Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juin 2008 5 27 /06 /juin /2008 08:43


D'un coup d'éponge humide
Sur l'ardoise noire de la vie
J'efface le temps

Dans ces espaces verts, ouverts, couverts
De fleurs de sang, de couleurs pures, brutes et prudes, chaudes et pastel
Dans ce val de nature, verdure d'un vert dur, chaleur humide
Tendre désinvolture
Suaves bouffées de chlorophylle, contrastes cramoisis.

Rupture citadine
Où sont passés les rêves bétonnés?

Émoi et moi, aime moi, entier, fertile
Reptile rampant sur l'écume d'une moiteur indiscrète
C'est facile sous la chaleur.
Où est le reste?
Et qu'est ce qui reste?

Quand c'est beau on est plein, on est tout seul.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : billets d'une pensee ordinaire
  • billets d'une pensee ordinaire
  • : "Les Démocraties ne peuvent pas plus se passer d'être hypocrites que les Dictatures d'être cyniques" Il n’y a qu’une Liberté : celle à se déterminer d’agir de façon morale
  • Contact

Recherche

Liens