Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 avril 2016 3 20 /04 /avril /2016 16:52

En poste de Premier ministre depuis le 31 mars 2014, Manuel Valls arrive, deux ans après, au terme de la première phase de son mandat marquée par son fameux « J’aime l’entreprise »

A un an de la présidentielle, le voici maintenant obligé de promouvoir la candidature de François Hollande dans un contexte économique et social qui suscite, à tort ou à raison, le désamour des français.

Manuel Valls entame donc la deuxième phase qui consiste à essayer de renverser la vapeur par un tropisme à gauche censé redresser la cote de popularité du Président.

Jusqu’à présent François Hollande et ses ministres ont feint de négliger la portée des votes et sondages défavorables, mais chaque jour, chaque mois qui passent, l’obligation de « reconquista » deviendra plus pressante. Jusqu’à présent Manuel Valls a fait preuve de personnalité plutôt que de résultats. Le moment est, pour lui, venu de montrer ce dont il est capable : Faire passer la cote de François Hollande de 15 à 51% en un an.

Repost 0
16 avril 2016 6 16 /04 /avril /2016 09:30

Après que François l’Impavide et son Premier, eurent légalisé les écoutes, établi l’état d’urgence, institué des fichiers et autres mesures censées distinguer les fous d’Allah des bons citoyens, le Peuple ressentit comme un soulagement, tant il est vrai que l’homme ayant acquis la liberté s’empresse toujours de la rendre.

Nonobstant, entre deux pastis, l’homme de la rue constate que la haute surveillance de millions de braves gens n’a pas empêché les assassins de loger tranquillement dans des quartiers de Bruxelles et de faire le va et vient entre chez eux et Paris.

En élevant la sécurité au rang d’idéal, le ministre de la police va un peu vite…On voit bien, dans la rue, que la jeunesse, à peine a-t-elle perdu la liberté, s’emploie à la reconquérir.

Repost 0
15 avril 2016 5 15 /04 /avril /2016 10:26

D’aucuns s’étonnent que François Hollande voit son quinquennat au travers de lunettes roses…

Comment en serait-il autrement pour celui qui vit dans un palais, roule en belle voiture, voyage en jet privé et à l’âge de 62ans reçoit l’attachement d’une jeune et jolie femme ? Comment en serait-il autrement pour celui qui est suivi et obéi à la lettre par un premier ministre réputé de fort caractère ? De la même manière comment celui qui est complimenté et embrassé par les grands de ce monde ne serait-il pas convaincu d’être sur la bonne voie ?

Il faudrait avoir une sacrée lucidité sur soi-même et les réalités du Monde pour voir les choses telles qu’elles sont : François Hollande, lui, croit dur comme fer que le chômage des jeunes est en France dans la bonne moyenne… Il croit de même, que les palinodies de son « Premier » font office de vraies réformes.

Pourquoi François Hollande ne serait-pas réélu par ceux-là même assez jobards pour croire que ce bourgeois bon teint haïssait la finance ?

MM. Cambadelis et consort tablent sur le fait que ceux qui ont été assez stupides pour l’élire une fois sont restés assez bêtes pour le faire à nouveau.

Repost 0
14 avril 2016 4 14 /04 /avril /2016 12:21

Il était une fois un pays où les sujets avaient acquis le droit de choisir leur maitre. Les candidats au pouvoir suprême ne manquaient point. Une fois élu, à peine le Roi était-il assis sur le trône, que, déjà, de nombreux prétendants se disputaient la vacance à venir.

Ils le faisaient dans la bonne foi de se croire meilleur, tant il est vrai, comme dit le sage, que l’homme a pour propension naturelle de se croire plus intelligent qu’il n’est et de prendre les autres pour plus bêtes qu’ils ne sont. Adonc, lorsque de surcroit un diplôme atteste de leur supériorité, nombre d’entre eux ne se sentent plus pisser.

Bien que les Rois soient confortablement assis et protégé par les institutions, l’assaut continu des postulants ne manque pas de mettre à vif les nerfs de beaucoup d’entre eux.

Or il advint, comme roi, un homme qui n’avait pas de nerf. Nul évènement, nulle attaque ne pouvait le troubler. Les gazettes pouvaient bien dire et redire le désamour du peuple à son égard, cela n’avait guère plus d’effet sur lui que la chiure d’une mouche sur le dos d’un éléphant.

Cette force impavide, qui lui avait jusqu’ici permis de se hisser au sommet, sera-t-elle, à nouveau assez forte pour l’y maintenir ? Le livre magique ne le dit pas encore et laisse planer le suspense.

