Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 novembre 2015 5 06 /11 /novembre /2015 12:56

Plus ça va, plus on consomme. Plus on consomme, plus on souille et plus on est plus on pollue. La nécessité de freiner l’emballement de cette machine infernale saute aux yeux. Comment ?

  1. En stabilisant la consommation.

  2. En consommant plus propre.

  3. Enmaitrisant la démographie.

La dualité entre cela et la réalité de nos économies fondées sur la consommation et la croissance, pose le problème de la résolution (dans les faits) de cette contradiction.

Dernièrement, le Groupe d'Experts Intergouvernemental sur l'Evolution du Climat (GIEC) a élu un économiste comme nouveau Président. Cette élection est le résultat d’une négociation politique, dont les tenants et les aboutissants ne sont pas divulgués, le vote étant tenu secret.

Présenter le GIEC comme organisation exclusivement scientifique relève de la contre-vérité. C’est une machine qui s’appuie sur des observations scientifiques pour faire du scientisme et imposer des vues politiques.

L’affaire Verdier pose le problème de savoir jusqu’où va l’emprise du fait climatique désormais imbriqué dans le pouvoir économique et politique. La grande peur est au réchauffement de la planète. Pourtant plus il fait froid, plus on chauffe, plus on pollue. It’s a fact !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : billets d'une pensee ordinaire
  • billets d'une pensee ordinaire
  • : "Les Démocraties ne peuvent pas plus se passer d'être hypocrites que les Dictatures d'être cyniques" Il n’y a qu’une Liberté : celle à se déterminer d’agir de façon morale
  • Contact

Recherche

Liens