Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juillet 2015 3 01 /07 /juillet /2015 10:34

--L’effet Papillon : Au regard du PIB mondial, la Grèce pèse celui du papillon. Mais l’équilibre financier global est si précaire que le défaut de ce lépidoptère pourrait tout faire basculer. Vu par Washington, l’impact financier Grec relève de la piqure de moustique, mais c’est l’effet papillon qui justifie l’alarme de Barak Obama.

--On confond la crise Grecque avec celle de la Zone euro. Une monnaie unique pour des économies différentes ce n’est déjà pas facile, mais une monnaie unique sans gouvernance c’est la cata. La question est simple : qui gouverne la zone euro ? M. Junker ? Mme Merkel ? M. Hollande ? Mme Lagarde ? M. Draghi ? A moins que ce ne soit ces trois experts, non européens, récemment nommés…

-- La disparité, la complexité de l’Euro group justifierait une structure de commandement particulièrement compétente et solide. La crise Grecque n’est qu’un symptôme de ce manque de charpente. Faute de vision claire et de moyens de pilotage, l’actuelle machine à repousser les problèmes fonctionnera tant que la BCE fera marcher sa planche à billets. Cette politique conduit droit au mur.

--Puisque Mme Merkel laisse flotter les rubans, il appartient à François Hollande de dire stop et de mettre les pieds dans le plat. Ne pas le faire sera l’erreur historique qui ternira son quinquennat et remettra en cause sa réelection de 2017. En ne ciblant que la Grèce Nicolas Sarkozy fait une erreur, mais, au moins, lui a compris qu’il était temps de dire : ça suffit comme ça !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : billets d'une pensee ordinaire
  • billets d'une pensee ordinaire
  • : "Les Démocraties ne peuvent pas plus se passer d'être hypocrites que les Dictatures d'être cyniques" Il n’y a qu’une Liberté : celle à se déterminer d’agir de façon morale
  • Contact

Recherche

Liens