Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juin 2016 4 16 /06 /juin /2016 13:11

Lorsqu’un Président pense que la légitimité de ses actions tient aux seules prérogatives que lui donne la Constitution et que son devoir de bien faire prime l’opinion des gens, il lui reste pour susciter la cohésion citoyenne, de démontrer la nécessité d’exporter une guerre laquelle, en retour, importe des attentats.

Quand ce même Président, a peine élu, perd la confiance des français puis, par la suite, celle de sa majorité parlementaire, il n’a plus, au nom de ce même devoir, que le refuge de l’obstination, et du 49-3.

Alors le mécontentement populaire, qui butte sur l’autisme du pouvoir, se fractionne en autant de revendications particulières, successives et plus ou moins violentes : blocages des routes par les agriculteurs et les taxis, arrêt des raffineries, perturbations des trains et des métros, grève des éboueurs, manifestations diverses etc.

Plus grave encore est la colère qui pousse certains à s’en prendre verbalement et physiquement à la police et vont jusqu’à oser attaquer les hôpitaux d’enfants. A cette décomposition du sens citoyen vient s’ajouter l’horreur du crime auprès d’innocents dont la seule faute est de porter, par leur métier, le symbole de la république.

La chance d’une accalmie se niche dans l’apathie (la sagesse ?) d’un vieux peuple qui en a vu bien d’autres, le temps des vacances et la perspective des élections.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : billets d'une pensee ordinaire
  • billets d'une pensee ordinaire
  • : "Les Démocraties ne peuvent pas plus se passer d'être hypocrites que les Dictatures d'être cyniques" Il n’y a qu’une Liberté : celle à se déterminer d’agir de façon morale
  • Contact

Recherche

Liens