Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 octobre 2015 2 27 /10 /octobre /2015 12:46

Pourvu qu’il soit doux…Je parle du régime Républicain Français… Pourvu qu’il reste paternel ! Pourvu que, débonnaire, ce régime laisse aux français, le droit de désigner, de temps en temps, leurs maitres, même si le choix doit rester limité aux deux partis qui se partagent le pouvoir depuis des décennies. Pourvu que la justice reste indépendante, la presse libre et la pensée aussi.

Bien entendu il y aura plus de lois restrictives, plus de moyens d’écoutes et panoptiques de surveillance, plus de règlements, plus de police, plus de mal pour se loger, pour rouler, pour se garer, pour courir pour bronzer, pour nager…Il y aura plus de monde dans nos pays, plus de monde dans nos villes, bref moins de place pour vivre et pour travailler mais plus pour polluer.

Puisqu’il en est ainsi, puisque les pays qui ont vu naitre nos civilisations s’abandonnent, puisque l’Europe avide de consommateurs les invite à venir, on voit s’organiser nos sociétés comme des fourmilières où chaque individu se fond dans un moule commun : la République. On comprend l’importance de l’école, on comprend le souci de former, dès l’enfance, le futur citoyen de telle sorte que quelle que soit son origine, sa culture, il lui soit inculqué, tant qu’il est malléable, l’idée qu’il est pareil aux autres puisque Républicain.

Repost 0
26 octobre 2015 1 26 /10 /octobre /2015 13:12

De droite à gauche, de gauche à droite, tous les partis, y compris ceux du centre, condamnent, combattent, redoutent, le Front National. Il y a chez ces contempteurs un tel acquit de valeurs, un tel bagage intellectuel, une telle routine de gouvernance, que leur alliance dans l’exécration du FN, ne peut qu’inspirer de la méfiance envers ce parti.

Alors que ce parti est reconnu légal par les instances juridiques, faut-il, pour autant, passer de la méfiance au rejet ? Manuel Valls, Premier Ministre, n’hésite pas à le faire en déniant, dans l’hémicycle, aux élus du FN le droit d’appartenir à la République.

Cela appelle plusieurs questions :

  1. Est-ce à l’exécutif (Président de la République, Premier ministre…)de décider de l’appartenance ou du rejet de tel ou tel parti ?

  2. Peut-on accuser Marine Le Pen sans mettre aussi et d’aborden cause ceux qui votent pour elle et sans lesquels le FN n’existerait pas ?

A la première question la réponse est non, du moins si l’on s’en tient à l’esprit de la Constitution : « Gouvernement du Peuple, par le Peuple » A ce titre, seul les représentants du Peuple, devraient, par leur vote, avoir le droit d’exprimer le rejet de tel ou tel parti.

Mais, dans les faits, la réponse est oui: la France est régie par un système Présidentiel, dans lequel, une fois élu, c’est l’exécutif qui commande.

La seconde question appelle en simple logique une réponse claire : de même qu’une maison ne peut se faire sans les matériaux qui la constituent, de même un parti ne peut exister sans les femmes et les hommes qui votent pour lui. Cela veut dire que lorsque Manuel Valls refuse à un élu du FN d’être de la république il refuse, ipso-facto, à celle ou celui qui vote pour ce parti le droit de citoyen.

Sauf que la politique ne relève pas de la simple logique : Le but de chacun étant de se faire élire il faut, tout en salissant le parti adverse, se bien garder de froisser leurs électeurs.

En conclusion : Le système politique de la cinquième République (surtout dans sa forme quinquennale) relègue l’expression populaire au rang de moyen permettant à ceux qui y aspirent d’accéder au pouvoir et d’en user sans vergogne.

Faute d’ambition pour porter la France au sommet de l’Europe, la droite et la gauche l’ont (chacun leur tour) maintenue, au prix du chômage et de la dette, au rang de second couteau.

La Cinquième née de la chienlit de 68 ne peut que finir dans sa fonction première : le totalitarisme. Totalitarisme violent du FN ou plus sensiblement cucu des socialistes et républicains.

