Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 octobre 2014 1 20 /10 /octobre /2014 08:23

Bien qu’il ne soit que le commis voyageur de la politique de François Hollande, Manuel Valls a de fortes chances de porter le chapeau lorsque sonnera de l’heure de vérité. A le voir encaisser sans ciller les échecs électoraux à répétition, point n’est besoin qu’il nous vante la solidité de ses nerfs. Mais cela ne devrait pas être considéré comme une fin en soi de la part des élus socialistes sauf à accepter une raclée aux futures élections.

Manuel Valls vient de valider sans sourciller un déficit prévisionnel dans son budget 2015 de l'ordre de 87 milliards d'euros après être en passe de réussir l'exploit de cumuler un déficit de 150 milliards pour les deux années 2013 et 2014, dont, bon soldat, il endosse crânement la responsabilité. À ce rythme, on sera facilement à 400 ou 500 milliards de dette supplémentaire pour le quinquennat Hollande, ajoutés à la pile des dettes laissées par Sarkozy et ses prédécesseurs. A ce sujet la Cour des Comptes a été très claire : ce sont 600 milliards d'euros de dette, dont 200 imputables à la crise de 2008/2009, qui auront été ajoutés par Sarkozy à l'addition précédente.

Au mieux, le Ministre aux nerfs (heureusement) solides ne fera pas mieux que François Fillon sauf que ce cumul de dettes enfonce gravement la ligne de flottaison du bateau France.

Si l’on ajoute à cela un chômage certes endémique mais de plus en plus préoccupant il est normal que d’aucunes (et d’aucuns) se posent des questions sur la validité des mesures à venir.

Manuel Valls ne fait qu’assurer la vente et l’après-vente de politiques concoctées et décidées par d’autres mais il veut à tout prix en assumer la pleine responsabilité. Après « Nous vaincrons parce que nous sommes les plus forts » « Je reste droit dans mes bottes » voici « l’Homme aux nerfs d’acier »

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : billets d'une pensee ordinaire
  • billets d'une pensee ordinaire
  • : "Les Démocraties ne peuvent pas plus se passer d'être hypocrites que les Dictatures d'être cyniques" Il n’y a qu’une Liberté : celle à se déterminer d’agir de façon morale
  • Contact

Recherche

Liens