, les français veulent que le Premier Ministre reste à son poste et garde la même ligne politique. Cela conforte Manuel Valls dans sa conviction de bien faire.

Toutefois, ce sondage pose question : Puisque les français sont satisfaits de la prestation du Premier Ministre, pourquoi ont-ils chassé nombre d’élus de gauche dont on sait qu’ils sont souvent plus efficaces au plan local que national ?

Faut-il en déduire que les français sont fous ? Sans aller jusque-là, Claude Bartolone les juge cependant inaptes à donner de bons avis.*

Mais, dans le même temps, l'ex-secrétaire d'État PS aux Transports Frédéric Cuvillier estime que « le pouvoir semble s'éloigner de la réalité des Français ». J’ai dit bizarre ? Comme c’est bizarre !

*« Si on demandait leur avis aux gens, ils seraient pour la peine de mort et sur l’immigration… vous imaginez ! »

Repost 0
4 avril 2015 6 04 /04 /avril /2015 13:10

La phase aboutie de sa défaite est programmée pour décembre 2015 :

1) La grogne montante au sein même des régions, sera surtout motivée par les restrictions des dotations de l’Etat qui mettent les élus dans le dilemme entre augmenter les impôts ou se faire jeter aux élections.

2) L’inéluctable désaveu des électeurs, notamment pour cause d’échec en matière de chômage.

Contrairement à l’optimisme affiché, la dernière note de conjoncture de l’Insee n’a rien d’agréable pour l’exécutif. Elle fait un bilan critique de la politique du Président que le Premier Ministre a eu le tort de gober sans la moindre restriction.

En effet le frémissement de la croissance, insuffisant à créer des emplois, relève plus de la baisse du pétrole et de la pause fiscale (?), que des mesures (à effets souvent contradictoires) prises par le gouvernement. Il ne manquera plus que l’arrivée au gouvernement des Rastignacs écolos pour saper le moral des entreprises.

Cela renforcera la droite dans ses prétentions à mieux faire tandis que la gauche du PS sera confortée dans son dépit de voir le gouvernement refuser de changer de cap.

Sur ce dernier point l’on ne peut que s’interroger : Espagne mise à part, il est reconnu que les politiques d’austérité imposées par Bruxelles ont mis aussi l’Italie à genoux. Qu’en sera-t-il de la France ? La réponse n’est pas pour 2015 : Manuel Valls a perdu trop de temps. .

Repost 0
3 avril 2015 5 03 /04 /avril /2015 10:59

Inutile de se cacher derrière son petit doigt : la thèse du prétendu «détail » historique soutenue par le fondateur et Président d’Honneur du FN dissimule un compérage manifeste avec l’idéologie antisémite nazie.

Ceux qui votent pour le FN sans assumer cela, sont, soit des crétins, soit des aveugles, soit des hypocrites.

Bien que la gauche me gonfle avec sa prétention maniaco-compulsive à imposer ses « valeurs », bien qu’elle me fiche la trouille quand elle traite de « déchets de pensée humaine » ceux qui se risquent à la provoquer, je sais que jamais elle n’ira jusqu’au déshonneur idéologique.

Sans pour autant m’en vanter, je n’adhère pas au populisme sarcastique des humoristes de "Charlie hebdo ". Mais s’il me fallait choisir entre le FN et « Charlie » … la Gauche bien sûr ! Question de dignité.

Repost 0
2 avril 2015 4 02 /04 /avril /2015 10:47

Parfois je me demande si celui qui se croit libre parce qu’il désigne son Maitre, n’est pas plus esclave que celui auquel il est imposé…

Quoiqu’il en soit, sans liberté de la presse et sans indépendance de la Justice, il n’est pas question de démocratie. Mme Taubira, Garde des Sceaux, a donc parfaitement raison d’insister sur ce point qui va jusqu’à vouloir une totale indépendance des Procureurs. (Lors du débat télévisé de l'entre-deux-tours de la présidentielle face à Nicolas Sarkozy, François Hollande avait promis de consacrer l'indépendance totale des procureurs durant son quinquennat)

Cela veut dire que les magistrats du parquet ont, dans les limites de leurs prérogatives, une totale liberté d’action et les juges la même liberté d’interpréter les Lois et d’appliquer les sanctions.

De ce fait et si la gauche (y compris ses électeurs) restait fidèle à ses idées, elle ne devrait pas trouver à redire quand la justice décide de n’informer quiconque des actions pédophiles d’un prévenu après qu’il soit jugé.

Pourtant, lorsque le sus dit, après avoir, selon la formule, « payé sa dette à la société », abuse à nouveau de l’innocence enfantine les parents ne sont pas très contents et l’opinion publique non plus.

Alors la Garde des Sceaux prise entre la révolte de sa conscience face aux abus sexuels et ses hautes valeurs républicaines opte pour la remise au pas de la justice à coups de circulaires et de nouvelles lois, au risque de se voir elle-même épinglée sur le mur que l’on sait, désormais, fameux.

