Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 novembre 2012 4 29 /11 /novembre /2012 12:49

 

Ce n’est pas la plus grave crise que la France ait connu, ni la plus tragique, mais elle est sérieuse au simple regard de ses symptômes les plus évidents :

 

---Crise Démocratique.

---Crise Politique

---Crise de Gouvernance

 

Crise Démocratique.

Le bon fonctionnement du système Démocratique est fondé sur un certain équilibre entre la Majorité au Pouvoir et la Minorité en Opposition.

Sur ce point le déséquilibre est flagrant : d’un côté une Majorité détenant tous les pouvoirs (Y compris ceux des corps intermédiaires) qui muscle ses forces policières au nom de l’état de droit et de l’autre une Opposition en désagrégation qui laisse libre cours à celle des extrêmes dont les actions corporatistes, sporadiques et désordonnées ne sont pas compatibles avec l’intérêt général.

 

Crise Politique.

La Cinquième République, qui n’en a plus, en fait, que le nom, est devenue la proie des Partis et des Politiques. Trop nombreux, trop chers, les «Politiques» forment désormais, par l’éminence de leur instruction et leur statut social, une caste à part de plus en plus éloignée du Peuple dont la frange nécessiteuse ne cesse de grandir. Que dire alors de la déliquescence morale que le principal Parti d’Opposition vient d’étaler au grand jour. Le syndrome de Rastignac, relayé par tous les médias d’Europe, est bien peu compatible avec la volonté affichée, pour se faire élire, de servir le bien Public. Si les citoyens n’ont pas encore compris, c’est que décidemment la bêtise est bien la condition nécessaire à l’existence de la Démocratie. C’est, en tous cas, ce qu’en termes choisis, Victor Hugo nous laissait croire.

 

Crise de Gouvernance.

 François Hollande l’a dit ou laissé entendre plusieurs fois : En devenant Président de la République il a touché le sommet qu’il s’était promis d’atteindre et accompli le rêve de sa vie. Dès lors, toutes autres actions aussi importantes et décisives qu’elles fussent (on ne saurait mettre en doute sa droiture et sa volonté à les accomplir) ne viennent qu’après cela.

Dès son arrivée au Pouvoir, le Président Hollande, a sous-estimé la faiblesse industrielle de la France. Pire il a, au nom du simple souci Politique, pris des mesures qui ont aggravé la situation.

Depuis il a quelque peu changé sa trajectoire : Abandon de la renégociation du traité Européen, volonté de construction Européenne, réduction des déficits et relance de la compétitivité. Mais en ce qui concerne les trois derniers points aucune décision efficace tangible n’a été prise et la baisse de popularité commence à se faire sentir. Alors qu’il n’y a aucune sagesse économique à vendre du Suez pour acquérir du haut fourneau de Florange, on voit le Président lui-même envisager leur Nationalisation au seul intérêt d’en tirer un éventuel bénéfice politique. Il s’agit là d’un fait, que je retiens pour ma part, comme un symptôme évident d’une crise de Gouvernance.

 

Jusqu’ici la majorité s’est retranchée derrière la gestion de ses prédécesseurs laquelle, il faut le dire, n’est pas exempte de critiques. Reste à savoir combien de temps l’Opinion Publique va rester impassible devant la montée du chômage : Nettement plus de mille chômeurs en plus chaque jour, ça commence à faire beaucoup et pas mal de bruit dans les chaumières.

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : billets d'une pensee ordinaire
  • billets d'une pensee ordinaire
  • : "Les Démocraties ne peuvent pas plus se passer d'être hypocrites que les Dictatures d'être cyniques" Il n’y a qu’une Liberté : celle à se déterminer d’agir de façon morale
  • Contact

Recherche

Liens