Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 septembre 2015 2 22 /09 /septembre /2015 10:19

Jadis, dans les veillées, on n’en finissait pas de gloser sur les mille et une tromperies imaginées par les marchands de bestiaux. D’où le nom de « maquignon », celui qui maquille, devenu synonyme, de marchands de chevaux.

Les techniques modernes ont tant et si bien développé le marché des triches qu’on ne pourrait plus sans passer.

Le monde de la finance n’est-il pas, aujourd’hui, fondé sur la fabrication de fausses monnaies émises par les Banques Centrales, pudiquement désignées sous le vocable de Quantitative Easing ? N’est-il pas vrai que l’arrêt de ce monumental artifice plongerait le monde dans le chaos ?

La triche, le mensonge, la tromperie font désormais office de nécessité. Aux possibilités techniques, notamment apportées par l’informatique, l’abondance des informations qui se déversent, à cadence accélérée, dans le tuyau de l’oreille du vulgum pecus ne lui permettent plus de faire la différence entre le vrai et le faux. On vient de voir Volkswagen (et les autres?) capable de fausser les résultats des contrôles de pollutions grâce à un logiciel implanté dans la voiture. La belle affaire puisqu’on peut, sur un véhicule « normal », modifier aussi à distance la cartographie d’injection ou d’allumage d’un moteur.

N’y-a-t-il pas du côté des censeurs (notamment de la Justice Américaine) quelque arrière-pensée pour récupérer de l’argent et favoriser l’industrie nationale laquelle, comme chacun sait, produit des voitures dont les gros V8 sont particulièrement écolos ? Sorte de forme de triche, n’est-il pas ?

Repost 0
19 septembre 2015 6 19 /09 /septembre /2015 10:01

François Hollande, spécialiste de la navigation entre deux eaux, oscille entre la crainte de mécontenter la gauche et le désir de réformer pour se plier à Bruxelles. Manuel Valls (qui n’en finit pas de manger son chapeau) a délégué Emmanuel Macron pour dire à sa place les choses qui fâchent à gauche tout en permettant au Président de la République, de froncer les sourcils en public et de sourire en aparté.

La pièce est désormais bien rodée : On vient de voir Emmanuel Macron dire dès le matin que le statut des fonctionnaires n’est plus adéquat. Le soir même le Président décorait un fonctionnaire et confirmait la pérennité de son statut. Grosse ficelle….qui permet tout à la fois de lancer l’hameçon sans effrayer le poisson.

En tant qu’individu moyen ayant fréquenté des élites, j’ai pu observer leur propension à prendre les gens pour plus bêtes qu’ils ne sont : Alors que Claude Bartolone tient, dans leur majorité, les gens pour des sales bêtes, François Hollande les répute idiots et jaloux.

Nous verrons bientôt aux régionales, combien de gens de droite, conquis par les propos d’Emmanuel Macron, voteront pour la gauche, tandis que ceux de gauche rassurés par François Hollande s’en tiendront au vote socialiste. Ce test éprouvera la solidité des grosses ficelles du pouvoir.

Repost 0
18 septembre 2015 5 18 /09 /septembre /2015 13:16

Monsieur Juppé annote le questionnaire sur l’immigration lancé par Nicolas Sarkozy comme un Professeur Émérite qui corrige une mauvaise copie.

De ces joutes intellectuelles, l’homme de la rue ne retiendra que l’affrontement entre deux candidats. Il verra cette rivalité monter en puissance de mois en mois pour atteindre son paroxysme fin 2016. Jusque-là l’image de ce parti sera brouillée par les luttes intestines. En attendant l’issue du combat et faute de savoir quelle sera la ligne et quel sera le leader des « Républicains », peut-être vaut-il mieux voter socialiste en partant du principe qu’on sait ce qu'on perd mais qu’on ignore ce qu'on gagne…..Réponse en Aquitaine dans deux mois.

Repost 0
17 septembre 2015 4 17 /09 /septembre /2015 13:30

Outre sa richesse propre, c’est le système de Ponzi qui permet à l’Europe de subvenir aux besoins de dizaines de millions de personnes sans emploi ou en difficulté. Cette capacité à aider les démunis explique l’attirance que l’Europe exerce sur des étrangers durement éprouvés par faits de guerre ou de misère.

Le principe du système, dit de Ponzi, est simple : On emprunte, on utilise l’emprunt et on rembourse l’emprunt par un nouvel emprunt. Le fonctionnement de ce système repose sur deux piliers essentiels :

  1. La confiance des marchés

  2. La capacité de la Banque Centrale à émettre des liquidités (quantitative easing)

--La confiance des marchés (qui permet l’emprunt) se fonde sur la fiabilité de l’Euro.

