Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 janvier 2017 1 09 /01 /janvier /2017 16:40

 

Il n’y a pas de plus grande obligation de soumission que celle de l’ambition.

Ce que je dis de Manuel Valls pourrait s’appliquer à bien d’autres, mais pourquoi chercher ailleurs quand on a un tel spécimen sous la main ?

Il fût soumis au Président de la République dans sa période « Premier ministre » notamment (comme il le dit lui-même) lorsqu’il fut « obligé » (?) de dégainer prématurément un 49.3 qu’il dénonce maintenant.

Fort de son envie de gagner les primaires, il est contraint aujourd’hui à dire des choses contraires à ses convictions d’hier.

Demain pour accéder à la présidentielle il devra encore changer de costume et se plier à un discours capable de plaire à une majorité d’électeurs.

Enfin, une fois Président de la République, Manuel Valls devra se soumettre au dictat de Francfort puisque c’est là que se pilote la politique monétaire de la France, à Bruxelles puisque c’est là que se juge la cohérence de notre budget, à Berlin puisque c’est là que se prennent les décisions sur l’immigration et les rapports internationaux ainsi qu’à la « City » ou à « Wall-Street » parce que c’est là que se dit ce qu’il convient de prêter à la France et à quel taux.

D'où un inévitable  désamour populaire pour les Présidents élus. Nicolas Sarkozy est passé par là, François Hollande aussi et tous ceux qui viendront y passeront aussi pour la simple raison qu’il y a dichotomie entre les nécessités franco-françaises pour se faire élire et celles qui viennent d’ailleurs pour gouverner.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : billets d'une pensee ordinaire
  • billets d'une pensee ordinaire
  • : "Les Démocraties ne peuvent pas plus se passer d'être hypocrites que les Dictatures d'être cyniques" Il n’y a qu’une Liberté : celle à se déterminer d’agir de façon morale
  • Contact

Recherche

Liens