Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 avril 2013 4 04 /04 /avril /2013 13:47

Dans un temps où il est question de donner à la magistrature, non issue du suffrage universel, un pouvoir accru dans une totale indépendance du politique,  va-t-on réduire le citoyen au rôle de simple machine à voter ?

L’occasion  Cahuzac permet de  poser la question : A savoir si à côté de l’aspect judiciaire d’une affaire d’état (pris en compte par les magistrats)  les citoyens ont droit à en connaitre l’aspect  politique dont il est bon de rappeler un certain nombre de faits :

 

1)      C’est dès l’année 2000, et non pas avant-hier,  que  Jérome Cahuzac a révélé, à son insu,  l’existence de son compte en Suisse, par  un entretien téléphonique  à un tiers. L’autre jour il n’a fait que confirmer ce fait à la Justice.

2)      Sans la liberté de la Presse et plus précisément le remarquable travail de Médiapart, la France aurait encore aujourd’hui  un  Ministre du Budget,  fieffé fraudeur et  menteur patenté. 

3)      Dès Décembre 2012,  le Président, le Premier Ministre et le Ministre des Finances ont eu connaissance de l’existence d’un enregistrement fondant de forts soupçons sur  le Ministre du Budget en exercice…. Ils ne l’ont pas cru : Est-ce possible ?

4)      Le parjure de M. Cahuzac devant l’Assemblée Nationale pose la question de la crédibilité des Ministres et salit l’honneur de l’Assemblée toute entière.

Devant ces faits il y a plusieurs solutions pour laver l’affront et redonner un peu de confiance.

a)       Celle que le  Gouvernement a choisie : coller tout le monde, du Président à Harlem Désir, à une sorte de service après-vente banal.  Cela ne suffira pas !  La tache est trop tenace et les soupçons persistants.

b)       Engager une commission d’enquête  indépendante pour rendre compte aux citoyens de la vérité : Que savaient-ils ? Qui savait ? Depuis quand ?

Au pire, même  en entrainant  la démission d’un ou plusieurs Ministres cela  sauvegarderait  la stature du  Président et du Parlement actuellement  compromise en un moment bien mal venu.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : billets d'une pensee ordinaire
  • billets d'une pensee ordinaire
  • : "Les Démocraties ne peuvent pas plus se passer d'être hypocrites que les Dictatures d'être cyniques" Il n’y a qu’une Liberté : celle à se déterminer d’agir de façon morale
  • Contact

Recherche

Liens