Repost 0
23 octobre 2015 5 23 /10 /octobre /2015 12:40

Manuel Valls tiendra-t-il ? Je veux dire physiquement. Déjà, j’imagine la fatigue nerveuse qui s’ensuit de la nécessité à porter haut des valeurs au nom desquelles il refuse, ici, au FN le droit à la République, puis de devoir aller à Ryad faire risette à ceux qui font de la décollation un principe d’humanité. Il y a là un grand écart qui fatigue, bigrement, l’entre-jambe.

La frénésie impulsée par François hollande requiert de se trouver partout en toutes circonstances : c’est usant et déboussolant.

L’homme est solide mais son patron lui demande décidément beaucoup. Et ce n’est pas fini : plus François Hollande sera en campagne, plus ses promesses contrediront les faits, plus Manuel Valls sera écartelé entre les réalités du quotidien et cette sorte de fiction bonhomme, dont le Président a le secret et qui, par effet de miroir, fait que quiconque ne distingue plus rien de ce qui revient à la parole et aux actes.

Je ne pense pas que Manuel Valls prenne un jour conscience du risque de se fier à une personnalité aussi complexe que celle du Président de la République. Sa constante allégeance écarte cette hypothèse. Mais cette force inouïe qui le pousse à tant de fidélité peut se trouver trahie par une extrême fatigue : il n’est qu’un homme après tout.

Repost 0
21 octobre 2015 3 21 /10 /octobre /2015 15:36

Quand NKM traite de « Connards » tous les climato-sceptiques elle nous bourre le mou. En effet il est tout aussi absurde de prétendre que l’action humaine n’a aucune influence sur le climat que d’affirmer que l’homme a le pouvoir, par seule volonté politique, de limiter le réchauffement de la planète à deux degrés.

--D’abord, l’homme n’est pas maitre du cycle solaire (alternance de minima et de maxima d'activité) Toute légère augmentation du taux de fusion provoque un réchauffement et une dilatation du cœur solaire qui réduit en retour le taux de fusion. Inversement, toute diminution légère du taux de fusion refroidit et densifie le cœur, ce qui fait revenir le niveau de fusion à son point de départ. Entre temps il y a une variation du rayonnement solaire, lequel est responsable des climats et de la plupart des phénomènes météorologiques observés sur la Terre.

--Ensuite, si de nombreux mathématiciens et astronomes ont cherché à prouver la stabilité des mouvements planétaires et la constance de l’orbite, rien n’est encore démontré et la moindre variation de celle-ci peut avoir une influence considérable sur le climat.

Cela étant, il est certain que la course éperdue vers de plus en plus de consommation d’énergies carbonées est une absurdité. Encore faut-il voir le problème en face et ne pas se laisser abuser par des leaders d’opinion qui se servent de l’écologie à des fins politiques ou vénales.

1) Non la France ne pèse pas lourd sur le climat mondial :

Chine 10684 (en millions de tonnes de gaz à effets de serre par an)

USA 5822

Inde 5820

Russie 2254

Brésil 1823

Japon 1207

Allemagne 810

Angleterre 550

Italie 433

France 432

2) Non la France n’émet pas beaucoup de gaz à effets de serre par habitant :

USA 18 (indice d’émissions de gaz à effets de serre par habitant)

Russie 15

Allemagne 10

Japon 9.5

Brésil 9

Angleterre 8.6

Chine 8

Italie 7

France 6.5

Inde 4.7

Une vision de justice et d’égalité conduirait à retenir un chiffre à ne pas dépasser par habitant de chaque pays avec des corrections concernant les capacités de productions d’énergies non fossiles ou le climat par exemple. Malgré tout ce que peuvent en dire les ayatollahs de l’écologie le fer est d’abord à porter hors de France. En ce qui concerne la pollution par habitant, on voit immédiatement que trois pays sont déjà dans le collimateur : L’Amérique, la Russie et l’Allemagne.

Repost 0
20 octobre 2015 2 20 /10 /octobre /2015 08:37

Il est facile de comprendre que l’évolution du monde vers toujours plus de science et de technologie implique, de la part de ceux qui dirigent, toujours plus d’aptitude à maitriser les sujets qu’ils ont à traiter.

De ce fait il faut bien reconnaitre que le peuple, du moins dans sa masse, n’a pas la compétence pour prendre des décisions raisonnées. Je veux dire par là que le sacro-saint principe du « gouvernement du peuple par le peuple » n’est plus (pour autant qu’il le fût un jour) à l’ordre du moment.

