Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 novembre 2009 5 06 /11 /novembre /2009 20:31

Sur son dernier bloc-notes Bernard Henri Lévy, parlant du Président Obama, dit ceci «  Un négociateur qui, en Iran, reprend le recul, ou la hauteur, requis par tout bras de fer, qui n’exclut aucune hypothèse mais élargit juste le clavier des solutions et, donc des sorties de crises possibles, n’est ce pas de bonne guerre ? »  Et plus loin  «  C’est la semaine où l’on nous dit  que le retrait de son rival  Abdullah Abdullah va vider de signification l’élection d’Hamid Karzaï, affaiblir son autorité déjà minée par les fraudes et renforcer, en retour, les Talibans. Là, encore, je ne suis pas sûr que ce pessimisme soit fondé (…….)  Parce que, malgré les fraudes, Karzaï est l’élu d’un peuple qui- ce n’est pas rien- a dû braver le pire, c'est-à-dire les tirs de mortier sur les bureaux de vote pour exercer son droit de citoyen. »

 

L’intelligence et la générosité sont souvent propitiatoires à des écarts paralogiques nés de l’ardeur à défendre une cause, mais tout de même : prétendre légitimer une élection frauduleuse au prétexte qu’elle a eu lieu dans des conditions dangereuses voila une bien curieuse conception de la Démocratie.

 

En fait le vrai problème n’est pas là :

En matière de Politique Etrangère, le succès ou l’échec du  Président Obama dépend plus de ses interlocuteurs  que de lui-même. Sa Politique de la main tendue  ne vaut que pour autant qu’on la lui saisisse.  Si c’est le cas il aura réussi un beau pari.

Reste à savoir si Ahmadinedja continuera à soutenir, en douce, militairement  le Hezbollah et le Hamas, si  Karzaï et l’armée Afghane ne joueront pas le double jeu avec les Talibans et les Chefs de Guerre, si Medvedev et Poutine abandonneront leurs visées impérialistes vis-à-vis de la Géorgie et de l’Ukraine. Avec courage et générosité, le Président Américain à mis son sort entre leurs mains. C’est à eux qu’il revient de ne pas faire passer Barak Obama pour un naïf velléitaire. 

 

Pour le moment rien n’est joué : chacun peut interpréter, selon son camp, les signes positifs et négatifs : Wait and See…… 

 

ref : Le Point du 5/11/2009 n° 1938

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Beranger 09/11/2009 09:53


en fait, si un jour le monde doit péter, c'est là que ça commencera


gerard pendaries 08/11/2009 10:37


Bonjour Flogo,

Jolie métaphore, non seulement ce raisonnement ne serait pas faux, mais bigrement utile. Je regrette simplement que les antagonistes ne soient pas plus enclins à écouter la voie de la sagesse. Ils
croient jouer au plus fin mais finiront par faire casser la ficelle car même si Obama est patient il ne pourra pas dépasser le seuil au dela duquel il ne serait plus compris par l'opinion
publique.
Dry on earth.
La Chambre vient de voter la Loi sur la réforme de la Santé : Bravo Obama.

Bonne journée à vous et merci.


Flogo 07/11/2009 09:06


Bonjour Gérard

Sachant que je peux, donc je veux vous donner cette réponse : tellement bylline ?

Y aurait-il un raisonnement faux à penser que recouvrir d’une plaque d’or fin les œuvres vives d’un bateau portant le président Obama sur toutes les mers afin qu’il puisse aborder tous les
continents pour y prêcher la bonne parole et convaincre par un numéro atomique 79 pour ne pas avoir à vaincre par un 235…?
Question subsidiaire, sera-t-il mouillé d’embruns lors de ce périple sur les mers… ?
wet on sea ?


marich 06/11/2009 23:02


c'est très intelligemment dit et ca evite de condamner trop vite cet homme qui présente une façon d'agir qui lui est propre et qui nous déstabilise surement un peu... Espérons qu'on sache lui
donner raison d'avoir eu confiance en la main tendue


Présentation

  • : billets d'une pensee ordinaire
  • billets d'une pensee ordinaire
  • : "Les Démocraties ne peuvent pas plus se passer d'être hypocrites que les Dictatures d'être cyniques" Il n’y a qu’une Liberté : celle à se déterminer d’agir de façon morale
  • Contact

Recherche

Liens