Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mars 2016 1 14 /03 /mars /2016 16:57

La reculade de Manuel Valls sur la loi initiale dite El Khomri, donne raison aux nombreux commentateurs politiques qui avaient prévu que la CFDT et son patron Laurent Berger, joueraient un rôle déterminant. Désormais il est clair que ce dernier a imposé au premier ministre des aménagements, propices aux syndicats, mais qui tout en neutralisant l’aspect contraignant du premier texte le prive de réelle efficacité. Mme. El Khomri étant promise au rôle de l’intendance, Laurent Berger a gagné la bataille face au duo Manuel Valls-Macron. At-il pour autant gagné la guerre ? Rien n’est moins sûr.

  1. Il est désormais en opposition frontale avec la CGT, FO, FSU, UNEF (pour ne citer que ceux-là) lesquels réclament le retrait pur et simple de cette loi.

  2. Son projet, une fois validé par le conseil d’état puis par le gouvernement, devra encore passer par le parlement dont on imagine que la navette entre Assemblée et Sénat risque de prendre du temps.

  3. Dans la meilleure hypothèse la mise en œuvre de la loi percutera les élections présidentielles dont j’augure que la gauche ne sortira pas vainqueur, auquel cas (sauf, peut-être, si Alain Juppé est élu) tout sera remis en question.

Mais, entre-temps, Laurent Berger risque de freiner la légère tendance à la baisse du chômage que l’on observe depuis quelques mois. Quand Renaud Dély (*) dit que ce n’est pas au MEDEF de décider la politique, il a raison. Sauf que l’embauche, hormis la fonction publique, se fait bel et bien par les entreprises. Quand on sait que le manque de visibilité est un des principaux obstacles à l’embauche, à moins d’une improbable remontée de la croissance au-delà de 2% du PIB, avec la loi Berger nombre de patrons vont se montrer frileux tant qu’ils seront dans l’incertitude des textes à venir.

*LCP émission de Fréderic Haziza.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : billets d'une pensee ordinaire
  • billets d'une pensee ordinaire
  • : "Les Démocraties ne peuvent pas plus se passer d'être hypocrites que les Dictatures d'être cyniques" Il n’y a qu’une Liberté : celle à se déterminer d’agir de façon morale
  • Contact

Recherche

Liens