Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 novembre 2016 2 08 /11 /novembre /2016 16:54

 

Alain Juppé se dit de droite et son programme confirme cette position : réduction des charges sur le capital, plus de taxes à la consommation, plus de durée de travail, moins de temps de retraite… Les classes moyennes et ouvrières vont encore en prendre un coup.

A l’époque de Nicolas Sarkozy, le Centre aurait pris ses distances ; quitte à aller carrément à gauche comme cela s’est déjà vu.  Or voici qu’aujourd’hui (François Bayrou en tête) le Centre se porte sans vergogne au côté d’Alain Juppé.

Dans la phase électorale des intérêts se rejoignent. Alain Juppé a besoin des centristes pour assurer son élection et les centristes ont besoin d’investitures aux législatives. La Primaire passée, il en sera d’une autre paire de manches lorsque les candidats centristes devront expliquer à leurs électeurs en quoi ils tireront avantage de la réduction des charges sur le grand capital, de l’augmentation de la TVA, du passage à 39 heures et de la retraite à 65 ans.

Fort heureusement la deuxième phase, celle de la confrontation avec la vérité, n’implique pas que les promesses soient tenues et que les alliances se respectent. Parfois, souvent, les circonstances contreviennent aux idées patiemment élaborées lors des candidatures, brillamment consignées dans des livres et largement expliquées à la télé. Bien d’autres avant Nicolas Sarkozy et François Hollande ont fait, par obligation des réalités, le contraire de ce qu’ils avaient promis. Cela peut se faire brutalement ou en douce par dilution des renoncements dans la durée.

Une fois le Président élu, les Centres, s’ils sont de connivence avec lui, seront confrontés à ce dilemme et ce d’autant plus qu’en la personne d’Emmanuel Macron un concurrent qui se veut plus moderne leur disputera l’espace qu’ils avaient jalousement conservé jusqu’ici.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : billets d'une pensee ordinaire
  • billets d'une pensee ordinaire
  • : "Les Démocraties ne peuvent pas plus se passer d'être hypocrites que les Dictatures d'être cyniques" Il n’y a qu’une Liberté : celle à se déterminer d’agir de façon morale
  • Contact

Recherche

Liens