Cette dichotomie entre «ceux qui savent» et «ceux qui votent» pose le paradoxe d’un système qui donne aux moins bons le soin de désigner les meilleurs.

Il se traduit par un malaise qui fait que les élites redoutent, repoussent ou minimisent, le suffrage universel et que les masses, réduites au statut de simple instrument, abandonnent leurs pouvoirs à des syndicats minoritaires ou à des Partis.

Bien qu’il soit évident que la « Cinquième » (notamment dans sa version quinquennale) ne colle plus aux choses du moment, les leaders continuent, comme si de rien n’était, à la prôner dans sa version bi partite.

Reste à savoir si la cinquième (cette vieille dame) en plus de la fracture entre peuple et leaders, ne risque pas sa peau à courir derrière le peloton européen. Une Europe sans doute utile, mais assurément mal construite, présentement déboussolée et en perte d’identité.

Repost 0
19 octobre 2015 1 19 /10 /octobre /2015 08:16

Les médias ont tellement dit et répété que les socialistes allaient perdre les régionales que ces derniers ont fini par le croire. Dès lors, l’ambition du gouvernement s’est limitée à amortir le choc. D’où la mesure qui consiste à limiter l’importance de ce scrutin et à en parler le moins possible.

Est-ce sur ordre ou de leur propre chef ? Quoiqu’il en soit, les émissions politiques n’en font pas un sujet favori. Rien qu’au mot « régionales » les habiles digressions de l’excellente Ruth Elkrief pour se déporter sur les Présidentielles ou les potins du moment, en disent long sur la volonté médiatique d’éluder la question.

Faute d’informations sur un sujet qui, par ailleurs, ne passionne pas les foules, les électeurs auront le choix entre s’abstenir ou voter sans trop savoir pourquoi, au gré de leur humeur. « Lorsque le peuple sera intelligent alors, seulement, il sera souverain »*… « Peuple Souverain» ! Ce cauchemar des élites, exige, pour s’adoucir en rêves, que le peuple soit tenu au statut de crétins.

Aussi, le malin pouvoir a pris soin de faire télescoper cette échéance par la COP 21 dans l’espoir que les icebergs de ce raout international couleront l’intérêt des « régionales » aussi facilement que le Titanic.

Il y a trois sortes de tyrans disait La Boetie : «Les uns règnent par la force des armes, les autres par succession de race et les derniers par l’élection du peuple »

*Victor Hugo

Repost 0
16 octobre 2015 5 16 /10 /octobre /2015 13:02

Ils ont de la chance dans le sens où, dans l’espèce canine, il est permis de distinguer plusieurs races, alors que cette subdivision est strictement interdite lorsqu’il s’agit de l’humain.

De source autorisée, l'idée qu'il existerait des races différentes ne repose sur aucune base scientifique : « Les hommes sont détenteurs d'un patrimoine d'environ 3 milliards de gènes* qui se combinent de manière différente à chaque génération. Il y a donc un « métissage génétique permanent » Les caractères physiques (couleur de peau, taille, développement et aspect du système pileux…) ne seraient donc qu’effets d’optique servant de prétextes à justifier le racisme.

Depuis qu’Aimé Cézaire a repris à son compte le concept de « Négritude » on est plus à l’aise pour parler d’ethnies, d’accepter l’idée qu’il y a des peuples différents, avec leurs langues, leurs traditions, leurs religions et leurs cultures. Cela existe encore mais sous l’effet du brassage actuel, les différences se noient peu à peu dans le même bouillon.

Une fois que la notion de « race » est définitivement éradiquée, l’étape suivante consiste, en France, à faire en sorte que la culture judéo-chrétienne qui a prévalue jusqu’à des temps récents cède aux autres cultures leur part de place.

Certains, dont je suis, craignent qu’il ne faille leur laisser toute la place… Après tout, pourquoi pas ?

*98% de gènes communs entre les hommes et les chimpanzés

Repost 0
15 octobre 2015 4 15 /10 /octobre /2015 13:48

Parmi les «connards», ainsi désignés en tant que « climato-septiques » par Madame « la » numéro deux des «Républicains», il y a des prix Nobel, des spécialistes en météorologie, ainsi que des astrophysiciens de haute volée.