--Le «quantitive easing » est une masse de liquidités créée à partir de la planche à billets.

Cette machine fonctionne et fonctionnera à merveille, au moins tout le temps que l’Europe trouvera des préteurs, soit tout le temps qu’il y aura des masses d’argent disponibles et de la confiance.

Rien que pour la France la dette augmente de plus de huit millions d’euros par heure, ce qui donne une idée de la masse des subsides (rien que venant de l’emprunt) à offrir à des populations qui, pour diverses raisons ne produisent pas de richesses.

Les optimistes (plutôt à gauche) pensent que l’Europe ne profite pas encore assez de ce système pour augmenter subventions et salaires, ce qui boosterait la consommation.

Les pessimistes (plutôt à droite) s’en remettent à la Bible « Tu gagneras ton pain à la sueur de ton front »… et méfie-toi du sirop Typhon !

Repost 0
16 septembre 2015 3 16 /09 /septembre /2015 12:37

Vouloir à tout prix paraitre comme bon, peut conduire à des actions méchantes…

Depuis qu’en contrepartie des indulgences de Bruxelles la France a délaissé son poste de co-leader européen, l’Allemagne a pris les commandes. Le hic, c’est que la Chancelière ne fait pas tout bien.

--Pas bien, la norme budgétaire cause de chômage excessif en Europe d’où Podemos en Espagne et FN en France.

--Pas bien, la pression sur la Grèce qui contraint les plus faibles et pousse la dette à 200% du PIB.

--Pas bien, la fâcherie avec Poutine qui impacte nos exportations agricoles.

--Pas bien, l’agriculture industrielle qui met nos paysans à genoux et conduit à la malbouffe.

--Pas bien, les centrales à charbon qui empestent jusqu’à Paris.

--Pas bien, le pacifisme « munichois » allié objectif de Daech et de son risque d’extension.

--Pas bien, l’amateurisme, l’impréparation des flux migratoires qui sème la confusion dans l’Union.

De la pagaille à venir, reste à savoir comment la France pourra tirer son épingle du jeu. Pour le moment, vu le contexte, dans son rôle de second couteau suiviste de l’Allemagne et des Etats-Unis, la France ne s’en sort pas trop mal. Pourtant, savoir limiter ses ambitions n’est pas toujours signe de sagesse : En son temps, Daladier (Homme de bien) a fait beaucoup de mal.

Repost 0
14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 10:23

Si (et seulement si) Madame Merkel a raison de dire que l’immigration Irako-Syrienne est une richesse pour son Pays, n’y-a-t-il pas à dire dans ce que l’Allemagne, qui prône la paix, tire profit de la guerre pour aspirer des populations propres à soutenir son économie ? Surtout lorsque l’Allemagne fait voler en éclats les accords de Schengen et ferme brusquement ses frontières face à l’afflux de migrants que la Chancelière avait, au nom de l’humanisme, précédemment incités à venir.

N’y-at-il pas à dire sur l’impréparation de l’UE face à une crise qui monte en puissance depuis des années et dont l’inéquation des accords de Schengen marque le signe évident d’une Europe mal conduite.

Maintenant que l’Allemagne a démontré, aussi bien en Grèce qu’en Syrie, son incapacité à assurer le leadership européen qui d’autre que la France peut assurer le relais ?

A condition, bien sûr, qu’elle sorte de son rôle de béni-oui-oui et prenne ses responsabilités lesquelles ne consistent pas à verser des larmes tout en laissant les réfugiés s’agglutiner dans des gares où il n’y a plus de trains.

La responsabilité c’est d’abord ne pas laisser croire à un Eldorado qui n’existe pas. C’est ensuite, bien sûr, porter assistance aux personnes en danger. C’est enfin que l’Europe prenne de solides mesures pour éradiquer les forces du mal et permette à ces populations de vivre en paix dans leurs pays. Sans aider, là-bas, à fermer les portes du malheur, l’exode et ses souffrances n’est pas prêt de tarir.

Repost 0
12 septembre 2015 6 12 /09 /septembre /2015 15:24

Je ne veux pas parler du malheur que j’ai connu, enfant, lorsque la Division « Das Reich » sévissait du coté de Tulle ou de Bergerac : A une certaine extrémité du désespoir l’indifférence surgit.

Je veux dire que selon L’INSEE, la France, (sans parler des chômeurs) compte 8.5 à 8.6 millions de pauvres. Je veux dire qu’en France, 250000 à 300000 personnes sont privées de logement. Entre 30000et 40000 personnes vivent dans la rue et ne survivent (pas toujours) que grâce à des dispositifs d’accueil d’urgence.