Repost 0
1 avril 2015 3 01 /04 /avril /2015 13:42

La Cinquième République n’a prévu que deux chaises pour deux prétendants. Désormais ils sont trois. L’un d’entre eux doit partir à moins qu’une modification de la constitution n’offre un siège de plus.

De Hollande ou de Valls le plus dur des deux n’est pas celui qu’on pense… Reste à savoir jusqu’à quand et jusqu’à quel point le Président usera son Premier Ministre, lequel, pour le moment, semble se résigner à lui obéir jusqu’au bout.

La question est de savoir si le frémissement conjoncturel constaté en Europe fera aussi baisser le chômage en France. Dès lors Manuel Valls pourrait sortir de ce « pathos de la distance »* et appuyer sa campagne des régionales sur des arguments tangibles seuls capables de démontrer à la Gauche que la ligne suivie était la bonne et d’amener bon nombre d’électeurs à se rallier à la cause du gouvernement : En cas de victoire ou de maintien honorable à la tête de régions, il se pourrait que Manuel Valls reste Premier Ministre jusqu’en 2017.

Si la courbe du chômage n’amorce pas un fléchissement significatif (ne serait-ce que revenir au niveau de ce qu’elle était lorsque les Socialistes ont pris le pouvoir) François Hollande aura à choisir entre changer de Premier Ministre avant décembre afin d’endiguer une possible débâcle aux régionales, ou de faire porter le chapeau de la défaite à Manuel Valls afin de repartir à l’assaut de la Présidentielle avec du sang neuf.

Jusqu’à présent, le Président Hollande reste sourd** aux appels des différents scrutins, mais il lui serait difficile d’ignorer les effets d’une déroute régionale, pour autant qu’il veuille se représenter à la Présidence.

Au-delà de palinodies plus ou moins vertes, ce sont les résultats en matière de chômage, de croissance et de dette qui vont influer les politiques et peser sur les rapports humains. La survie de la gauche en dépend.

C’est ce pathos de la distance qui leur a fait saisir les premiers le droit de créer des valeurs, de forger le nom des valeurs : que leur importait l’utilité ! Le point de vue de l’utilité est aussi étranger et décalé que possible eu égard à un tel jaillissement bouillonnant de jugements de valeur suprêmes…. » (Nietzche)

** 1) Dès lors que le Président use de son droit de ne pas tenir compte de l’avis des gens, quel est, dans sa réalité, le sens qu’il faut donner à la démocratie française ? 2) Faut-il se poser sérieusement la question de l’obsolescence de la Cinquième République ?

Repost 0
31 mars 2015 2 31 /03 /mars /2015 13:17

Parlant de l’ouvrier (et plus généralement de ce qui distingue l’homme de la rue des élites politiques) Victor Hugo dit ceci : « Que cette classe, si noble et si utile, évite ce qui abrutit et cherche ce qui agrandit ; qu’elle cherche les motifs d’aimer plutôt que les prétextes de haïr ; qu'elle lise et qu’elle étudie aux heures de loisir ; qu'elle développe son intelligence, elle amènera son avènement. Je l’ai dit quelque part, et c’est ma pensée : le jour où le peuple sera intelligent, alors seulement il sera souverain »

Est-ce faute de cette intelligence, ou bien parce qu’elle est largement sous-estimée par les élites, que celles-ci font de la division de la gauche, plutôt que du libre choix du citoyen, la principale cause de l’échec du PS aux élections départementales ?

N’y-a-t-il pas aussi, hors des calculs savants nourris de statistiques, quelques raisons simples (et de ce fait à portée du vulgum pecus) qui incitent l’électeur gavé de promesses à déchanter aux vues des résultats ?

Dans l’émission « Des paroles et des actes » le bilan économique de l’ancien Président avait été fort justement critiqué et s’opposant à celui-ci, les français n’eurent pas de mal à préférer le projet du candidat socialiste oubliant au passage que ce dernier ne s’appuyait que sur des paroles.

En ce qui concerne les actes on voit bien maintenant que le chômage a augmenté, que la croissance a baissé, et que la dette, qui était à 86% court désormais vers les 100% du PIB. Quant aux impôts qui avaient subi une hausse de 35 milliards sous la précédente majorité, celle de François Hollande n’y a pas été de main morte.

J’attends que les savants, politologues avertis, m’expliquent pourquoi la nette dégradation de ce qui avait suscité le désaveu d’alors, ne serait pas, dans une conjoncture bien plus favorable, cause d’une déconvenue encore plus sévère aujourd’hui.

A force de prendre les gens pour des imbéciles, de désigner le doigt quand il montre la lune, la sphère politique est en train de se planter.

Repost 0

Présentation

  • : billets d'une pensee ordinaire
  • billets d'une pensee ordinaire
  • : "Les Démocraties ne peuvent pas plus se passer d'être hypocrites que les Dictatures d'être cyniques" Il n’y a qu’une Liberté : celle à se déterminer d’agir de façon morale
  • Contact

Recherche

Liens