Des nombreuses publications faites par ces « Connards », on retient que très peu d’entre eux nient l’impact de l’activité humaine sur le climat. De même une grande majorité se dit favorable à toutes mesures propres à réduire l’effet de serre sous réserve qu’elles n’entravent pas le progrès et ne nuisent pas au bien être de tout un chacun.

Simplement disent-ils «C’est oublier que les hommes ne sont pas grand-chose au regard des vicissitudes de la planète-terre dans l'univers. La part du réchauffement provoqué par les industries humaines est tout à fait insuffisante pour expliquer, seule, les variations glaciaires. Elle n'en est pas la cause première. »

Ils démontrent, par exemple, que l’activité solaire n’est pas stable et que la moindre de ses variation a des effets infiniment supérieurs à ceux que pourraient avoir les actions humaines, même si l’on acceptait de ne pas se chauffer l’hiver et de ne plus rouler qu’en vélo.

Ils sont traités de connards parce que l’homme refuse d’admettre qu’il reste soumis aux lois de la nature. C’est dans la prétention à dominer toute chose, y compris l’univers, que se fonde l’endoctrinement politique.

Repost 0
14 octobre 2015 3 14 /10 /octobre /2015 09:49

Pour Nathalie Kosciusko-Morizet ceux-là sont des « conards », pour Michel Drucker celui-ci est un « gros con », Christian Eckert les voit en gorets ……La mode des insultes fleurit à la télé… Je donne quand même la palme à Mme. Taubira qui traite son adversaire de « déchet de pensée humaine » On admire le raffinement. Ce n’est pas d’aujourd’hui que le rejet de l’autre s’exprime par les outrages et les invectives. (Le racisme n’étant qu’un des aspects particulièrement violent de ce rejet).

Du temps où les hommes étaient des mecs, l’offenseur prenait le risque d’un coup d’épée ou d’une balle de pistolet. Le dernier duel a eu lieu en 1967 entre Gaston Deferre et René Ribiere. Pourtant l’injure était bien plate : «taisez-vous abruti »

Repost 0
13 octobre 2015 2 13 /10 /octobre /2015 10:18

Tel que le dessine Alain Juppé, ce serait un Socialisme contre l’abaissement du débat public, la course à la vulgarité, opposé au « déclinisme» et à la nostalgie de l’âge d’or : « La France n’est pas une nostalgie »*

Ce serait un socialisme où le mélange des cultures et des religions magnifierait la civilisation occidentale, un socialisme qui lutterait contre les Partis qui jouent les peurs pour mieux ratatiner la France dans ses égoïsmes, l’angoisser devant le monde global, la barricader dans ses frontières et l’empêcher de batifoler avec ses voisins européens.

Ce Socialisme se dresserait hardiment contre la sottise du Général De Gaulle qui prétendait « Nous sommes avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne.» Terrible insulte contre les Français de Guadeloupe, de Martinique, de Guyane, de la Réunion, ceux de Polynésie, de Calédonie, d’Asie et même du Vietnam (sic) enfin de tous les Français qui partagent le bien commun des « Valeuuurs » de la République, des Droits de l’Homme et aussi (distinguo) de celui des Citoyens. L’égalité entre Hommes et Femmes, respect de l’homosexualité et de la laïcité qui donne la liberté de croyance même si celle-ci soumet la femme et envisage de pendre les androgames.

Un Socialisme qui lutterait contre l’arrogance des « Bienpensants » (suivez mon regard) qui tout en se réclamant des racines chrétiennes sans y être fidèles. (Amour du prochain, accueil de l’étranger, respect de l’Autre, soutien au plus petit, au plus faible, au plus pauvre).

Alain Juppé est comme Monsieur Jourdain : Il fait du Socialisme sans le savoir. N’empêche que disant tout cela il risque un procès pour plagiat. Son avocat pourra toujours citer Camus : « Le même raisonnement dresse Nietzche devant le socialisme et l’humanitarisme. Ce Socialisme n’est qu’un Christianisme dégénéré » Ouf !

*François Hollande

Repost 0

Présentation

  • : billets d'une pensee ordinaire
  • billets d'une pensee ordinaire
  • : "Les Démocraties ne peuvent pas plus se passer d'être hypocrites que les Dictatures d'être cyniques" Il n’y a qu’une Liberté : celle à se déterminer d’agir de façon morale
  • Contact

Recherche

Liens