Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 février 2017 5 17 /02 /février /2017 11:32

 

 

Je me souviens du temps où, juste ado, je n’avais pas de pneus pour ma bicyclette et à peine de quoi bouffer. Mais j’avais la fierté. La fierté de la France à genoux mais qui ne courbait pas la tête, la fierté de Chefs probes, dignes et indomptables que le monde admirait, la fierté de ceux de ma famille qui se battaient pour la liberté et la fierté de celui qui, à l’aube de ses 17ans, est mort fusillé.

Bien que je n’en eusse moi-même aucune gloire à tirer, j’étais fier des autres et de mon pays et j’en ai gardé la conviction que l’honneur porté à soi-même est une richesse infinie.

De la même manière, pour compter dans le concert des Nations, un pays se doit de mériter l’honneur qui lui est dû.

Aujourd’hui on lit dans la presse étrangère des choses qui nuisent à notre dignité. Elles ne sont pas sans fondement dans la mesure où il est impossible d’imaginer le Général de Gaulle monnayant les services de Tante Yvonne sous prétexte de légalité.

La France peut se permettre de faire des dettes, de laisser filer des déficits et de perdre des marchés, mais elle ne peut pas se permettre de perdre l’honneur, jamais.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : billets d'une pensee ordinaire
  • billets d'une pensee ordinaire
  • : "Les Démocraties ne peuvent pas plus se passer d'être hypocrites que les Dictatures d'être cyniques" Il n’y a qu’une Liberté : celle à se déterminer d’agir de façon morale
  • Contact

Recherche

Liens