Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 août 2017 2 08 /08 /août /2017 08:59

Encore riche et robuste la France traine depuis quinze ans une Cinquième République (forme quinquennale) désormais à bout de souffle. Au temps des élections une majorité de français blasés et impuissants, n’en ayant ‘’plus rien à fiche*’’, votent pour les extrêmes ou se réfugient dans l’abstention.  D’autres, gardant espoir, élisent un Docteur miracle prometteur de guérison. Ce jeune et brillant praticien axe, dans un premier temps, sa thérapie sur trois traitements d’urgence :

-- Loi de moralisation des Parlementaires réputés dépravés.

--Réforme du Code du Travail prétendument cause de chômage.

--Strict respect de la règle des trois pour cent.

 

Conçue pour donner les pleins pouvoirs au Président de la République (quitte à le balancer tous les cinq ans) la Cinquième République fonctionne en trois temps :

Le Président décide, le Gouvernement exécute, l’Assemblée entérine. Le maillon faible de cette troïka est le Parlement dont les réactions sont imprévisibles et parfois contradictoires. Pour pallier cela l’exécutif peut employer la méthode forte (Michel Rocard a utilisé le 49.3 28 fois) ou s’adonner à des démarches plus subtiles conduisant au discrédit et à l’affaiblissement de l’Assemblée :

-- Discrédit : Sous prétexte de la nécessité d’une loi rétablissant la confiance on laisse entendre que les Députés sont véreux.

--Affaiblissement :  Constitution d’une majorité parlementaire faite de novices et de godillots. Aux syndicats les discussions, au Parlement les chèques en blanc. Tout cela sur fond de politique spectacle : la génération Neymar est arrivée.

 

Reste à savoir :

-- Si une loi sur la moralisation suffit à redonner aux hommes le sens du devoir et de l’honnêteté.

--Si la réforme du code du travail fera baisser le chômage.

--Si, compte tenu d’un déficit commercial endémique de l’ordre de deux pour cent du PIB, les coups de rabots et la pression fiscale exigés par la règle des trois pour cent ne vont pas impacter une économie trop essentiellement basée sur la consommation.

 

‘’ En même temps’’ qu’un certain nombre de réformes, la France a besoin d’augmenter le nombre d’entreprises capables d’exporter, ce qui va de pair avec de forts investissements.  François Hollande et Emmanuel Macron me font penser à des mécaniciens qui s’acharnent à régler l’allumage en oubliant de mettre de l’essence dans le réservoir

 

 

 *Livre de Brice Teinturier

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : billets d'une pensee ordinaire
  • billets d'une pensee ordinaire
  • : "Les Démocraties ne peuvent pas plus se passer d'être hypocrites que les Dictatures d'être cyniques" Il n’y a qu’une Liberté : celle à se déterminer d’agir de façon morale
  • Contact

Recherche

Liens