Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 janvier 2015 4 22 /01 /janvier /2015 12:43

Tantôt Clémenceau, le Premier Ministre glorifie une République unie et rassemblée autour de mêmes valeurs. Tantôt Mandela, il dénonce, en France,"un apartheid territorial, social, ethnique"

L’apartheid (mot dérivé du français signifiant « séparation, mise à part ») était une politique dite de « développement séparé » affectant des populations selon des critères raciaux ou ethniques dans des zones géographiques déterminées qui avait été mise en œuvre en Afrique du Sud.

Pour autant que les mots veuillent dire quelque chose et que ceux qui les emploient en connaissent le sens, Manuel Valls en parlant « d’Apartheid » * stigmatise le fait de « mise à part » d’une partie de la population française dans les banlieues. Laquelle « mise à part » est le résultat d’une politique (ou du cumul de plusieurs politiques) délibérée en matière d’emploi, de logement, d’éducation et visant à la séparation.

Dès lors Manuel Valls nous demande d’admettre que la France est une République qui rassemble le peuple dans des valeurs communes tout en pratiquant, pour ce faire, des politiques de ségrégations.

En ce qui me concerne, je ne peux pas, ainsi que Manuel Valls le demande, me dire fier d’un pays qui pratique l’apartheid.

Jamais la France de Jean Jaurès, de Clémenceau ou de de Gaulle n’aurait, d’un Premier Ministre, accepté de tels propos sans qu’il en eut à éclaircir les postulations contradictoires.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : billets d'une pensee ordinaire
  • billets d'une pensee ordinaire
  • : "Les Démocraties ne peuvent pas plus se passer d'être hypocrites que les Dictatures d'être cyniques" Il n’y a qu’une Liberté : celle à se déterminer d’agir de façon morale
  • Contact

Recherche

Liens