Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 novembre 2015 4 26 /11 /novembre /2015 16:01

Son nom est Vladimir Poutine. Pour cause de Georgie, d’Ukraine, de Crimée, de Bachar el Assad, on l’a détesté, humilié, sanctionné, on a livré à l’Egypte les navires qui lui étaient destinés, la Turquie, membre de l’Otan, a descendu un de ses avions. Ils (les Syriens « modérés » ?) ont sauvagement achevé le pilote…

Lors de sa dernière visite à Washington, François Hollande a reçu les consignes d’Obama : Demander à Poutine de combattre l’Etat Islamiste tout en lâchant Bachar el Assad de sorte que les « modérés » affidés à l’occident puissent fonder un régime démocratique et apporter bonheur et paix au Moyen-Orient.

Que peut-on vraiment attendre d’une coalition ou, peu importe le mot, d’une coopération avec un pays de moujiks aussi peu considéré ? Si la Turquie continue à faciliter le transit du pétrole des ennemis et si elle persiste à descendre les avions alliés, si par la voix de Laurent Fabius et de Manuel Valls, notre premier souci consiste toujours à éliminer Bachar el Assad et à espérer le salut en l’Islam modéré c’est, comme on dit chez moi, bien mal barré.

Que veut-on en fin de compte ? Faire plaisir à Obama ? Eliminer Bachar el Assad ? Mettre l’économie russe à genoux tout en leur demandant de gros efforts militaires ? Combattre le terrorisme en ouvrant les frontières ? Fermer les yeux sur les intentions plus ou moins louches d’Erdogan ? Bref, comme disait Foch une seule chose est à se dire : « Où est la question ? »

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : billets d'une pensee ordinaire
  • billets d'une pensee ordinaire
  • : "Les Démocraties ne peuvent pas plus se passer d'être hypocrites que les Dictatures d'être cyniques" Il n’y a qu’une Liberté : celle à se déterminer d’agir de façon morale
  • Contact

Recherche

Liens