Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 septembre 2009 1 14 /09 /septembre /2009 09:30

Parler d’amour ou d’affection serait exagéré, mais il fût un temps où j’avais un faible pour M. Fillon.

Quand il déplorait que le produit de l’impôt sur le revenu servit  à couvrir les agios de la dette plutôt que de  soutenir la recherche,  créer des crèches ou des hôpitaux, je me disais : voilà un nouveau Sully qui va sauvegarder labourages et pâturages et redynamiser notre industrie. Notre belle France, enfin heureuse, va goûter aux fruits d’un bonheur  largement dispensé par un labeur paisible et de bon aloi. 

 

Or, à peine nommé, M. Fillon a disparu !  Il y aurait bien, parait-il, dans  le Gouvernement  un homonyme mais, si tant est qu’il y soit, il exécute, comme les autres, les ordres du Président de La République :

 -- Pallier l’urgence

-- Saisir les opportunités

-- Choyer le clientélisme

 Trois options qui relèvent d’une préférence marquée pour la politique électoraliste  et le recours au déficit budgétaire.

 

Pallier l’urgence :

--En renflouant les Banques par des prêts, sans droit d’ingérence et sans date limite de

   remboursements.

--En subventionnant les constructeurs d’autos y compris, directement ou indirectement, la                     

   production  étrangère (Plus de 50%).

--En abondant un plan de relance, bien venu dans son principe.

 

Saisir les opportunités :

--En  donnant des gages, même irrationnels, aux forces politiques susceptibles d’être aliénées.

   (Ex : Taxe carbone)

 

Choyer le clientélisme : En faisant des cadeaux à certains lobbies (ex : les Restaurateurs)

 

Il n’est pas loin le temps où le Président de la République déclarait : « Comment voulez vous que j’augmente votre pouvoir d’achat alors que les caisses sont vides ? »

D’où maintenant, qu’il faut vider les caisses, la nécessité de les remplir avec l’argent des emprunts.  

 

Mais   trois alertes s’allument sur le tableau de bord :

 

1) Un déficit Public qui à doublé en un an et dont la progression est exponentielle.  

2) Un taux de chômage qui va croissant.
3) Un décalage social  préoccupant, très visiblement affiché par les bonus accordés aux uns et  les licenciements infligés à d’autres.     

 

Etant donné que l’opposition est plus encline à se faire des procès  que d’accomplir son travail, les propositions étudiées, cohérentes au plan Mondial et constructives au plan National, ne sont pas prêtes à venir.

 

Il ya urgence à trouver un Premier Ministre.                          

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Glorfindel 17/09/2009 16:48

Malheureusement d'accord à 100% ...!

marich 14/09/2009 23:17

notre monde est dans l'urgence pour botter dehors les incohérences !!!!

gerard pendaries 14/09/2009 12:39

lol....vi mci Sylvie j'y avais pas pensé donc deux = quatre cqfd.

Sylvie Boussand 14/09/2009 12:17

Euh… on en a déjà un, non ? un certain Nicolas Sarkozy.
Aussi fort que Poutine qui lui est aussi président en tant que premier ministre…

Présentation

  • : billets d'une pensee ordinaire
  • billets d'une pensee ordinaire
  • : "Les Démocraties ne peuvent pas plus se passer d'être hypocrites que les Dictatures d'être cyniques" Il n’y a qu’une Liberté : celle à se déterminer d’agir de façon morale
  • Contact

Recherche

Liens