Repost 0
9 avril 2016 6 09 /04 /avril /2016 13:48

Je vous parle d’un temps d’il y a longtemps, si longtemps que c’était avant que les hommes puissent se reproduire sans distinction de sexe, sans même pouvoir choisir la couleur des yeux de leurs enfants. Dans ce monde d’avant, la perpétuation de l’espèce ne pouvait se faire qu’entre mâles et femelles et encore y fallait-il, le plus souvent, subir un spasme d’intense plaisir.

C’était au tout début d’un monde où l’homme, pas encore tout à fait sorti du réel, basculait peu à peu dans le virtuel-- La légende dit, qu’en ces temps-là, ceux qui marchaient encore, oreilles bouchées et yeux rivés sur de petits écrans, étaient fort fâchés de passer brusquement du virtuel au réel en se cassant la figure sur les obstacles de la rue. Il fallut, dit-on, qu’un certain Sieur Macron, fort féru de start-up, incitât l’une d’elle à concevoir un logiciel qui prévenait des obstacles, dans un temps astucieusement modulé en fonction de la vitesse, de telle sorte que le cerveau d’alors puisse faire réagir à temps.

Ces vieux cerveaux, qui cachaient encore quelque part dans leurs méninges l’instinct reptilien, avaient la prétention de décider par eux-mêmes du bon et du mauvais, de l’avant et de l’arrière, du haut et du bas. La soumission aux seuls dictats de leurs propres intelligences (et de leurs âmes ?) donnait aux hommes une illusion de liberté.

Toujours selon la légende, l’intelligence humaine serait alors passée de l’indépendance à l’assistance et, but suprême de sa finalité, de l’assistance à l’inutilité.

Repost 0
7 avril 2016 4 07 /04 /avril /2016 15:01

D’un homme fou fidèle à quelqu’un qui ne mérite pas sa confiance on dit chez nous qu’il a une âme de cocu.

--Lorsqu’à Versailles François Hollande eut, en grande solennité, dégoupillé la grenade de la déchéance, le symbole était si fort que le Maitre eut dû s’employer à mouiller la chemise pour mener l’offensive au bout. Il préféra refiler la bombe à Manuel Valls, lequel, après qu’il eut jonglé avec quelque temps, finit par se la prendre dans la figure.

--Alors que Manuel Valls concoctait une réforme (dite Loi Khomri) visant à booster l’embauche, on ne sait qui de ses proches permit de la tuer dans l’œuf en la divulguant à la presse prématurément. La parturition est en cours, mais nul doute que cela finira par une fausse couche.

--Le succès international des chantiers de St Nazaire, démontre amplement le potentiel économique et industriel, à vocation mondiale, de la région Loire Atlantique qui a besoin pour se développer d’un aéroport international. La prescience de cette nécessité (qui date de 40ans) est largement partagée par Manuel Valls qui ne manque jamais d’affirmer que la construction de l’aéroport de NDDL doit se faire dans les plus brefs délais. C’était sans compter l’intervention de Ségolène Royal, reine des compromis vaseux et des promesses non tenues, qui argue d’un rapport par elle mandé pour, au mieux, faire abandonner le projet et au pire le limiter à une seule piste.

Voulues ou non il y a au sein de la majorité des forces antagonistes qui posent problème à Manuel Valls. Il en résulte, auprès de français, un sentiment « d’amateurs velléitaires et stériles comme ces premiers appareils qui ne purent jamais quitter la terre mais où résidait le désir du vol »

Repost 0
5 avril 2016 2 05 /04 /avril /2016 10:08

A ce stade, une majorité de français fait confiance à Alain Juppé. A supposer qu’il soit élu, les ténors qui le soutiennent joueront un rôle important, d’action ou d’influence, dans son futur gouvernement.

De ce fait, les propos et les positions prises par les proches du maire de Bordeaux seront aussi à prendre en compte par les électeurs.

Je veux parler ici de ceux tenus par François Bayrou sur les coutumes vestimentaires féminines pratiquées dans certains pays de l’Islam. A l’encontre de la position d’Elisabeth Badinter, M. Bayrou ne voit pas de mal à ce que la coutume du port des hijab et burkini (variante de la burka) s’impose en tant que mode du dernier chic parisien.

Au moment où les politiques français, premier ministre y compris, se posent comme docteurs avertis des choses de l’Islam, ce fait même corrobore la montée doucereuse de cette religion. Lorsqu’elle se fait par des actions terribles elle est condamnée par tous. Mais bien plus dangereuses encore sont celles insidieuses qui s’immiscent dans la vie de tous les jours.

« Il faut rendre à César ce qui est à César et à Dieu ce qui revient à Dieu » lors de la Loi de 1905 ce passage de St Marc devint le symbole de l’idéal de la laïcité. François Bayrou veut rendre à Dieu ce qui appartient à César…Quel dommage !

