Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 janvier 2015 1 19 /01 /janvier /2015 08:33

Sous couvert de liberté d’expression, la République ne devrait pas s’associer (ou se soumettre) à la ligne idéologique de Charlie Hebdo, lequel, au nom de la liberté de la presse, lutte contre les religions monothéistes, musulmane en particulier. On sait que Charlie-Hebdo réclame haut et fort son droit au Blasphème. Tous ceux qui se réclament de « Charlie » assument donc, aussi, cette position-là.

La France n’a ni sujet ni intérêt à se mettre à dos des peuples qui, dans leur très grande majorité, sont aussi honorables que le nôtre et dont le seul défaut est de ne pas avoir lavé dans le sang de la guillotine les espoirs illusoires des religions. Que vaut notre affirmation d’en être meilleurs pour autant ?

Qui osera dire qu’en vérité le drame que nous venons d’endurer de la part des «Fondus islamistes» n’est qu’une piqûre d’épingle comparé à ce qu’ils font subir ailleurs à des populations innocentes et déjà plongées dans la misère et le malheur ?

Le journaliste Simon Allison, qui a couvert de nombreux conflits africains, dit ceci : « Il y a massacres et massacres. Le massacre de Paris était effrayant, mais ce n’était pas la pire chose qui s’est passée la semaine dernière. Et de loin. Au nord-est du Nigeria, dans la ville de Baga – où tout du moins à l'endroit sur la carte où se trouvait autrefois Baga, parce qu'il n'y a plus grand-chose de cette localité maintenant. Pendant cinq jours, les combattants de Boko Haram sont entrés dans la ville et ont anéanti hommes, femmes, enfants. Le nombre de morts varie, mais Amnesty International a cité des rapports suggérant qu'il pourrait y avoir jusqu'à 2 000 victimes »

A chaque coup du sort on voit ressurgir ce formidable égoïsme occidental qui consiste à focaliser les compassions du monde sur notre propre malheur en ignorant allègrement celui des autres.

Aujourd’hui, le Président Hollande, l’ensemble de la classe politique et la quasi-totalité des médias nous invite à faire bloc dans une posture unique, à nous replier sur nous-mêmes et à surexploiter la blessure que deux assassins, pourtant bien connus des services de justice et de police, viennent de nous infliger.

N’y-a-t-il pas derrière cela, au-delà de celui de la France, quel qu’intérêt politique ou électoral ? « Penser c’est dire non » disait Alain... Réfléchissons d’abord, il sera temps…après.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : billets d'une pensee ordinaire
  • billets d'une pensee ordinaire
  • : "Les Démocraties ne peuvent pas plus se passer d'être hypocrites que les Dictatures d'être cyniques" Il n’y a qu’une Liberté : celle à se déterminer d’agir de façon morale
  • Contact

Recherche

Liens