Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 décembre 2010 2 07 /12 /décembre /2010 19:38

 

Un étudiant Arabe envoie un email à son père...

 

« Cher Père,

Paris est merveilleux, les gens sont gentils et j'aime vraiment cette ville. Mais, papa, j'ai un peu honte d'aller à l'école avec ma Ferrari 599GTB plaquée or, alors que les profs et les autres élèves viennent en RER.

Ton fils qui t'aime,

Nasser »

 

Le jour suivant, il obtint une réponse :

 

« Mon cher fils adoré,

Cent millions d'euros viennent d'être transférés sur ton compte personnel. Ne fais plus honte à tes parents et va vite toi aussi t'acheter un RER. »

 

Quelques jours plus tard il reçoit une lettre de son oncle :

 

«  Mon cher Neveu,

Ton Père, mon frère, que Dieu le garde,  m’a parlé des problèmes auxquels tu fais face dans cette ville lointaine avec courage et résignation. Je sais que tu dois bientôt te rendre en Angleterre et je vais faire en sorte que tu puisses acquérir un Eurostar. Oui, je sais bien que c’est insuffisant mais, que veux-tu, pour t’acheter une conscience nous n’avons pas encore assez d’argent »

 

Dans ce monde, effilé comme un poignard, où l’accélération des désirs projette hors des pôles opulents les plus faibles et les éclopés, la parole de Khalil Gibran éclaire de sa sagesse la Vérité : 

« C’est en échangeant les dons de la terre que vous trouverez l’abondance et serez comblés.

Cependant, à moins que l’échange ne se fasse dans l’amour et la justice bienveillante, il conduira les uns à l’avidité et les autres à la faim. »

 

Point de salut sans conscience : Là est la question.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Beranger 11/12/2010 11:31


la conscience d'être mortel est un déléctable plaisir : l'univers 14 milliards d'années, la terre 4, l'histoire 6000 ans et moi encore quelques années... la relativité des choses est là, pas
ailleurs. Je dis souvent lorsque deux personnes s'engueulent pour une connerie, lorsque le parisien râle pour trois centimètres de neige, il serait bon d'amener ces niais dans un cimetière pour
qu'ils puissent toucher du doigt la relativité des choses. Contrairement à mon chien, enfin, je crois, nous avons conscience de notre finitude.


Gérard Panda 11/12/2010 20:01



Merci pour ce com  «  La conscience d’être mortel est un délectable plaisir »  Baudelaire
joignait à ce plaisir l’horreur de la mort  et en déduisait  les postulations humaines contradictoires.


Nous sommes de passage dans le vaisseau du temps, mais ç’est lui qui poursuit son voyage vers l’illimité.  Ami,  nous existons  ensemble pour  un moment où se mêlent le temps qui passe
et l’éternel.



Présentation

  • : billets d'une pensee ordinaire
  • billets d'une pensee ordinaire
  • : "Les Démocraties ne peuvent pas plus se passer d'être hypocrites que les Dictatures d'être cyniques" Il n’y a qu’une Liberté : celle à se déterminer d’agir de façon morale
  • Contact

Recherche

Liens