Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 novembre 2016 1 14 /11 /novembre /2016 08:26

 

Le fossé entre ce qui se dit pour conquérir le pouvoir et ce qui se fait pour l’exercer ne cesse de se creuser. Le fait que la bascule entre le camp des vainqueurs et des vaincus se joue à peu de chose, conduit au paradoxe d’une déconvenue des vainqueurs, dont les élus, face aux réalités, font le contraire de ce qu’ils avaient promis. Alors, à peine élu, le Président perd le soutien populaire et ne tire plus sa légitimité que des institutions. Après les élections la France passe de la démocratie populaire à la démocratie légale. Cela induit deux effets : d’abord le clan des vainqueurs devient celui des cocus, ensuite la désaffection populaire enferme le Prince dans une forme de pouvoir juridique déconnecté de la population.

Désormais, la démocratie est passée du fantasme du « Gouvernement du Peuple, par le Peuple » au rôle de faiseur de rois. Cela se fait au doigt mouillé bien plus par affects que par réflexion. Les Partis n’hésitent plus à poser leurs conditions :  le vote à la Primaire de Droite est soumis à une profession de foi stipulant que l’électeur agrée aux valeurs républicaines de la droite et du centre. Sauf que les gens vont voter sans savoir de quelles valeurs il s’agit. Il est d’autant plus difficile de s’y retrouver qu’elles (les valeurs) sont douées de métamorphoses :   Hier le Centre incitait à voter à gauche pour contrer la dérive droitière de Nicolas Sarkozy, aujourd’hui ce Parti fait cause commune avec Alain Juppé dont le programme économique est encore plus dur. Où seront demain les « valeurs » du Centre, de la Gauche ou des Républicains ?

 Alors, que peut-on espérer de ces démocraties aux Partis magouilleurs, divisés ou opportunistes, aux citoyens intoxiqués, aux cultures déracinées. Que peut-on espérer de ces démocraties dominées par une Amérique  désormais déboussolée ?    

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : billets d'une pensee ordinaire
  • billets d'une pensee ordinaire
  • : "Les Démocraties ne peuvent pas plus se passer d'être hypocrites que les Dictatures d'être cyniques" Il n’y a qu’une Liberté : celle à se déterminer d’agir de façon morale
  • Contact

Recherche

Liens