A leur création les « Restos du Cœur » (Coluche) avaient pour ambition de distribuer 8 millions de repas dans l’hiver, ils en sont à 130 millions…

Est-ce ma nature ? Est-ce ma vie ? J’avoue ne pas être jaloux des émotions faciles dont politiques et médias ne cessent de nous gratifier. Je place donc la question sur un plan purement trivial : Tant mieux si la France a de l’argent et des logements à offrir à des malheureux étrangers. Mais qu’ont donc fait ces « povero creatura » françaises pour qu’elles doivent mendier aux restos du cœur ou coucher dans la rue ?

Pourquoi Mme Merkel qui a des emplois à offrir et six millions d’euros à mettre sur la table est-elle si dure avec les chômeurs grecs ?

« GOT MIT UNS »… sans moi en tous cas !

Repost 0
10 septembre 2015 4 10 /09 /septembre /2015 13:25

Le 14 octobre 2014 Claude Bartolone disait : « Si l’on écoutait la majorité des français on rétablirait la peine de mort et on virerait tous les immigrés ».

En pleine actualité, ce propos mériterait d’être repris et commenté : Pour moi il est clair que le Pdt de l’Assemblée juge les votants inaptes à donner des avis cohérents sur les grands sujets de sociétés. Point de vue largement partagé par ceux d’en haut, y compris à Bruxelles. Raison pour laquelle il n’a été tenu aucun compte du dernier referendum initié par le gouvernement Grec. Le Président François Hollande enfonce le clou : « Les électeurs votent même quand ils ne comprennent pas »

Cela veut dire que si Claude Bartolone exclue l’idée de régner autrement que par le peuple, il veut que ce dernier ferme sa bouche aussitôt le devoir électoral accompli.

Ce serait pêcher par simplisme de croire que le monde moderne puisse être dirigé par les masses populaires : il y faut des experts. Seulement, il manque aux grandes intelligences dirigeantes (l’instruction tue l’animal) cet instinct qui leur ferait mesurer le fossé qui se creuse entre eux et les gens d’en bas.

Repost 0
8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 15:43

Au regard des données de Bruxelles, la disproportion entre le battage médiatique et les chiffres avancés saute aux yeux : 160.000 migrants pour l’ensemble de l’UE c’est seulement 0.032% de sa population actuelle. Idem pour la France : une goutte d’eau ! Reste à savoir pourquoi on nous en fait un tel raffut.

Première hypothèse : La société spectacle (dont parlait Guy Debord) prime l’image et l’émotion. La froide réalité des chiffres ne parle pas au public et les médias s’auto alimentent du sensationnel.

Deuxième hypothèse : Les chiffres avancés par Bruxelles sont bidons : ils partent du principe que l’UE a la maitrise du flux, ce qui est loin d’être le cas. Alors qu’aujourd’hui même 20.000 expatriés se pressent sur la seule petite ile de Lesbos on a peine à imaginer que la France ne dut en recueillir que 24000 en deux ans. Dans ce cas le chiffre annoncé par Bruxelles servirait à calmer les esprits et à préparer l’opinion publique à un flux migratoire de plus grande ampleur. On sait que l’ONU parle d’un million de déplacés vers L’UE d’ici 2016. Les six milliards d’euros que Mme. Merkel va mettre sur sa table seraient alors bien plus en cohérence avec plusieurs centaines de milliers d’entrants en Allemagne que les 31000 actuellement prévus.

D’autre part je m’interroge sur la possibilité que Daech profite de l’occasion pour infiltrer quelques centaines d’islamistes prêts à tout. Je pense que le Président Hollande commet une grave erreur en mettant Bachar el Assad au même niveau de dangerosité que l’état islamiste… Delenda Daech, statim !

Repost 0
7 septembre 2015 1 07 /09 /septembre /2015 08:32

D’un côté du tunnel les Anglais se disent disposés à recevoir 15000 émigrés. De l’autre côté, 1500 migrants veulent à tout prix gagner l’Angleterre. Pour régler ce dilemme (?) Bruxelles décide d’aider la France à construire un camp pour les bloquer, à Calais, dans des conditions plus humaines.

Merdre ! dirait le Père UBU.

Repost 0

Présentation

  • : billets d'une pensee ordinaire
  • billets d'une pensee ordinaire
  • : "Les Démocraties ne peuvent pas plus se passer d'être hypocrites que les Dictatures d'être cyniques" Il n’y a qu’une Liberté : celle à se déterminer d’agir de façon morale
  • Contact

Recherche

Liens