Repost 0
4 avril 2016 1 04 /04 /avril /2016 17:02

Il était une fois un duché de justice, tenu par une fée, où la force des mots tenait lieu de toutes choses. Celles de l’esprit, de la morale et de la poésie mais aussi celles des basses contingences de la vie. Ici point besoin de chaises pour s’assoir, de tables pour écrire, même le chêne sur lequel s’appuyait jadis Saint Louis s’avérait inutile : tout se faisait par la magie du verbe, messager enchanteur.

Or il advint que certains sujets commissent moult crimes et attentats, au point que le Roi en fut si fort fâché qu’il les voulut voir dépouillés de leur dignité de sujet.

C’en était trop pour l’âme pure de la déesse qui préféra s’enfuir illico sur son vélo magique. A peine eut elle disparue que le charme fut rompu : le ciel s’obscurcit, les toits se délabrèrent, les dossiers poussiéreux s’empilèrent pèle mêle sur le sol. Rien ne fut épargné, jusqu’aux toilettes dont l’odeur fit bien comprendre qu’elles étaient bouchées.

Peu après que le Roi eut nommé un valeureux capitaine pour remplacer la fée, celui-ci s’en vint mander au près du monarque force écus pour réparer les dégâts. Le grand argentier faisant la sourde oreille, le souverain eut une idée : Il déclara indépendant le duché de la justice et fit planter devant une sombre futaie pour dissimuler sa misère aux yeux des vilains.

Repost 0
4 avril 2016 1 04 /04 /avril /2016 08:10

J’écoutais, ce matin, un économiste averti dire que, d’ici vingt ans, 75% des travailleurs (qui ont aujourd’hui un boulot) seraient remplacés par des robots. Cela confirme la prédiction d’Hannah Arendt « Nous allons vers un monde de travailleurs sans travail »

Si cela est vrai, ceux qui, aujourd’hui, réclament moins de travail pour plus d’argent sont dans le bon courant des choses.

Chaque jour des « Start Up » proposent des outils pour réduire nos efforts. Il serait peut-être temps de réfléchir aux conséquences, en sachant d’abord comment organiser une société où l’objectif ne sera plus de produire mais de consommer.

Une société où l’argent ne sera plus le produit du travail des hommes mais celui des planches à billets—Utopie ? N’est-ce pas ce que font déjà les Banques centrales ? Aux Etats-Unis au Japon et en Europe aussi.

Alors, Il y aurait donc quelque chose d’archaïque dans le discours politique actuel qui veut favoriser l’embauche alors qu’il est si facile de financer le non travail par la dette. La grogne populaire serait-elle instinctivement motivée par cela ?

Repost 0
2 avril 2016 6 02 /04 /avril /2016 12:06

« Le surmenage, la curiosité et la compassion- Voilà nos vices modernes » (*)

L’histoire dira si l’option (noble de cœur, prompte à servir le monde) carrément pro-Merkel-Obama de François Hollande était la bonne et si une position plus équilibrée, peut-être plus égoïste mais mieux centrée sur nos propres intérêts n’eut pas été préférable.

Quoiqu’il en soit, le coût de la guerre, des attentats, de l’état d’urgence, de l’immigration vient s’ajouter à celui de l’indispensable secours aux millions d’exclus, en partie chômeurs, que compte la France. Malgré cela le déficit public nominal prévu à 3.8 pour 2015 s’est réduit à 3.5.

Pour les uns c’est l’heureuse conséquence d’un pétrole pas cher, d’agios donnés et de la politique monétaire laxiste de la BCE. Pour les autres cela revient aux talents d’excellents gestionnaires du président et des ministres concernés.

Cela étant et quel qu’en soit la cause, il monte en France une vague de mécontentement dont personne ne sait, à plus d’un an des présidentielles, si elle ne va pas se transformer en tsunami.

*Nietzche « Le nihilisme européen » … Les victimes directes et indirectes des attentats apprendront avec plaisir que Salah Abdeslam peut suivre tous les évènements grâce à la télévision mise gracieusement à sa disposition par la justice belge. La compassion aidant nous ne sommes pas loin d’avoir à le remercier de n’avoir pas fait plus de dégâts.

Repost 0

Présentation

  • : billets d'une pensee ordinaire
  • billets d'une pensee ordinaire
  • : "Les Démocraties ne peuvent pas plus se passer d'être hypocrites que les Dictatures d'être cyniques" Il n’y a qu’une Liberté : celle à se déterminer d’agir de façon morale
  • Contact

Recherche

Liens