Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 octobre 2012 5 26 /10 /octobre /2012 14:21

L’article deux de la Constitution de 1958 «Gouvernement du Peuple, par le Peuple, pour le Peuple » tend à faire croire : (Gouvernement par le Peuple) que le Peuple Souverain assure sa propre Gouvernance. Nous savons bien qu’il n’en est pas ainsi puisque ce sont les Représentants du Peuple qui détiennent le Pouvoir. Même dans les rares cas où cela pourrait être, les Elus du Peuple confisquent ce Droit autant que possible. L’appel au référendum est leur bête noire. Ils prétextent, et ce n’est pas toujours faux, que l’incompétence ou l’émotionnel des masses est incompatible avec la connaissance et la sérénité nécessaire aux bonnes décisions. Autrement dit le Citoyen est capable d’élire mais incapable de discerner le bon du mauvais.

 

D’autre part le paradoxe de Condorcet, tant de fois vérifié, démontre que les Majorités ne sont que des Minorités importantes auxquelles l’ajout de petites minorités donne le coup de pouce suffisant pour acquérir le Pouvoir : les minorités sont les vraies maitresses du jeu.

Quoiqu’il en soit la Démocratie Française (elle n’est pas la seule) ayant assis sa légitimité sur l’ambivalence, devient légitime par le fait même que cette ambivalence est soit ignorée soit parfaitement admise par les Citoyens. Aporie qui découle de la nature même de l’espèce Humaine : « Avec le bois tordu de l’humanité, il est impossible de faire quelque chose de droit ». (Kant)

 

Cette légitimité admise et bien admise ne contredit pas le fait que dans le système de Démocratie Représentative, 51% des uns imposent très légitimement leurs dictats aux 49% des autres. C’est d’autant plus vrai quand, aux Pouvoirs du Parlement et des Régions s’ajoute celui des corps intermédiaires (Justice, Syndicats notamment) comme c’est le cas actuellement.

 

Dans un tel contexte l’Opposition n’a en réalité aucun Pouvoir direct sauf gesticulatoire. Pour donner le change et faire croire au «Débat Républicain » la tradition veut que l’opposition apostrophe la Majorité sur un ton venimeux et que la dite Majorité riposte par des propos acerbes de telle sorte que le Citoyen voit dans la violence de l’échange une expression Démocratique sans retenue. C’est ainsi que dernièrement M. le Ministre Vidalis a répondu à M. Larcher ex Président du Sénat. « Ça ne vous a pas échappé, c’est assez rare » Grâce au Ministre chargé des Relations avec le Parlement, on sait maintenant que parfois, hélas ! rarement, un Président du Sénat, deuxième personnage de l'Etat,  cesse d’être un imbécile…

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : billets d'une pensee ordinaire
  • billets d'une pensee ordinaire
  • : "Les Démocraties ne peuvent pas plus se passer d'être hypocrites que les Dictatures d'être cyniques" Il n’y a qu’une Liberté : celle à se déterminer d’agir de façon morale
  • Contact

Recherche

Liens