Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 décembre 2016 4 01 /12 /décembre /2016 09:57

 

A l’idée que le châtelain de Beaucé pouvait encore augmenter les taxes, réduire l’aide médicale, accroitre le temps de travail, sabrer la fonction publique, reculer l’âge de la retraite, supprimer l’ISF ; quatre millions d’électeurs de droite, du centre (?) et de gauche (??) se sont empressés de voter pour François Fillon. C’est bel et bien cette version outrée du programme de l’ex premier ministre de Nicolas Sarkozy, cette conception sacrificielle d’un trop bien être national qui a fait sauter de joie tous ces français.

François Fillon est depuis longtemps ancré dans l’idée que les français vivent trop bien. Dès son arrivée à Matignon il déclarait la France en faillite. Comment, alors, expliquer que des fonds de pension, venus de toutes parts, se battent pour prêter de l’argent à la France ? L’idée d’une France en faillite est tout simplement erronée. Elle découle d’une tactique politique qui fait voir les choses en noir pour mieux faire avaler la purge, mais aussi de la propre personnalité de M. Fillon.

Quiconque est tant soit peu d’aplomb reconnait que la France a besoin de dégraisser et de muscler le mammouth, de rétablir sa balance commerciale et de limiter son déficit. Mais cela doit se faire par des opérations de microchirurgie précise, juste là où c’est nécessaire, sans casser le modèle social français ainsi que la fonction publique (lesquels doivent cependant évoluer).

Au lieu de cela François Fillon propose une opération à ventre ouvert et sans anesthésie par-dessus le marché. Mais l’ancien Premier Ministre est un homme politique trop expérimenté et avisé pour ne pas adapter son projet en fonction des intentions de vote et des circonstances. Déjà François Bayrou, (trois fois rejeté par les français à la Présidence mais qui a démontré ses fortes capacités d’empêchements) compte bien l’incliner vers cela.  Si tel n’est pas le cas, si une fois élu François Fillon persistait à appliquer tel quel son programme un fort coup de tabac est à prévoir.  

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : billets d'une pensee ordinaire
  • billets d'une pensee ordinaire
  • : "Les Démocraties ne peuvent pas plus se passer d'être hypocrites que les Dictatures d'être cyniques" Il n’y a qu’une Liberté : celle à se déterminer d’agir de façon morale
  • Contact

Recherche

Liens